Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

anne hidalgo

  • DEUX ANS APRES L’INCENDIE A VANVES BEAUCOUP SUIVENT LE CHANTIER DE RESTAURATION

    Comme lors des temps forts de notre histoire, tout le monde se souvient de ce qu’il faisait ce soir là, lorsque par exemple rentrant de son travail en voiture, écoutant la radio France Infos sur laquelle un journaliste faisait état d’une fumée provenant du toit de Notre Dame, puis intrigué et inquiet en même temps, allumait sa Tv plus rapidement sur BFM pour finalement resté scotché devant l’écran, avec cette fléche qui tombe et ses flammes rougeantes, pendant une bonne partie de la soirée.  

    «Je l’ai appris par un texto « horreur ! Notre dame brûle ! Allume la TV». J’ai découvert alors des images saisissantes, des souvenirs de temps forts télévisuels me revenant comme l’apparition de l’image de F..Mitterrand en mosaïque, l’attentat de Jean Paul II au Vatican, les town tower. C’était un peu pareil ! De la sidération ! On n’y croit pas ! La fléche qui tombe. Les tours de Notre Dame qui ne tombent pas.. Le courage des Sapeurs Pompiers de Paris. Après un rapide dîner chez des amis, de retour chez moi, j’ai ré-allumé la TV. Des journalistes m’ont appelé» témoignait Bertrand Auville curé de Vanves sur le Blog de Vanves au Quotidien, alors qu’il se préparait à célébrer le semaine Sainte et Pâques, en ajoutant : «J’ai reçu des témoignages, notamment du prêtre orthodoxe de Vanves « bien triste de ce qui se passe ! », qui rappellent que l’Eglise est universelle. Notre Dame est un lieu de culte qui appartient au patrimoine national. C’est dramatique, mais pas tragique. Notre Dame a connu des moments heureux (La libération de Paris), de deuils nationaux (hommage aux victimes des attentats)… mais ce n’est pas tragique, parce que ce qui compte, c’est qu’ils n’y aient pas de morts. Pour nous Chrétiens, l’Eglise est une architecture, des œuvres d’arts…Mais c’est aussi des pierres vivantes ! »

    Deux ans après, il y a plus d’espoir, pour beaucoup de français et d’étrangers, comme la plupart des habitants de Vanves, car  le chantier de restauration  a bien avancé malgré les triples contraintes auxquelles il est soumis avec le plomb, la crise sanitaire et l’arrêté de péril.  La phase de sécurisation, commencée au lendemain de l’incendie, est désormais en voie d’achèvement et des opérations importantes ont été réalisées depuis deux ans (16 Avril 2019- Eté 2021) : La plus spectaculaire et la plus délicate a été la dépose de l’échafaudage sinistré (de juin à novembre 2020), qui entourait la flèche au moment de l’incendie, dont il a patiemment fallu scier un à un les 40 000 tubes de métal qui avaient fondu. En paralléle, a été menée,  la dépose et l’évacuation du grand orgue (d’août à décembre 2020), dont il fallut déposer les 8000 tuyaux répartis en 115 jeux... qui ont fait l’objet de reportages remarquables à la TV notamment  sur TF1 grâce au journaliste Michel Izard. Une dernière opération importante est en cours : la sécurisation des voûtes réalisée en montant des échafaudages à l’intérieur de la cathédrale sur prés de 27 m de hauteur dans le chœur, les transepts et la nef  et en posant des cintres en bois sous les voûtes pour les consolider. La sécurisation des pieds de gerbe, laissés à nu par l’effondrement de la voûte de la croisée du transept  Enfin, la pose d’un parapluie au niveau de la croisée du transept permettra d’assurer la mise hors d’eau de la cathédrale, avec la consolidation des six voûtes les plus fragilisées par la pose de cintres en bois

    Deux opérations majeures, préalables à la restauration, ont été menées : Tout d’abord un chantier-test mené entre septembre 2020 et Janvier 2021 sur deux chapelles – Saint Ferdinand et Notre-Dame de Guadalupe – pour définir un protocole de nettoyage et de restauration qui sera généralisé à l’ensemble des 24 chapelles que compte la cathédrale, qui a donné des résultats très satisfaisants. Ensuite, la sélection et récolte des 1000 chênes nécessaires à la restitution de la flèche, du transept et des travées adjacentes grâce à la mobilisation de l’interprofession France Bois Forêt et de la générosité de l’ensemble des acteurs de la filière, entre Janvier et Mars 2021 L’ensemble des chênes a été offert.

    Les travaux de restauration à proprement parler commenceront cet hiver (hiver 2021), à la suite des appels d’offres de travaux dont certains sont d’ores et déjà engagés. L’examen par l’établissement public des études de diagnostic réalisées par Philippe Villeneuve, architecte en chef des monuments historiques, et ses équipes est en cours et permettra de finaliser le programme d’ordonnancement des travaux, le calendrier précis et le budget de la restauration. Le calendrier précis des travaux permet de tenir l’objectif de rendre la cathédrale au culte en 2024

    Enfin, durant cette semaine, lors de la session du Conseil de Paris, Anne Hidalgo a présenté une projet de réaménagement des abords de la cathédrale en lien bien sûr l’Etat et le diocése, auquel seront associés les parisiens. «Deux ans après le terrible incendie de Notre Dame, qui a ému les parisiens, les français et plus largement le monde entier, la Ville de Paris prendra toute sa place dans la renaissance de ce site exceptionnel. En écho à la restauration de la cathédrale, la Ville de Paris souhaite ainsi engager un projet de réaménagement et de valorisation de ses abords qui participera à la mise en valeur de Notre Dame et à un meilleur accueil des visiteurs»  La ville de Paris souhaite repenser son parvis et ses espaces souterrain concernant la crypte archéologique et le parking sur deux niveaux les quais haut et bas, les square Jean XXIII et de l’IDF à la pointe de l’ile de la cité et les rues adjacentes (du Cloitre Notre- Dame, rue de la Cité, rue de l’Archevêché) qui s’inscrira dans le renouveau du centre de Paris à travers les démarches d’apaisement piétonniers et d’aménagements réalisés dans le cadre d’Embellir votre quartier

  • Le décés de l’ancien président VGE suscite de nombreuses réactions à Vanves et ailleurs

    Hospitalisé à Tours depuis la mi-novembre, l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing (1974 à 1981) est décédé le 2 Décembre, des suites du Covid, était âgé de 94 ans. Les réactions sont nombreuses tant sur le plan international et national que sur le plan régional et local . Notamment André Santini, maire d’Issy les Moulineaux et ex-déoputé UDI de la 10e circonscription tweetait : «Ce fut un président moderne et porteur d’espoir. Ses réformes (majorité, loi sur l’avortement...) ont démontré son progressisme et son indéniable sens de l’anticipation». Le maire de Vanves tweetait : « J'ai une pensée pour les siens, ses proches et notre famille ID. Le legs de cet Homme d'Etat visionnaire, réformateur de la société, promoteur de notre chère Europe, est immense. Je salue cet esprit libre»

    Mais c’est Anne Hidalgo, maire de Paris qui a parfaitement résumé ce que lui doivent tant les français et les franciliens : «J'apprends avec émotion la disparition de l’ancien Président de la République Valéry Giscard d’Estaing. Je salue cet Européen convaincu qui a œuvré pour inscrire notre pays sur la voie du progrès. Grâce à des avancées majeures comme l’autorisation de l’interruption volontaire de grossesse, l’abaissement de la majorité légale à 18 ans, l’instauration du divorce au consentement mutuel et la loi d’orientation en faveur des personnes âgées. En confiant à Françoise Giroud le secrétariat d’Etat  à la condition féminine – instauré en lien avec J.Chirac,- il a fait une place à part au combat pour l’égalité entre les femmes et ma homme » reléve-t-elle.

    «Comme nombre de Président de la République, VGE portait Paris dans son cœur et lui a toujours voué un intérêt tout particulier. Il a ainsi mis fin à une anomalie en permettant aux parisiens en 1977 d’élire à nouveau un maire au suffrage universel ce qui n’était plus possible depuis 1871 et la Commune de Paris. Paris lui doit également le musée d’Orsay. Inauguré par François Mitterrand et dont la décision officielle de construction fut prise à son initiative à la fin des années 1970,  tout comme la Cité des Sciences et de l’Industrie en lieu et place des anciens abattoirs de la villette dans le 19e

    Porteur d’une vision pour Paris, il a été précurseur sur de nombreux projets. Dés son élection, il mit fin au projet de la voie express rive gauche, véritable autoroute au cœur de la Capitale, et transforma en profondeur le projet des Halles en y réintroduisant la nature, par le biais d’un grand jardin en lieu et place d’un simple centre d’affaires. Plus récemment, j’avais eu le plaisir de travailler à ses côtés sur la transformation de l’hôtel de la Marine, mission que lui avait confiée N.Sarkozy.

    Au dela de l’homme politique, VGE était un fin lettré, épris des arts et de la littérature. J’en garderai l’imag d’un homme élégant et cultivé à l’intelligence rare»

  • HOMMAGE A JACQUES CHIRAC A VANVES ET AILLEURS

    A Vanves, le maire, la municipalité, ses élus, ses fonctionnaires, se sont retrouvés sur le parvis de l’hôtel de ville à 15H Lundi pour la minute de silence et entonner une marseillaise à capella. Mardi soir au Chatelet, Gabriel Attal est intervenu à la soirée du Centre Français des Fonds et Fondations :  « En 2007, Jacques Chirac a dit vouloir servir la France autrement. Pour cela, il a créé une Fondation. Témoignage supplémentaire du rôle fondamental des fonds et fondations pour l’intérêt général » a-t-il expliqué. Enfin, il est intéressant de noter qu’à Clamart le maire JD Berger (LR) a annoncé donner le nom de Jacques Chirac à un Square.

    «Le nom de Jacques Chirac qui est d’ores et déjà inscrit dans l’histoire parisienne,  s'écrira bientôt en toutes lettres sur les pierres de Paris selon la choix de la famille» a assuré Anne Hidalgo mardi matin, lors d’un hommage unanime du Conseil de Paris en ouverture d’une longue session plénière. Une idée évoquée par les élus parisiens depuis la mort jeudi 26 septembre de l'ancien chef de l'État : Le parvis de l'Hôtel de Ville qu’il avait rendu au piéton en 1982, la place du Trocadéro, le théâtre du Châtelet ou encore le quai Branly sont pour l'instant les lieux les plus cités