Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sncf réseau

  • HAUTS DE VANVES : LA DENSIFICATION DU CLOS MONTHOLON SANS COMMERCES, NI SERVICES, QUESTIONNE LES RIVERAINS

    Pour cette première réunion semestrielle de quartier, lundi dernier,  le maire de Vanves avait choisi de l’organiser dans la salle polyvalente des nouveaux équipements du PMS A.Roche qui entoure la tribune requalifiée. Le public était venu nombreux, un peu à l’étroit par rapport au préau de l’école Larmeroux, mais dans ce quartier du Clos Montholon en pleine mutation. Il en a d’ailleurs été question grâce aux questions de quelques habitants sous l’œil attentif de Piere Toulouse candidat EELV aux élections municipales.

    Les travaux du mur anti bruit ont été présenté pour la troisiéme fois par SNCF Réseau, parce qu’ils vont, enfin, commencer, après avoir été annoncé pour cet été. Un point sur le chantier du Grand Paris Express a été fait, comme d’habitude, sur le chantier de la gare Fort d’Issy/Vanves/Clamart (FIVC) par une représentante de la société du Grand Paris. Ainsi que sur ceux de GPSO dans le quartier qui concernent la voirie (requalification rue A.briand, campagne de marquage au sol de 30 passages piétons, réaménagement du parking à l’entrée du PMS etc…), les espaces verts avec la plantation de 98 arbres dans la ville, la requalification du square de la place de l’Insurrection, le projet de kiosque à journaux ayant été abandonné après celui ce foodstruck grec, car le société gestionnaire ne trouve pas l’endroit intéressant pour en ouvrir un.

    Bernard Gauducheau a insisté sur deux projets : La requalification des rues Raymond Marcheron et Larmeroux pour 1,7 M€ qui a été déclassé par le département en voie municipale, le Conseil Département se déchargeant de certaines voiries comme cela a déjà été le cas à Vanves. «Cela a pris du temps car on n’était pas d’accord sur ce qu’il aurait dépensé s’il avait fait lui même les travaux (1,4 M€) comme c’est la régle. Cet accord a été trouvé. Nos services préparent un pré-projet avec GPSO qui sera présenté en réunion publique où les vanvéens feront un choix. L’idée est que cet axe très fréquenté soit apaisé et sécurzté» a-t-il expliqué. Il a même indiqué, qu’un nouveau permis de construire a été déposé par Bouygues Immobilier pour son projet à l’emplacement de deux pavillons, à côté du Centre des Impôts, qui «prend en considération les demandes des riverains»

    Il a annoncé une avancée dans la municipalisation de la rue de l’Avenir qui est une voie privée dans sa partie descendante. Ses services ont trouvé dans le règlement du lotissement, la possibilité d’intervenir pour la puissance publique et mettre de l’argent pour le requalifier. Ce qui est une garantie juridique. GPSO interviendra pour sa remise en état après concertation avec les riverains.

    Plusieurs questions ont été posé sur ce «triangle d’or» du clos Montholon, entre la rue cu Clos Montholon, les avenues du Général de Gaulle et de la Paix. Et notamment sur le bout, le plus proche de la futur gare du Grand Paris Express : « L’EPFIF (Etablisement Public Foncier Ile de France) exerce une veille, pour que la ville puisse intervenir  et préempter en cas de vente, pour contribuer à l’aménagement de ce site, avec des logements, des commerces… » . 8 transactions, pour l’instant,  auraient été réalisé et ont concerné des appartements. Une habitante de cette pointe s’est inquiétée : «Est-ce qu’on va être expropriée ?» - «Non, vous pouvez rester tranquille. La ville préemptera s’il y a vente !» l’a rassurée le maire. «Des programmes importants sont réalisés – allusion aux trois constructions de nouvelles résidences par Boyuges Immobilier et Franco-Suisse – y associera t-on des services ? » a demandé un riverain. Le maire a justifié le choix de la ville d’étendre et de requalifier le groupe scolaire du Centre bien situé plutôt qu’en construire un nouveau dans ce quartier car «les capacités d’absorption de Vanves sont importantes » et qu’avec tous ces nouveaux programmes immobiliers, le nombre de vanvéens devrait rester stable. Mais pas plus de précisions sur l’installation de commerces à cette pointe du Triangle ou dans ce quartier.  

  • LE MUR ANTI BRUIT SNCF DE VANVES : POINT D’ETAPE SUR DES TRAVAUX QUI DEBUTERONT EN AOUT

    A l’occasion de la réunion publique des Hauts de Vanves le 19 Mai dernier, le maire de Vanves a fait un point sur l’état d’avancement du mur anti bruit le long de la voie SNCF Paris Montparnasse, à la veille d’un Conseil Métropolitain de la MGP (Métropole du Grand Paris) qui a adopté un Plan de Prévention du Bruit ferroviaire routier, aérien  dans l’Environnement (PPBE) pour la période 2019-2023. La MGP a dédié un budget de 100 M€  sur 5 ans dédiés aux travaux proposés par les communes, en coordination avec les gestionnaires d’infrastructures, en matière d’aménagement de bitume silencieux et de mur anti bruit dont devrait profiter Vanves ( ?)

    Ce mur anti bruit doit s’étendre sur 1 km  côté Vanves depuis la gare Vanves/Malakoff jusqu’à 30 m du pont du Clos Montholon. Des travaux préparatoires sur les réseaux concessionnaires se sont déroulés en Avril et en Mai. Mais à cause d’un appel d’offres infructueux, Le chantier a pris du retard. Vinci devrait commencer la chantier en Août, après des études d’exécution, sachant qu’il se déroulera de 1H à 4H du matin : Le chantier débutera le long de la rue de l’Avenir avec une phase critique de 18 nuits lorsque le béton sera injecté avec des micro pieux. Une seconde phase se déroulera au niveau de la rue Diderot, et une troisiéme vers la gare de Vanves/Malakoff des deux côtés pour se terminer en septembre 2020.

    A chaque fois les travaux comporteront des phases de dépôt des clôtures,terrassement et fondation (1 mois), pose des écrans et supports (1 mois). Le chantier devrait se terminer en Septembre 2019. Le mur anti bruit sera une structure absorbante, composé de caisson métallique perforé de couleur beige de 2 à 3 m. 

    La représentante de SNCF Réseau a indiqué, à la suite de questions des riverains qu’une seconde campagne de mesure du bruit pourrait être faites sur des sites qui osent des problèmes, que la ville ou des riverains pourront côté ville le rendre paysager, sachant que l’entretien sera de leur entière responsabilité, la SNCF n’entretenant jamais ses talus – qui sont quelquefois dans un état déplorable – et  Vanves est bien placé pour le savoir

  • ECRAN ANTI BRUIT FERROVIAIRE A VANVES : LA PHASE CHANTIER DEMARRE ENFIN EN AVRIL

    Enfin, 18 ans après le lancement de ce projet de lutte contre les nuisances provoquées par le trafic ferroviaire sur la ligne Paris-Montparnasse, le chantier d’installation des écrans anti-bruit,  va commencer ce printemps. Une réunion publique s’est déroulée lundi soir à la mairie de Vanves pour présenter ce chantier qui « va faire beaucoup de bruit pour le réduire » aux riverains venus nombreux. D’autant plus que d’autres chantiers sont menés en même sur celle ligne SNCF-Transilien : La rénovation des voies, le renouvellement du matériel, le chantier du Grand Paris Express…

    Occasion pour Bernard Gauducheau, maire de Vanves de rappeler l’historique de cette affaire qui fut l’un des premiers dossiers qu’il a ouvert en arrivant à la mairie en mars 2001. «Personne ne s’en était préoccupé. Et c’est le seul dossier qui n’aboutissait pas. J’avais plus de reproches que de compliments. Je ne m’en sortais pas. Car il est difficile de faire travailler ensemble, plusieurs institutions : La SNCF qui avait divorcée avec la création de RFF, à ce moment là, la ville de Malakoff qui avait appris qu’on s’en occupait, a voulu y participer, la Région et le département qui se préoccupaient du bruit généré par les infrastructures ferroviaires. On avait réussi à réunir tous les partenaires techniques et financiers sur ce dossier. Mais voilà, la compétence environnementale est passé à la communauté d’agglomération (Arc de Seine) puis à la MGP (Métropole du Grand Paris) maintenant » a raconté le maire. «Ainsi entre 2005 et 2007, une étude a été menée préconisant d’installer des écrans anti-bruit après une première campagne de mesures. Une seconde a été réalisé après une deuxiéme campagne de mesures en 2012. Et le projet a connu un coup d’arrêt après le désengagement financier de l’Etat et de RFF. Nous avons écrit au Premier Ministre, au ministre de la Transition écologique entre 2014 et 2016, nous nous sommes démenés pour aboutir à deux conventions financières qui ont pu être signées pour un montant de travaux de 13 M€ »  

    Vanves et Malakoff entre ainsi dans une phase de chantier qui s’échelonnera jusqu’en 2020 : l’objectif est de baisser de 10 Dcb les zones où le seuil de 73 Dcb le jour et 68 Dcb la nuit sont dépassées entre les gares de Vanves-Malakoff et de Clamart. Ce chantier concerne l’installation d’écrans anti-bruit, huit du côté Vanves, deux du côté Malakoff. Il s’agit de caisson métallique perforé de couleur beige de 2 à 3 m. Des travaux préparatoires sont prévus entre Avril et Mai 2019 avec les dévoiements de réseaux. L’installation des écrans anti-bruit s’effectuera entre Juin 2019 et Octobre 2020, un par un  avec dépôt des clotures, terrassement et fondation (1 mois), pose des écrans et supports (1 mois). Les travaux s’effectrueront de nuit entre Minuit et 4 H du matin, depuis la voie ferrée. Pour ce qui  est de l’isolation des façades l’étude a recensé 12 pavillons et 6 immeubles représentants 455 fenêtres et 135 logements éligibles : 100 diagnostics ont été menés, 6 logements ont été travaux, 40 restent à protéger selon un bureau d’études