Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

amap - Page 2

  • ELECTIONS DEPARTEMENTALES A VANVES : LE FRONT DE GAUCHE MARCHE SUR LES PLATEBANDES DES ECOLOGISTES

    Boris Amoroz (PC) conseiller municipal de Vanves fait équipe avec Lucie Heurtier (Parti de Gauche) avec Françoise Bacqué, une vanvéenne et Gérard Aubineau ex-maire adjoint de Philippe Kaltenbach à Clamart, comme remplaçants.  Ils tiennent une réunion ce soir à 20H à l’école Max Fourestier : « Nous sommes les candidats contre l’austérité, contre la loi Macron, la politique libérale du gouvernement Valls. On ne fait pas 75 propositions, mais une trentaine qui seront tenues. On veut réduire la majorité de droite de ce département, et à zéro les élus du FN en espérant qu’on n’en aura pas » avait déclaré Gérard Aubineau lors de l’entrevue citoyenne organisée par la JCE GPSO le 4 Mars à l’école Marceau. Il n’a pas caché l’hostilité du Front dde Gauche et surtout des communistes vis-à-vis de la Métropole du Grand Paris (MGP) : « Nous pensons que la commune est l’organe principal de la démocratie locale. On est contre ce système de métropole car le maire n’aura aucun pouvoir, et on éloigne complétement les citoyens de la prise de décision. D’ailleurs, on aurait pu les consulter par référendum sur la MGP ».

    « Notre département où la droite et ses représentants locaux mènent depuis 50 ans, une politique d’exclusion qui aggrave les inégalités, est le plus riche de France. Nous avons donc les moyens financiers pour mettre en place une politique solidaire, citoyenne et écologique » constatent ils dans leur profession de foi en en cachant pas que leur « ambition est de lutter, à tous les niveaux (commune, département, région, Etat) contre les politiques d’austérité mises en œuvre aujourd’hui par le système libéral. Elles ne font qu’aggraver la pauvreté et les difficultés pour le plus grand nombre ». Contrairement aux écologistes, aux socialistes, et à la majorité départementale UMP/UDI, ils ne font pas de propositions locales en dehors du logement en critiquant bien sûr le projet du maire UMP de Clamart de démolir cette cité 3F de 300 logements qui ont été rénovés, alors qu’il y a 2700 demandeurs de logements sociaux dans cette ville -  « Il faut contraindre les 22  villes altoséquanaises sur 36, toutes dirigées par l’UMP-UDI à respecter la loi SRU qui faiy obligation à chaque commune de disposer d’un minimum de 25% de logements sociaux »  - et « travailler à l’aménagement concerté du quartier de la future gare de Clamart-Vanves-Fort d’Issy du métro Grand Paris Express, et à sa bonne desserte depuis l’ensemble du canton ».

    Lors de l’entrevue citoyenne, les candidats du Front de Gauche (PC et PdeG)  ont insisté sur la création d’un Pass culture pour les 16/25 et les personnes à faible revenu, l’élargissement de la carte améthyste aux personnes à mobilité réduite, financer à 50% la carte Imagin’R pour tous les collégiens, lycéens,  étudiants  qui étaient des demandes récurrents du groupe Front de Gauche au Conseil général des Hauts de Seine jusqu’à présent avec  la suppression des aides publiques départementales au pôle universitaire Lénoard de Vinci (PLUV) à la défense, dénommée « fac Pasqua ». Ils souhaitent  rétablir la subvention annuelle de 1000 € aux clubs et associations sportives supprimées par la droite en 2014, les aides supprimées aux chômeurs et aux personnes âgées, défendre la protection maternelle infantile, abandonner l’externalisation de la demi-pension dans les collèges, créer des conseils d’usagers dans les structures départementales… en marchant sur les platebandes des écologistes car ils proposent de favoriser les circuits courts de production et encourager les AMAP, développer  les énergies renouvelables et le recyclage au niveau départemental, favoriser l’agriculture bio et locale pour la restauration collective publique, contribuer au développement des circulations douces comme les pistes cyclables et la coulée verte  

  • LA VILLE DE VANVES EN 2035 : UN TERRITOIRE EN TRANSFORMATION ECOLOGIQUE

    « En 2035, on se promène à Paris-Vanves, sans avoir les yeux qui piquent, on entend facilement le chant des oiseaux et on peut observer les étoiles depuis que de nouveaux systèmes d’éclairage public ont été installés. L’espace public est redevenu le lieu de lien social et de rencontre, surtout lors des festivals de culture de la rue pour lesquels la commune est désormais reconnue, jusqu à Niteroi, banlieue de la métropole de Rio de Janiero avec laquelle Paris-Vanves s’est jumelée en 2025 » raconte le petit fils d’Albert Dreslon célébre localier qui avait sévi dans les années 80/90 à la Tribune Régionale et d’autres journaux ou blogs locaux de l’époque.

    Vanves est devenu un quartier périphérique de Paris Métropole avec 30 000 habitants dont 15 000 actifs, avec « beaucoup d’entreprises tournées vers la transition écologique et énergétique et non plus vers l’audiovisuel. Sa population rajeunie, riche d’une culture de l’innovation citoyenne s’est appropriée les potentialités créées par l’accord général général sur le climat intervenu en 2015 lors de la fameuse COP21 de Paris-Le Bourget. Convaincus de l’urgence des enjeux une nouvelle fois répétée par le GIEC, une majorité des habitants s’était mobilisée dans la décennie qui avait suivi, pour une mise en œuvre des mesures et des objectifs retenus dans l’accord » raconte un autre témoin de l’époque qui ne se souvient plus très bien du nom du premier maire écolo, un(e) certain(e) Lipinski-Schmid, en revenant sur la façon dont les écologistes ont pris la mairie en 2020 : « C’est à l’occasion de l’ascension de son maire de centre droit à de plus hautes fonction en 2017 que la donne a changé. Aux élections municipales suivantes, l’équipe citoyenne et écologiste qui, depuis 2001, s’était progressivement implantée dans  le paysage social, s’imposait à la surprise des moins avisés, d’abord au 1er tour face à une gauche traditionnelle déconsidérée aux plans national comme local, puis largement au second tour face à un candidat de droite sans ancrage local affirmé. Cette victoire imprévue était clairement liée à la modification de la sociologie de la population vanvéenne qu’avait entrainée l’impossibilité pour les plus jeunes foyers de trouver à se loger dans Paris Cœur (anciennement Paris-Muros) »

    La nouvelle équipe municipale  soutenue par la candidate aux présidentielles de 2017, Noëlle Dumont-Hulot qui avait fait un score à deux chiffres, avait révolutionnée « les modes de fonctionnement à l’intérieur même du conseil municipal et de la mairie, mais aussi avec tous les habitants, entre autre, grâce à un usage généralisé et novateur des technologies numériques maitrisés par tous les habitants », « un dialogue quotidien entre élus et citoyens »… « Finis les sempiternels affrontements entre majorité automatique et opposition systématique, les propositions innovantes sont prises en considérations, sans préjuger de leur origine ». Adepte du non cumul, et de la limitation des mandats,  ses élus avaient passé le relais au bout de deux mandats (maximum) en associant leurs successeurs à l’exercice de leur mandat 

    LIENS INTER-QUARTIERS PERIPHERIQUES

     « L’une de ses première préoccupation a été la réintroduction de la nature et de l’agriculture dans la ville grâce à plusieurs initiatives : jardins auto-administrés accessibles à tous et surtout aux écoliers, jumelage avec de jeunes agriculteurs chez qui sont organisés des visites via  les AMAP qui se sont multipliées, cuisine centrale mutualisée avec d’autres quartiers voisins de Paris Métropoles  tant pour les établissements scolaires que les entreprises locales, installations de restaurants éphéméres, de stands de restauration biologique où se côtoient goût du terroir et traditions venues d’ailleurs… » indique ce témoin des premiers pas des écologistes aux affaires municipales.  Paris-Vanves a développé des relations de très bon voisinage avec ces voisines,  « avec des projets intercommunaux innovants et écologiquement responsables  sur la dalle du Bd Périphérique porte de Vanves, avec Paris-Malakoff ,  autour de la station du Clos Montholon (Fort d’Issy/Vanves/Clamart) de la toute nouvelle ligne 15 de métro (Grand Paris Express) », avec « des espaces pour accueillir des entreprises intervenant dans tous les domaines de l’économie verte et créative, désireuses de mutualiser leurs moyens dans le cadre d’une charte écologique de développement partagé. Enfin, une réflexion a été menée avec les communes voisines  de Malakoff, de Clamart et d’Issy les Moulineaux pour développer et mutualiser les navettes devenues payantes grâce au Pass Navigo Unique, et les rendre plus fréquentes » ajoute le petit fils d’A.Dreslon..

    LIENS SOCIAUX

    La seconde concernait les liens sociaux  qui « ont retrouvés l’importance qu’ils avaient perdus dans la période d’individualisme exacerbé caractéristique des années 1980-2010 » d’autant plus que « la société de 2035 est traversée de tensions structurelles à Paris Vanves comme ailleurs. L’implication de nouvelles générations dans la ville a été favorisée autour de projets qui leur tiennent à cœur »  avec le retour du service civique, de l’accés de tous à la santé, en mettant l’accent sur les familles et les personnes les plus fragiles, en développant des actions de prévention et de suivi particulier de certains publics par un réseau associant professionnels de santé, services municipaux et associations, la prise en charge des personnes âgées à domicile ou en fin de vie, mais aussi un respect des principes de laïcité en développant le dialogue oécuménique. « Une maison des familles, lieu de rencontres pour tous les âges de la vie, de la prime enfance aux seniors, fonctionne en réseau, avec les professionnels du secteur et les services municipaux. Il s’agit de repérer les inégalités sociales plus en amont dés leur création » indique t-il

    PLAN CLIMAT TRES AMBITIEUX

    Cette équipe municipale a mise en place un plan climat plus ambitieux que les précédents dés 2025, avec lutte contre la précarité énergétique, « l’accompagnement de propriétaires de pavillons et d’immeubles vétustes prêt à s’engager dans la production de logements supplémentaires dans de petits bâtiments écologiquement performant et offrant une part croissant de locaux d’intérêt collectif (local séche linge, locaux ateliers,  vélo) », avec encadrement des loyers, une concertation suivie avec les bailleurs et les promoteurs immobiliers professionnels… « Mais des difficultés persistent encore concernant la mobilité dans les logements sociaux, mais aussi l’harmonisation des procédures avec d’autres communes limitrophes comme celles de Paris-Issy Les Moulineaux où la mixité sociale est moins bien présente et dont l’équipe ne fait pas mystére qu’elle souhaite avant tout être attractive pour les foyers aux revenus élevés ». Par contre l’habitat partagé s’est développé après l’exemple donné par la Fonderie  à la fin des années 80.  Ce plan climat s’est  traduit par « le tri multi-critére obligatoire permettant à tout un circuit d’économie circulaire de se mettre en place au niveau local ».

    TERRITOIRE DE DEPLACEMENTS TRANQUILLISES

    Enfin et surtout, Vanves est désormais classée « territoire de rencontres et de déplacements tranquillisés » depuis une longue et large concertation menée en 2020/21 avec l’ensemble des acteurs. « En 20 ans, 80% de la circulation motorisée individuelle a disparue des rues de la ville » indique ce témoin en racontant comment dés 2020, « la place de la voiture par rapport aux autres modes de transport a nettement diminué grâce aux choix de la municipalité et en étroite concertation avec Paris, Malakoff et Clamart : Les rues Jean Bleuzen et Raymond Marcheron ont été mise en sens unique et en sens opposés, et  ont ainsi permis de restructurer l’espace, avec des trottoirs élargis et une bande cyclable à contre sens, de limiter les flux de véhicules venus de plusieurs communes du Sud des Hauts de Seine, qui traversaient Vanves pour se rendre à Paris en voiture. La réhabilitation et la mutualisation des espaces sportifs du parc Michelet a permis d’aménager une piste cyclable et piétonne à l’intérieur du parc permettant d'éviter le très désagréable boulevard du lycée. L’Axe Ernest Laval-Antoine Fratacci-Bd du Lycée est devenu une zone à circulation apaisée. De nouvelles pistes cyclables et cheminements piétons  ont fait leur apparition. Une voie verte (réservée aux cyclistes et piétons) a été mise en place le long du talus des voies de Montparnasse entre la porte Brançon et la rue de l’Avenir en utilisant les petites voies existantes et grâce à l’achat d’un passage en fond de parcelles de certaines propriétés, en longeant plusieurs jardins partagés…" témoigne un journaliste qui a travaillé à « La Rosée du Matin du Vanves » journal municipal qui avait remplacé le « Vanves Infos «  au titre ringard qui n’avait pas changé depuis des années (1965).

    Paris Vanves s’est portée candidate comme territoire expérimental de lutte contre la pollution de l’air » indique ce témoin en ajoutant que  « Vanves a même reçu le label de « ville en transformation écologique » dans la catégorie des villes moyennes. Ainsi, loin de clochemerle, des défilés commémoratifs ou des flonflos de la Marseillaise, les habitants de Paris Vanves vivent au rythme d’engagement qui dépassent infiniment leur espace local »

    «(Un texte inspiré du programme d’ELLV aux dernières élections municipales et du livre « Paris Climat 2015- Vingt ans après » avec la contribution de Marc Lipinski et Lucile Schmid : « Paris Vanves, commune et transformation écologique »)

  • LENDEMAINS D’ELECTIONS MUNICIPALES A VANVES AVEC LUCILE SCHMID (EELV) : « On a vécu un « 2002 municipal » mais sans le FN »

    Huée lors de l’installation du Conseil Municipal villipendée par la majorité, critiquée par ses collègues de l’opposition, ce petit bout de femme n’en continue pas moins son chemin, passionnée par la chose politique. Lucile Schmid (EELV) a vécu en directe la décision des écologistes de ne pas participer au gouvernement puisqu’elle est membre du Bureau exécutif qui s’était réuni entre 14H30 et 20H Mardi dernier, en tant que représentante de la motion « Participative » l’aile gauche d’EELV. Elle a participé, hier, à la réunion assez chaude du Conseil fédéral EELV,  Parlement d’EELV. Les vanvéens l’ont vu à la TV, sur les chaînes d’infos en boucle, et ont sûrement lus ses déclarations dans différents quotidiens dont Le Monde. Il est vrai que ce refus de participer au gouvernement n’était pas partagé par tous les écologistes, et notamment la conseillère municipale EELV de Vanves.

    « Je suis la seule à n’avoir pas participé à ce vote – biaisé - du bureau exécutif mardi. Car il était fictif, préempté par ceux qui défendaient la décision de quitter le gouvernement » explique t-elle en remettant en cause cette façon de faire « à la  française » imposée par la Véme République. « On doit dire « oui » ou « non » à des propositions en quelques heures, ce qui ne permet pas vraiment de prendre une décision réfléchie, pour participer à un gouvernement de « coalition ». En Allemagne, on prend son temps, plusieurs semaines, comme on l’a vu avec la constitution élargie du gouvernement d’Angela Merkel. Et il y avait des propositions intéressantes : Un grand ministère de l’écologie et de l’énergie, une petite dose de proportionnelle dans les élections législatives, la réduction du nombre des régions… C’étaient des avancées intéressantes » explique t-elle en notant que « l’ensemble des parlementaires avaient choisi de rester au gouvernement dans leur grande majorité. Emmanuelle Cosse, secrétaire générale d’EELV était pour ! Mais c’est la firme ( Cécile Duflot avec sa bande ) qui a imposée sa décision dans une ambiance tendue. Les parlementaires étaient fou de rage » -  Ils devraient voter la confiance à Manuel Valls après sa déclaration de politique générale prévue mardi prochain -  « Comment allons-nous avoir prise sur les décision du gouvernement ». D’autant plus avec l’arrivée de Ségoléne Royal qui « va porter une autre écologie que les verts, positive et moins répréssive. Quel projet doivent porter les verts et montrer notre différence sur certains points, en matière de lutte contre la pollution, de santé, de transports différents… car il ne faut pas se contenter de rester dans la critique du gouvernement ». Elle reconnait « qu’on n’a pas quelque chose de simple devant nous ! »

    Contrairement aux élus socialistes qui se sont effondrés avec cette razzia de la droite, les écologistes ont résisté comme l’a noté le secrétaire départemental d’EELV 92, Frédéric Puzin : « Les listes qui étaient menées par EELV, qu’elles soient seules ou en union avec d’autres forces comme le Front de Gauche, le Parti de Gauche, ont des résultats très encourageants et même remarquablement stables par rapport aux élections de 2008. On  a constaté des effondrements de socialistes très nets dans certaines communes, de 10 à 12/13 points. Et on n’enregistre rien  de tel chez EELV, avec un maintien des positions qui démontre bien la solide implantation des élus EELV dans le département. Que ce soit à Clamart, Vanves, Sévres, Bois Colombes, nos listes ont fait des scores qui sont loin d’être ridicules. Tout en sachant et en reconnaissant que le 1er tour a été un sévère désaveu, sans doute pas pour EELV, mais pour le PS qui dirigeait les villes dans le département ». Lucile Schmid réfute la critique des socialistes vanvéens qui se sont offusqués des résultats de la liste EELV « alors que les écologistes n’ont pas fait campagne » constataient ils. « Il manque vraiment une culure commune entre PS et EELV. On n’a pas fait campagne comme eux. Mais nous sommes présent sur le terrain, tout au long de l’année, grâce à des initiatives prises par les co-listiers qui animent la ville de Vanves : Festival du film de l’environnement (au lycée Michelet), les deux AMAP, la Ruche qui organise des débats, comme ce fut le cas sur les ondes magnétiques, l’association « Roue Libre »… cela se voit ! Et les socialistes ? En dehors de Vanves Citoyenne ? »

    Ambiance. Quant aux huées de la droite lors du conseil municipal d’installation le 28 Mars dernier : « Elle ne voulait pas entendre que c’est la fin des élections municipales. C’est la première fois qu’un changement de Premier Ministre et de gouvernement se déroule après une élection municipale.  La preuve que c’est maintenant le contexte national qui joue contrairement au passé. Sans parler de l’abstention qui a jouée un grand rôle, qu’on ne peut plus occulter. Il ne faut plus s’imaginer que Vanves est un village. On est dans le contexte de la MGP (Métropole du grand Paris) ». Voilà ce qu’elle aurait expliquée si les vanvéens (de droite) l’avaient laissée s’exprimer. Elle aurait expliqué aussi, comme son collègue socialiste, Antonio Dos Santos, qu’elle a été marquée par l’abstention des jeunes : « Les jeune n’ont été que 15% à aller voter. Ma fille qui votait pour la première fois, me disait :« mes copines ne savent pas pour qui voter ! » Beaucoup n’ont même pas ouvert l’enveloppe contenant les professions de foi des candidats. Ne faudrait il pas dématérialiser ses documents de campagne pour mieux les toucher via Internet ou les smarphones » s’interroge t-elle. Sans parler de l’abstention à gauche qui a fait du mal : « Beaucoup pensaient qu’il y aurait un second tour à Vanves. Cela m’a rappelé Lionel Jospin en 2002. En 2014 ce fut « un 2002 municipal mais sans le FN »