Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

intermarché

  • CHRONIQUES D’UN ETE 2021 A VANVES : DES COMMERCANTS MIS EN AVANT

    La Rentrée 2021 est marquée par une actualité riche en matière de commerces vanvéens : Un restaurant Thai (Mai Thai)  rue Solférino face au conservatoire de musique, un carrefour City rue Raymond Marcheron dans l’ex-garage/Concessionnaire qui avait défrayé la chronique urbanistique après des projets immobiliers infructueux… Il faut ajouter la rénovation d’Intermarché, et des rumeurs qui font état d’une ré-ouverture du Tout Va Mieux à l’automne après sa reprise par un grand braseur parisien. Mais cette période estivale a été marquée par toute une série d’articles  sur une trentaine commerces vanvéens sur le site «petitscommerces», première plateforme nationale réservée aux commerces de proximité, en tant que « territoire engagé » repris sur le site de la mairie, et pour cause, puisqu’elle a financé ses parutions.

    Une façon de montrer son soutien à des commerces qui ont souffert de la crise sanitaire et de bénéficier d’une meilleure visibilité  sur Internet par le biais de portraits mis en ligne sur ce site Internet et les réseaux sociaux. Et il  a donné une visibilité à  des restaurants comme l’APPART, la crêperie la Girafe, la Table 12, des boutiques comme Vanv’en Poupe, Eden Flore, Optic Nicorelli, des artisans comme le cordonnier du Plateau, le salon de coiffure Métamorphoses,  des  commerces comme Abbas…. Avec à chaque fois, « la petite histoire », « les petits plus », « pourquoi il est unique» etc…

    En se penchant plus particulièrement sur les restaurants, on apprend ainsi que la crêperie La girafe propose pas moins de quarante et une recettes de galettes salées à base de farine bretonne dont la Saucisse de l'Aveyron, aligot et sa salade verte; Vingt-huit recettes de savoureuses crêpes sucrées à base de farine de froment dont la fameuse crêpe Suzette. Mais François Feroleto qui est comédien a créé de multiples initiatives pour le plus grand plaisir de sa clientèle de tout âge et de toute condition : un café des aidants, le café Théo où l’on parle ensemble des sujets actuels, une soirée tricot qui a lieu une fois par mois, des concerts, des expos photos et peinture. Le restaurant est aussi le lieu préféré de tournages de séries ou films ! Et des enfants avec un grand coin jeux et lecture.

    L’Appart rue Victor Hugo en face de la boulangerie se distingue plutôt par son ambiance village, avec ses habitués recréant chaque soir le café du commerce, où il refond le monde,  Mourad son patron (sur la photo) servant une cuisine traditionnelle depuis 2018, avec ses petits plats faits avec le cœur, des saveurs qu’il fait découvrir comme ses frites maison, découpées à la main.  Oh...Divin, (54 rue J.BLeuzen) est «le restaurant d’un passionné qui cuisine aux petits oignons le meilleur des produits artisanaux de l’Aveyron à Vanves». Il parait que son « bœuf haché à la minute de ses burgers fait fureur dans tout Vanves. Sa spécialité ? Le burger à personnaliser par vos soins ! Fromage de chèvre, cantal ou fourme d’Ambert : à vous de choisir ce qui composera votre sandwich ». Plus loin au 95 rue J.Bleuzen, un couple a ouvert un autre restaurant avec une épicerie fine qui «honorent les authentiques spécialités de l’Aveyron » : laTable 12 «Romain cuisine exclusivement des produits frais et aucun produit surgelé n'est le bienvenu dans sa cuisine. Romain et Camille ne ménagent pas leurs efforts pour sélectionner le meilleur de la gastronomie aveyronnaise et rendent régulièrement visite aux producteurs locaux. Jambon de pays, miel, vins d'Occitanie».

    Ce site s’est intéressé à deux bars à vins : L'Antre Divin (6 Rue Louis Blanc), « ouvert par des connaisseurs : Frédéric et Thibaut qui partagent une culture de la vigne qui pourrait épater les plus fins palets»… «les deux amis partagent généreusement avec leur clientèle toute leur connaissance du terrain, acquise auprès des vignobles qu’ils visitent régulièrement. Parce qu’ils ne pourraient pas proposer ce qu’ils ne sont pas sûrs que vous apprécierez, leur travail consiste aussi en une démarche responsable à sélectionner pour vous les meilleurs produits locaux».  La Treille d’Hypatie (7 Rue Sadi Carnot) est  «un lieu chaleureux où découvrir de bons vins méditerranéens et déguster de délicieuses planches» ouvert par

    Erik Starcevic qui fut architecte pendant 35 ans. «Suite à un revers professionnel, il décide de créer un lieu qui lui ressemble et ouvre la Treille d’Hypatie en 2017 avec une associée. Une table où ses clients vivraient le partage et la convivialité de la Méditerranée à deux pas de la capitale. Un repère inspirant et décontracté pour les artistes où les habitués aiment se donner rendez-vous. Les expositions de peintures et les concerts apportent un plus à cette table devenue incontournable à Vanves»

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    LE PATRON D’INTERMARCHE DE VANVES DEVIENT LE PATRON DES MOUSQUETAIRE

    «Vincent Bronsard, patron des intermarchés de Vanves et d’Irgeval  deviendra président du conseil d'administration d’intermarché et de Netto en novembre, en remplacement de Thierry Cotillard qui occupait depuis cinq ans la présidence d'Intermarché, enseigne phare du groupement, et du discounter Netto» ont précisé Les Mousquetaires dans un communiqué. Ce groupement compte neuf enseignes et exploite près de 4.000 points de vente en Europe dans trois métiers (alimentaire, équipements de la maison/bricolage et mobilité/entretien de la voiture). Son chiffre d'affaires s'est établi à 45,33 milliards d'euros en 2019. Il  compte pour sa part 1.800 points de vente en France et Netto 295.  Le chiffre d'affaires de ses deux enseignes alimentaires, Intermarché et Netto, a atteint 37,2 milliards d'euros (carburant inclus) en 2019, selon les derniers résultats publiés par le groupement

    GABRIEL ET LE NOUVEAU TOUR DE VIS

    Une semaine après un tour de vis contesté dans plusieurs villes pour lutter contre la progression du Covid-19, et dans le Grand Paris (Paris et la petite Couronne)  à partir d’aujourd’hui, car  les indicateurs se sont encore dégradés, Gabriel Attal porte parole du gouvernement expliquait : «Cette annonce était nécessaire la semaine dernière. Là, à Paris par exemple, on a eu quelques jours pour discuter avec les élus locaux, et on a eu  aussi un moment à mettre à profit avec les restaurateurs. On a recueillir leurs propositions pour voir dans quelle mesure on pouvait faire évoluer les choses, et voir les impacts». Tout en précisant «qu’on regarde partout comment limiter les risques au maximum. Pour autant,  il n'y a pas deux poids deux mesures entre Paris et Marseille. On assume d'avoir une stratégie territorialisée et graduée, Ce qu'on veut, c'est qu'il y ait le moins de formes graves de Covid-19 possibles, le moins d'hospitalisations»

    VANVES ET LE NOUVEAU TOUR DE VIS DANS LE GRAND PARIS

    Théoriquement l’ensemble des établissements vanvéens pourront continuer leur activité restaurant mais pas bar après les annonces faites hier matin.  A la condition  que leur chiffre d'affaires soit majoritairement constitué par l'activité restauration, lorsqu’ils auraient néanmoins conservé la classification «débit de boisson». Et qu’ils respectent des conditions draconiennes :  mettre du gel hydroalcoolique à disposition sur toutes les tables et non plus seulement à l'intérieur de l'établissement, maintenir 1 mètre de distance «entre les chaises» des différents groupes de convives qui devront, de leur côté, conserver leur masque la plupart du temps sauf au moment de la consommation des plats. Les groupes de convives seront limités à six personnes (enfants compris) contre dix actuellement. Le paiement à table sera privilégié et les clients seront «incités» à réserver pour éviter les attroupements aux abords des restaurants. Une «jauge» sera mise en place dans les centres commerciaux et les grands magasins, ainsi que dans les universités. Les piscines seront fermées pendant deux semaines à partir de mardi pour les adultes, mais resteront ouvertes aux mineurs «que ce soit dans un cadre scolaire, associatif ou privé», ainsi que les salles de sports et polyvalentes. Par contre, les stades et terrains d'entraînement physique, tous les équipements de plein air pourront rester ouverts à condition de rassembler moins de 1 000 personnes ou 50 % de leur capacité maximale si elle est inférieure à ce chiffre de 1 000 personnes

  • RUE MARCHERON A VANVES : PROBLEMES D’ALIGNEMENT, DE CIRCULATION, DE NUISANCES

    Il a été beaucoup questions de rue, de circulation, de vélo, de piétion,  de trottoir, d’alignement durant cette troisième réunion publique de quartier consacré au Centre ancien-Saint Remy lundi soir, mais surtout à ce secteur autour de la rue Marcheron entre la place de l’Insurrection et le commissariat où les travaux de construction d’un immeuble à la place du garage devraient commencer, alors que les premiers habitants de la résidence NIWA commence à s’installer côté rue Aristide Briand qui sera requalifié par GPSO entre les rues René Coche et Diderot.

    La présentation de la ligne de bus 59 entre la gare de Clamart et la porte de Clichy qui passera par Larmeroux-Raymond Marcheron a ouvert les échanges. «Mais la circulation rue R .Marcheron va être épouvantable» remarquait un participant. «On travaille à encourager à utiliser moins les véhicules, plus les transports en commun, les vélos, l’autopartage…avec des projets comme le Grand Paris Express, cette nouvelle ligne de métro» indiquait Bernard Gauducheau  « Et la navette ?» s’interrogeait un  autre participant : «Elle coûte chére et ne rapporte rien. On  réfléchit à un transport à la demande» indique t-il. «Et le plan vélo ? alors que la pratique s’étend !» demande un troisiéme : « On a pris des initiatives. Un groupe de travail a été constitué. Des propositions ont été faîtes : piste cyclable sécurisé, parking à vélo, mais aussi local à vélo dans les immeubles, obligatoire, et c’est inscrit dans le PLU,  pour les nouvelles constructions, avec des bornes électriques pour les VAE (vélo à assistance électrique) » a-t-il indiqué. Un quatriéme se plaint d’une difficile cohabitation entre piétons et cyclistes qui roulent sur les trottoirs : «On essaie de résoudre ces  problèmes, de protéger les piétons, en développant une reconquête de l’espace public où il n’y a plus de cabines téléphoniques, de panneaux d’affichage. Il faut travailler sur le civisme et les bonnes pratiques entre les deux roues »

    C’est à ce moment que des riverains du projet de construction d’un immeuble par Boyugues Immobilier à l’emplacement de deux pavillons ont posé la question de son alignement sur les autres habitations, afin d’améliorer la circulation des piétons sur ce trottoir étroit. «Cette voie appartient au département. J’ai donné un avis pour améliorer ces conditions de passage des piétons » a-t-il indiqué en précisant que la ville ne s’est pas opposé au déclassement d’une partie du terrain (qui permet cet alignement) en laissant entendre  que tout défend du département. «Si on peut trouver une solution pour améliorer la circulation des piétons, je le ferai. Et si cette voie départementale était rétrocédée à la commune je la requalifierai. Mais j’ai un désaccord avec le département sur ce point par rapport aux coûts des travaux !». Un riverain insiste tout de même : « Pourquoi n’y a-t-il pas alignement ? » - « Je vais regarder cela de très prés ! ». Un autrre riverain s’inquiéte du projet de supérette bio au rez-de-chaissée avec ses poubelles, son aire de livraison : «Le projet envisagé par Intermarché ne se fera pas. On s’oriente vers une activité qui ne générera pas les mêmes nuisances ». Du coup les échanges se sont orientés vers les nuisances de l’activité d’Intermarché avec ces camions de livraisons qui arrivent dés 5H30 du matin, et ses cartons et cageots sur les trottoirs.