Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

projets immobiliers

  • CONSEIL MUNICIPAL : ECHANGES SUR LA POLITIQUE URBAINE DE LA VILLE DE VANVES

    Le Conseil Municipal de mercredi soir a été consacré aux orientations budgétaires 2019 et à 12 délibérations dont un avis unanime pour la création de la ZFE (Zone à Faible Emission) sur le territoire de la MGP donc de Vanves, à partir du 1er Juillet, où les véhicules très polluant seront interdit de circulation, avec une déclaration solennelle du Maire sur les derniers événements qui ont provoqué cette manifestation  place de la République, Mardi soir, et une intervention sur la 3éme Fleur attribuée à vanves, récompensant les efforts  la ville en matière d’embellissement… sur lesquels le Blog reviendra. Mais les échanges ont surtout concerné le développement des constructions à Vanves, à cause de deux événements : la distribution d’une plaquelle par la ville « Politique urbaine de la vile : Pour une croissance maîtrisée » Et un grand débat organisé par les écologistes hier soir consacré au thème du logement et de la qualité de ville

    Comme le maire s’est félicité d’une augmentation des droits de mutations lors du débat sur les orientations budgétaires, Anne Laure Mondon (PS) n’a pas manqué de faire le parallèle avec bien sur le développement des constructions à Vanves et surtout poser la question de l’offre de nouveaux équipements à cette nouvelle population. Et de s’étonner de la distribution d’une plaquette sur l’urbanisme à Vanves, alors que le V.I. de décembre y avait consacré un dossier, juste avant la date limite   d’un an avant les municipales qui interdit ce genre de communication. Boris Amoroz (FG/PC) s’est étonné que l’investissement soit financé par la vente de terrains et de biens communaux plus que par l’autofinancement : «Faudra t-il bientôt vendre la mairie ? » s’est il interrogé, alors que deux questions orales étaient posés sur le devenir de deux terrains, l’un à l’ange Henri Martin/Victor Hugo, et l’autre sur celui de la rue Diderot où est prévu un équipement sportif, par Valérie Mathey (PS) et Anne Laure Mondon (PS)

    Bernard Gauducheau s’est voulu rassurant sur l’offre de nouveaux équipements publics : « Cette dynamique démographique est relativement légére, et augmente légérement notre population. Avec le desserrement des ménages, on a une pression démographique qui n’a rien à voir avec la progression immobilière…. La population nouvelle n’est pas si nombreuse que cela. L’école Larmeroux a accueilli deux nouveaux élèves dont les familles se sont installées dans le nouvel immeuble à l’angle des rues République/R. Marchron. Et on nous annonce 2 fermetures de classes» a-t-il expliqué en ajoutant que «nos équipements sont suffisants pour l’heure. Mais on est dans la prospective pour prévoir plus tard. Et les équipements qui seront construits, seront utiles dans quelques années, sans compter que l’école du Parc date de 1957 à un moment où l’on ne se préoccupait de centres de loisirs ».

    « La majorité des nouvelles constructions sont réalisées à la place de bâtiments dégradés, de parcelles en friches. Même s’il y a un secteur proche de la gare du Grand Paris Express où l’Etat nous a obligé à modifier les régles du PLU, un grand nombre de pavillons seront préservés car il n’est pas possible de construire du collectif à leur emplacement » a-t-il expliqué en constatant que « notre niveau de construction reste raisonnable. Cela n’a rien à voir avec le Plateau  des années 1970/80 ! On fait dans la dentelle ! » Et s’il a publié une plaquette « c’est pour expliquer et faire de la pédagogie. C’est mon rôle de responsable politique d’expliquer la vérité face à des intérêts privés, et surtout face à des gens qui ne sont pas content que l’on construise un immeuble en face de chez eu.  Il y a des formations politiques qui organisent une réunion sur ce théme sous prétexte de grand débat national ! Mais comment loge-on tous ces gens ? Ou mettons nous les 70 000 logements à construire par an » s’est il énervé en promettant « qu’on va s’expliquer sur le sujet ! » 

    Guillaume Moucheroud (EELV) a alors  apporté une précision : « Nous ne sommes pas alignés sur les gens qui font des pétitions contre les constructions. On organise un débat sur logement et qualité de ville ». Et puis si l’on a un peu de mémoire, il aurait pu faire un rappel : les écologistes, lors des Municipales de 2014, au lendemain de l‘adoption du SDRIF (Schéma Directeur Régional Ile de France) n’étaient pas contre une certaine densification de la petite couronne, puisque justement ce document d’urbanisme pronait la construction de 75 000 logements par an. La majorité municipale actuelle le leur a bien reproché dans un tract entre les deux tours, en les accusant de vouloir détruire la zone pavillonnaire de Vanves. Et aujourd’hui, si  des vanvéens sont critiques face à cette vague de nouvelles constructions, ils reprochent  surtout à l’équipe municipale de laisser faire sans plan d’ensemble, ni de schéma d’aménagement communal, et en se limitant simplement au respect du PLU.

  • REUNION PUBLIQUE DES HAUTS DE VANVES : 3 NOUVEAUX PROJETS IMMOBILIERS

    L’autre théme abordé lors de la réunion publique du quartier des Hauts de Vanves, à l’école Larmeroux, lundi dernier, a été les nouveaux projets immobiliers prévus dans le triangle d’or du clos Mntholon, entre la rue du Clos Montholon, les avenues du Général de Gaulle et del La Paix. « Tout cela est la conséquence de l’arrivée du Grand Paris Express et de sa gare » constatait le maire de Vanves qui estime à 800 logements les constructions prévisibles et à 2000 les nouveaux habitants. « On voit de grands projets concrets émergés qui participe à la construction du Grand Paris ». Evidemment, des participants n’ont pas manqué de poser des questions des conséquences sur la circulation – « Le Grand Paris Express devrait inciter ses habitants à utiliser les transports en commun plutôt que leur véhicule » -  et les équipements publics et notamment les écoles – « On maîtrise les choses » avec une extension de l’école du Parc – ainsi que la préservation de la qualité de vie : « On ne peut pas aller contre le progrés (urbain). Et chacun a ses motivations (à propos des propriétaires qui vendent leurs pavillons). Il y a un juste équilibre à trouver ! »   

    Plusieurs projets immobiliers ont été présentés

    Bouygues Immobilier au 171/175 avenue du Général de Gaulle avec 54 Logements. L’immeuble respectera le retrait de 28m par rapport à l’avenue pour s’aligner sur les autres bâtiments. Cet espace sera végétalisé avec un jardin florentin (constitué de rosiers et de l’eau). Le bâtiment de 3 étages sur rez de chaussée, comportera des terrasses et un toît végétalisé, avec un parking souterrain de 57 places. La commercialisation des appartements commencera en Mars 2018, et les travaux se dérouleront entre le 4éme trimestre 2018 et 2020.

    Franco-Suisse construit  à l’angle des avenues  du Général de Gaulle (147/149) et de La Paix un immeuble R+4 de 83 logements (sur la photo). Il est assez long scindé en deux bâtiments, les façades étant en pierre massive, avec au dernier étage un revêtement en zinc, et des terrasses massives. Un jardin est prévu derrière avec un grand hall d’entrée à l'angle des deux avenues. Le chantier doit démarrer à l’été 2018 et durer 24 mois

    Ce promoteur devrait compléter par une seconde tranche de 83 logements au niveau des 18/24 Rue du Clos Montholon, les deux immeubles  qu’il construit au niveau de 26/34, l’un sur le devant de la rue (53 logements) et l’autre en arrière (37), grâce à l’acquisition de 4 parcelles qui avait été présenté lors de la réunion de Juin dernier. La façade de cet immeuble  sera toujours en pierre massive, avec des loggias, un bardage en zinc au 2éme étage, avec un proche à double hauteur permettant une vue sur le jardin intérieur.Ses 83 logements seront répartis sur 3 entrées, avec un rez-de-chaussé qui donne la possibilité d’installer un cabinet médical avec entrée indépendante 

  • UN ETE A VANVES PLEIN DE CHANTIERS ET DE PUBLICITES… SURPRISES

    Pendant que les vanvéens se prélassaient au soleil durant cet été 2017, bien ventueux et brûlant dans le sud quasiment automnale en Ile de France, Vanves était en chantier. Le plus emblématique a été le Grand Paris Express (GPE) et le ripage de cette dalle de 7000 tonnes dans la nuit du 12 au 13 Août qui constituera le support des voies SNCF Paris Montparnasse et le toit de la grande salle de correspondance entre la ligne N du Transilien et la ligne 15 Sud du GPE. Ce qui a impliqué une interruption du trafic sur cette ligne entre le 11 et le 16 Août programmé depuis 5 ans. Beaucoup de riverains notamment vanvéens ont pu profiter d’une visite du chantier le samedi après-midi, mais beaucoup étaient venus le long de la rue du Clos Montholon d’où ils avaient une vue imprenable sur l’évolution du chantier

    Pas comme l’incident de la gare Montparnasse qui a provoqué la pagaille le dernier week-end de Juillet et valu à Vanves une publicité involontaire : La panne provenait d’un défaut d'isolement électrique dans le poste de signalisation situé proche de la Vanves-Malakoff qui gère plusieurs centaines d'aiguillages et de signaux. Une forte sollicitation du réseau» lors de ce week-end de chassé-croisé en serait la cause, la maintenance du poste de commande «n' étant pas mise en cause» selon le PDG de la SNCF. Le problème trouverait plutôt sa source dans «l'extension de cet équipement dans le cadre de la mise en service des nouvelles lignes à grande vitesse (LGV) vers Rennes et Bordeaux» : «C'est un défaut dans ces travaux qui est à l'origine de la panne» avait-il ajouté. Ce qui n’a pas empêché cette réaction assez juste d’Elisabeth Borne ministre des transports : « C'est bien de faire des lignes à grande vitesse pour gagner du temps pour aller à Bordeaux et à Rennes mais, si après on est bloqué à Montparnasse, on voit bien que ça ne va pas ».

    Par contre Vanves a mise à l’honneur dans le JT de France2, le 14 Août avec un reportage sur le systéme particulier de traitement de l’eau de sa piscine à l’ozone qui attire beaucoup de parisiens et de voisins 

    L’autre caractéristique de cet été pourri à Vanves a été l’ensemble des travaux de voirie qui ont bloqué certaines voies publiques comme la rue Jean Bleuzen, l’un des plus longs chantiers, ou les rues Falret, Victor Hugo, Jullien, 4 Septembre pendant quelques jours pour des réfections nécessaires ou des aménagements de sécurité routière et piétonnaire comme ce fut le cas rue Jean Bleuzen. Et encore, la circulation était rétablie souvent en fin de journée

    Un important chantier qui se poursuit jusqu’au 22 septembre est la transformation du terrain de football d’honneur du PMS André Roche (sur la photo) où est amenagée une pelouse synthétique. Ce qui devrait entraîner une réfection de la piste d’athlétisme non prévu. Enfin des immeubles en cours de construction prennent forme comme la Résidence Niwa (158 logements) rue A.Briand, le 14 bis de la rue V.Hugo (13 logements) alors que voilà un an, la destruction du pavillon était en cours, le 41 bd du Lycée (24 logements) sur un terrain biscornu…