Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

intermarché

  • RUE MARCHERON A VANVES : PROBLEMES D’ALIGNEMENT, DE CIRCULATION, DE NUISANCES

    Il a été beaucoup questions de rue, de circulation, de vélo, de piétion,  de trottoir, d’alignement durant cette troisième réunion publique de quartier consacré au Centre ancien-Saint Remy lundi soir, mais surtout à ce secteur autour de la rue Marcheron entre la place de l’Insurrection et le commissariat où les travaux de construction d’un immeuble à la place du garage devraient commencer, alors que les premiers habitants de la résidence NIWA commence à s’installer côté rue Aristide Briand qui sera requalifié par GPSO entre les rues René Coche et Diderot.

    La présentation de la ligne de bus 59 entre la gare de Clamart et la porte de Clichy qui passera par Larmeroux-Raymond Marcheron a ouvert les échanges. «Mais la circulation rue R .Marcheron va être épouvantable» remarquait un participant. «On travaille à encourager à utiliser moins les véhicules, plus les transports en commun, les vélos, l’autopartage…avec des projets comme le Grand Paris Express, cette nouvelle ligne de métro» indiquait Bernard Gauducheau  « Et la navette ?» s’interrogeait un  autre participant : «Elle coûte chére et ne rapporte rien. On  réfléchit à un transport à la demande» indique t-il. «Et le plan vélo ? alors que la pratique s’étend !» demande un troisiéme : « On a pris des initiatives. Un groupe de travail a été constitué. Des propositions ont été faîtes : piste cyclable sécurisé, parking à vélo, mais aussi local à vélo dans les immeubles, obligatoire, et c’est inscrit dans le PLU,  pour les nouvelles constructions, avec des bornes électriques pour les VAE (vélo à assistance électrique) » a-t-il indiqué. Un quatriéme se plaint d’une difficile cohabitation entre piétons et cyclistes qui roulent sur les trottoirs : «On essaie de résoudre ces  problèmes, de protéger les piétons, en développant une reconquête de l’espace public où il n’y a plus de cabines téléphoniques, de panneaux d’affichage. Il faut travailler sur le civisme et les bonnes pratiques entre les deux roues »

    C’est à ce moment que des riverains du projet de construction d’un immeuble par Boyugues Immobilier à l’emplacement de deux pavillons ont posé la question de son alignement sur les autres habitations, afin d’améliorer la circulation des piétons sur ce trottoir étroit. «Cette voie appartient au département. J’ai donné un avis pour améliorer ces conditions de passage des piétons » a-t-il indiqué en précisant que la ville ne s’est pas opposé au déclassement d’une partie du terrain (qui permet cet alignement) en laissant entendre  que tout défend du département. «Si on peut trouver une solution pour améliorer la circulation des piétons, je le ferai. Et si cette voie départementale était rétrocédée à la commune je la requalifierai. Mais j’ai un désaccord avec le département sur ce point par rapport aux coûts des travaux !». Un riverain insiste tout de même : « Pourquoi n’y a-t-il pas alignement ? » - « Je vais regarder cela de très prés ! ». Un autrre riverain s’inquiéte du projet de supérette bio au rez-de-chaissée avec ses poubelles, son aire de livraison : «Le projet envisagé par Intermarché ne se fera pas. On s’oriente vers une activité qui ne générera pas les mêmes nuisances ». Du coup les échanges se sont orientés vers les nuisances de l’activité d’Intermarché avec ces camions de livraisons qui arrivent dés 5H30 du matin, et ses cartons et cageots sur les trottoirs.

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    PLATEAU : Beaucoup de questions devraient être évoquées ce soir par le maire sur ce quartier du Plateau dont il a donné un avant-goût dans ses derniers échanges avec l’association « Agir Pour le Plateau » : Pas de caméra de vidéosurveillance au niveau du porche « Louis Vicat », mais « un panneau avertissant les éventuels contrevenants des sanctions encourues par des dépôts sauvages (très dissuassifs) et de multiplier les contrôles sur site (aux heures de bureau) afin de procéder, le cas échéant ( ?) aux verbalisations prévues par la réglementation  (par qui ?) ». Pas de dépôt de presse ( ?) pour l’instant même si la manager du commerce y travaille activement, le maire déplorant « une situation qui malheureusement est aujourd’hui liée à des causes structurelles en rapport avec une baisse importante du lectorat et la place toujours plus importantes des supports numériques ». Enfin s’agissant du projet d’aménagement de la rue Jean Bleuzen, et de la proposition d’une commission du CESEV (Conseil Economique, Social, Environnemental de Vanves) de la mise en sens unique d’une partie de cette voie avec la création de deux bandes cyclables de part et d’autre de la voie automobile, il n’en est pas question  « pour des raisons financières et pour les risques d’une désorganisation de toute le circulation dans le secteur ». Des questions devraient sûrement être posées sur les Papillons de Cayla (photo du célébre Doisneau parue dans le Vanves Infos de Mai 1984) recouverts de tags, le skate Park et le centre socio-culturel Albert Gazier

    INSECURITE : Le Carrefour de l’Insurrection a été le théâtre de deux faits divers ses derniers jours qui démontrent la nécéssité d'une police municipale 24H sur 24 à Vanves. Tout d’abord une élue de la République de Vanves a été agressée au distributeur automatique du bureau de poste situé à l’extérieur, par trois jeunes individus, qui lui ont volé l’argent qu’elle retirait. Et de n’est pas la première fois que des vanvéens se font agresser en retirant de l’argent à ce distributeur, démontrant que c’est devenu une des zones les plus à risques pour la sécurité des personnes à Vanves. Ensuite un braquage hier matin d’Intermarché par des individus, ce qui a provoqué bien sûr sa fermeture   

    EXPOGRAPH VANVES : « Temps trés lourd, samedi aprés midi à Vanves, nos joueurs aussi  étaient trés lourds..! Une victoire 2/0,sans saveur,mais qui assure l'essentiel: la deuxiéme place en compagnie d'Orange et de Chambourcy ,sévérement battu sur ses terres par Nike,qui fera un beau champion cette année..Deux matches encore   gagner pour prendre la seconde place définitivement en DH d'Ile de France,et rester ainsi l'un des clubs Phare de la région capitale.La fin du championnat sera passionnante » selon Jean Royer le coach. « Visiblement, nos joueurs pensent déjà la finale du 18 juin et s'économisent mais la semaine prochaine sur le terrain d'ASCAIR,il faudra faire le travail et gagner encore. A noter la trés bonne prestation de notre jeune gardien Carlos dont s'était le premier match.Deux joueurs sont  également sortis du lot : François et Himed, sobre mais trés efficace. Par contre, mauvais résultat de la réserve accrochée,0/0,sur le terrain synthétique par une équipe de l'apsap pourtant motivée. Nous risquons de le payer trés cher si  les  équipes premiéres doivent  trés départagées par le classement de leur réserve. ! »

     

     

  • SECTION RUGBY DU STADE DE VANVES UN AN APRES SA CREATION : L’EQUIPE DES SERVALS AU CENTRE DE LA POLEMIQUE ?

    La période pré-électorale ne touche pas que nos politiques, mais aussi les associations de Vanves. Depuis quelques mois, au stade de Vanves, tout est prétexte à polémiques, jusqu’au plus futiles, c'est-à-dire la dénomination d’une nouvelle section – de golf  - et même la constitution d’une équipe (rugby) mais pas d’un club Elitre (Natation) financées par des sponsorts et non par le stade de vanves, comme l’ont assurée leurs responsables. Mais encore faut il qu’ils soient entendus. La section rugby vient d’en faire les frais….tout simplement parce que personne n’écoute l’autre, lit mal ou pas du tout, et personne ne s’entend. Occasion de faire le point sur cette section un an après sa création, où ses dirigeants sont très clairs dans leur esprit   

    Vanves au Quotidien - Que devient la section rugby du Stade de Vanves créée officiellement voilà un an ?

    Laurent Cazenave-Lacroutz : La section rugby comprend une trentaine de membres. L’effectif a été partiellement renouvelé en raison du départ de nombreux prépas de Michelet qui ont intégré diverses écoles d’ingénieurs en province. De nouveaux éléments de bon niveau sont arrivés tout comme de jeunes adultes et adolescents souhaitant découvrir le rugby et faire des matchs. Pour garder une cotisation basse, nous avons cherché des mécènes, et certains ont répondu présent comme par exemple le restaurant l’Amandine.

    VAQ- Pourquoi une équipe de rugby distincte du Stade de Vanves mais associée à la Section ?

    L.C.L. : « En effet, pour pouvoir participer à une compétition organisée par la FFSE, nous avons constitué l’association des Servals Rugby qui vise uniquement à faire du rugby en compétition. Mais elle n’est associée à la Section du Stade de Vanves qu’à travers les joueurs et les dirigeants. Aucun rapport, ni hiérarchique, ni financier n’existe entre les deux.Les raisons en sont simples: l’inscription au championnat FFSE devant être effectuée avant la fin du mois d’août, le fait que le secrétariat du Stade était en vacances était de nature à empêcher toute inscription à temps. De plus, après recherche de sponsors et de mécènes, il s’est avéré qu’un sponsor intéressé ne pouvait être associé à la section rugby (certains sponsors du Stade de Vanves étant en concurrence avec eux). Il fallait donc créer une association distincte pour pouvoir récolter ces fonds qui permettent de financer en partie les frais liés à la compétition.

    VAQ Pourquoi cette dénomination des Servals qui fait penser au nom de l’opération de l’armée française au Mali ?

    L.C.L.  « Le nom de Serval a été choisi pour différentes raisons mais oui, c’est l’opération française au Mali qui nous a fait connaître ce félin.

    VAQ -Est-ce cette équipe qui vous fait pratiquer le rugby à XV ?  

    L.C.L. : « Cette équipe pratique en effet le rugby à XV en compétition. Pour l’instant en dehors de Vanves puisque les terrains vanvéens ne disposent pas de poteaux mais, un projet d’installation de poteaux modulables est à l’étude. Cela ne se ferait qu’à la condition sine qua non que les autres utilisateurs des terrains (notamment section foot et athlétisme) ne soient pas gênés par ceux-ci.

    VAQ - En quoi consiste  cette compétition organisée par la FFSE – Challenge Ile de France (IDF) -  qui regroupe une soixantaine d’équipes en Ile de France ?  

    L.C.L. : « Le challenge IDF est une compétition constituée de 4 divisions (avec, en tant que 1ère division, un groupe de 14 équipes appelé Top 14) où s’affronte donc une soixantaine d’équipes issues de la région Ile de France. On y retrouve des équipes constituées d’anciens camarades de fac, d’école ou de lycée, des équipes d’entreprise ou bien encore des équipes municipales telles le Racing Club de Montrouge. Contrairement au championnat Folklo, les joueurs sont jeunes (entre 20 et 35 ans) et le niveau assez important notamment en “top 14” où les meilleures équipes doivent avoir un niveau  s’approchant de la fédérale 2. Nous sommes actuellement en phase de brassage où nous avons pu déjà affronter l’équipe du Rc Océan, l’équipe de la Société Générale et où nous allons affronter Oval’mines, l’équipe des Kudus ou bien encore l’équipe 2 de Renault.  

    VAQ - Par qui  cette équipe est-elle constituée ? Comment se présente t-elle ?

    L.C.L. : « Cette équipe est donc constituée des joueurs de la section rugby qui voulaient faire un peu de compétition.

    VAQ- Comment est-elle financée ?  

    L.C.L. : «  Il y a déjà les cotisations des membres de l’association. Nous pouvons de plus compter sur un mécène avec l’Intermarché de Vanves ainsi que la Société Générale de Vanves comme sponsor.

    VAQ - Finalement, rien de différent de l’initiative lancée par le président de la section Natation avec son projet de club Elite ?

    L.C.L. « Les deux projets sont absolument et radicalement différents… Le président de la section Natation avec son projet de club Elite est clairement à un autre niveau dans l’échelle de la compétition. De notre côté, nous souhaitons juste que les rugbymen de Vanves puissent faire un peu de compétition. Les montants ne sont pas également pas les mêmes ! En tout et pour tout, le budget total de l’association des Servals - grâce aux cotisations de ses membres et à l’apport de mécènes-  est de 3000 € là où la natation, qui est d’une autre importance que le rugby, souhaitait réunir plus de 20 000 € pour son projet. De plus, le projet de la natation est développé, me semble-t’il, au sein du Stade de Vanves contrairement au nôtre.

    VAQ - Pourquoi tant d’histoires ? 

    L.C.L. : « En fait, quand on prend le temps de l’expliquer, c’est en fait relativement simple : il y a d’un côté la section du Stade de Vanves qui s’occupe des entraînements, avec uniquement les cotisations financières de ses membres et le mécénat du restaurant l’Amandine. Et d’un autre côté, pour ceux qui voulaient faire de la compétition, une autre association “Servals Rugby” inscrite en championnat FFSE et financée avec les cotisations financières de ses membres, un mécène et un sponsor.

     Le plus important pour moi, c’est que mes rugbymen viennent faire ce qu’ils aiment : s’entraîner, mettre en place du jeu, et pour les plus motivés, avoir un peu de compétition pour se donner complètement.

    VAQ - Que pensez-vous de cette polémique ? N’êtes-vous pas victime de jeu de pouvoirs au sein du stade de Vanves ?

    L.C.L. : « Notre section est encore assez jeune au sein du stade de Vanves, et c’est normal que d’autres sections se demandent comment nous fonctionnons. Et je suis même heureux de l’expliquer, heureux de voir que, sans gros budget, on peut se débrouiller pour faire avancer nos projets, et finalement encore plus heureux de pouvoir vous dire que le rugby se développe vraiment à Vanves.