Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

skate park - Page 3

  • LE PLATEAU DE VANVES (suite et fin) : VICTIMES DES EFFETS NEFASTES DE LA CONJONCTURE

    La mutation de ce quartier du Plateau ne fut pas facile à mener, car cette opération d’aménagement a subie les contrecoups d’événements extérieurs.

    Tout d’abord l’achat des 500 parcelles se fit en ordre dispersé à partir d’un prix fixé par les Domaines qui n’a pas permis de dégager tout de suite d’assez grandes surfaces pour construire. Ensuite les taux d’intérêts ne cessèrent de grimper de 5% en 1960 à 17% en 1975 pendant que le prix des terrains se stabilisait : « La ville a dû supporter des emprunts très lourds sans avoir la possibilité de les rembourser grâce aux recettes rapportées par la vente des terrains libérés parce qu’ils ne l’étaient pas » expliquait alors Roger Aveneau. « L’administration nous a imposé des équipements socio-culturels en fonction du nombre de nouveaux habitants. Nous avons dû agrandir le collége St Exupery etc… »ajoutait Gérérard Orillard .

    De sorte d’en 1974-75, la situation financière de l’opération est devenue alarmante. Le coût foncier supporté par la ville via la SEMICLE permettait tout juste d’équilibrer ses charges financières. Deux prêts de la CDC (Caisse des dépôts) en 1975 de 13 Mfrs et en 1976 de 11 MFrs ont permis de redresser en partie la situation. Hélas, la conjoncture économique rendait plus difficile le transfert et la vente des charges foncières. En 1978, la DDE des Hauts de Seine estimait à 14/15 MFrs le déficit de cette opération. L’équipe municipale s’est démenée alors pour trouver une solution qui prit la forme d’un protocole d’accord signé entre la ville, la SEMICLE et la préfecture : Les banques ayant consenties les prêts acceptérent d’abandonner 15 Mfrs d’agios, l’UAP accepta d’acheter le restant des charges foncières et l’Etat, de modifier le plan masse de la ZAC en augmentant la superficie des dureaux de 8000 à 24 000 m2. Et la ville réussit à obtenir 3 prêts de la FNAU pour un  montant de 115 Mfrs.

    Ainsi en 1984, l’ensemble des charges foncières étaient vendues, et l’ensemble des prêts remboursés, les derniers immeubles à être construit étant les immeubles de la rue J.Jaurés derrière l’hôtel et l’impasse Alexandre, dont l’un d’entre eux fut retardé d’un an à cause d’un recours parce que cette nouvelle construction empêchait cette ZAC de respecter le quota logements/espaces verts. Mais voilà, les nombreuses modifications du régime juridique sous lequel s’est déroulée cette opération, ont eu pour effet de l’étaler dans le temps, de retarder sa mise en oeuvre opérationnelle, sans compter de très sensibles modifications du programme initialement proposé. « Si à un moment cette rénovation suscita des inquiétudes, aujourd’hui, ce n’est plus le cas grâce à l’action des élus qui ont permis à cette opération de se terminer dans des conditions satisfaisantes » notait le sous préfet d’Antony de l’époque, M .Bérard.

    Prés de trente ans après la fin de cette vaste rénovation, il est dommage de constater que si tout le monde s’est préoccupé du skate park, personne n’a remarqué que l’un des emblème de ce plateau était en bien triste état, recouvert d’immenses tags : Les célèbres papillons de Calka dessinés et appliqués sur les murs du parking de la Résidence Auvergne en 1981, sur 11 m de haut et 20 m de large. Un véritable puzzle de 21 000 éléments de pâtes de verre, immortalisé par Doisneau illustrant alors l’envol de ce quartier. Cette photo était parue dans un numéro de Vanves Infos semble t-il, avec l’histoire de cette photo : Cet illustre photograghe s’était posté à un endroit de la porte Brancion et a patienté pour attendre le bon moment pour faire le bon  cliché - c’était sa technique - et ce fut le cas lorsqu’il vit une mère de famille avec sa poussette passer devant les papillons alors que sa robe ou son manteau s’envolait à cause du vent.         

  • DERNIERE MINUTE : LE MAIRE DE VANVES MET FIN AU PROJET DE STATION GNV

    « J’ai demandé au SIGIEF de ne pas donner suite à ce projet qui aurait pu être une modeste contribution de Vanves à l’urgente nécessité d’agir faveur de la qualité de l’air dans notre région, fortement exposée à la pollution » annonce le maire de Vanves dans un courrier adressé aux vanvéens habitant du Plateau, considérant que « les conditions d’un dialogue constructif ne sont pas réunies pour prendre une décision ».

    Il considère dans ce courrier que « les interrogations autour de cette proposition du SIGIEF sont parfaitement légitimes. En revanche, je ne peux que regretter l’agressivité de certains, non dénuée d’arrière-pensées politiciennes sur fond d’élections régionales qui se sont traduites par des allégations mensongères, anxiogènes et calomnieuses auxquelles je souhaite réagir » écrit il revenant sur 4 points : Il n’a jamais été question d’imposer un projet sans concertation. Une station GNV ne présente aucun danger pour les riverains. L’existence du Skate park n’est nullement menacée. Le cadre de vie du quartier ne serait en rien dégradé.

    « Alors que la France a accueilli il y a quelques semaines la COP 21 et n’a pas ménagé ses efforts pour parvenir à un accord entre les 196 Etats participant à ce rendez-vous international sur le réchauffement climatique, quelques uns à Vanves préfèrent attiser les peurs et faire mourir le débat démocratique en l’inondant de mensonges, voire de calomnies » écrit il. « Malgré les vaines polémiques les attaques personnelles dont j’ai fait l’objet et les tentatives de manipulation et de désinformation, je reste fidèle à ma méthode de travail fondée sur l’écoute, l’échange et l’action concertée en faveur de l’intérêt général »

  • L’IMAGE DU JOUR A VANVES : Démontage du skate park

    Alors que les appels d’offres sont en cours pour l’aménagement d’une station GNV  rue Louis Vicat, des ouvriers ont commencé à démonter le Skate Parc depuis Mardi. Un équipement qui était devenu dangereux  selon la mairie de Vanves. Mais voilà, les ouvriers ont commencé par les éléments qui étaient les moins dangereux. Les réactions ne se sont pas fait attendre de la part de riverains furieux. Et leur colère pourrait se traduire dans les urnes comme certains l'ont laissé entendre dans des mails particulièrement bien sentis