Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

maire de vanves - Page 4

  • VANVES , VOISINS SOLIDAIRE ET LA POSTE LANCENT AVEC LES GARDIENS D’IMMEUBLES LA PROCURATION DE PROXIMITE

    Prés d’une cinquantaine de gardiens d’immeubles étaient présents hier en milieu d’après-midi à la mairie pour lancer l’opération « Procuration de proximité » avec Voisins Solidaire et le Groupe La Poste. Il s’agissait aussi de  les mettre à l’honneur pour les remercier d’être un lien social, de jouer les « anges gardien » comme l’a rappelé Françoise Saimpert, maire adjoint chargé de la Participation qui s’est énormément mobilisé sur cette opération

     

    « Le travail de gardien n’est pas simple. Nous avons les mêmes clients, car nous faisons finalement le même travail. Ils sont sympathiques, grognons souvent, grincheux, râleurs…On aimerait bien leur dire ce que l’on a sur le cœur quelquefois, mais on se retient, on ne le fait pas. On aime notre travail car on aime les gens, car certains sont quand même charmants. On a aussi la satisfaction du travail bien fait, car vous vous sentez responsable de ce qui se passe dans votre immeuble comme les maires pour leur ville » leur a déclaré Bernard Gauducheau, maire de Vanves. « C’est une façon d’exprimer la reconnnaissance de la ville aux « anges gardiens. C’est l’occasion de de se retrouver pour faire le point, avec chacun de vous  dans votre immeuble, votre quartier, afin d’améliorer le cadre de vie, nous aider dans nos décisions, car on ne voit pas tout ! ». Les élus ont toujours mis en avant ses gardiens d’immeubles, car ils sont véritablement un lien social, qu’a mis en avant l’opération Voisins Solidaires. Certains ont même insisté voilà très longtemps, sur la nécessité de leur présence pour lutter contre l’insécurité, lorsque syndics et gestionnaires d’immeubles avaient tendance à les supprimer…pour faire des économies.

     

    Justement Atanase Périfan, le créateur de la fête des Voisins et de Voisins Solidaires, président de la Fédération Européenne des Solidarités de Proximité, était présent hier après midi avec les responsables du groupe La Poste pour lancer l’opération « Recommandé de proximité » : « Nous vivons dans une société où nous avons peur de l’autre. L’idée de lancer Voisins solidaires est une réponse à la question « Est-ce que l’on a envie de vivre les uns avec les autres » a-t-il expliqué en ne revenant pas sur les différentes opérations lancées grâce à Voisins Solidaires depuis deux ans dont la dernière : « Recommandé de Proximité ». « Nous avons peu de pays avec un  tel service qui fait un super bon boulot, où une lettre mis à la poste arrive dés le lendemain dans une boîte au lettres au bout de l’hexagone, même si elle est critiqué. Et nous avons des gardiens d’immeubles que beaucoup ne voient pas. Or vous êtes les derniers à mettre de l’humain dans les immeubles. La fête des voisins est en quelque sorte votre fête ». D’où l’idée de lancer ce dispositif dont ils font partie naturellement « afin de développer cette « bonne pratique de voisinage »  et en « ajoutant le mot « réciprocité » à « solidarité »

     

    Les représentants du Groupe La Poste ont expliqué le dispositif simple  à mettre en place grâce à une procuration postale dite de « proximité » qu’il faut remplir et remettre à son facteur qui valide la souscription, « car la lettre recommandée à une valeur juridique et que la personne qui la reçoit s’engage à la donner à son destinataire » ont-ils expliqué.  Elle lui permet de ne pas se déplacer au bureau de Poste pour la retirer, puisqu’elle aura été déposée chez son voisin ou son gardien.  La Poste et l’association Voisins Solidaires ont testé un dispositif astucieux et très pratique dans le XVIIème arrondissement à Paris. « Avec ce nouveau service, un voisin que vous avez mandaté peut prendre, à son domicile, votre recommandé. La Poste vous prévient ensuite par SMS de la remise de votre lettre recommandée ». A Vanves, c’est parti grâce aux gardiens que la ville vient de mobiliser.

  • INAUGURATION DU MAIL SADI CARNOT A VANVES : « ON EST PASSE DANS UN NOUVEAU MONDE »

    L’inauguration officielle du mail sadi Carnot se déroulera demain samedi à 12H devant le collége Saint Exupery avec discours et lâcher de ballon. Ce mail Sadi Carnot est une vieille histoire qui remonte à la première campagne municipal de Bernard Gauducheau au poste de maire de Vanves. A l’époque, il se dénommait le « Parcours Vert » et démarrait de l’ilôt du Métro – où il n’y avait encore Audiens – pour continuer vers le square Marceau (Charles de Gaulle), rue Marceau et la rue sadi Carnot et rejoindre le Centre Ancien jusqu’à la place de la république Il était un des éléments structurant de son projet politique pour Vanves lorsqu’il s’était porté candidat aux élections municipales de Mars 2001. Histoire de ce parcours Vert jusqu’à ce mail devenu une « zone de rencontre »

     

     « J’ai travaillé sur ce projet lorsque je me suis porté candidat parce que j’avais constaté la nécessité de relier le Plateau et le Centre Ancien – une revendication que j’entendais souvent dans la commune -  en requalifiant cet axe qui dessert beaucoup d’équipements publics et divers ( une église, un collége, un cimetière, des services municipaux, une mairie, un théâtre et une bibliothéque etc…),  véritable épine dorsale de la ville, mais aussi un axe structurant, un itinéraire « bis » protégé contrairement à Jean Bleuzen ou Antoine Fratacci, plus paisible, emprunté par les piétons, les cyclistes… »  expliquait il à l’une des premières réunoins publiques organisées pour présenter ce projet et les travaux. Rien  à  voir avec un projet ou une initiative venant de GPSO. « Mais pour des raisons financières, nous avons dû changer notre fusil d’épaule en réaménageant d’abord la place de la République qui nous paraissait le plus prioritaire compte tenu de l’ensemble des rénovations réalisée dans ce quarrtier, reportant à plus tard l’aménagement de ce mail qui est enfin réalisé » durant son second mandat.

     

    Les responsables du bureau d’études BATT et la communauté d’Agglomération GPSO (ex-Arc de Seine) avaient donné lors de cette premiére réunion publique en 2010, quelques chiffres intéressants tirés d’une étude et d’un diagnostic : 1000 véhicules circulaient quotidiennement sur sa partie haute, 1500 sur sa partie basse à partir de la rue Solférino, roulant en général à 27 km/h, ce qui en faisait « une rue relativement peu empruntée et à vitesse faible ». Elle comportait alors  123 places au total en comptant la place du 8 Mai 1945, avec beaucoup d’emplacements à cheval sur le trottoir, des trottoirs étroits, sans vraiment de traversées piétonnes conformes, avec très peu d’emplacements réservés aux handicapés. Le mobilier urbain était très disparate, sans donner vraiment de visibilité aux différents équipements publics…

     

     « L’idée du Mail était de donner un axe continu et apaisé, et une possibilité de jonction entre ses deux quartiers pour redonner une unité à la commune, et encourager une nouvelle façon de vivre la ville. Grâce à une zone de rencontre donnant la priorité aux piétons qui peuvent marcher sur la chaussée, la traverser à n’importe quel endroit,   et aux cyclistes qui peuvent circuler à contre-sens,  avec cette zone 20, où la vitesse est limitée à 20 km/h. Ce   nouveau concept de circulation permet en cohérence avec ce que je fais depuis 11 ans, de rendre la ville à ses habitants, enfants, personnes agées, et de les rendre prioritaires en s’appropriant la ville. Et que cela ne soit pas la circulation automobile qui prime sur les déplacements, mais plutôt la sécurité, la circulation des usagers et des piétons… » expliquait récemment le maire au blog Vanves Au Quotidien qui ajoutait : « Il fallait  marquer plus les abords des équipements publics, refaire une voie plus conviviale et plus pratique, avec un éclairage moins routier et plus adapté à cette zone de rencontre, , où le stationnement est ré-organisé avec un marquage visible ».

     

    Les travaux se sont étalés sur 2 ans pour des raisons budgétaires sur ce tronçon de prés d’un kilométre, où tout a refait de l’assainissement à l’éclairage public, avec la suppression des trottoirs qui facilitent la circulation des PMR, tout en donnant plus d’espaces et de volume. Et la suppression des feux tricolores qui est, en définitive, génératrice de plus de sécurité. La 1ére tranche a concerné la place du 8 Mai 1945 (Novembre 2010 – Juin 2011), et la seconde a concerné une zone allant de la place du 8 Mai 1945 au Collége Saint Exupery puis jusqu’au croisement de la rue Solférino (Juillet 2011- Novembre 2011) L’ouverture des deux premières tranches a provoqué quelques insomnies au maire : « Nous avons dû débloqué des crédits pour faire un accompagnement pédagogique car on ne savait pas du tout ce que cela allait donner.. La police municipale a joué un rôle crucial sur le terrain aux heures de pointe pour sensibiliser les automobilistes et dans les écoles communales ainsi que le collége Saint Exupery concernés par ce Mail Sadi Carnot et expliquer comment cela fonctionne » racontait il lors de la dernière réunion publique de chantier. Et ce n’était pas gagné à l’époque.

     

    Heureusement des efforts considérables avaient été entrepris sur le plan de la signalérique avec l’apposition de signalisations marquant très clairement l’entrée en « zone 20 ». Le grenaillage de la chaussée dans une couleur distincte permet une bonne compréhension du partage de l’espace. Les carrefours avec leur plateformes surelevés permettent de faire ralentir les automobilistes avec la disparition des feux tricolores notamment carrefour Mary Besseyre/Sadi Carnot…  « l’on est passé dans un nouveau monde. Lorsqu’il y a une priorité à droite, les automobilistes ralentissent, alors qu’avec un feu tricolore, ils accélérent lorsqu’ils le voient au « vert ». La situation s’est ainsi améliorée au carrefour du 8 Mai, car les véhicules ralentissent depuis qu’il n’y a plus de feux tricolores. Cet espace est devenu plus sécurisant ».

     

    Enfin, la  troisiéme tranche a été réalisée en 2012 entre le croisement de Solférino jusqu’à l’avenue A.Fratacci ((d’Avril à fin Août). L’investissement représente 1 676 725 € dont 43% (724 912 €) ont été à la charge de la ville qui a reçu une subvention régionale de 227 650 €. « Il faut être très fier que Vanves mette en place un tel aménagement. Mais je comprends que certains soient encore dans le concept ancien de la rue où les véhicules sont encore prioritaires. Mais c’est fait pour améliorer notre cadre de vie et non pour vous embêter, en faire un lieu de vie » insistera t-il de nouveau dans son discours inaugural  tout en reconnaissant que « l’on va casser des œufs ».

  • UNE JOURNEE DEVELOPPEMENT DURABLE SOUS UN SOLEIL TRES REPUBLICAIN A VANVES

    Dans le cadre de la semaine du développement durable, Vanves avec GPSO a organisé, hier,  place de la République une journée de sensibilisation du public réussie grâce au soleil et aux animations. Occasion de découvrir les actions menées par GPSO  dans ce domaine avec ce fameux Agenda 21 lancée voilà un an et voté le 31 Mars dernier par le Conseil Communautaire

     

    « L’engagement de GPSO dans la démarche Agenda 21 doit lui permettre de traduire cette vision et cette ambition via un programme d’actions concrétes et évaluables qui conjugue efficacité économique, cohésion sociale, et respect de l’environnement » expliquent Pierre Christophe Baguet président de GPSO et député maire de Boulogne et Bernard Gauducheau, vice président délégué développement durable dans un éditorial qui ouvre une magnifique plaquette sur papier glacé présentant l’Agenda 21 & le Plan Climat de GPSO sur 52 pages avec son programme  pour trois ans (2011-2013), avec 6 axes déclinés en 40 fiches-actions budgétisées et évaluables.  « La Communauté d’Agglomération a fait le choix d’y intégrer pleinement l’élaboration de son plan climat destiné  à mettre en œuvre des actions favorisant une réduction des émissions de gaz à effet de serre à l’échelon des 7 villes. Il constitue ainsi l’un des piliers de l’agenda 21 tout en bénéficiant de la dynamique engendrée par ce dernier » ajoutent ils.

     

    Les vanvéens ont pu découvrir sur plusieurs panneaux installés prés de la fontaine et du bus « développement durable » de GPSO,  les 5 grands axes de cet  Agenda 21 et Plan Climat : Contribuer localement à relever le défi du changement climatique, préserver l’environnement et le cadre de vie, poursuivre un développement économique durable et équilibré, garantir le « bien vivre ensemble », et  mobiliser les habitants et les acteurs locaux autour de la dynamique de développement durable de l’agenda 21.

    Un panneau présentait la façon dont devrait se traduire toutes ces bonnes intentions à Vanves. Avec tout d’abord les actions réalisées :

    - Conseil en orientation énergétique s’appuyant sur un diagnostic complet du patrimoine communal ;

    - Rationalisation des besoins énergétiques du centre administratif municipal et mise en place d’une sensibilisation aux éco-gestes ;

    - Adhésion à la campagne européenne Display avec affichage des performances énergétiques des bâtiments communaux, et campagne pilote de sensibilisation à l’école élémentaire Larmeroux ; Accompagnement à l’installation de ruche au parc F.Pic ;

    - Adhésion à la convention Sipperec pour les certificats d’économie d’énergie ;

    - Suivi et optimisation de l’ensemble des consommations énergétiques qui voit la mise en place de de régulations thermiques, de sous compteurs électricité, gaz et eau (pour un montant de 35 000 € en 2011)… Ce qui n’est pas négligeable lorsqu’on connaît le coût pour la ville des fluides pour l’ensemble de ses bâtiments : 250 000 € pour l’eau, 755 350 € pour l’électricité et le gaz dont les tarifs devraient augmenter. « Pour les contrer, une action très forte a été justement engagée pour améliorer les consommations avec le travail effectué par le chargé de mission Energie : Optimisation des contrats, mise en place des régulateurs thermiques, de robinets thermostatiques, de mousseurs… »

     

    Un stand de la ville présentait d’ailleurs cette campagne Display, cette optimisation des consommations énergétiques et le projet de mise en place du tri des déchets dans les bâtiments municipaux, la sensibilisation au compostage et aux enjeux de la collecte sélective… Les vanvéens ont pu découvrir la fameuse carte thermique du territoire de GPSO réalisé grâce à un survol de ce territoire par un avion durant une nuit de Février 2011. Et la municipalité a bien sûr communiquée sur sa sélection à la finale du concours lancé dans le cadre de la campagne européenne Display où notre ville est en compétition avec 5 autres villes européennes, Oeiras (Portugal), Velenje (Slovénie), Cork (Irlande), Lille (France) et Cascais (Portugal). « Ce programme issu d’une directive européenne incite les collectivités à  communiquer de manière transparente sur les performances énergétiques de leurs bâtiments publics et de favoriser la réduction de la facture énergétique » indiquait Bernard Gauducheau mais sans expliquer pourquoi cette sélection : Non seulement les performances énergétiques  de chaque site sont communiqué grâce à un affichage sur leur façade, mais aussi grâce à Internet.

     

    Ensuite, les projets à venir  à Vanves : Tri sélectif et collectes spécifiques (cartouches d’imprimantes) à l’hôtel de ville et au centre administratif municipal ; Guide de l’éco-agent et de différents outils valorisant les éco-gestes ; Rénovation  et isolation de la toiture du groupe scolaire Gambetta  (30 000 €) ; Mise en place de régulateurs et de télégestion ; Rénovation thermique de l’étage de l’école maternelle Marceau grâce à des travaux d’isolation (165 000 €), des travaux d’étanchéité de sa terrasse basse (35 000 €)…. De bonnes intentions et un début de réalisation d’actions qui doivent changer la façon de faire et les mentalités.

    Mais voilà, comme l’expliquait Claire Papy, conseillére municipale EELV de Vanves  qui s’investit beaucoup sur ces questions, « cet Agenda 21 est du style top down : l'impulsion vient quasi-exclusivement d'en haut, sans prendre en compte les initiatives locales. Des experts qualifiés, les bureaux d'études et les services, ont bien travaillé. Ils connaissent leur métier, mais les conditions de la politique locale, les retards liés à la fusion, puis la hâte de rattraper le temps perdu ne leur ont pas permis de faire une concertation digne de ce nom : cela prend trop de temps! Et les politiques en avaient-ils le désir? Le forum de concertation de juin (2010) et les ateliers thématiques de fin juin/début juillet (2010) ont apporté beaucoup d'idées malgré la faible participation de la société civile qui a été mal informée. Les quelques associations présentes doivent être très déçues de se voir ignorées dans les fiches actions » écrivait elle sur le blog des Verts cette semaine.