Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sncf - Page 8

  • LES HAUTS DE VANVES EN REUNION PUBLIQUE DE QUARTIER (suite et fin): GRAND PARIS EXPRESS, VELIB, AUTOLIB, SNCF...

    PLU circulation et transports ont été les thémes de la dernière réunion publique de quartier qui s’est tenu Jeudi dernier à l’école Larmeroux. Bernard Gauducheau a tenu à parler du futur réseau de transport « Grand Paris Express » et sa station « Fort d’Issy/Vanves/Clamart », et les vanvéens présents l’ont interrogé sur Vélib et autolib, et sur la façon dont on se déplace dans la commune même ».

     

    Un vanvéen a demandé « ce que devenaient ses projets de lignes de bus supplémentaires ? » -  « On a déjà travaillé sur la liaison entre le métro (ligne 13) et le Clos Montholon voilà 2 à 3 ans. La RATP ne l’a pas jugé prioritaire, ni d’actualité » a répondu le maire en rappelant qu’il y a « deux liaisons supplémentaires de la navette, le matin et le soir, entre le Clos Montholon et le métro ». Bernard Gauducheau en a profité pour indiquer qu’une enquête de l’Express a récemment classé Vanves comme l’une des premières villes en matière de transports. Ce blog en avait fait état en indiquant que Vanves faisait partie des 7 communes franciliennes les mieux desservies en Ile de France avec Puteaux (92), la Courneuve (93), Ivry (94), Malakoff (92), Issy les Moulineaux (92) et Saint Denis (93) selon une enquête parue dans le supplément Ile de France de l’Express  car elles ont au moins un métro ou un RER, un transilien et bientôt peut être pour les 3 premières dont Vanves, le Grand Paris Express. Et pour rappeler que « ce n’est pas le maire de Clamart qui a obtenu la gare, parce qu’il a pétitionné 15 jours avant », mais bien lui « qui s’est bagarré pour l’avoir » notamment en intervenant lors de l’une des réunions du débat public à Isssy les Moulineaux où le maire de Clamart n’était pas présent, ni le conseil général de Vanves.

     

    Une vanvéenne a demandé s’il y aurait une station vélib installée à côté de la résidence étidiante à l’angle des rues Diderot et Raymond Marcheron. « Nous avons 7 Stations pour l’instant ! Nous pouvons en demander une suppplémentaire. Mais où la mettrions-nous. Ils peuvent aller jusqu’à la gare ! » a-t-il répondu. Du coup, un autre intervenant a demandé « où allez-vous mettre les stations Autolib ? » - « Une station, c’est 6 places de stationnement. Il en est prévu  rue Larmeroux (vers la rue Mansard), au métro Plateau de Vanves/Malakoff, à la gare de Vanves/Malakoff, Bd du Lycée Rue Mary Besseyre, rue Marcel Martine, Carrefour Legris, ce qui va supprimer 36 places de stationnement dans la ville » a-t-il constaté, mais ce nombre de stations est nécessaire pour assurer une rotation. Il en a profité pour indiquer que le nombre de véhicules immatriculé à Vanves baisse, « ce qui donne l’impression que les vanvéens se satisfont de l’offre de transports publics ».

     

    La SNCF a été dans le collimateur des riverains de la ligne Paris Montparnasse dont l’un d’entre eux a demandé où on en était du mur anti bruit ? « On a réussit à faire prendre en compte ce dossier. Mais on se heurte à RFF qui fait traîner le dossier à cause d’une technostructure qui considére que notre affaire n’est pas importante. Nous avons financé les études qui permettent de déterminer s’il faut mettre là le mur anti bruit et dans un autre endroit des doubles-vitrages. Mais encore faut il maintenant que les agents de RFF rendent visite aux riverains sur le terrain pour le déterminer » a répondu le maire en ne cachant pas « qu’une action des riverains nous aiderait bien ».

    Il a d’ailleurs pris l’exemple de l’ouverture du parc du lycée Michelet qu’il avait lancé et bien fait avancé «  jusqu’au jour où la Région a pris en main la gestion des cités scolaires et considéré que cela ne faisait plus parti des urgences ». Enfin, un riverain a soulevé la question du mauuvais état de la passerelle au dessus de la voie ferrée entre les rues Clemenceau et du docteur Delafosse, où il y a un trou. « La passerelle appartient à la SNCF. On l’a signalé à la SNCF qui ne s’occupe que de la sécurité ! Ce n’est pas la ville de faire les travaux ! ». Rappelons que la SNCF a toujours répondu à la ville qui voulait réaménager les abords des voies SNCF, propriété de cette entreprise nationale qu’elle sait très bien rappeler en divers occasions, qu’elle pouvait le faire à ses frais.

  • DERNIERE REUNION PUBLIQUE DE QUARTIER A VANVES (Suite et Fin) : BASSIN, SECURITE ROUTIERE, STATIONNEMENT, PLU…

    Vanves Au Quotidien revient sur cette dernière réunion publique de quartier qui s’est déroulé dans le préau de l’école Larmeroux Mardi dernier. La seconde partie de cette réunion de 2H a été vraiment consacrée à des questions concernant ce quartier des Hauts de Vanves

     

    BASSIN DE RETENTION : Le maire a indiqué que ce bassin avait bien rempli son rôle lors des deux grandes pluies décennales des 12 et 14 Juillet 2010, « car le bassin a joué son rôle de stockage et s’est rempli aux deux tiers. Nous avons pu vérifier en même temps la marge de sécurité et sa capacité de vidange, puisque le temps imparti entre ses deux épisodes pluvieux a été court » a-t-il indiqué en précisant que le bassin est équipé d’un systéme  « qui permet d’affinerla  prévention, avec un systéme d’alarme sur les niveaux d’eaux ». Tout en précisant que « tout cela coûte cher ».

     

    CONSEIL DE QUARTIER : Daniel Barois, président et maire adjoint a indiqué que l’orientation prise par cete instance de concertation est de s’intéresser plus à l’aspect humain que matériel des choses en adhérant au concept de « Voisins Solidaires ».

     

    MUR ANTI BRUIT : Le principe des travaux a été retenu. La Région a débloquée les crédits pour l’étude finale. Il devrait y avoir une phase de concertation, sachant que les foyers concernés seront directement contactés.

     

    AVENUE DE LA PAIX : Une participante a soulevé les problèmes de sécurité dans cette avenue tant des piétons, notamment pour le passage cloutée face au « contrôle-Sécurité » que des cyclistes, notamment à cause de ses camions qui se garent systématiquement sur la piste cyclable chaque matin. « Je demande de sécuriser le carrefour du Clos Montholon depuis longtemps. Il faut un vrai projet complet sur cette voie départementale qui reléve du Conseil Général » a répondu le maire. « Il faudrait mettre un radar, car beaucoup roulent au dessus de 50 km/h » demande un autre participant. « Il faudrait que j’en récupére surtout  un. Mais si on doit en mettre un en priorité, c’est d’abord rue Antoine Fratacci que je l’installerai, puis un second rue Jean Bleuzen, puis avenue de la Paix » a-t-il précisé. « Catherine Margaté a relancé le Conseil Général sur la sécurité du carrefoir du clos Montholon » a alors indiqué Guy Janvier.

     

    RESIDENCE HOTELIERE : « J’ai été étonné par le nombre de résidences de services ? Est-ce que c’est un axe de développement et qu’est-ce que cela peut provoquer ? » a demandé une nouvelle habitante. « Le précédent POS permettait ce genre de projet…qui était attractif sur le plan fiscal et permettait de construire sur une surface plus importante que si cela avait été du logement. Ce qui n’est pas inintéressant car cette formule se situe entre l’hôtel et le logement, mais ces structures n’apportent rien à la commune. Sauf depuis que Vanves est classée zone touristique et que ces établissements versent une taxe de séjour de 1 € par nuit. Comme il y a 500 chambres  ou studios, cela fait 500 € chaque matin de l’année qui tombent dans la caisse communale. Dans le PLU, nous avons exclut ce genre de projet, ce qui ne veut pas dire que l’on n’aura pas d’hôtels » a-t-il indiqué en précisant que le projet de résidence étudiante se fera bien bien à l’angle Diderot/Raymond Marcheron : « J’essaie de  faire signer une convention entre Michelet et cette résidence pour que les étudiants de ce lycée en profitent ».

     

    PLU : « Il ne faut pas s’imaginer où que vous habitiez, cela n’évoluera pas et sera figé, car la ville vie, respire, évolue selon les besoins de la vie  » a prévenu Bernard Gauducheau qui a informé ses interlocuteurs que l’un des secteurs sur lequel il portera son attention après la rue A.Fratacci est l’axe Jean Bleuzen-RaymondMarcheron-Larmeroux, après aboir répondu à une question sur le calendrier du PLU, notamment par un vanvéen qui demandait à partir de quand le PLU s’appliquerait. Après le vote du Conseil Municipal qui devrait intervenir en Juin prochain.  

     

    STATIONNEMENT : Du coup, un participant lui a demandé quelles étaient les orientations de la ville en matière de stationnement ? » - Laurent Lacomére, maire adjoint a fait constater « qu’en faisant payer le stationnement, on libére des place. Et nous pourrons ainsi le faire dans le quartierde la gare de Vanves  et des endroits les plus sensibles. Car c’est une façon de reconquérir notre territoire par rapport aux envahissseurs venuis d’ailleurs garer leurs véhicules ». Ainsi 50% des places de stationnement restent gratuites à Vanves. L’objectif de la ville est de passer totalement au stationnement payant en deux phases. « Nous choisirons les voies qui posent problèmes dans la première phase » a prévenu le maire.

  • VANVES FACE AUX NUISANCES DU PERIPH, DU TRAIN ET DES AVIONS

    Les vanvéens sont victimes de multiples maux dont le principal est le bruit. Bernard Gauducheau a eu l’occasion d’en parler dans ses réunions publiques de quartier. Le 10 Mai dernier sur les nuisances de la voie SNCF qui doivent être atténués grâce à l’installation de mur anti bruit. Mais le dossier traîne à cause de RFF (Réseau Ferré de France). Hier soir  c’était au tour des nuisances du Périph où les riverains ont commencé à voir la différence avec la construction de la couverture entre les portes Brançion et de Vanves, notamment les habitants des immeubles au bout de l’avenue J.Bleuzen. Les couvertures ou écrans acoustiques installés le long de cette voie rapide ont apporté un gain d’environ 7 dB (A), c'est-à-dire que « le bruit paraît deux fois moins fort »

     

    Curieusement, c’est surtout le bruit généré par la circulation automobile et ferroviaire qui gêne les vanvéens. Mais pas par le survol des aéronoefs et hélicoptéres au dessus de nos têtes. Pourtant des vanvéens se plaignent du survol par les hélicoptéres du quartier du Plateau. Une grande étude baptisée Pollunef a été lancée sur les effets de la pollution due au trafic aérien, sur plusieurs villes des Hauts de Seine comme Issy les Moulineaux, mais pas Vanves, curieusement. Les données recueillies auprès des altoséquanais sur leur état de santé (irritations du nez, syndrome respiratoire, troubles de sommeil) tout comme leur degré d’exposition à l’ozone et au dioxyde de carbone grâce à des capteurs,  seront comparés à celles d’habitants des 53  communes situées à moins de 4 km des pistes d’Orly et de Roissy

     

    Selon Airparif, réseau de surveillance de la qualité de l'air en Ile-de-France, la qualité de l'air dans la région reste insatisfaisante pour certains polluants comme les particules PM10. Cinq polluants sont problématiques « à des degrés divers » en Ile-de-France, et ne respectent pas plusieurs réglementations : le dioxyde d'azote, les particules (PM10 et PM2,5), l'ozone et le benzène. Pour le dioxyde d'azote et le PM10, les normes à respecter, aussi bien « loin du trafic » que le « long du trafic » sont systématiquement dépassées. Pour ce dernier, « environ 3,4 millions de Franciliens (dont plus de neuf Parisiens sur dix) sont potentiellement concernés par ce dépassement, sur une superficie cumulée d'environ 270 km² ». Concernant le PM2,5 : « La valeur cible française fixée par la loi Grenelle1 et le Plan national santé environnement 2 (15 µg/m3) est largement dépassée dans toute la région et concerne potentiellement l'ensemble des 11,7 millions de Franciliens ». Airparif souligne aussi une hausse des émissions d'ozone sur un an. Toutefois, seulement 8 jours de dépassement ont été recensés dans l'agglomération, faisant de 2009 l'une des années les plus « faibles de l'historique » avec 2007 et 2008.

    Les émissions de benzène, causées principalement par les motorisations à essence, diminuent légèrement mais restent toujours problématiques. A proximité du trafic routier, les normes ne sont pas respectées. Environ un million de Franciliens sont exposés à ce polluant. A contrario, « d'autres polluants, problématiques dans le passé, respectent les exigences réglementaires depuis plusieurs années (dioxyde de soufre, plomb, monoxyde de carbone...) ». Globalement Airparif fait état d'une qualité de l'air « insatisfaisante » : Si 2008 a été une année plutôt « favorable » à la dispersion des polluants, grâce à la météo,  2009 s'affiche plutôt comme une année « normale » conclut il.