Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

paroisses saint remy et saint françois

  • COMMENT VIT ON A VANVES LA VEILLE DE CE DECONFINEMENT... AVEC LE PERE CURE BERTRAND AUVILLE

    Les offices religieux pourraient reprendre à partir du 29 mai à Vanves comme partout en France comme l’a annoncé le premier Ministre Edouard Philippe cette semaine, «si la situation sanitaire ne se dégrade pas au cours des premières semaines de levée du confinement». Ce week-end correspond aux fêtes de la Pentecôte pour les chrétiens et de Chavouot pour les juifs. «Ce qui serait un grand motif de joie » pour le pére curé Bertrand Auville qui préférait célébrer l’eucharistie devant une assemblée, que confiné avec 4 prêtres, chaque jour, dans la maison paroissiale de St Remy

    Lors de l’apéro-Zoom de Dimanche Dernier, le curé de Vanves n’avait pas caché que le report au 2 juin au lieu du 11 Mai espéré, « avait suscité des déceptions chez certains, des coléres chez d’autres, et un assentiment chez les troisiéme. Vous avez pu constater que notre Evêque a été en première ligne sur ce sujet, parce qu’il a été mandaté par la Conseil Permanente des Evêques pour être, sur ce sujet, leur porte-parole. Et il a parlé au nom des Evêques. Certains d’entre nous, ont trouvé qu’il parlait trop fermement, ou d’autres pas assez. Je pense qu’il faut savoir raison garder, et se dire que la concorde que l’on essaie de faire prévaloir dans notre société civile, peut avoit quelques applications dans notre société écléssiale. Peut être gagnerons nous à essayer de laisser les pasteurs s’exprimer, car ils sont bénéficiaires d’informations que nous n’avons pas. Le coup de gueule de Mgr Antoine Rougié après l’intervention du premier ministre, était peut être un peu excessive – il  a d’ailleurs changé la tonalité le lendemain – il n’en a, au moins, permis que les négociations reprennent avec Matignon et l’Elysée. Si ce coup de gueule n’avait pas été lancée, les négociations auraient été entérinées» avait il expliqué, sans savoir que le ministre de l’intérieur et le Premier Ministre allait annoncer la pentecôte.

    «J’ai eu avec quelques élus, notamment des parlementaires altoséquanais, de très bons échanges qui manifestent, outre mesure, qu’ils ne connaissent pas l’importanve pour les chrétiens de se retrouver ensemble pour priér, notamment avec l’un d’entre eux, qui comprenait pas que le simple fait que nos églises permettaient aux catholiques de vivre leur foi, que notre célébration est une liturgie contrairement à d’autres religions monothéistes, que c’est un acte commun. Ce n’est pas la même chose d’aller prier individuellement dans une église que se retrouver avec nos fréres pour une liturgie, une célébration articulée» indiquait le pére cuté Bertrand Auville qui ajoutait : «vous me manquez. Le messe à 4 dans l’intimité du presbytére c’est bien ! Mais la messe avec plusieurs centaines de vanvéens dans nos églises c’est mieux !». D’ailleurs, comme il l’écrit dans le Sel et Lumière de ce wek-end « je ne suis pas pour des relations à distance. La communauté virtuelle me laisse un goût d’inachevé. Notre église sans célébration me navre. Je vis la communion spirituelle comme une manque et une blessure !».

    Il avait exprimé quelque chose de similaire dans l’émission matinale de KTO «Le café du curé» le 5 Mai dernier : «Nous sommes logés à la même enseigne de chacun, en étant devenu une paroisse plus virtuelle que réelle, avec sans doute, dans l’esprit de son pasteur des sentiment mêlés, avec la messe célébré en privé tous les jours à quatre, avec toutes les intentions qui nous sont confiées, ses personnes qui se recommandent à notre prière, avec ce côté désechant de ne pas avoir face à soi des gens que l’on connait, en attente de recevoir les sacrements. Nous savons ce privilége de recevoir l’Eucharistie quotidienne, ce qui n’est malheureusement pas le cas de beaucoup, et pour un certain nombre, c’est une grande souffrance. Mais on essaie d’être attentif à des personnes plus isolées, des EHPAD, des personnes suivies par le Secours Catholique qui fait un travail (remarquable)  en ce moment de proximité, non sans prise de risque, en particulier avec ces colis pour les familles avec nourrissons !».

    Avec ce début de déconfinement demain, l’accueil de Saint Remy réouvrira uniqement le matin de 10H à 12H dans un premier temps jusqu’au Samedi 30 Mai, le pére Auville reprendra dés le 16 Mai ses permanences le samedi entre 10H et 12H sans rendez-vous. Et il espére bien fêter ses 20 ans de sacerdoce le 24 Juin prochain autour d’une messe suivie d’un dîner avec tous les paroissiens

  • LES PAROISSES DE VANVES LANCENT LES VEILLEURS DE PROXIMITE, DES CŒURS EN EVEIL SUR LES VOISINS

    La solidarité de voisinage se développe à Vanves. Après Voisins Solidaires, projet laïc lancée voilà quelques années par les initiateurs de la fête des Voisins, voilà maintenant Veilleurs de Proximité, projet cultuel lancé dans le cadre de Diacona 2013, Mgr Daucourt alors Evêque du Diocése des Hauts de Seine ayant invité chaque paroisses à prendre une initiative dans ce cadre et celui de l’année de la foi, pour apporter un mieux et un plus dans la vie de tous les jours. Les paroisses de Vanves ont repris cette idée après avoir donné la parole aux associations qui oeuvrent pour les plus pauvres dans « Sel et Lumiére » durant le Carême 2013. L’équipe d’Animation Paroissiale (EAP) en a parlée, constatant que beaucoup de choses existent déjà dans la vie paroissiale où apparaissent le souci de l’attention à celui qui vit à côté de chacun d’entre nous : L’association Saint Vincent de Paul avec ses goûters, son excursion annuelle, ses visites dans les maisons de retraites, Le Secours Catholique avec son accueil à Saint Remy, ses secours, l’EAP avec les pots organisés à la sortie des messes, la braderie aux vêtements, un collectif d’ associations caritatives avec la collecte pour la banque alimentaire, Les paroisses avec  les accueils paroissiaux…  qui sont des lieux de rencontres pour ceux qui sont seuls ou isolés.  

    « Nous sommes ainsi dans notre vie quotidienne témoin d’événements dans notre voisinage, de détresse, de demandes… et ils existent déjà des choses autour de nous. Mais à chaque fois revient cette question « comment faire attention à nos voisins proche et que cela dure ! » se sont ils interrogés comme l’a expliqué le pére Vincent Hautecoeur Mardi soir à Saint François et le fera de nouveau ce matin à 10H à Saint Remy avec des membres de l’EAP. « C’est un projet accessible à tous, destiné à tous, inter-générationnelle, avec des objectifs très simple »expliquait François Xavier Boutet, membre de l’EAP. « C’est une attitude du cœur, tout en étant un engagement : regarder avec notre coeur les fragilités et les merveilles de notre entourage. C’est assez ambitieux, changer notre regard sur les autres. Partager les fragilités des autres. Ainsi être veilleur de proximité ce n’est pas faitre quelque chose, c’est être auprés de l’autre avec l’autre. C’est une attitude du cœur qui se manifeste par l’attention, le sourire, la prière. Enfin  c’est un projet ancré dans la bible car la mission de tout baptisé c’est « aimer son prochain » et » être lumière du monde » explique t-il tout en ajoutant : « Il ne s’agit aucune de faire du porte à porte, d’évangéliser ». Avec cette initiative, les paroisses de Vanves s’inscrivent dans ces réseaux de veilleurs de proximité qui essaiment depuis quelques années dans le diocèse, et notamment à Issy les Moulineaux.   

  • UN NOUVEL EVEQUE POUR VANVES, LES 85 PAROISSSES ET 30 CHAPELLES DU DIOCESE DES HAUTS DE SEINE : MICHEL AUPETIT

    Le pape François a nommé monseigneur Michel Aupetit, Evêque du diocése de Nanterre (Hauts de Seine) le 4 avril dernier. Il est le 4éme Evêque du diocése des Hauts de Seine qui entrera donc en fonction le 4 mai prochain aprés Mgrs Delarue, Favreau et Daucourt qui venaient tous de province. Le site Riposte Catholique constatait « que cette nomination dans un diocèse limitrophe à l’archidiocèse de Paris montre que le cardinal Vingt-Trois reste le patron des nominations de la couronne parisienne. Il est tout de même le seul cardinal français au sein de la Congrégation des évêques, ce qui lui permet de pousser ou de bloquer les dossiers de nominations déposés par le nonce apostolique. De même que la métropole du Grand Paris nous fait revenir à l’ancien département de la Seine, les diocèses de la petite couronne redeviennent des vicariats de Paris… La vie est un éternel recommencement ».

    Agé de 63 ans, il était jusqu’ici Evêque auxiliaire de Paris. Mais il a connu les Hauts de Seine, pas comme prêtre, mais comme médecin généraliste à Colombes (1979-90), avant d’entrer au séminaire en 1990 et d’être ordonné prêtre en 1995. Il a occupé différents postes de vicaires, dans des paroisses du Marais tout tout en étant aumônier des lycées et collèges de ce quartier de Paris et enseignant bioéthique au CHU Henri Mondor (Créteil) entre 1996 et 2006, de curé dans le  doyenné Pasteur-Vaugirard (2004-06), de Vicaire de l’Archidiocése de Paris (2006-13) et d’Evêque Auxiliaire de Paris depuis 2013, accompagnateur des chantiers du Cardinal et Président de Radio Notre Dame depuis 2014. C’est un homme d’église aux fortes convictions qui arrive à Nanterre. Il  a participé à la manif pour tous le 26 Mai 2013 et a exprimé,  dans Paris Notre Dame, «le journal de l’Église en mission à Paris» (le 12 juillet dernier),  son opposition à l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples homosexuels : « une loi a pour vocation de s’appliquer à tous et donc d’être universelle. Il ne convient pas, qu’au nom d’un individualisme exacerbé, on crée une loi pour chaque catégorie de personnes. Sinon, pourquoi pas la polygamie? L’inceste? L’adoption d’un enfant par un frère et une sœur?». Il ajoutait que «l’homoparentalité est une inexactitude», puisqu’il y a toujours un père et une mère» et que «le recours à une procréation médicalement assistée serait une profonde injustice faite aux enfants». Ce qui a suscité quelques réactions du côté des élus communistes au Conseil de Paris. 

    « Il aura à découvrir les belles réalités et les fragilités de notre diocése, mais il connaît donc déjà notre département. C’est en commençant par la rencontre et le soin des malades qu’il est entré en contact avec la population des Hauts de Seine au milieu de laquelle avec vous, il sera chrétien et pour vous, il sera Evêque selon la belle formule de Saint Augustin » réagissait Mgr Daucourt, ex-Evêque de Nanterre, qui était à Vanves le 19 Mars dernier la bénédiction de l’orgue de l’église Saint Remy. Il salue et accueille avec reconnaissance, foi et espérance Mgr Michel Aupetit « qui nous est donné comme pasteur du diocèse après une si riche expérience humaine, professionnelle et pastorale ».

    « C’est avec une grande joie que j’ai reçu cette nomination du Saint pére à devenir l’Evêque de votre diocése si dynamique. Mgr Daucourt m’a dit toutes les belles réalisations pastorales mises en œuvre et c’est avec émotion et admiration que je viens au milieu de vous. J’ai déjà pu expérimenter cette affirmation du Christ « sans moi, vous ne pouvez rien faire ». Cela est également vrai pour l’Evêque à l’égard de toutes les personnes, prêtres, diacres, et laics engagés dans la vie du diocése » a réagit le nouvel evêque dans un message adressé à tous les catholiques altoséquanais