Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

tout va mieux

  • REACTION DE BERNARD GAUDUCHEAU : NON VANVES NE JOUE PAS A LA BELLE ENDORMIE. SA POPULATION , SON COMMERCE…. SE RENOUVELENT

    Bernard Gauducheau, maire de Vanves a réagit à l’article publié le mardi 3 Janvier 2017  dans le blog évoquant Vanves, « la belle endormie »  

    « Permettez-moi tout d’abord de réfuter les propos qui m’ont été, semble-t-il, attribués et consistant à me faire dire, je cite : « je n’y peux rien ».

    Je crois bien au contraire, avec mon équipe d’élus et de fonctionnaires, que nous avons fait la preuve, au cours de ce mandat comme des précédents, de notre sens des responsabilités et denotre ténacité.

    Loin de ne pouvoir « rien n’y faire », nous avons toujours fait la démonstration de notre détermination à rendre plus agréable la vie quotidienne des Vanvéens et à résoudre les problèmes lorsqu’ils se présentent ; y compris lorsque les solutions ne dépendent pas que des prérogatives ou des pouvoirs du Maire.

    Pour ma part, déterminé je suis et déterminé je reste à préserver et à améliorer la qualité de vie de Vanvéens en usant de tous les moyens à ma disposition.

    Sur la question plus précise de l’activité commerçante à Vanves, je tiens la encore à nuancer vos propos.

    S’il est exact de dire que l’activité commerçante s’est réduite durant la trêve des confiseurs, les raisons ne sont pas à imputer à une tendance de fond qui traduirait un déclin du commerce dans notre commune, mais bien plus, je le crois, à une situation propre à la période des vacances scolaires de Noël et du Nouvel An.

    D’autre part, la fermeture de deux commerces (le Tout Va Mieux et le Pavillon Bleu), Place de la République, n’est je l’espère que transitoire et en instance de trouver de nouveaux gérants prêts à rejoindre les artisans et commerçants de la Place et de ses abords.

    Cette situation est renforcée par une réalité à Vanves : celle d’un renouvellement important de population, plus jeune, plus mobile et ayant des habitudes de consommation différentes de ce que nous avons pu connaitre il y a encore quelques années. Il en est ainsi pour la presse, dont les supports évoluent vers le numérique.

    Pour autant, la municipalité considère comme essentiel le maintien et le développement d’un commerce de proximité riche et diversifié, où se construit et s’entretient le lien social indispensable au bien vivre ensemble.

    UNE MUTATION  

    « Au-delà des discours défaitistes habituels, nous devons faire le constat d’une mutation du secteur économique dans nos villes. A Vanves, à l’exception de situations particulièrement symboliques et finalement peu représentatives, le commerce évolue et se transforme. Les commerces sont repris par une nouvelle génération de gérants dynamiques, motivés et ambitieux.

    Les idées et concepts originaux ne manquent pas et l’offre de commerces à Vanves tire son épingle du jeu malgré sa proximité directe avec Paris, ou d’autres villes ayant une activité commerçante traditionnellement plus forte.

    Nous travaillons en étroite collaboration avec les acteurs économiques locaux pour proposer aux Vanvéens une offre commerciale nouvelle. Assemblées générales des commerçants, cafés commerçants, Conseil Consultatif du Commerce Local… Les rendez-vous avec le monde économique se sont multipliés, permettant un dialogue continu et des résultats positifs.

    Ainsi,le recensement en 2016 de 276 entreprises artisanales dont près de 180 commerçants sur le territoire de notre commune, mais aussi 15 créations et reprises de commerces et d’entreprises et de nombreuses nouvelles ouvertures depuis 2015, en sont la preuve tangible.

    Les exemples ne manquent pas : la création d’une salle de sports, « l’Orange Bleue », les rénovations de l’Intermarché et du Franprix, ou encore la reprise du restaurant « Les Platanes ».

    DES NOUVEAUTES

    « En 2016 Vanves a également vu s’installer au square du métro le food-truck « En bullant », la boulangerie « Audrey » près de la gare, « Maxi Viande »rue Auguste Comte qui propose désormais des produits issus de coopératives agricoles.« Macarons de Folie » s’est agrandigrâce à son développement dans d’autres communes de France et à l’étranger. Vanves exporte ses talents : c’est une fierté !

    L’ouverture d’un point presse sur le quartier du Plateau est également à l’étude.

    Le Marché se modernise lui aussi, avec la création programmée d’une place de restauration qui offrira un lieu de partage et d’échange entre commerçants et consommateurs. Aujourd’hui, 45 commerçants s’investissent dans le Marché couvert du centre St Rémy.

    L’action municipale ne se limite d’ailleurs pas au secteur économique et commercial strict. La modernisation des espaces publics et la création de logements sont nécessairement bénéfiques à nos commerçants et à nos artisans.

    Ainsi, je crois que nous avons beaucoup de raisons d’être optimistes et positifs. Tout n’est pas parfait, nous en avons conscience, mais nous sommes déterminés, engagés et décidés à assurer à tous les Vanvéens un cadre de vie d’une grande qualité et à faire les efforts nécessaires pour avancer et combattre la critique facile de ceux qui observent mais ne s’engagent pas.

    Je considère qu’aimer sa ville c’est aussi être constructif et force de proposition, c’est mettre en lumière toutes les réussites, des plus petites aux plus visibles. Pour 2017, je formule le vœu que chaque Vanvéen, à son niveau, contribue activement à valoriser l’image de notre belle et agréable ville, dans l’intérêt de tous »

  • LE BAROMETRE DE VANVES DE FEVRIER/MARS 2013

    Dorénavant, vous retrouverez régulièrement le barométre de Vanves au Quotidien qui fera le bilan du mois passé en relevant les tops et les flops, les personnalités ou les actions  vanvéennes en hausse ou en baisse

     

     

    EN HAUSSE

     

    SYNDICAT D’INITIATIVE : Le week-end à Venise du Syndicat d’initiative à la mi-février aurait pu mal se terminer sans le professionnalisme de sa directrice, Marie Christine Makenda. Une cinquantaine de Vanvéens ont pu découvrir Venise et son carnaval, ses canaux et ses ruelles remplis de venitiens et d’étrangers habillés et déguisés dans des costumes et vêtements très riches pendant tout un week, visiter le café Florian, l’hôtel Danieli, une confection de masques, se promener à Murano et Burano…et même se déguiser comme Jacques Landois en Casanova. Mais voilà, arrivé à Padoue pour reprendre l’avion lundi après midi, 10 cm de neige, et tous les vols suspendus. D’autant plus que l’avion de Lady Gaga s’était scrashé la veille. Le groupe de de vanvéens a passé finalement la nuit dans l’aéroport, Marie Christine Makenda s’étant démenée jusqu’à 2/3H du matin pour essayer d’avoir au moins un hôtel, mais sans succés. Heureusement, tout le monde est resté de bonne humeur, grâce au professionnalisme l’animatrice de ce voyage.

     

    COMMISSAIRE : Camille Chaize, commissaire de police de Vanves a rejoint le ministére de l’intérieur depuis une semaine. Elle serait chargée des relations institutionnelles au bureau de la communication de ce ministére. Elle a d’ailleurs organisée un petit déjeuner d’en-revoir la semaine précédent son départ avec les maires de Vanves et de Malakoff, Bernard Gauducheau et Catherine Margaté, une élue de l’opposition, Valérie Mathey (PS), des chefs de services dont le directeur des sports, parce que les policiers de Vanves ont leurs entrées à la piscine, et des responsables de la circonsciption et du district. Rappelons qu’elle était sortie Major de l’Ecole de Police et qu’elle avait gérée, en tant que chargée de mission à la Cellule de Gestion des Risques, la crise du chikungunya à la Réunion.   

     

    MICHELET : Le collège Michelet à Vanves a remporte le Trophée Triethic-Top Métier 2013 pour sa collecte de près de 2 tonnes de papier à recycler qui lui a été remis le 21 Février dernier par Patrick Devedjian, président du Conseil Général des Hauts de seine au forum Top Métier Hauts de Seine. Ce prix récompense le plus grand collecteur de papiers blancs et imprimés à recycler. Triethic est une entreprise d’insertion qui collecte et recycle gratuitement papiers, stylos, piles etcartouches dans les entreprises et les administrations. Une fois collectés, les produits sont pesés puis triés pour être vendus aux usines de recyclage qui l’utilisent comme matière première. L’idée est de rendre accessible à tous des produits écologiques et d’offrir aux entreprises la possibilité de s’ouvrir au développement durable. La mise en place du mobilier de collecte, la collecte et le recyclage sont gratuits.

     

    GRAND PARIS EXPRESS : Vanves aura bien sa gare et son super métro express, contrairement à ce qu’écrive certains blogs (qui n’y connaissent rien), puisque Jean-Marc Ayrault a confirmé ce qu’avait annoncé les médias ses derniers jours : La rocade la plus proche de Paris, dénommée ligne Rouge et baptisée ligne 15, qui a fait l’objet pour sa partie sud d’une concertation, sera réalisé en priorité : Pont de Sévres-Noisy Champs d’ici 2020 où l’une des gares se trouve à Vanves, au Clos Montholon,  Nanterre Saint Denis Pleyel via la Défense d’ici  2025, et d’ici  Rosny-Champigny pour 2030). Par contre, la mauvaise nouvelle est que pour permettre aux collectivités locales d’honorer leur contribution au « nouveau Grand Paris », le gouvernement envisagerait une augmentation à 35 € des amendes de stationnement contre 17 € aujourd’hui.

     

    EN BAISSE

     

    SECURITE : C’est vraiment la « cata » depuis ce début d’année, avec l’augmentation des vols et des cambriolages en 2012 comme dans tout le reste de la Région. Halls occupés, trafics de drogue, poubelles incendiés des immeubles sociaux, tant rue de Châtillon que Jean Baptiste Potin, où les locataires ne sont pas très coopératifs pour permettre à la police d’intervenir par crainte de représailles comme l’ont constaté le maire et la commissaire de police lors de réunions avec les résidents. Et même le Plateau a été touchée avec des incendies de véhicules dans des parkings et même dans des immeubles. Le BSPP (Brigade de sapeurs Pompiers de Paris), a même constaté lors de ses interventions, que des accés pompiers ou sorties de secours étaient bloqués, ce qui fait désordre. Ces derniers jours, une bande s’en prit une nouvelle fois au bâtiment du Logement Francilien de la rue de Châtillon, mais cette fois-ci les habitants ont appelé le 17,  sans réaction de la police, qui a envoyé un véhicule plus tard vers 4H du matin et qui est repartit aussitôt...sans interventions?. Cette même bande s’en est pris à un hall des immeubles de l’avenue Jean Jaurés sur le Plateau la même soirée, mais là les habitants auraient réagis.  

     

    COMMISSARIAT : L’UNSA Police, syndicat rapporte sur son site "unsapolice-grandparis.fr" un dialoguie intéressant entre l’ex-commissaire de police et ses représentants datant de fin Décembre 2012 qui explique clairement ce dont souffe le commissariat de Vanves : manque de moyens et d’effectifs. Et notamment du parc autmobile de Vanves  sur lequelle Camille Chaize déclarait : « Il y a eu beaucoup de casse et la situation du parc pose soucis. Nous ne pouvons pas chager le véhicule de la BAC sous kilométré, et actuellement la BSQ et la BAQC s’échange la même voiture en prenant en compte les horaires de prise de service. En cas de casse, je ne fais aucune demande de sanction ; Concerrnant un accident important récent mettant en cause un véhicile de chez nous, un avertissement a été donné par la direction et cela à l’initiative de la direction. Ce collégue n’aura aucun report de titularisation ». Edifiant

     

    AGENDA 21 : Alors qu’un débat sur la transition énergétique et écologique se déroule en France et devrait conduire à un projet de loi de programmation en octobre 2013, qu’il est déjà bien entamé en Ile de France, Vanves donne l’impression de traîner les pieds comme s’en est offusqué ses derniers temps Claire Papy conseillére municipale et communautaire EELV. « Après lancé le 14 Novembre 2012 son Agenda 21 et son plan Climat Energie, plus rien : Un comité consultatif du développement durable fantôme, deux élus chargé de ce dossier (Bertrand Voisine et Julien Gazel) aux abonnés absents » contaste t-elle . « Ceci s'explique, nous dit-on, par une longue vacance de poste à la fonction de chargé de mission Energie et Développement durable. A quoi servent donc les deux élus de la majorité en charge du développement durable. Et notre maire n'est-il pas, à GPSO, vice-président pour le développement durable, l'environnement, la politique de la ville et l'élimination/valorisation des déchets ? » ajoute t-elle. Mais pas de réunion du  comité consultatif qui compterait 109 membres. Sauf une semaine du développement durable annoncé dans V.I. de Mars, organisé surtout avec GPSO 

      

    BUVETTE  : Finalement, il  n’y aura pas de seconde buvette au marché comme l’avait laissé entendre la rumeur ( ?) fondée malgré tout puisque la Commission du Marché avait été saisi d’une candidature sur lequel elle a débattu. Mais le maire aurait rendu son arbitrage. Heureusement, car la rumeur (toujours elle) parlait du fils du patron du Tout Va Mieux qui était sur les rangs. Ce qui aurait pu paraître très osé dans la mesure où ce tout nouveau restaurant bénéficie d’une très  grande sollicitude, qui peut se comprendre mais tout de même, pour un nouveau commerce qui s’installe à Vanves, de la part des autorités municipales. Ce qui n’empêche, que certains vanvéens ont pu constater que ce restaurateur avait annoncé sa dernière soirée corse sur les panneaux municipaux. Ce qui peut paraître bizarre. Ce qui n’a pas échappé à certains de ses concurrents qui l’ont fait savoir en haut lieu et ontdemandé de bénéficier de ce même privilége, dans un souci d’égalité.

  • LE CENTRE ANCIEN DE VANVES AU RYTHME DES OUVERTURES ET DES PROJETS

    Bernard Gauducheau a profité des deux réunions publiques de quartier, cette semaine, pour rappeler que les temps sont durs. « Mais ce n’est pas une raison pour aller camper devant l’assemblée national comme le maire de Sevran pour repartir avec 5 M€. Je voudrais bien que l’on nous dise comment Sevran est géré. On n’a qu’à faire comme lui ! Ce n’est pas des façons. Et ce serait trop facile ! »a-t-il tonné. Il a expliqué « qu’on ne peut pas se permettre de faire des choses luxueuses durant cette période » à la suite d’une question notamment sur le square Jarrousse où « la ville travaille sur un projet de réaménagement raisonnnable »

     

    A L’hôtel de ville, l’assemblée était plus clairsemé mercredi soir pour le quartier du Centre Ancien-Saint Remy. Mais cela a démarré sur une questions très politique et d’actualité (comme il les apprécie) : les rythmes scolaires. Un parent d’éléve a fait part de ses inquiétudes sur les changements prévus. « Vous avez raison de vous soucier des différentes annonces faites ses derniers temps. On n’est pas sûr de grand-chose. Il y aura des changements. Mais nous sommes incapable de vous dire ce qu’il en sera. Nous attendons les directives du ministre de l’Education Nationale qui est prévu pour le début 2013. On ne sait pas du tout quel choix sera fait ! En 2013 ?  En 2014 ? Il y a une tendance des villes à penser 2014 serait mieux approprié. Mais on ne va pas attendre de savoiur quand. Nos services y travaillent avec l’inspectrice,  sur plusieurs hypothéses : Mercredi ou Samedi. La majorité va vers le mercredi matin. Mais nous ferons une consultation avant de prendre une décision » a répondu Marie Françoise Goloubtzoff, maire adjoint chargée des écoles.

     

    « Les décisions sont surtout d’ordre financières. Avec l’Etat je ne me fais pas d’illusions. Il nous invite au restaurant. Mais on paye la note » a répondu de son côté Bernard Gauducheau. « Nous en sommes à 500 000 € pour une année, c'est-à-dire 4 points d’impôts. Ce qui fait réfléchir. Et nous n’allons pas nous précipiter et attendre 2014. Je voudrais que l’on nous dise quel systéme l’on prend et que l’on s’y tienne au lieu de changer à chaque ministre » a-t-il expliqué en revenant sur un sujet qu’il connaît parfaitement bien : « 100 personnes s’occupent des enfants et des jeunes dans les centres de loisirs. Des animateurs considérés comme des professionnels  qui prennent en charge les enfants plus longtemps maintenant que les enseignants. Des personnes sur lesquels on doit être exigeant. Et on ne parle pas d’eux. Il y a encore une dimension qui n’a pas été prise en compte avec ses animateurs ».

     

    Un riverain s’est plaint du chabngement de l’emplacement livraison devant Franprix qui créé des soucis avec des camions qui bloquent la rue car il est occupé par des véhicules qui ne devraient pas stationner là. Un autre se plaint que le bus rue de la République soit obligé d’occuper toute la chausée pour tourner au niveau du magasin Bio… .Le maire a reconnu « que la circulation est problématique depuis toujours dans cette rue. Nous avons installer des dispositifs nouveaux pour ralentir la vitesse des véhicules ». Mais il a surtout avoué « que l’on a imaginé ce secteur pour le mettre un jour en zone piétonne. Si je l’avais fait à l’époque, et encore aujourd’hui, j’aurais une pétition contre cette idée. Alors j’attends que ls gens me le demandent. Ce qui ne manquera pas de se faire, car on commence à y être très sensibilisé ». Et de donner l’exemple de la rue Mansart désormais bloqué au « circuit malin » et dangereux pour les riverains.

     

    Il a annnoncé l’installation d’une caméra de vidéosurveillance au carrefour Vieille Forge/République/Dardenne, alors que beaucoup de riverains se plaignent de ses jeunes qui traînent devant le café et l’entrée du nouvel immeuble. « Elle devrait avoir un effet disuassif. Mais on n’a pas envie que tout soit filmé dans notre ville. On table sur un effet disuassif qui suffit à régler quelques problèmes et à retrouver quelques auteurs de délits par la police nationale ». Ainsi que la construction d’un immeuble de 20 logements à l’emplacement du garage Renault qui fait face à la Maison Relais Simon de Cyréne. Il a confirmé l’ouverture d’une crêperie à l’emplacement du Bistroquet et l’arrivée de la boulangerie de Michel Galoyer rue Raymond Marcheron en expliquant que le retrait du CIC avait failli faire capoter l’opération, Cogedim ayant persuadé l’investisseur dans ses deux locaux cmmerciaux de garder la boulangerie : « C’est du PAUL en mieux. Il a déjà ouvert une boulangerie à Boulogne, une autre à Sévres et deux à Paris » a-t-il indiqué en se réjouissant « d’avoir pu au bout de 10 ans, boucler la place de la République » avec le Tout Va mieux et le magasin Bio. « Le Secours Catholique a déposé son permis de construire qui permettra l’extension du Rosier Rouge où le Libre Service Social devrait s’installer » a t-il annoncé en rappelant que « le projet initial avait été réduit pour mieux s’insérer dans l’environnement après des négociations avec les riverains ».