Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

commissariat de police de vanvesmalakoff

  • RODEOS SAUVAGES A VANVES : UNE AFFAIRE DE POLICE…NATIONALE

    «Cet été, le temps des rodéos sauvages est revenu à Vanves : moteurs résonnant dans tout le quartier, figures acrobatiques en début de soirée.  Les riverains du quartier du Plateau étaient exaspérés, fatigués par le vrombissement des motos et quads lancés à pleine vitesse rue Jean Jaurès, rue Sadi Carnot au risque de blesser grièvement des piétons. A cela s'ajoutait des agressions verbales à l'encontre de Vanvéens qui osaient s'opposer aux motards» a constaté Valérie Mathey (PS) alors que le 26 juillet dernier, le Sénat a adopté la proposition de loi de l'Assemblée Nationale renforçant l'arsenal législatif permettant de lutter plus efficacement contre les rodéos motorisés. « Pouvez-vous nous dire, Monsieur le Maire, dans quelles mesures, la police municipale et vous, pouvez intervenir  sur ce type d'incivilités  puisque la police nationale ne se déplace pas  pour ce type d'infraction ?» a-t-elle demandé lors du conseil municipal de mercredi dernier dans le cadre des questions orales

    «Cette pratique des rodéos sauvages en deux roues est effectivement en recrudescence dans la plupart des Communes situées en agglomération urbaine. Les forces de police ont ainsi relevé 8 700 faits de ce genre en 2017, soit une hausse de + de 20 % en un an. Il ne s’agit d’ailleurs pas d’incivilités comme vous le mentionnez mais de véritables délits puisque c’est effectivement ainsi que les caractérise la loi 2018-701 du 03 août dernier qui tente de donner de nouveaux moyens juridiques pour lutter contre ces pratiques. Malheureusement si l’octroi d’un arsenal juridique représente bien un progrès il reste lettre morte s’il ne s’accompagne pas d’une réelle volonté d’accorder les effectifs policiers pour le faire appliquer. Vous soulignez que la Police Nationale ne se déplace pas pour ce type de fait ce qui n’est pas exact car lorsqu’ils disposent de fonctionnaires en nombre suffisant les forces de l’ordre interviennent» a répondu Marie François Goloubtzoff, adjointe au maire à la Sécurité. «Depuis le vote de la loi, les agents du commissariat de Vanves-Malakoff ont ainsi saisi une mini moto, comme la loi le leur permet et son utilisateur fait l’objet de poursuites. Toutefois, il convient pour les policiers de rester très vigilants car face à ce phénomène, les forces de l’ordre savent que l’interpellation des auteurs en flagrant délit est très délicate : ils risquent une course poursuite qui peut malheureusement mener à un accident. C’est la raison pour laquelle, les interventions pour contrer les rodéos sauvages mobilisent des effectifs importants et ceux du commissariat de Vanves-Malakoff sont aujourd’hui loin d’être suffisants » a-t-elle reconnu.

    Occasion de rappeler que le Maire s’élève depuis des années contre la baisse régulière du nombre de postes pourvus dans la  circonscription de police de Vanves/Malakoff. «La dernière intervention auprès du Préfet de Police date de juin dernier mais elle n’a donné lieu à aucune mesure concrète. Bien au contraire, le commissariat de Vanves-Malakoff a commencé la rentrée avec un effectif inférieur d’un tiers à ce qu’il était il y a quelques années. La Police Municipale ne peut s’engager dans une action globale de lutte contre les rodéos sauvages puisque cela relève des prérogatives de l’Etat. Nous allons toutefois mettre le maximum de moyens à disposition des forces de l’ordre et l’extension de notre système de vidéo-surveillance en fait partie tout comme notre projet de vidéo-verbalisation. Notre investissement en hommes et en moyens ne peut malheureusement pas dépasser certaines limites car il se traduit automatiquement par des charges supplémentaires pour les contribuables. Il y a bien évidemment la limite financière mais aussi une autre limite que nous ne souhaitons pas franchir : celle des fonctions régaliennes liées à la sécurité qui sont et doivent rester le domaine de l’Etat ».

  • SECURITE SUR LE PLATEAU DE VANVES : MAIRE ET COMMISSAIRE DE POLICE METTENT LES PIEDS DANS LE PLAT

    La réunion publique du Plateau à l’école Marceau, jeudi soir, a été riche d’informations pour les vanvéens qui ont affrontés un début de pluie neigeuse, en ressortant après plus de 3H d’échanges. Occasion pour le maire de Vanves de rendre hommage à Jacques Dumont, décédé, grand figure du Plateau qui ne ratait aucune de ses réunions, et président d’honneur de la FNACA, dont les obsèques seront célébrés le 5 Décembre à 14H30 à Saint François d’Assise

    Les premiers échanges ont bien duré une heure avec le commissaire de police de Vanves. Il a commencé tout d’abord à leur expliquer que «Vanves est une commune relativement calme, peu touchée par la délinquance.  Cela ne veut pas dire qu’il ne se passe rien. Des points de crispations existent, avec des regroupements place de la République, sur le Plateau… qui ont suscité des opérations anti-stupéfiants qui ont ramené le calme » a-t-il indiqué en donnant quelques chiffres pour le Plateau : « 120 interventions depuis les dix premiers mois de l’année, sur le Plateau dont 31 pour des individus indésirables sur la voie publique ou à domicile, 25 différents familiaux dont certains avec rixes, 6 interpellations pour usages de stupéfiants et une pour trafic, 6 pour des dégradations etc… ». Il n’en pas moins rappelé que le commissariat compte 80 personnes, un véhicule équipé, et un second en semaine pour faire de la recherche de délinquance, et qu’il y a une hiérarhisation des interventions : les atteintes aux personnes et aux biens sont prioritaires, la salle de commandement (du département) envoyant un véhicule si celui du commissariat de Vanves est déjà occupé, par les nuisances, ni les différents de voisinages etc…

    Les vanvéens présents ont commencé par lui poser des questions  sur les nuisances de Carrefour Market, sur la sécurité routière, sur les cyclistes qui roulent dans le passage des Reflets auxquels le maire a surtout répondu et sur lesquels le blog reviendra. Par contre sur le regroupement sur un espace public, le commissaire de police  a indiqué que « la police peut intervenir en cas de tapage, de consommation d’alcool, à l’extérieur, ainsi que lorsqu’ils occupent des halls d’immeubles  et  faire des contrôles, ce qui permet de garder des traces ». Il a indiqué, à la suite d’une autre question, que la police mène des opérations de surveillances et de contrôles aux deux stations de la ligne 13 et à la gare Transilien-SNCF de Vanves-Malakoff régulièrement, même si elles ne se voient pas. A l’occasion d’un échange sur la vidéoprotection, il a indiqué que toutes les caméras sont reliées à la police municipale avec un déport au commissariat. « On peut ainsi envoyer des réquisitions avec les images enregistrées ». Face aux demandes récurentes  des vanvéens pour installer caméras de vidéoprotection, notamment au passage des Reflets, où elles ont été installées, mais ne fonctionnement pas encore, le maire de Vanves a fait remarquer qu’il fallait régler une question technique de relais des images en mettant une antenne sur un toit d’immeuble. Mais voilà « ceux qui font de telles demandes, refusent que l’on mette une antenne relais sur leur immeuble ». Et c’est bien le problème à Vanves comme ailleurs, car beaucoup d’habitants demandent plus de sécurité mais ne sont pas prêt à assumer leurs reponsabilités de citoyens comme l’y invitent les pouvoirs publics.  

    A Suivre…         

  • RELATIVE STABILITE DE LA SECURITE MAIS HAUSSE SENSIBLE DES ATTEINTES A LA TRANQUILLITE PUBLIQUE A VANVES

    Lors du dernier conseil municipal de Vanves du  22 Février, le groupe PS a posé une question orale à la municipalité pour  « faire un état des lieux de l'année 2016 en matière de sécurité en nous communiquant l'évolution chiffrée et comparée de la délinquance par quartier (délinquance générale, délinquance sur voie publique, gardes à vue et mis en cause) » car comme l’a expliqué Jean Cyril Le Goff (PS) « Notre commune a connu en 2016 plusieurs faits de délinquances (braquage de commerçants, règlement de compte entre bandes rivales, trafics de drogues, nuisances de voisinage) ». Marie Françoise Goloubtzoff maie adjoint chargé de la sécurité lui a fait une réponse détaillée en précisant d’emblée : « Les chiffres de la délinquance sont répertoriés uniquement au niveau du commissariat de Vanves Malakoff selon une modélisation établie par le Ministère de l’Intérieur. Ces chiffres ne détaillent pas le nombre de faits par quartiers et il n’est pas possible de disposer d’une analyse comparative selon les secteurs de la commune.Cela nécessiterait un traitement spécifique des données qui devrait être réalisé par le commissariat de police puisque seuls les services de la police nationale ont accès aux éléments complets concernant les faits de délinquance ».

    Marie Françoise Goloubtzoff a ensuite communiqué  les éléments sur les types d’infractions et leur évolution chiffrée entre 2015 et 2016 :

    ATTEINTES VOLONTAIRES A L’INTEGRITE PHYSIQUES : 214 faits en 2015 / 220 faits en 2016 soit +2,8%. « Dans cette catégorie, on peut noter que les faits de coups et blessures volontaires passent de 74 en 2015 à 57 en 2016, soit une baisse de 23%. Les vols avec violences passent de 36 en 2015 à 41 en 2016 soit une hausse de +14%. Les violences sexuelles passent de 13 faits en 2015 à 17 en 2016, soit une hausse de 30% sur un nombre de faits relativement faibles. Les menaces de violences n’évoluent pas avec 65 faits signalés en 2015 ainsi qu’en 2016 ».

    ATTEINTES AUX BIENS  : 814 faits en 2015, 797 en 2016 soit une baisse d’environ 2%. « Dans cette catégorie, le nombre de cambriolages passe de 87 faits en 2015 à 100 faits en 2016, soit une évolution de +15%. Le nombre de vols liés à l’automobile passe de 162 faits en 2015 à 176 faits en 2016 soit une évolution de +8,6%.  La diminution concerne les faits de dégradations volontaires des biens qui passent de 186 en 2015 à 153 en 2016 soit une baisse de 18% ». 

    COMPORTEMENTS PORTANT ATTEINTE A LA TRANQUILlITE PUBLIQUE : le nombre d’interventions des forces de police est passé de 336 en 2015 à 380 en 2016 soit une hausse de 13%.  « Dans cette catégorie, le nombre d’interventions pour des comportements dits dangereux ou gênants, passe de 247 en 2015 à 316 en 2016 soit une hausse de 28% ».

    « On peut constater à la lecture de ces chiffres une relative stabilité entre 2015 et 2016 avec des indicateurs en baisse sensible dans certaines catégories telles que les coups et blessures volontaires qui constituaient 74 infractions en 2015 pour seulement 57 en 2016. La baisse des dégradations volontaires de biens est également notable avec 186 faits en 2016 et 153 en 2015.

    Les catégories qui augmentent le plus en pourcentage sont celles où le nombre de faits signalés est peu élevés tels que les vols avec violences qui augmentent de 14% mais avec seulement 5 faits supplémentaires (36 en 2015, 41 en 2016). C’est le cas également pour les violences sexuelles dont la hausse mentionnée est de 30% mais pour un nombre de faits heureusement bas qui était de 13 en 2015 et 17 en 2016 » a-t-elle expliquée.

    « Le nombre d’interventions pour les atteintes à la tranquillité publique augmente sensiblement avec une hausse de +30% mais les forces de police constatent clairement que les plaignants appellent plus systématiquement le commissariat pour des faits de troubles et de tapages. Cela est dû notamment à la communication relayée régulièrement par les autorités locales (Mairie et police) incitant les victimes de troubles de voisinage et de troubles à la tranquillité publique à se signaler auprès des autorités de police »  a-t-elle constatée.

    « Par ailleurs les statistiques répertorient les faits constatés par les agents de police et si en 2016 on constate une hausse de certains faits, c’est aussi dû à l’augmentation du nombre de fonctionnaires en poste sur la voie publique qui a été plus important qu’en 2015 en rapport avec la réorganisation du dispositif vigipirate et la forte diminution des gardes statiques.

    Enfin, il est à noter que les chiffres de janvier 2017 comparés à ceux de janvier 2016 sont en forte baisse sur les atteintes à l’intégrité physique qui diminuent de 52% et sur les troubles à la tranquillité publique en baisse de 32% par rapport à janvier 2016.L’arrivée en décembre dernier au commissariat de Vanves de 4 agents supplémentaires après plusieurs lettres successives du Maire de Vanves au Préfet de Police a certainement eu un impact dans cette évolution favorable. La commune en lien avec les forces de police continuera à travailler dans le cadre de ses moyens et compétences pour que cette évolution favorable se confirme dans les prochains mois » a-t-elle conclue.