Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

restauration scolaire - Page 4

  • RETOUR SUR LE CONSEIL MUNICIPAL DE VANVES (suite et fin) : Secours, aides, subventions en tout genre…mais sans unanimité

    De nombreuses délibérations à l’ordre du jour de ce conseil municipal de la semaine dernière, ont suscité des questions, des débats et de nombreuses prises de positions

     

    PAVILLON TSVETEAVA : Ce projet a pris du retard et a nécessité de renouveler la demande de subvention de la ville, suite à une erreur d’évaluation  du chiffrage par la maîtrise d’œuvre. « L’enveloppe paraissait très haute, par rapport aux priorités de l’équipe municipale » a-t-on répondu à une question de Jean Cyril Le Goff (PS). Ce qui nécessite tout de même un nouveau permis de construire

     

    LOCAL DE QUARTIER : La ville de Vanves a acheté pour 19 000 € un local  de 68,30 m2avenue de Verdun occupé par une entreprise de peinture,  pour en faire un espace semblable à Latapie ou La tuilerie. « La ville qui gère bien ses biens, devrait récupérer des places de parkings tout à côté qu’elle devrait louer et dont le produit financera cet achat » a annoncé le maire

     

    RESTAURATION : L’ensemble des élus vanvéens, sauf les Verts, est favorable à une délégation  de service public en la matière, confié jusqu’au 31 Août 2014 à la société ELIOR/ELRES, dont le conseil municipal a lancé la procédure de renouvellement, et l’appel à candidature, car « il apparaît pertinent  et adéquat de confier ce service à un prestataire spécialisé et aguerri à ce type d’exploitation afin d’offrir aux usagers un service public de qualité exploité dans des conditions optimales de qualité, d’hygiène et de sécurité. De surcroît, il permet la prise en charge par le délégataire des investissements nécessaires à l’exploitation optimale du service et la prise en charge totale de la prestation (maintenance, fourniture..) ». Le groupe EELV a préconisé  « une organisation plus intercommunale de cette restauration », et « qu’une action forte soit menée contre le gaspillage alimentaire ». Le groupe PS a souhaité que soit organisé une concertation avec la communauté scolaire en amont de la rédaction du cahier des charges et que soit mieux pris en compte le bio. « Vanves se situe dans le haut du classement des prestations » a indiqué Marie Françoise Goloubtzoff (UDI) maire adjointe (Ecoles) en rappelant que 341 242 repas sont confectionnés par an dont 321 660  dans les écoles, 6258 pour le portage de repas à domicile, 7 167 à Danton, 6 157 dans les structures petite enfance». « C’est une grande responsabilité » pour le maire qui a insisté sur « la nécessité de relations étroites entre les parties prenantes. Nous avons un haut niveau de prestations au regard de l’investissement et de la participation financière ». 

     

    NOTRE DAME DE FRANCE : La participation de la commune aux dépenses de fonctionnement de cet établissement scolaire privée a fait débat comme d’habitude. Bernard Gauducheau (UDI) a expliqué que « cette participation financière est un choix qu’a fait Vanves et qu’elle n’est pas énorme par rapport au coût de scolarisation des enfants ». MF Goloubtzoff (UDI)  a indiqué qu’il accueille 28 enfants en maternelle, 52 en élémentaire et 30 au collège, réfutant l’argument d’une augmentation des effectifs.  Lucile Schmid (EELV) a regretté de voir que « les parents mettent leurs enfants dans le privé jusqu’en seconde, pour les faire entrer ensuite dans le public, en visant le lycée Michelet » qui est surbooké. « La question est de voir le nombre d’isséens qui se sont domicilié à Vanves pour pouvoir aller à Michelet » a noté David Mahé.

     

    STADE DE VANVES : Le Conseil Municipal a voté une subvention exceptionnelle au Stade de Vanves notamment parce que cette association qui emploie un agent permanent pour s’occuper de questions administratives, comptables, réglementaires de toutes sortes liées à son fonctionnement, avait besoin de renforcer sa structure grâce au recrutement d’une seconde personne capable de prendre en main ses problématiques et  de gérer les relations avec les acteurs du monde sportif (fédérations, CNDS…). La prise en charge de cet emploi constituait toutefois une charge importante (23 484 € de Sept 2013 à Mars 2014) qu’a pris en compte la ville. Mais ce n’est pas tout, car elle versera une subvention de 25 000 € à la section Tennis dont les bons résultats ont permis son maintien en division nationale. Et de 15 000 € à la section Hand Ball afin d’aider son équipe première à remonter en Nat.3, car sa montée durant la précédente saison  avait entraîné une dynamique extrêmement positive consacrant le travail de fond mené depuis plusieurs années par ses dirigeants. « Il serait tout à fait dommageable que la rétrogradation de l’équipe première nuise à cette dynamique »

     

    SECOURS : Cette association caritative a fait une demande de subvention exceptionnelle de 1000 € pour pouvoir assurer le renouvellement de son stock d’urgence et  de secours alimentaire. D’autant plus qu’il assure, sur demande des travailleurs sociaux de la commune, un accueil  avec aide alimentaire d’urgence. Et que ses colis sont réalisés avec le quota de denrées provenant de la collecte annuelle de la Banque alimentaire que le Secours Catholique peut garder. Cependant la collecte de Novembre 2012 a été en nette diminution par rapport à 2011 (-17%). Ainsi la ville lui permettra d’assurer les approvisionnements nécessaires aux distributions de colis alimentaires prévus jusqu’en Novembre 2013 grâce  à des achats de produits venant à manquer. Le groupe PS dans une question orale s’est étonné surtout que cette association soit énormément sollicité par les travailleurs sociaux de la CVS (circonscription  de la vie Sociale) du département alors qu’ils pourraient plutôt se retourner vers le CCAS et le Libre Service Social

     

    CONSEIL DE QUARTIER : Quelques modifications ont été apportées au règlement intérieur des 3 conseils de Quartier à l’initiative de celui des Hauts de Vanves afin de leur donner « une base de représentativité plus large ». Elles donnent la possibilité de créer des commissions communes à plusieurs conseils de quartier. Elles suppriment la parité homme/femme et l’équilibre entre anciens et nouveaux vanvéens « afin de pouvoir les ouvrir davantage aux administrés souhaitant s’investir ». Elles permettent de créer des fiche-navette afin d’assurer un suivi entre les doléances des administrés. Le groupe EEELV a voté contre : « La démocratie de proximité est importante pour nous. Il y a des difficultés à les faire fonctionner. Leur rôle n’a pas été assez réfléchi » a expliqué Lucile Schmid (EELV). Claudine Charfe (FdeG/PC) s’est abstenu en regrettant qu’il n’y ait que « des élus de la majorité au sein de ces conseils de quartiers » et que Bernard Roche ait refusé son entrée au Conseil des Seniors

  • RESTAURATION SCOLAIRE A VANVES : UNE REUNION PUBLIQUE PILE POIL !

    Une cinquantaine de personne dont beaucoup de représentants de parents d’éléves et quelques enseignants, ont participé Mardi dernier (12 Février)  à une réunion publique sur la restauration scolaire, à laquelle avaient été invité toutes les familles qui ont un enfant à l’école. « Un sujet très spécialisé, qui suscite beaucoup d‘intérêt lorsqu’il y a des problémes, mais pas lorsque cela va bien » a constaté le maire aux côtés des représentants de la société Elior.

     

    « Alors que Vanves s'est depuis de nombreuses années engagée dans une démarche de qualité et de transparence quant à l'origine et la traçabilité des viandes servies dans ses restaurants scolaires, l'actualité récente au Royaume-Uni et en France dans le domaine alimentaire induit une communication spéciale de la part de la Ville à ce sujet. La société Elior, prestataire de la Ville pour la restauration scolaire, garantit que les lasagnes au bœuf surgelées et autres produits assimilés surgelés (hachis parmentier, cannellonis, moussaka…) ne proviennent pas du fournisseur incriminé. Dans les restaurants scolaires vanvéens, la traçabilité des viandes fait l’objet d’un plan de suivi permanent conclu entre la Ville et Elior.  Contractuellement, la Ville de Vanves n’accepte dans ses cantines que du bœuf de race à viande d’origine française. Elior s'assure régulièrement de la traçabilité totale de sa viande bovine, en remontant toute la filière : depuis ses restaurants, ses cuisines et ses fournisseurs (abattoirs français), jusqu’aux producteurs (élevages français). Chaque bovin est ainsi clairement identifié » indiquait le maire de Vanves sur son blog au début de la semaine

     

    Les représentants de la société Elior ont présenté ce que représentait la restauration scolaire sur la ville, quels étaient les processus qui étaient mis en œuvre pour assurer les 340 000 repas et 55 000 goûters, par an soit 3000 repas par jour servis dans les créches, les écoles maternelles et élémentaires, les centres de loisirs, le foyer Danton, le portafe de repas…D’après la municipalité,  le taux de satisfaction  auprés des enfants est positif (85%) pour une participation des familles raisonnnable, puisque sur 9,7 € le repas, 6,4 € sont pris en charge par la ville.  Il a été beaucoup question de traçablité, de  l’affaire de la viande de cheval dans des plats préparés fabriqués par Comigel. Vanves est l’une des  rares villes à avoir institué un contrôleur de restauration,  pour faire la liaison entre la mairie et le concessionnaire pour s’assurer que les prestations correspondent au cahier des charges. « Souvent c’est le problème, car lorsque les communes déléguent des services à des prestataires de services, elles n’en assurent pas le contrôle » constatait le maire.  D’autres questions ont concerné  l’élaboration des menus. Bernard Gauducheau  a insisté sur le fait que  « 20 ans après l’instauration de cette liaison froide, la ville maîtrise bien le dispositif, mais on pourrait aller plus loin, en mettant en œuvre un partenariat avec les familles, de telle sorte que l’éducation à la nutrition des enfants ne repose pas uniquement sur les 4 à 5 repas pris à l’école, mais aussi sur les parents afin qu’ils aient  un rôle complémentaire ».

     

    Coincidence, Le Conseil Régional de la Région Ile de France examinait deux jours après cette réunion, un rapport tout à fait d’actualité sur les filiéres agricoles et une alimentation de qualité et de proximité : « Chiffres à l’appui, l’alimentation de qualité et de proximité constitue une attente pour les 12 millions de consommateurs Franciliens, qui se déclarent adeptes de fruits et légumes et très sensibilisés aux labels locaux. Mais en Ile de France, seulement 18 % des exploitations sont intégrées à un circuit de commercialisation en circuit court. Un chiffre modeste, d’autant que restaurants collectifs, marchés, salons, et magasins de producteurs verraient d’un bon œil l’arrivée de produits du terroir francilien. Un enthousiasme qui se heurte pourtant à des difficultés structurelles et naturelles. Exploitations agricoles de moins en moins diversifiées, problèmes d’acheminement des produits, saisonnalité des fruits et légumes, manque  d’infrastructures de transformations,  l’ÎDF reste un territoire de rupture entre ceux qui produisent vers l’export et ceux qui consomment ».

    Ce rapport constatait que l’élevage laitier et allaitant sont des filiéres isolées, le cheptel francilien  étant passé de 35 000 têtes en 1970 à 12 000 têtes en 2010 ( 6394 vaches laitiéres et 6256 allaitantes). « La filiére laitiére bovine souffre d’exploitations isolées, peu soutenues, alors qu’elles sont performantes, bien structurées avec une production élevée,  victime du désintérêt des industriels pour leur production avec un risque d‘abandon de la collecte (de lait). L’élevage allaitant (250 éleveurs pour une production de 2400 tonnes de viande) souffre des élevages très dispersés, des frais de transports et d’abattages élevés, l’absence de label qualité régional, et la disparition des acteurs para agricoles (conseillers spécialisés, fabricants d’aliments, vétérinaires ruraux) ». Sans commentaires.  

  • LES RENDEZ VOUS A VANVES D’UNE SEMAINE TRES CULTURELLE : Artdanthé au théâtre, Jazz à Gazier et Patrimoine de la chanson aux Platanes

    La dominante de cette semaine sera culturelle avec l’un des grands rendez-vous du Festival Artdanthé Vendredi et Samedi prochain : « Lil’Dragon » de la jeune compagnie Shonen dont les origines sont urbaines, faisant le lien  du hip hop avec les arts numériques, souvent en résidence au Cube à Issy les Moulineaux. Rappelons que cette 15éme éditon du festival Artdanthé a débutée le 29 janvier dernier et s’achèvera le 25 avril 2013 avec 59 spectacles dont 18 créations, donnés par 51 compagnies d’artistes. « La grande tendance, est plus que jamais le soutien à l’émergence, aux jeunes compagnies aux tendances danse-théâtre. Et pour cette année anniversaire puisque c’est le 15éme festival, il y a les coups de cœur de José Alfarroba dans la programmation, avec des artistes qu’il connait ou qu’il a connu très longtemps à l’avance, ou  qu’il a toujours rêvé de programmer. C’est le cas avec Armel Roussel qui est l’événement du festival avec une carte blanche du 2 au 13 Avril 2013 pendant laquelle il y aura 7 spectacles mais principalement « Ivanov Re/Mix » qui est la version moderne « d’Ivanov » de Tchékoff. Cet auteur très prisé par les jeunes auteur, est mis encore une fois à l’honneur cette saison après le succés de « Platonov » qui sera la saison prochaine repris pendant un mois, ce qui n’est pas rien, au théâtre de l’Odéon. Une confirmation que le théâtre de Vanves avance (difficilement) dans le bon sens » indique Tristan Barani (assistant du Festival Art Danthé).

     

    L’autre tendance de ce festival est aussi  la part la plus importante donné au théâtre. « C’était une demande du public voilà quelques années. José Alfarroba avait marqué son soutien à la danse, parce que  la danse est une discipline plus faible du spectacle vivant, moins diffusée, plus difficile à en parler, à faire découvrir aux gens et à les rendre curieux. Le théâtre a toujours cet « aura » prestigieux à Paris, et en  France. Et il a aussi une plus grande importance dans la saison. De nombreux projets ou succés de la saison  se retrouvent dans le festival : « La noce » et « derniers remords avant l’oubli » qui a été rejoué à guichet fermé la semaine dernière, avait déjà été programmé en Novembre, créée à Vanves voilà deux ans. Ses deux piéces  se sont inscrtites dans un tryptique qui est en cours de construction, autour de l’héritage de Mai 1968 au travers de 3 textes de Brecht, Lagarce….grâce un jeune collectif « Collectif In Vitro » avec  Julie Deliquet qui soutient le théâtre de Vanves ».

     

    Tristan Barani invite les vanvéens à venir pousser la porte du Théâtre pour découvrir l’une des spectacles de ce festival : « La démarche n’est pa difficile,  soit on connait l’artiste, soit un texte avec son auteur et curieux de découvrir comment un metteur en scéne va le travailler. Et quand il n’y a ni texte, ni artiste connu, ce qui arrive souvent avec les jeunes compagnies, il ne faut pas hésiter à se laisser tenter, à venir se renseigner au théâtre, venir lire la revue de presse qui est affiché dans le hall d’accueil, et à suivre ce qui se passe sur le site internetdu Théâtre Le Vanves où sont mis des articles de presse ». José Alfarroba racontait cet automne que les rencontres d’un chorégraphe ou d’un danseur avec une classe  de vanves pour un projet de spectacle présenté par les enfants dans le cadre du et des précédents festivals, a permis de faire venir leurs professeurs et bien d’autres. « C’est cela qui nous a fait venir le plus de spectateurs de Vanves au départ, certains venant voir tous les spectacles du festival. On discute des spectacles, quelquefois difficile. Comme avec cette dame qui me disait : « Je ne pense pas être plus bête qu’une autre ! Je lis Le Monde ! Je suis venu voir des spectacles où je ne comprends rien ». Et je lui répondai que « cela m’arrive. Des fois, je ne comprends rien. Mais je me fais ma propre idée, je voyage à l’intérieur d’un projet ». Et elle continue à venir, à prendre des abonnements : « Il y a des choses que je ne comprends toujours pas. Mais c’est vrai que je passe des bons moments…d’émotion » ajoutait elle. Et en plus la danse est un spectacle pas très long ! ».

     

     

     

    Lundi 11 Février : IMPROVISATIONS

    A 19H30 à Panopée : Michaël Allibert, chorégraphe-interpréte interprétera un solo sur scéne, une improvisation sur le théme du « trouble de la chair », de la « putasserie » ou « comment se vendre sur scéne, tout en levant son index gauche à la face de la compromission et du mensonge ». D’abord entré au théâtre, il est entré dans la danse « simplement pour améliorer ma conscience du corps en tant qu’acteur ». En Mars 2011, il a remporté le prix de la Recherche lorsd des Hiverûclite » organisées par les Hivernales d’Avignon.  Il sera suivi de  « Vorspiel OP 1 » d’Emmanuel Eggermont, véritable travail de recherche sur l’espace qu’il interpréte avec deux autres danseurs

    A 21H au Théâtre : « Bouncing Universe in a blulk – the sky » de Eric Arnal-Burtschy. C’est l’aboutissement d’un projet présenté pour la première fois en 2011 dans ce festival. Un travail sur le vide et l’infini  d’Eric Arnal-Burtschy dont les créations explorent tant ces logiques et le fionctionnement des sociétés humaines

    Mardi 12 Février : RESTAURATION  

    A 18H à la Palestre : Conférence sur la restauration scolaire avec la société prestataire Elior à destination de tous les parents d'élèves, avec des spécialistes de la nutrition et une présentation des actions (dont l'organisation du temps de midi). Rappelons que voilà 20 ans,  le conseil municipal du 30 Mars 1993 décidait d’instituer la liaison froide pour la restauration scolaire assurée dés la Rentrée de Septembre 1993 par la Société Générale de Restauration. Contrat qui fut au centre de la polémique politique lors des élections municipales  de 1995

    A 20H30 à l’espace Gazier : Bœuf Jazz

    Mercredi 13 Février : DEBUT DU CAREME

    A 12H15 à l’église Saint François (et à 20H30 à Saint Remy) : Messe des cendres qui marque le début du carême pour la communauté catholique de Vanves.

    A 18H30 à l’espace Giner : Vernissage de l’exposition de Kamoum Tharwet, artiste tunisien installé à Vanves depuis 2010.

    A 19H30 à Panopée : « Weltanschauung » création de Clément Thirion et Gwen Berrou qui glissent « le spectateur  non sans (auto)dérision, leur rêve d’une humanité davantage à l’écoute de son corps, et surtout de son hémisphére droit (siége des sensations et de notre connexion au monde »

    A 21H au Théâtre : « L’artificier » d’Olivier Normand qui est un solo où il mêle danse, chant et parole afin de travailler la figure de l’artiste à travers plusieurs situations scéniques (concert, récital, solo de dans ou monologue). Il a réalisé en 2009 à Paris VIII un mémoire de Master intitulé « le saut de Nijinski : un essai d’élucidation » et co-signé avec Myléne Benoit une pièces pour 4 danseurs dans un dispositif vidéo présenté au festival en 2010 « Ici »

    Jeudi 14 Février : SAINT VALENTIN

    A 9H30 au Conseil Régional : Bernard Gauducheau assiste à la séance plénière du Conseil Régional où il devrait être beaucoup question d’emploi

    Vendredi 15 Février : UN TEMPS FORT POUR ARTDANTHE

    A 9H30 au Conseil Régional : Bernard Gauducheau assiste à la séance plénière du Conseil Régional

    A 19H30 au théâtre  : « Lil’Dragon » de la jeune compagnie Shonen dont les origines sont urbaines, faisant le lien  du hip hop avec les arts numériques, souvent en résidence au Cube à Issy les Moulineaux. Elle mélange un peu les genres, danse contemporaine, hip hop et les arts numériques plus qu’omniprésents. Cette création a fait participé toute une classe élémentaire de Vanves de l’école J.Cabourg au titre de l’action artistique. Le but de ce projet est de parler de la transmission, avec sur scène, une ancienne étoile du ballet royal du Cambodge,  princesse qui a fui la dictature, âgée de 70 ans, en lien avec une danseuse hip hop de 25/30 ans, et une vingtaine d’enfants qui ne font qu’un et représentent une sorte de magna du vent qui va inter-agir sur la création numérique. Eric Minh Coung Castaing, chorégraphe et auteur cette création qui vient du dessin animé, utilise un systéme de 3 D mapping comme pour les films d’animations

    A 20H au restaurant Les Platanes : Diner spectacle sur les plus belles chansons du patrimoine français » avec Fanfan & Paulo , accompagné de Moules frites à la Provençale

    A 21H à Panopée : « 66 Gallery » de Bérangére Janelle  piéce de théâtre créé tout récemment qui plonge les spectateurs dans une ambiance sonore qui mixe des sons d’archives et les accords de « The ballad of the skeletons » composée par Mac Cartney et Ginsberg. Elle a suscité la participation de 3 vanvéens.

    Samedi 16 Février

    A 8H à Rumilly : 3 équipes de la section Boules Lyonnaises de Vanves participent au championnat organisé par le club de boules lyonnaises de cette ville de Savoie dans le cadre de son jumelage avec le club d’Albens

    A 14H à l’Espace Jean Monnet : 3éme Rencontres associatives sur deux thémes : la recherche de financement et la gestion es ressources humaines

    A 19H30 au théâtre  : « Lil’Dragon » de Shonen