Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

maire de vanves

  • LE MAIRE DE VANVES ET UNE CENTAINE DE SES COLLEGUES FRANCILIENS SE MOBILISENT CONTRE LES MARCHANDS DE SOMMEIL

    Le maire de Vanves fait parti des 100 Maires franciliens qui se sont mobilisés contre les marchands de sommeil et ont envoyé, juste avant les fêtes,  une lettre au Président de la République afin de l'interpeller sur les pratiques illégales qui fragilisent le tissu social de nombreux quartiers du territoire francilien. A l’initiative de V.Pécresse présidente de la Région, Stéphane Beaudet, Président de l'Association des Maires d'Ile-de-France (AMIF)  et Geoffroy Didier, Président de l'Établissement Public Foncier d'Ile-de-France (EPFIF) ils s’étaient réunis le 11 Décembre dernier au siége de la région sur la thématique «Comment mobiliser les acteurs publics pour mieux lutter contre les marchands de sommeil en Ile-de-France ?». Même si Vanves n’est pas touché, il est rassurant de savoir que ses élus se sentent concernés par ce fléau

     Le logement indigne représente 5% des résidences principales privées en Ile de France soit 180 000 logements. Et la Seine-Saint-Denis est l’un départements les plus touchés puisqu’une maison sur 100 a fait l’objet d’une division entre 2003 et 2013. Dans certaines communes, la division pavillonnaire peut représenter jusqu’à 40% de l’offre. Et les loyers pour ces logements atteignent des montants indécents : 650€/mois pour 15m² à Pierrefitte-sur-Seine, 600€/mois pour 16m² à Stains.  Dès son élection en décembre 2015, Valérie Pécresse avait été alertée par de nombreux maires sur le développement de l’activité des marchands de sommeil en Ile de France. Dans certaines communes, ce ne sont pas seulement des maisons mais des rues entières voire des quartiers, qui sont touchés par ce phénomène. Les maires se retrouvent désarmés pour lutter face à une délinquance organisée qui profite de la misère humaine et de l’absence de lois. Ce phénomène menace également l’attractivité des territoires et la vie des quartiers. Geoffroy Didier, président de l’EPFIF, avait animé un groupe de travail, à la demande de Valérie Pécresse au printemps dernier,  composé d’experts en droit public, de professeurs d’université, de maires, de représentants de l’EPFIF et de victimes de marchands de sommeil, pour faire des propositions

    Ainsi, la Région et l’AMIF demandent à l’Etat la mise en place d’une police régionale contre les marchands de sommeil chargée de repérer leurs agissements, de dresser les constats sur le terrain et d’engager les procédures judiciaires et fiscales indispensables. Elles proposent qu’elle soit déployée de manière pilote dans la région afin de servir de territoire d’expérimentation dans la lutte contre ce fléau. Les maires proposent de priver  les marchands de sommeil de leurs ressources financières, en établissant un nouveau régime légal d’expropriation de leurs biens, en étendant le fichage des marchands de sommeil aux SCI (Société Civile Immobilière) pour les empêcher d’échapper à l’autorité judiciaire ou de se déclarer en faillite personnelle, en leur interdisant légalement d’acquérir d’autres biens à louer. Ils demandent de déloger le délinquant plutôt que la victime, en créant un nouveau type de préemption, permettant aux maires d’acquérir un pavillon susceptible d’être acheté par un marchand de sommeil ou en systématisant la confiscation des biens immobiliers utilisés par les marchands de sommeil en cas de condamnation judiciaire

     

    C’est en tous les cas, une initiative intéressante et heureuse car ses pratiques illégales fragilisent le tissu social de nombreux quartiers du territoire francilien. «L'AMIF restera donc vigilante aux prochaines orientations données dans le cadre de la future loi sur le logement, sachant que les maires d'Ile-de-France ont à coeur de lutter efficacement contre les marchands de sommeil » indiquait elle dans un communiqué. 

  • UN DROIT DE REPONSE DU MAIRE DE VANVES

    Le Blog de Vanves Au Quotidien  publie un droit de réponse d’un politique qui souhaite avoir de bonnes relations avec son député après avoir dit « pis que pendre » à son propos lors de la campagne électorale

    « Dans l’article intitulé « La photo du jour à Vanves : peu de Vanvéens pour la célébration de la Libération », publié le dimanche 27 août 2017 dans votre blog, vous m’attribuez des propos déplacés à l’égard du Député Gabriel ATTAL que je n’ai jamais prononcés.

    Je démens catégoriquement avoir tenu de tels propos au sujet du Député de notre circonscription.

    A l’avenir, je vous invite à vérifier vos sources avant de faire de la désinformation.

     En cette période de rentrée scolaire, comme tout bon élève consciencieux, j’ose espérer que vous prendrez enfin de bonnes résolutions afin d’éviter tout malentendu et la diffusion d’informations erronées ». 

  • RENTREE SCOLAIRE A VANVES : LA SECTORISATION DE CABOURG FAIT DES VAGUES

    Vanves n’est pas la seule ville à être tenue de réintégrer dans son école d’origine une élève, puisque Montrouge est tombé aussi sous le joug du tribunal administratif de Cergy Pontoise comme l’indiquait Le Parisien de samedi dernier. Une famille avait vu ses 3 enfants placé dans 3 écoles différentes. A se demander si nos élus mais aussi et surtout  les responsables de l’Education Nationale ne sont pas tombés sur la tête. D’ailleurs, une question vaudrait d’être posé : Le « Mammouth » comme l’a si bien dénommé un ministre de l’Education nationale,  agit il bien dans l’intérêt des enfants et des parents lorsqu’on voit que les vacances de la Toussaint débutent un Mercredi pour s’arrêter un Jeudi. Tout simplement parce des syndicats d'enseignants qui ont 2 mois de vacances, ne voulaient pas d'une pré-rentrée un 29 Août ?  Sans parler des nouveaux rythmes scolaires dont on se serait bien passé. Même un ancien Ministre de l’éducation nationale, Jack Lang le reconnaît. Pas très sympa pour Peillon/Hamon.  Et cela continue avec la sectorisation : Le Blog a reçu un autre témoignage de l’une des trois familles. Sachant que le maire  fera bientôt connaître sa position sur cette affaire qui ne concerne que 3 familles qui "n’ont rien voulu entendre" contrairement aux autres, et sa réaction à la décision du tribunal administratif de Cergy Pontoise.

    « Je fais suite à votre article de ce jour au sujet de la carte scolaire. Nous sommes une des 3 familles concernée par les refus successifs de la Mairie. Nous nous battons vainement depuis novembre dernier pour que notre fille poursuive sa scolarité à l'Ecole Cabourg où elle a suivi la Maternelle et où sa sœur ainée a fait toute sa scolarité. Notre demande de dérogation a été refusée au motif des effectifs. Notre fille a donc fait sa rentrée selon la nouvelle carte sectorisation, dans une classe de 26 élèves alors que l'école Cabourg compte 21,5 élèves en moyenne en CP.

    Nous tenons à souligner que cette nouvelle sectorisation mise en place afin d'assurer l'accueil des futurs habitants des programmes immobiliers du secteur ne touchera réellement les effectifs de Cabourg qu'à l'entrée de notre enfant au CE2 et plutôt en CM1, au regard des retards de livraison. Les projections d’effectifs de la Mairie sont basées sur des statistiques contestables : comment peut-on connaître de façon précise et certaine le nombre et l’âge des enfants qui viendront habiter Vanves à l’horizon 2018-2019 ? Dans ce cas précis,  nos enfants semblent n’être que des variables d’ajustement d’effectifs hypothétiques.

    La Mairie n'a que mépris pour les actifs vanvéens et leurs enfants. Les élus ne respectent pas leur engagement initial de bienveillance quant à la mise en place de la carte scolaire, pour les familles domiciliées à la périphérie du secteur Cabourg (nous habitons à 250 mètres de l'école Cabourg contre 700 mètres pour l'autre école).
    Nos arguments pourtant fondés, sont balayés d'un revers de main au motif que "rien n'est loin à Vanves", ce qui reflète la vision lointaine qu'ont les élus de la réalité que vivent les actifs vanvéens et leurs enfants... Les perturbations qu'occasionnent ce changement pour notre enfant qui se trouve coupé de son environnement habituel, les difficultés organisationnelles importantes dans le cadre de nos activités professionnelles denses indifférent totalement la Mairie.

    La dangerosité du chemin entre notre domicile et la nouvelle école qui nous fait emprunter la rue Bleuzen, extrêmement fréquentée, est également balayée d'un revers de main par la Mairie. Une élue nous a affirmés qu'un passage piéton protégé serait mis en place à la rentrée au niveau des 2 écoles proches du métro mais où est donc ce passage? Les trottoirs de la rue Jean Bleuzen sont coupés par au moins 8 accès à des parkings d'immeubles, les deux-roues y circulent quand la rue est bloquée par la circulation..."