Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

unc vanves

  • DECES DE SERGE BAUVILLE : UN DGS DE MAIRIE DE VANVES A L’ANCIENNE

    Serge Bauville, secrétaire général de la Mairie de Vanves (sur la photo lors d’une élection du Conseil Municipal) p endant 8 ans, est décédé dans la nuit du 3 au 4 Mars, à l'âge de 85 ans. Il a été enterré à Vanves Jeudi dernier au cimetière de Vanves après une cérémonie à l’église Saint Remy célébré par le pére Curé Auville. Il avait succédé à M.Pascal lors du mandat de Gérard Orillard à l’initiative de  Didier Morin, qui s’en est séparé durant son court mandat pour désaccords. Il l’avait fait venir de Levallois où il a été secrétaire général de mairie  (dénommé maintenant directeur général des Services) pendant les premières années de Patrick Balkany après sa victoire en 1983 contre le maire communiste Parfait Jans, après avoir occupé ce poste à la ville de Villeneuve la Garenne alors que Roger Prévost en était le maire, personnalité incontournable à l’époque du Département des Hauts de Seine.

    C’était un DGS à l’ancienne mode comme on n’en fait plus, bras armé du maire, sur le plan administratif mais aussi politique, n’hésitant pas à être sur le terrain, à prendre des initiatives, hyper actif, obstiné. Il n’était en aucune sorte le banal exécutant des décisions du Maire et de son équipe, à la tête à l’époque d’une entreprise maire de 360 agents communaux. «Mon rôle est de faire fonctionner tous les rouages de l’administration avec un maximum d’efficacité : Mobiliser les cadres, tout enveillant à ce que les affaires traitées par tous ces services aboutissent plus rapidement que dans l’administration centrale. Il ne faut pas oublier que nous cotoyons le « client » des services publics locaux quotidiennement» expliquait il en ayant quelque peu bousculé les services de cette mairie qui ronronnaient.

    Il ne comptait pas son temps :  Il était à son bureau aux aurores, dés 6H du matin, parcourait la ville pour signaler ce qui n’allait pas, payant de sa personne, jusqu’à tard le soir. Beaucoup de communaux retraités, d’élus peuvent en témoigner comme Jean Louis Lelarge maire ex-adjoint qui était dans son bureau pratiquement tous les matins au chant du cocq afin d’organiser de multiples événements avec l’ensemble des services municipaux. Il a été le maître d’œuvre de ces fameux carnavals dont certains vanvéens se souviennnent grâce à ces liens avec Nogent sur Marne et Levallois avec lesquels Vanves se partageaient les chars à tour de rôle en Juin, confectionnés dans leurs ateliers municipaux grâce à du matériaux recyclés. Mais aussi de l’exposition consacrée au Général de Gaulle pour le 30e anniversaire de sa disparition en ayant fait venir le fameux char qui avait transporté son cercueil à Colombey les Deux Eglises le 9 Novembre 1969, exposé sur le parvis de la mairie pendant uine dizaine de jours, en ayant mobilisé des agents communaux pour le surveiller

    JL Lelarge se souvient de « son caractère joyeux, sa présence et son soutien pour la réussite de toutes les manifestations de la ville ». Membre de l’UNC, il avait fait l’Algérie, soutenu l’amicale des Pieds Noirs de Vanves alors présidée par Rolande Rivail, maire adjoint aux affaires sociales,  et suscité des échanges haut en couleur avec sa consoeur levalloisienne. Beaucoup de communaux parlent d’un homme qui tenait à cœur à bien faire son travail, au service du public, avec une haute idée de ce service public, et mettaient en avant ses qualités humaines.

  • PAUL GUILLAUD PRESIDENT DE L’UNC VANVES : POUR NE PAS OUBLIER

    Paul GUILLAUD, président de la section locale UNC Vanves (sur la photo à gauche)  Union  Nationale  des Combattants née dans les jours qui ont suivi l’armistice du 11 novembre 1918, et dont la section de Vanves a été officialisée le 12 octobre 1924, remercie tous les Vanvéens qui ont participé aux cérémonies d’hommage au centenaire de l’armistice de 1918, et qui, par leur présence, derrière dix drapeaux, malgré les conditions météorologiques, ont permis une commémoration digne de l’héritage que nous devons aux poilus de 14-18 et à tous nos morts pour la France y compris en OPEX depuis 1963.

    Paul GUILLAUD, au nom de l’UNC Vanves, remercie également tous les services municipaux qui ont œuvré pour la qualité de ces cérémonies, service du protocole, services techniques, police municipale, pour que, en présence de nos autorités, des représentants des cultes, et avec la participation de nombreux jeunes élèves de Vanves, se déroule dans les meilleures conditions cette matinée de recueillement et de souvenir.

    Paul GUILLAUD remercie particulièrement les trois jeunes élèves qui ont porté des drapeaux dont celui des « fils et filles des anciens combattants de Vanves », quel symbole….,.ainsi que le porteur la Flamme  pour le Souvenir Français.

    Le 11 Novembre 1918 marque la fin de quatre années de commémorations de la Grande Guerre,

    En 1918 nous fêtions la victoire, en 2018 nous célébrons la paix.

    Pour ne pas oublier !

  • LE CENTENAIRE DU 11 NOVEMBRE A VANVES (4): CE QU'AURAIT DIT LE PRESIDENT DE L’UNC POUR SES 100 ANS

    Paul Guillaud, président de l'UNC Vanves  qui a conseillé le service du protocole pour une bonne tenue des cérémonies, et veillé durant celles-ci à leur bon déroulement, avec Michel Judde, ex-président du CLAP (Comité Local des Associations patriotiques)  aurait bien voulu dire un mot pour le centenaire de l’armistice et de l’Union Nationale des Combattants créé dans la foulée par Clémenceau et le pére Brottier : «Nous rendons hommage aux millions de poilus, à tous les soldats alliés et à ceux qui les commandaient. Cent ans nous séparent de ces hommes et femmes ayant vécu quatre années de guerre, de privations. Les sacrifices de nos anciens nous rappellent qu’il nous faut demeurer, unis, …. comme ils l’ont été au front… « Unis comme au Front » devise de l’UNC, (Union Nationale des Combattants), qui est née quelques jours après l’armistice. « Unis comme nos pères » …formule inscrite sur un drapeau vanvéen présent ce 11 Novembre  et porté par un jeune. Quel beau signe pour l’avenir» aurait il expliqué.

    « Commémorer le 11 novembre 1918, c’est espérer un avenir où jamais plus personne n’aura à endurer ce qu’ont vécu nos ainés. En 1918, et plus encore en 1945, nous avons partagé la victoire avec d'autres nations, quelquefois plus puissantes que nous. A présent, la France, comme de nombreux autres pays, est engagée, sur son territoire, dans une « guerre » qui ignore tous les principes humanitaires pour s'attaquer à des êtres sans défense. La France n'est pas seule dans ce combat, mais elle ne peut compter que sur elle pour faire régner la paix sur son sol. Face à cet ennemi qui espère nous soumettre par la terreur et nous imposer son idéologie totalitaire, affirmons les qualités qui ont permis à notre pays de vaincre en 1918 » aurait il ajouté en citant le Général de Gaulle  « Commémorer c’est se souvenir, et se souvenir c’est d’abord se rappeler ceux qui sont tombés, en uniforme et au combat, pour notre liberté et la République. Ne pas comprendre une telle chose … C’est ignorer ce que signifie le mot de Patrie »