Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sécurité routiére - Page 2

  • LA SEMAINE BLEUE, BLANC, ROUGE DES ELUS DE VANVES

    Rien àvoir avec le Rugby, même si ce matin, tous les regards sont tournés sur Auckland en Nouvelle Zélande avec le choc frontal de l’équipe de fance et des All Blacks

     

    BLEUE BLEUE LA SEMAINE DES SENIORS

    C’est la première fois à Vanves qu’un théme avait été choisi pour la semaine bleue, « les seniors et la sécurité routière »,  déclinée en cinq journées-événements organisées par le CCAS. Antoinette Girondo, conseillére municipale chargée plutôt de la vie associative et de l’animation locale auprès de Françoise Saimpert, y a beaucoup contribué tout simplement parce qu’elle est une spécialiste des questions de sécurité routière, ayant travaillé dans cette direction du ministère de l’Equipement, notamment en tant que juriste, sur le permis à point. Elle était toute placée pour donner un coup  de main volontaire (et passionnée) à cette semaine bleue qui a été une réussite, avec notamment une conférence sur la conduite des seniors, un forum de la prévention, qui a été très apprécié,  un parcours de conduite avec 3 autos-écoles de Vanves qui a croûlé sous les demandes couplé avec une visite du commissariat. « Ouvrir le commissariat a été une bonne initiative de la part de la commissaire de police qui a toujours de bonnes idées » a constatée Bernard Gauducheau en tirant le bilan de cette Semaine Bleue vendredi dernier en fin d’après midi avec remise des attestations de bonne conduite aux participants. Occasion de constater que beaucoup plus d’hommes avaient participé à cette semaine que les femmes, ce qui s’explique aidément dans la mesure où les femmes de cette génération ne conduisaient pas beaucoup et qu’une telle semaine avait demandée à ces participants d’être des acteurs actifs et non passifs comme l’a constaté le maire de Vanves

     

    BLANC BLANC LA COMMISSION PERMANENTE

    Pas tout à fait à écouter Bernard Gauducheau en tant que Conseiller Régional qui est plusieurs fois intervenu Jeudi dernier lors de la commission permanente du Conseil Régional au nom du nouveau groupe ARES (Alliance Républicaine Ecologique et Sociale) et non plus NC (Nouveau Centre) en appuyant à chaque fois sur le mot « écologique » pour faire bisquer les verts et la gauche. Notamment sur les Points Noirs du Bruit à l’occasion d’une question du groupe  Majorité Présidentielle (UMP) qui se plaignait notamment que le tronçon commun aux autoroutes A4/A86 sur la ville de Joinville Le Pont ne figure pas sur la liste des PNB francilien à traiter. Occasion pour le maire de Vanves de constater que les échanges auxquels il a assisté entre l’UMP et l’Exécutif avec le nouveau sénateur EELV  Jean vincent Placé, dénotaient quelques inquiétudes. « Il est clair que ses dispositifs et la mise en oeuvre des PNB est difficile. Car il faut plusieurs années pour aboutir ! Mais les élus (locaux) montrent de l’impatience tout simplement car ils ont la pression des riverains…alors que nous leur parlons d’enquêtes, d’étuides, de procédures administratives… ». Référence peut être à la couverrtue du Bd Périphérique et surtout au chantier du mur anti-bruit de la ligne SNCF Paris-Montparnasse qui traîne…à cause de RFF.

     

    ROUGE ROUGE AU CONSEIL GENERAL

    Guy Janvier a mené l’offensive socialiste lors de la séance du Conseil Génaral de Vendredi dernier sur l’Île Seguin où il a dénoncé 10 ans d’inactions, de rapports, de gachis en terme de gouvernance,  sur le personnel communal en demandant plus d’évaluation,   sur la décision modificative – qui est le budget rectificatif du dépatement – en parlant de « décision non modificative » où il en a profité pour dénoncer les diminutions des crédits sur la protection de l’enfance avec ses 7 M€ en moins au titre de l’hébergement des jeunes en difficulté placés par le juge, placant le département des Hauts de Seine dans le rouge. « Alors que certains éléments démontrent qu’il y a des efforts à faire dans ce domaine » a-t-il asséné en donnant quelques chiffres très intéressants : le nombre d’enfants faisant l’objet d’informations préocccupantes est passé de 3015 à 3974 en deux ans. 4 fois moins d’APE (Actions Préventive d’Educatioon) depuis  2005 qui sont passées de 400 à 173. Les mesures d’acccompagnement des famillees en très grande détresse n’ont touché que 3 ebfants en 2009 et 7 en 2010 etc… De même avec le développement du réseau THD (très haut débit) sur le département car il méne bataille contre les conditions de sa réalisation avec ses collégues Patrice Leclerc (PC) et Vincent Gazeilles (EELV) et surtout la subvention de 59 M€. « Ce dossier est au cœur de la gestion et de la gouvernance publique » dans ce département

  • RADARS PEDAGOGIQUES : UNE REALITE A VANVES DEPUIS 2009

    Il a été beaucoup question de radars ces derniers jours, au point de provoquer une crise entre le gouvernement et sa majorité. Le gouvernement a annoncé l’enlévement de panneaux informant les automobilistes de la présence de radars puis devant les protestations de nombreux députés, est revenu sur sa décision en annonçant l’installation de radars pédagogiques quelques kilométres pour informer les automobilistes avant les véritables radarsmais sans préciser où. A Vanves, la municipalité est l’une des premières communes altoséquanaises à en avoir installé en 2009, sur les principaux axes qui sont des voies départementales. Ils ont montrés que très peu d’automobilistes dépassaient finalement les 50 km/h depuis 3 ans. Petit rappel historique dominical avec cet article paru sur ce Blog en 2009.

       

    Vanves innove en choisissant la voie de la pédagogie avant de passer à la phase répressive. 8 radars pédagogiques devraient être installés 2 par 2 – un pour chaque sens – ces prochaines semaines dans 4 sites : L’avenue Larmeroux au niveau de la Piscine, la rue Jean Bleuzen à hauteur d’Audiens, avenue Fratacci et Boulevard du Lycée bien sûr. L’objectif est de lutter bien sûr contre l’insécurité routière : « Nous avons constaté des excés de vitesse dans le trafic de transit. C’est une action préventive qui s’adresse aux conducteurs bien élevés. Pas aux délinquants du volant et pas aux chauffards » expliquait Laurent Lacomére, maire adjoint chargé de la Sécurité devant les membres du Comité Consultatif circulation-stationnement-sécurité.

     

    Ces produits se sont développés depuis 5 ans en France où prés de 3000 ont été installés, après l’Allemagne, l’Italie, les pays scandinaves. Leur objectif est tout d’abord,  de faire dimuner la vitesse au vu de ces panneaux, c'est-à-dire susciter une prise de conscience… notamment des petits excés de vitesse… par  un rappel extérieur. Ensuite de sentir que l’on n’est pas  seul à connaître sa vitesse. Enfin, de voir qu’il y a des actions particulières pour lutter contre les excés de vitesse pour les gens de passage, de l’extérieur, dans cette ville.

     

    Ces radars préventifs sont donc des panneaux lumineaux qui seront installés en hauteur, à 2 ou 2,50 m du sol, pour indiquer la vitesse des automobilistes. Mais ils seront bridés pour éviter que certains s’amusent à battre des records, c’est à dire qu’ils n’afficheront plus la vitesse au dessus de 80 km/h.

     

    Leurs installations s’accompagnent d’un autre objectif : Faire de Vanves, une ville zone 30, à à cette vitesse on peut réduire les accidents et développer un partage dela voirie. Mais voilà, il semble que sur les voies choisies pour installer ces radars pédagogiques, la vitesse sera limité à 50 km/h et non 30. Tout simplement parce que ce sont des voies départementales où la ville n’a aucun (sous réserve de démonstration contraire) pouvoir de décider de réduire la vitesse limite. Fontenay aux Roses qui était l’une des  premières villes à instituer une zone 30 s’était heurtée à cette difficulté sur la rue de Paris. Mais au moins ces radars pédagogiques auront le mérite d’amener ceux qui ne font que traverser notre commune, à réduire leur vitesse.

  • DERNIERE REUNION PUBLIQUE DE QUARTIER A VANVES (Suite et Fin) : BASSIN, SECURITE ROUTIERE, STATIONNEMENT, PLU…

    Vanves Au Quotidien revient sur cette dernière réunion publique de quartier qui s’est déroulé dans le préau de l’école Larmeroux Mardi dernier. La seconde partie de cette réunion de 2H a été vraiment consacrée à des questions concernant ce quartier des Hauts de Vanves

     

    BASSIN DE RETENTION : Le maire a indiqué que ce bassin avait bien rempli son rôle lors des deux grandes pluies décennales des 12 et 14 Juillet 2010, « car le bassin a joué son rôle de stockage et s’est rempli aux deux tiers. Nous avons pu vérifier en même temps la marge de sécurité et sa capacité de vidange, puisque le temps imparti entre ses deux épisodes pluvieux a été court » a-t-il indiqué en précisant que le bassin est équipé d’un systéme  « qui permet d’affinerla  prévention, avec un systéme d’alarme sur les niveaux d’eaux ». Tout en précisant que « tout cela coûte cher ».

     

    CONSEIL DE QUARTIER : Daniel Barois, président et maire adjoint a indiqué que l’orientation prise par cete instance de concertation est de s’intéresser plus à l’aspect humain que matériel des choses en adhérant au concept de « Voisins Solidaires ».

     

    MUR ANTI BRUIT : Le principe des travaux a été retenu. La Région a débloquée les crédits pour l’étude finale. Il devrait y avoir une phase de concertation, sachant que les foyers concernés seront directement contactés.

     

    AVENUE DE LA PAIX : Une participante a soulevé les problèmes de sécurité dans cette avenue tant des piétons, notamment pour le passage cloutée face au « contrôle-Sécurité » que des cyclistes, notamment à cause de ses camions qui se garent systématiquement sur la piste cyclable chaque matin. « Je demande de sécuriser le carrefour du Clos Montholon depuis longtemps. Il faut un vrai projet complet sur cette voie départementale qui reléve du Conseil Général » a répondu le maire. « Il faudrait mettre un radar, car beaucoup roulent au dessus de 50 km/h » demande un autre participant. « Il faudrait que j’en récupére surtout  un. Mais si on doit en mettre un en priorité, c’est d’abord rue Antoine Fratacci que je l’installerai, puis un second rue Jean Bleuzen, puis avenue de la Paix » a-t-il précisé. « Catherine Margaté a relancé le Conseil Général sur la sécurité du carrefoir du clos Montholon » a alors indiqué Guy Janvier.

     

    RESIDENCE HOTELIERE : « J’ai été étonné par le nombre de résidences de services ? Est-ce que c’est un axe de développement et qu’est-ce que cela peut provoquer ? » a demandé une nouvelle habitante. « Le précédent POS permettait ce genre de projet…qui était attractif sur le plan fiscal et permettait de construire sur une surface plus importante que si cela avait été du logement. Ce qui n’est pas inintéressant car cette formule se situe entre l’hôtel et le logement, mais ces structures n’apportent rien à la commune. Sauf depuis que Vanves est classée zone touristique et que ces établissements versent une taxe de séjour de 1 € par nuit. Comme il y a 500 chambres  ou studios, cela fait 500 € chaque matin de l’année qui tombent dans la caisse communale. Dans le PLU, nous avons exclut ce genre de projet, ce qui ne veut pas dire que l’on n’aura pas d’hôtels » a-t-il indiqué en précisant que le projet de résidence étudiante se fera bien bien à l’angle Diderot/Raymond Marcheron : « J’essaie de  faire signer une convention entre Michelet et cette résidence pour que les étudiants de ce lycée en profitent ».

     

    PLU : « Il ne faut pas s’imaginer où que vous habitiez, cela n’évoluera pas et sera figé, car la ville vie, respire, évolue selon les besoins de la vie  » a prévenu Bernard Gauducheau qui a informé ses interlocuteurs que l’un des secteurs sur lequel il portera son attention après la rue A.Fratacci est l’axe Jean Bleuzen-RaymondMarcheron-Larmeroux, après aboir répondu à une question sur le calendrier du PLU, notamment par un vanvéen qui demandait à partir de quand le PLU s’appliquerait. Après le vote du Conseil Municipal qui devrait intervenir en Juin prochain.  

     

    STATIONNEMENT : Du coup, un participant lui a demandé quelles étaient les orientations de la ville en matière de stationnement ? » - Laurent Lacomére, maire adjoint a fait constater « qu’en faisant payer le stationnement, on libére des place. Et nous pourrons ainsi le faire dans le quartierde la gare de Vanves  et des endroits les plus sensibles. Car c’est une façon de reconquérir notre territoire par rapport aux envahissseurs venuis d’ailleurs garer leurs véhicules ». Ainsi 50% des places de stationnement restent gratuites à Vanves. L’objectif de la ville est de passer totalement au stationnement payant en deux phases. « Nous choisirons les voies qui posent problèmes dans la première phase » a prévenu le maire.