Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

association tous ensemble

  • VANVES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE

    EXPOGRAH VANVES : Finalement après des prolongations, Expograph Vanves a battu 2 à 1 l’ASPTT Cergy en Coupe Ile de France, à Longjumeau hier en fin d'aprés midi, en présence de Maxime Gagliardi et Philippe Thieffine maire adjoint adjoint et conseiller municipal délégué aux sports venu assister au match. 

    COMMISSAIRE POLITIQUE : Les réseaux sociaux sont incroyables et effroyables concernant Vanves. Pour celui qui a le temps de s’y plonger, il peut découvrir qu’une élue de Vanves a quitté son foyer pour aller vivre à Londres, c’est son problème et sa vie personnelle, et qu’une maire adjoint joue au commissaire politique pour lui demander des comptes et rendre son mandat d’élu. Et ce n’est pas la première fois qu’au sein de cette formation politique de la majorité, des élus s’offusquaient  de voir arriver l’un des leurs au conseil municipal alors qu’il passe 6 mois à l’étranger. Est-ce que la commissaire politique lui a demandé de démissionner ?

    POTS DE FLEURS : « Je suis d'accord pour les vernissages, je suis d'accord pour inaugurer les restaurants qui ouvrent et faire les enterrements de ceux qui ferment. Mais trop c'est trop, quand je vois que les pots devant la poste qui ont été déplacés (par GPSO) pour aller place de la République, je me dis quel mépris pour les habitants du quartier du Plateau » a réagit vivement la conseillère de quartier du Plateau Claudine Charfe qui a cherchée toute la semaine, où était passé les pots. « Quand je vois nos espaces verts envahis par les liserons et les chardons, les bacs en ciment sans aucune  fleur à l'intérieur, le parterre de rosiers devant le cordonnier  laisser à l'abandon pour faire place au pissenlit, je trouve cela inacceptable. J'ai appelé le numéro vert de GPSO sans aucun rappel de leur part ainsi que l'envoi de mail et je ne suis pas la seule sur le secteur du plateau à avoir fait cette démarche ».

    RAMADAN : A l’occasion du Ramadan, l’association Tous Ensemble s’est impliquée avec l’Alliance des  Musulmans des Hauts de Seine (AM 92) pour organiser vendredi soir à Chaville un repas de l’IFTAR, repas de rupture de jeune. Beaucoup de personnalités s’y sont déplacés dont le préfet des Hauts de Seine, Yann Jounot qui avait eu des propos louangeux lors de son intervention annuelle devant les conseillers départementaux des Hauts de Seine dont Isabelle Debré lorsqu’il avait abordé la question de l’Etat d’urgence et surtout de la mise en place du dispositif de prévention de la radicalisation, « pour agir aussi en préventif, sur ce phémomène qu’il faut réussir à tarir progressivement». Il avait remercié l’association des maires altoséquanais, la communauté musulmane  «qui s’organise progressivement puisqu’elle a constitué une association «La voix des Musulmans du 92» qui traduit sa volonté de s’organiser elle-même par rapport à ce danger !» 

    LYCEE MICHELET : Dans le cadre de la rénovation et la modernisation des lycées franciliens, la nouvelle majorité s’est engagée  à financer leurs travaux de maintenance et leur équipement. Ces crédits représentaient 29M€  à la dernière commission permanente qui individualise ses crédits : 10,2 M€ seront dédiés aux charges de fonctionnement des lycées publics et 1,4 M€ des lycées en cités mixtes régionales : 53 000 € seront consacrés  à la cité mixte régionale Michelet à Vanves (92) pour ses équipements sportifs

  • VANVES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE

    COUPE DU MONDE : Les effets des matchs de l’équipe de France sont très visible dans les rues et places qui se dépeuplent, surtout lorsqu’ils ont lieu à 18H. Au fur et à mesure du temps, la circulation et le flux des véhicules se rarifient, les vanvéens rentrant rapidement du boulot lorsqu’ils n’ont pas pu se rendre libre plus tôt. Même les médecins généralement surbookés le soir, n’ont pas eu beaucoup de rendez-vous ou n’ont vu que des femmes comme en témoignait l’un d’entre eux après le match contre le Nigéria. Au Parc municipal des Sports André Roche, aucun cours de tennis n’était occupé, et la piste d’athlétisme restait vide de tout coureur Par contre, les cafés de Vanves, étaient pleins à craquer, la plupart ayant installé un grand écran ou plusieurs, comme hier soir contre l’Allemagne. Les vanvéens étaient là, mais pas les résultats. "Onv a pouvoir maintenant passer au tour de France" 

    ENTRISME : Sandrine Bourg et Delphine Roy, conseillères municipales UMP devraient avoir une explication assez musclée avec les responsables locaux du parti gaullistes aujourd’hui. Elles ont organisées une soirée football UMP au café Le Paris avec leurs jeunes collègues UMP pour suivre le match France-Allemagne où ont débarqués, comme par hasard, des jeunes UDI accompagnés de Bernard Gauducheau, Pascal Vertanassian et Jeremy Coste…. qui lorgnent depuis les élections municipales sur des jeunes UMP afin de les ramener vers leur camp. Et ce n’est pas la première initiative qui créé des tensions entre UMP et UDI au sein de l’équipe municipale   

    BAROMETRE : Pour les observateurs attentifs, le  Conseil Municipal de Vanves est un véritable barométre. Il permet de savoir qui est en hausse ou en baisse dans ses relations avec le maitre. Il suffit de voir qui a été désigné  pour présenter  une délibération, même lorsqu’elle sort de son champ de compétence, notamment parmi les maitres adjoints. Pour l’instant Alain Toubiana, après ses prises de position sur le double sens de la rue Jacques Jezequel et son insistance pour l’installation d’un grand écran pour la finale de la Coupe du Monde, n’est pas en odeur de sainteté. Ainsi que Claire Vignaud qui n’a pas dit un mot au dernier conseil municipal.

    TRAVAUX : L’association « Tous Ensemble » vient d’envoyer un courrier aux riverains de son futur centre cultuel et culturel musulman pour leur annoncer que les travaux de démolition du bâtiment situé rue de l’Avenir auront lieu en Juillet 2014. Il s’agit d’un pavillon sur un terrain de 135 m2 qui doit donc être démoli, et que l’association s’est rendu propriétaire durant l’automne 2013, pour construire un centre cultuel et culturel. Ce projet a fait l’objet d’une réunion publique le 3 Octobre 2013, durant laquelle, en dehors des opposants farouches à une telle réalisation, beaucoup de riverains s’étaient inquiétés d’une forte fréquentation dans une si petite rue, surtout au moment des grandes fêtes de la religion musulmane, et mis en  avant des problèmes de nuisances et de sécurités car un quartier pavillonnaire ne se prête pas  l’installation d’un tel équipement.

    OPEN DATA : Vanves est un vivier de compétences en matière de numérique, même si sa voisine, Issy les Moulineaux, est en avance. Quelques vanvéens pensent que Vanves pourrait en tirer partie en mettant en valeur ses atouts numériques. L’un d’entre eux a déjà permis à Vanves, voilà prés de deux ans, d’expérimenter un prototype de démocratie participative, avec une consultation sur Internet sur le théme du  bruit dans la ville, mais sans suite. Pourtant les idées ne manquent pas pour lancer de nouvelles initiatives, comme par exemple « travailler sur les données ouvertes – Open Data – sur la ville comme l’ont déjà fait le Conseil général des Hauts de Seine et la Région Ile de France, et même sur l’urbanisme collaboratif ». Mais voilà, malgré quelques contacts, la mairie de donne pas suite pour l’instant.       

    ECHAFFAUDAGE : Alors que le chantier de l’école Marceau devrait commencer dés la fin de l’année scolaire, la semaine prochaine, l’échaffaudage qui a fait tant de bruit (dans tous les sens du terme) a été enlevé voilà quinze jours. A ne plus y rien comprendre, où inutilisé durant 4 mois, il est a été démonté alors que le chantier va démarrer. A croire que les services de la ville n’aient pas d’autres moyens de stocker le matériel.

    CINQUANTENAIRE  : L’un des maires de Vanves a fait partie des pionniers du département des Hauts de Seine qui célébre ce week-end ses 50 ans. André Roche a été élu conseiller général de Vanves en 1967 lorsque la première élection cantonale s’est déroulé après la création des 8 Départements franciliens en 1964 et des 40 cantons altoséquanais. Il a même été vice président chargé des sports du temps où le conseil général était présidé par Jacques Baumel, député maire de Rueil Malmaison entre 1970 et 1973 puis 1976 et 1982. Ce qui l’a sûrement aidé pour obtenir des financements pour la piscine municipale qui a été inauguré en 1971 par Jacques Baumel. Elle porte le nom de Roger Aveneau qui lui a succédé au Conseil Général en 1981 lorsqu’il est décédé.

  • PORTRAITS DE CAMPAGNE MUNICIPALE A VANVES : GUILLAUME MOUCHEROUD (EELV) , l’INCONNU DE l'ELECTION A VANVES

    Dans le cadre des élections municipales de Mars 2014 de nouveaux visages apparaissent dans le paysage politique vanvéen, qu’ils soient ou non candidat sur une liste : C’est l’occasion de les rencontrer, de les interroger sur leurs motivations à être élu sur une liste, et à vouloir servir les vanvéens, ou à soutenir l’une des 4 têtes de listes qui seront présentes à cette élection. Bien sûr  lorsque c’est possible, car il n’y a, de la part, de ce blog, aucune exclusive, alors que d’autres préfèrent s’en réserver la primeur par tactique électorale. Vanves Au Quotidien s’est intéressé à Guillaume Moucheroud, second sur la liste EELV alors que tout le landerneau politique vanvéens s’attendait à voir, à cette place, Pierre Toulouse. L’inconnu de Vanves est un ingénieur médical qui travaille dans l’industrie des dispositifs médicaux et dans le domaine de l’informatique de la santé sociale. Il habite Vanves depuis 2002/03 et s’est impliqué dans de nombreuses associations comme la créche parentale les P’tites Canailles, la FCPE, membre de l’une des deux AMAP, avant de s’engager politiquement dans cette liste « Vanves en Transition ». Les vanvéens pourront le rencontrer lors de la réunion publique de samedi prochain (15 mars) à 18H à l’école Marceau avec au menu,  des courts métrages pour illustrer les propositions de la liste, ce qui a été réalisé par ailleurs  etc… et un buffet bio-convivial      

    Vanves Au Quotidien - Qu’est-ce que cela vous fait d’être l’inconnu de l’élection, en seconde place sur la liste, qui intrigue tout le landerneau politique de Vanves ?

    Guillaume Moucheroud : Ce n’est pas une surprise d’être l’inconnu, vu que c’est la première fois que je me présente aux élections, et que j’ai une activité politique locale plus importante. C’est le fruit d’un engagement associatif qui existe déjà avec la crèche parentale « Les P’tites Canailles », la FCPE, et de rencontres, avec l’envie de m’impliquer. Et je suis le second de liste, suite à une décision collective et la volonté de mettre en avant, dans la politique locale, des militants citoyens et associatifs  

    VAQ - Pourquoi cet engagement dans la vie associative : crèche parentale, FCPE, AMAP ?

    G.M. : « La Crèche Parentale « Les P’tites Canailles » qui a été la première à être crée en 1982 en France, a été mon premier engagement (associatif) à Vanves. Une structure difficile à faire perdurer,  parce que les parents qui en sont responsables, s’en vont lorsque leurs enfants n’ont plus l’âge d’en faire partie. Et cela été mon cas après avoir été impliqué dans le Bureau et la vie de l’association lorsque j’ai eu mon aîné. C’est un engagement assez important, et cela permet de s’investir dans la vie de son,  et des enfants. Et maintenant c’est la FCPE puisque mes enfants sont à l‘école, la scolarisation des enfants étant un fort moyen de socialisation, car on rencontre des gens et des familles. L’AMAP qu est très emblématique de ce que l’on peut faire, avec une association de gens engagés, 200 familles sur Vanves avec les deux AMAP,  à la fois au niveau de l’alimentation, parce que l’on se fournit en légumes bio, et au  niveau de l’agriculture d’un point de vue économique, avec la mise en oeuvre des circuits cours. Ainsi concrètement, notre agriculteur Laurent Marbot, arrive à vivre de la surface qu’il cultive prés d’Arpajon, et grâce à la vente de toute sa production à l’AMAP, alors que s’il vendait ses produits dans le circuit normal, il ne gagnerait que 400 € par mois, alors que là, il a un salaire décent qui lui permet de travailler même sans investir ailleurs. Et nous avons des légumes qui nous coûtent moins cher qu’au marché. Tout le monde est gagnant grâce au circuit court à l’implication des gens qui vont aider à la ferme. Ainsi le panier est plus et mieux fourni au fur et à mesure, car l’agriculteur a de meilleur rendement avec tout le tracé de l’agriculture biologique.  

    VAQ - La rue de l’avenir où vous habitez n’est-elle pas devenue un secteur chaud de Vanves  ?

    G.M. : « On en a beaucoup parlé à la Rentrée à cause du projet de l’association Tous Ensemble qui a acquis un terrain. Cela a été l’occasion de s’investir, de rencontrer des riverains, des adhérents de Tous Ensemble. Les riverains craignent principalement les troubles de voisinages, ce qui est assez justifié. Lorsqu’on va plus loin, et que l’on rencontre des responsables de Tous Ensemble, nous essayons de mettre en avant le fait que, pour la communauté musulmane, ce n’est pas forcément une bonne solution. Les riverains craignent des troubles de voisinage parce que c’est l’une des rues lesplus petites et étroites de Vanves. Et nous n’imaginons pas un lieu de culte qui amène beaucoup de personnes, alors qu’il y a plein d’autres sites à Vanves qui s’y prêtent mieux, sans vis-à-vis. Mais la question est complexe, car ils ont choisis cet endroit d’une part parce qu’ils ont un bail précaire salle Orillard et parce qu’ils ne peuvent pas envisager d’y rester, et d’autre part, parce qu’ils ont des moyens d’investissement qui sont limités, surtout par rapport au prix du foncier et de l’immobilier pratiqués à Vanves. Et ils le reconnaissent : C’est « par défaut » qu’ils ont fait ce choix. C’est pourquoi, on appuie sur le fait que « même pour vous, ce n’est pas une bonne solution ». Est-ce que l’on arrivera tous ensemble à une meilleure solution pour tout le monde, riverains et fidèles qui fréquenteront ce lieu de culte et cutlurel, je l’espère. Je pense que l’on pourrait trouver collectivement au niveau municipal, une meilleure solution.

    VAQ - Qu’est-ce qui vous a décidé… à vous engager sur une liste aux municipales et chez  les écologistes ?

    G.M. : « C’est en grande partie une question de rencontres qui viennent sur un terreau favorable, c'est-à-dire l’envie de s’engager au sens de faire des choses localement, là où j’habite, parce que c’est la bonne manière de vivre sa ville. Et chez les écologistes parce que je les ai rencontré, sachant que je ne suis pas engagé dans un parti politique, mais un citoyen. Une grande partie des gens savent très bien qu’on ne peut pas continuer comme cela au niveau des ressources naturelles par exemple, ce qui est une évidence pour tout le monde, mais aussi dans l’individualisme, la marchandisation, l’industrialisation… de la vie. Du coup, il se recrée des poches de vie où il n’y a pas de tel système marchand qui vient s’insérer. Et c’est un mouvement énorme qui dépasse largement EELV. Je pense qu’au niveau local, il y a un sens à défendre cela parce que c’est à ce niveau que l’on peut commencer à changer les choses. Penser global, agir local, cela veut dire qu’il faut agir dans la ville. Il ne manque peut être pas grand-chose dans cette ville de Vanves, mais nous pensons que nous pouvons faire beaucoup mieux.  

    VAQ - Qu’est-ce qui vous semble le plus important à défendre dans le projet de votre liste ?

    G.M. : « C’est notre méthode, avant notre projet et ses propositions concrètes, c'est-à-dire l’imagination et le collectif. Concrètement, c’est de faire confiance aux gens, de s’appuyer sur eux, de ne pas tout décider à l’avance. Et c’est développer, par exemple,  des moyens pour la petite enfance, grâce à différents modes de garde  (crèche parentale, crèche associative, crèche municipale) qui ont énormément d’impact sur le développement des enfants de tous les milieux sociaux, penser des projets pédagogiques, susciter des échanges entre ses différentes structures

    VAQ - Comment vivez-vous cette campagne municipale ?

    G.M. : « D’une manière intense. C’est du travail car on  fait beaucoup de choses nous même, avec moins de force militante que les formations politiques plus classiques.