Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mur anti bruit

  • LE MUR ANTI BRUIT SNCF DE VANVES : POINT D’ETAPE SUR DES TRAVAUX QUI DEBUTERONT EN AOUT

    A l’occasion de la réunion publique des Hauts de Vanves le 19 Mai dernier, le maire de Vanves a fait un point sur l’état d’avancement du mur anti bruit le long de la voie SNCF Paris Montparnasse, à la veille d’un Conseil Métropolitain de la MGP (Métropole du Grand Paris) qui a adopté un Plan de Prévention du Bruit ferroviaire routier, aérien  dans l’Environnement (PPBE) pour la période 2019-2023. La MGP a dédié un budget de 100 M€  sur 5 ans dédiés aux travaux proposés par les communes, en coordination avec les gestionnaires d’infrastructures, en matière d’aménagement de bitume silencieux et de mur anti bruit dont devrait profiter Vanves ( ?)

    Ce mur anti bruit doit s’étendre sur 1 km  côté Vanves depuis la gare Vanves/Malakoff jusqu’à 30 m du pont du Clos Montholon. Des travaux préparatoires sur les réseaux concessionnaires se sont déroulés en Avril et en Mai. Mais à cause d’un appel d’offres infructueux, Le chantier a pris du retard. Vinci devrait commencer la chantier en Août, après des études d’exécution, sachant qu’il se déroulera de 1H à 4H du matin : Le chantier débutera le long de la rue de l’Avenir avec une phase critique de 18 nuits lorsque le béton sera injecté avec des micro pieux. Une seconde phase se déroulera au niveau de la rue Diderot, et une troisiéme vers la gare de Vanves/Malakoff des deux côtés pour se terminer en septembre 2020.

    A chaque fois les travaux comporteront des phases de dépôt des clôtures,terrassement et fondation (1 mois), pose des écrans et supports (1 mois). Le chantier devrait se terminer en Septembre 2019. Le mur anti bruit sera une structure absorbante, composé de caisson métallique perforé de couleur beige de 2 à 3 m. 

    La représentante de SNCF Réseau a indiqué, à la suite de questions des riverains qu’une seconde campagne de mesure du bruit pourrait être faites sur des sites qui osent des problèmes, que la ville ou des riverains pourront côté ville le rendre paysager, sachant que l’entretien sera de leur entière responsabilité, la SNCF n’entretenant jamais ses talus – qui sont quelquefois dans un état déplorable – et  Vanves est bien placé pour le savoir

  • DERNIERS ECHOS DES REUNIONS PUBLIQUES DE QUARTIER DE VANVES

    Plusieurs projets ont été présentés lors des réunions de quartier de cet automne sur lequel revient le Blog menés par la Ville  et GPSO qui, à chaque fois, a présenté ses interventions et ses réalisations.

    UN RESTAURANT ITALIEN DANS UN PAVILLON DU PARC DE VANVES  

    Le pavillon du parc F.Pic entre l’entrée public du parc et l’école Larmeroux est en plein travaux. Des bâches cachent le chantier qui a commencé. Il devrait accueillir un restaurant italien. Il avait été occupé auparavant parle gardien du parc, puis par des employés communaux en service astreint. Lorsque le dernier locataire est parti à la retraite, la ville avait envisagé de le réaménager pour en faire une salle d’exposition, un lieu pour les associations, les réceptions familiales etc…  Mais voilà, dans un contexte budgétaire difficile avec des dotations de l’Etat gelé, la péréquation et… la mairie a changée son fusil d’épaule comme l’a expliqué Bernard Gauducheau lors de la réunion publique du quartier des Hauts de Vanves, parce que ce réaménagement aurait coûté plusieurs centaines de milliers d’euros. « On a décidé de prendre un autre axe, d’organiser une consultation pour créer un espace de restauration  et de convivialité.. Nous avons retenu la proposition d’un restaurant iralien avec un espace traiteur qui sera tenu par un vanvéen » a-t-il annoncée mais sans citer son nom : Il s’agit  de Xavier Sabrazes,  a été retenu. Ce restaurant-épicerie devrait ouvrir avec 30 couverts à l’intérieur et 55 places en terrasses dans un décor tout à fait italien selon les photos du projet présenté lors de cette réunion, avec une grande baie vitrée sur la façade côté Larmeroux, une pergolas au dessus de la partie extérieure une petite extension à l’arrière du bâtiment, avec une isolation vis-à-vis de l’école, et une transformation compléte de l’intérieur…ce qui représentera 500 000 € d’investissement

    REQUALIFICATION DU SQUARE DE l’INSURRECTION :

    La requalification du square de l’Insurrection est en cours de discussion et de réflexion au sein des servicesde GPSO qui réalisérait ses travaux. « L’idée est de retravailler sur le qualitatif de cet espace » selon la maire de Vanves  qui parlait d’un temps de murissement du projet pour l’instant lors de laréunion publique du quartier Centre-ville -Saint Remy le 10 Décembre dernier. «L’idée de réaliser une opération semblable à celle du square du 11 Novembre (ïlot du Métro)

    MUR ANTI BRUIT

    Le projet de protections phoniques le long de la voie SNCF traîne depuis des années. «Suire à une réunion de travail, on nousa annoncé un démarrage des murs anti-bruit pour 2019 ! » a annoncé le maire lors de la réunion des Hauts de Vanves le 29 Novembre. Mais voilà, il existe des désaccords sur les modalités opératoires du chantier pour éviter de pénaliser les habitants. En attendant, des vanvéens se sont plaints de l(état des passerelles piétons permettant de traverser cette voie ferrée Paris-Montparnasse

  • 2éme REUNION PUBLIQUE DE QUARTIER : LE PLATEAU DE VANVES SERA LE GROS CHANTIER DU MANDAT

    La seconde réunion publique de quartier pour le Plateau n’a pas réunie autant de monde que la première consacrée largement au réaménagement de la rue jacques Jézequel avec les habitants du quartier Centre Ancien-Saint Remy à la Mairie. Et peut être à cause de l’assemblée de la copropriété du 55 rue Jean Bleuzen. Dans cette école Marceau, lundi soir, Bernard Gauducheau était entouré par quelques nouveaux, Xavière Martin, Nathalie Le Gouallec, et anciens, Alain Toubiana, Bertrand Voisine, Marie France Munier, et quelques opposants : Anne Laure Mondon, Valérie Mathey, Boris Amoroz. Il n’a pas caché que le Plateau de Vanves serait l’un des gros chantiers de la mandature pour requalifier ce quartier qui a plus de 40 ans et qui a besoin d’un lifgting

    Une habitante du Plateau a tout d’abord posée une question sur l’enquête domaniale du Plateau effectuée voilà plus d’un an. « C’est la conséquence de l’absence de repères pour déterminer les propriétaires des différents espaces publics et privés  sur le Plateau dans la mesure où il y avait très peu de traces domaniales, Nous avons mandaté un expert géomètre (pour un  coût de 84 000 €) qui a tout répertorié, identifié, avec un plan concret qui permet de savoir qui est chez qui. Ce plan disponible en mairie peut être consulté, et contesté, mais à la condition que le plaignant finance un nouveau paramétrage » a-t-il expliqué en reconnaissant que c’est une base de travail pour commencer à travailler avec les copropriétés dans de bonnes conditions pour rénover ce quartier qui a maintenant plus de 40 ans d’existence. Une riveraine a justement demandé ce qu’il en était de la requalification de la rue Auguste Comte : « Nous aurons l’opportunité de le faire avec les immeubles de bureau (où sont installés l’ADEME, Orange…) qui devraient ête rénovés ou reconstruit à l’occasion d’un changement de propriété (un fonds de pension). Il faudra alors jumeler les travaux «  a-t-il indiqué en ne cachant pas que l’un des gros chantier d’aménagement du mandat, concernera justement  ce secteur du Plateau de Vanves

    Le maire avait d’ailleurs  commencé  la réunion en passant en  revue, les chantiers : Le réaménagement du square Jarrousse qui a commencé début Juin, avec conservation de la fontaine, du kiosque et du bassin devant, suppressions des canaux en croix, avec cheminement piétonnier en périphérie pour dégager une pelouse centrale. « Le coût des travaux se monte à 500 000 €. Ils commenceront  par la fontaine et le comblement des canaux ». Le siège d’Hachette dont le bâtiment devrait être livré à la mi Juillet 2014 même si beaucoup de riverains craignent que les délais ne soient pas tenus vu l’état du chantier. Une participante a  demandée ce qui a été prévu pour les accueillir : « L’expérience d’Audiens montre que beaucoup viendront par le métro ou les bus ». Une autre s’est inquiété que des antennes soient érigées, ayant aperçu une forêt de tuyaux. « Ce qui ne veut pas dire qu’il y ait des antennes. Je n’ai pas de demande d’autorisations en cours ».  Des équipements publics où les travaux poursuivent plusieurs objectifs avec la mise en accessibilité, la performance énergétique, la remise aux normes incendie et électrique : Ecole Marceau avec réfection du préau, création d’un  bureau pour le centre de loisirs, installation d’un ascenseur, réaménagement d’un étage. Des échaffaudages qui ont été installés avec 4 mois d’avance, alors que ses travaux seront réalisés pendant les vacances scolaires,  font beaucoup de bruit dans tous les sens du terme. Biblio club avec création d’un mezzanine avec des bureaux, une salle des contes réaménagé. La Créche Pomme Canelle avec la poursuite d’une réhabilitation déjà entamée lors d’une première tranche avec agrandissement de l’unité d’accueil, réfection de l’espace jeux et local poussettes, installation de radiateurs basse température….  

    Une cliente, sûrement, s’est inquiété du départ du boulanger de la rue S.Carnot (prés de l’église Saint François) : « le propriétaire du fonds ne veut pas vendre alors que le gérant était prêt à l’acheter ». Jacques Dumont a demandé s’il était prévu « une autre salle pour le sport car le gymnase du Plateau est devenu trop juste » - « On a bien conscience que la population augmente. Mais on a jeté notre dévolu sur le quartier Aristide Briand où serrait aménagé un petit gymnase. Peut être à plus long terme, le gymnase Maurice Magne pourra faire l’objet d’une rénovation ou d’une extension ». L’ex-président de la FNACA a demandé si l’on ne pouvait pas prévoir un escalier mécanique à la station Malakoff-plateau de Vanves pour rejoindre le quai en direction de St Ouen ou Gennevilliers. « Le probléme n’est pas de créer un ascenseur ou un escalier mécanique, mais de faire aussi dans toutes les autres stations m’a expliqué le président de la RATP Mongin lorsque je l’ai rencontré récemment. Une étude de faisabilité devrait être lancé, mais ils ont d’autres priorités » lui a-t-il répondu en ajoutant : « Sur le métro, je ne veux pas me faire avoir comme pour le mur anti-bruit le long des voies SNCF  Paris Montparnasse où l’Etat vient de désengager »