Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

marché - Page 2

  • ELECTIONS CANTONALES A VANVES A J – 1 : LES CANDIDATS DANS LA RUE !

    La plupart des candidats vanvéens devraient se montrer et se promener en ville ce samedi consacré parait à la réflexion, et pas à la campagne, les  Verts sûrement à vélo, les partisans du maire avec leurs écharpes bleus, ceux du conseiller général sortant avec leur anorak rouge. Au marché, à SuperMarketCarrefour, à Intermarché ce matin, dans les rues et le parc F.Pic cet après midi si le temps le permet pour rencontrer les vanvéens.  Les permanences UMP et PS devraient être ouvertes tout au moins ce matin. Leur objectif à tous : Etre élu certes, mais surtout faire voter. Beaucoup craignent une participation semblable au référendum sur le quinquennat qui avait entraîné 35 à 40% de votants.

    Beaucoup d’observateurs trouvent des similitudes troublantes entre 2011 et 1994. Il parait qu’elles ont lieu le même jour, 20 et 27 Mars. Ensuite, elles ne s’appuient pas sur d’autres scrutins régionaux . Enfin, elles se déroulent à un an des présidentielles, écrasant l’enjeu de ce scrutin, comme aujourd’hui, puisque certains formations politiques ont commencé la campagne pour l’Elysée, occultant complétement ce scrutin local. Au fait, en 1994, le canton de Vanves détenu par Roger Aveneau (UDF) n’était pas renouvelable. Le seul scrutin qu’a connu Vanves cette année là, furent les Européennes.

     

  • VANVES ET SON HISTOIRE : IL Y A 10 ANS

    Retour sur le passé et les années qui se terminaient par un zéro

     

    IL Y A DIX ANS, VANVES EN 2000 :

     

    UNE ANNEE MARQUEE PAR L’INCENDIE

     

     

    « L’homme n’est heureux et ne s’accomplit véritablement qu’en relation avec les autres. C’est dans l’échange que chacun peut trouver ses repères, se sentir reconnu par ses pairs et utile pour les autres. Cette vérité nous paraît d’autant plus évidente qu’elle répond à une attente forte et à un besoin trip souvent négligé » écrivait Guy Janvier, alors Maire de Vanves,  dans son édito de Janvier de VI en parlant des corps intermédiaires et en lançant 4 grandes réunions publiques de consultations pour faire émerger les souhaits des vanvéens et « enrichir la construction du futur projet de collectivité dans lequel Vanves se projettera à un horizon de 10 ans ». Une consultation qui aura coûté 60 000 frs « et servi à rien et dont il ne s’est même pas inspiré pour arrêter un programme municipal » selon son opposition RPR  menée par Isabelle Debré qui annonçait son entrée en liste pour les municipales dans Première Heure en Janvier 2000 et devenait la Secrétaire RPR de la 10éme circonscription des Hauts de Seine (Vanves-Issy) en vu des municipales, et UDF par Bernard Gauducheau alors Conseiller Général qui organisait ses Vœux à Larmeroux avec plus de 400 participants. Ilouvrait une permanence rue Diderot 6 mois plus tard en prévision bien sûr des municipales, suivi par celles d’Isabelle Debré (RPR) en présence de Michéle Alliot Marie, et de Guy Janvier (PS) en présence de Robert Badinter la même soirée du 13 décembre, mais seule celle du RPR r’eçu un pavé dans sa vitrine à la veille de Noêl. Le maire sortant présentait le 21 Février 2000 le projet de Vanves 2000-10 au théâtre et lançait le premier site Internet de la ville de Vanves, en vu des municipales, malgré quelques dissidences de Raymond Deniau qui essayait de se verdir et de quelques co-listiers.

    .

    Pendant ce temps, la ville réparait les dégâts de la tempête du siècle dans le parc F.Pic qui ré-ouvrait début Février seulement, alors que la piscine municipale n’a ré-ouvert que le 25 Août.  Roger Aveneau, ancien conseiller général et maire adjoint nous quittait à l’âge de 77 ans. Il était né à l’hôtel de ville avec son frére Jean et il a été l’un des pères du Plateau. Le peintre d’origine espagnol, Fran-Baro qui avait séduit par ses œuvres d’inspirations impressionnistes le suivait peu après, en laissant en autre, une fresque à l’entrée du théâtre Le Vanves qu’il a offert pour son inauguration voilà plus de 20 ans et qui n’est guère mis en valeur par ses responsables, ce qui suscite une certaine colère chez son épouse.

    Guy Janvier était nommé Délégué Interministériel à la famille le 24 Mai auprès de Ségolène Royal alors ministre délégué à la famille et l’enfance, dépendant de Martine Aubry ministre de l’emploi et de la Solidarité avec pour charge de suivre notamment le suivi des réseaux d’aides à la fonction parentale, dont l’objectif était de travailler sur la qualité et la pérennité des liens enfants-parents. Il organisait le 25 Mars 2000 un forum de la fonction parentale au gymnase Magne qui lui permettait de recevoir Martine Aubry à l’hôtel de Ville et il  recevait début Septembre 2000 au collège de  Michelet, Ségoléne Royal et Jacques Lang pour le lancement officiel  du plan de relance de l’éducation sexuel à l’école. Tout un programme. Par contre, il a dû se séparer de son directeur de cabinet à la mairie qui jouait les corbeaux en proférant des menaces vis-à-vis du conseiller général. Denise Tournache, cuisinière puis gestionnaire du chalet de la Féclaz que des générations de Vanvéens en culottes courtes ont connu, prenait sa retraite.

     

    Vanves décidait de donner le nom de Maurice Magne au gymnase du Plateau. 5 jeunes vanvéens participaient du 11 au 18 Février 2000 au nettoyage des plages de Noirmoutiers souillées par le pétrolier Erika,  en compagnie d’une cinquantaine de jeunes envoyés par le conseil régional d’Ile de France. Vanves Villard Club s’installait dans ses nouveaux locaux de la rue Rabelais. Une stèle pour les anciens d’Algérie était inaugurée le 10 Mars à l’angle des rues Auguste Comte et Rabelais provoquant une polémique et du coup l’absence du Secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants et du Sous Préfet. L’équipe municipale  lançait la réhabilitation de la place du Président Kennedy et de la rue Jean Jaurés qui ne s’est pas révélée être une réussite même si elle a apportée un plus dans ces deux quartiers de Vanves La ville lançait le 20 Mai 2000, le jumelage avec Ballymoney (Irlande du Nord),  le projet de construction d’un ascenseur à l’hôtel de ville (11 Mai) et signait une charte ville handicap (8 Juin)

     

    Mais l’événement de l’année restera l’incendie du marché, dévasté dans la nuit du Mardi  30 au Mercredi 31 Mai provoquant l’évacuation des 250 habitants de la Tour accueillis dans la salle des fêtes de la mairie. Et dés le Jeudi 1er Juin, il était installé rue Mary Besseyre et avenue Guy Mocquet. Les employés de la  bibliothèque ont dû nettoyer un par un les 60 000 ouvrages contenus dans les rayonnages. Au théâtre, il a fallu rétablir le circuit électrique et le réseau de plomberie, obligeant de reporter les spectacles jusqu’à la Rentrée, puis jusqu’au printemps,, l’obligeant à installer un théâtre en bois dans le parc F.Pic. Dés le 13 Septembre Guy Janvier organisait une réunion publique et le lendemain un conseil municipal extraordinaire sur le réaménagement du marché qui allait entraîner un désiamentage du site, provoquant un premier retard. Et la polémique s’enflait sur le choix d’un aménagement entre la majorité et l’opposition municipale….

     

    A Suivre...

  • VANVES ET SES MARCHES : UNE QUESTION DE TERROIR !

    Le 4éme marché des terroirs, qui a été inauguré hier soir, a une jeune histoire qui est liée à cette nouvelle place de la République. Ce fut le premier événement qui s’y est déroulée en Décembre 2005 alors même que son réaménagement n’était pas complètement terminé. Il ne neigeait pas ce week-end, mais il avait fait un froid sibérien qui n’avait pas découragé les 50 premiers exposants et les vanvéens venus nombreux. Il s’est étoffé depuis avec 90 exposants et surtout un partenariat avec l'Archipel des Créateurs, l'équivalent du Pari des fermiers au niveau de l'artisanat d'art. A noter que les restaurants du quartier propose un menu spécial « village des terroirs ». Mais aussi, que le terrain est très glissant comme ont pu le constater les participants à l’inauguration hier soir. Heureusement qu’il y a le tapis rouge qui traverse tout le village. Ou sinon munissez de patins à glace.

     

    C’est l’occasion de parler de nos marchés et surtout de notre principal où beaucoup de choses sont encore à régler après la rénovation qui a suivi l’incendie, alors qu’il devrait connaître un regain d’activités avec les fêtes de Noël et les animations de l’association qui réunit ses commerçants.  

     

    LE MARCHE DE VANVES : BEAUCOUP DE BRUITS TOUT AUTOUR

    Le plus connu est notre marché de Vanves,  géré par la société Lombard & Guerin qui  rassemble actuellement 43 commerçants, avec des volants, entre 6 et 41 selon les saisons (et le temps). Il est hébergé dans un espace de 3 308 m2 situé entre le parking et le centre administratif/Bibliothéque/Théâtre permettant d’accueillir 521 m linéaire  de façade, outre une buvette entièrement réaménagée en bois, un restaurant et un point accueil enfants. Les commerçants bénéficient maintenant d’emplacements réservés pour stationner dans les rues voisines grâce à l’installation de 80 bornes anti-stationnement rue A.Fratacci et S.Carnot. Malgré tout, les efforts du tenant de la buvette ses derniers mois et des commerçants qui l’entourent, le concessionnaire reconnaît dans son rapport sur l’année 2008 que « l’allée centrale ne va pas jusqu’à la pointe du marché », et que cela « pénalise cette zone » où certains commerçants habituellement installés, sont partis. Mais heureusement certains résistent comme cette marchande de fruits et légumes avec sa fille et quelquefois ses petits fils (quand leurs études leur en laissaient le temps).

    Il est intéressant de noter que, selon le dernier rapport du délégataire de service public, pour 2008, le total des droits en place a rapporté 133 765 € (au lieu de 130 494 € en 2007) pour les abonnés et 15 894 €  (au lieu de 17 589€ en 2007) pour les volants. Ainsi le produits total des places s’est élevé à 153 335 € (au lieu de 148 034) en 2008, soit +3,6%.  Pour un marché qui a ouvert 156 fois  durant  l’année 2008. Depuis sa ré-ouverture après l’incendie, ce concessionnaire a dû faire face à de nombreux problèmes d’après chantiers : le nettoyage des sols qui présente des difficultés à cause d’un sol absorbant non adapté aux modalités de nettoyage, l’absence de carrelage dans les sanitaires, des rampes d’éclairages interrompues au niveau de la pointe du marché et insuffisante dans la galerie, la verrière au cœur du marché qui présente des défauts d’étanchéité, non résolus, un bâchage provisoire ayant été installé pour l’instant.

    Les pigeons sont un autre problème la mairie ayant étudié des moyens à mettre en œuvre afin de les empêcher de faire leur nid dedans, grâce tout d’abord à un filet tendu au plafond, accompagné à certains endroits de piques, puis à un procédé utilisant des ultras sons, mais sans avoir commencé à régler cette question. Enfin, et cela concerne les riverains du marché, certains se plaignent, surtout le samedi matin, très tôt vers 2H30/3H ou 4H du bruit généré par les commerçants qui s’installent, et notamment ses palettes jetés sur le sol dont le bruit résonne jusqu’aux façades des immeubles, dont celui où habite le maire. Certains se sont plaints mais sans suite. Il parait même que l’un d’entre eux l’a réveillé en pleine nuit pour qu’il puisse écouter le vacarme et en profiter comme tout le monde. Il parait qu’il n’a pas du tout apprécié cette initiative.

     

    LES MARCHES SAINT REMY ET DU PLATEAU : UN ECHEC !

    Deux emprises ont été ouverte par la société Lombard & Guérin, à la demande de la ville, sur la place de la République le Mercredi et le long de la rue Jean Jaurés le vendredi durant l’après midi, en Avril 2008. Ses deux emprises découvertes devait permettre d’accueillir une vingtaine de commerçants chacune. Le marché du Plateau a ouvert une quinzaine de fois jusqu’en Juillet où il a été suspendu, et il n’a pas réellement repris après les vacances de l’été 2008. Le marché de la Place de la République a ouvert une quinzaine de fois mais a été totalement suspendu après les vacances. Si ces marchés n’ont pas connu un réel, c’est la faute à personne sauf aux emplacements. Pour atteindre la réussite du marché de la maire d’Isssy les Moulineaux, il faut être sur une voie de correspondance métro-bus ou tout au moins d’accès ou de sortie. Ce marché de l’après-midi à Vanves aurait toute sa place à la sortie du métro et du passage piéton où beaucoup de monde passe. Et encore, car beaucoup d’essais ont eu lieu dans les différentes communes des Hauts de Seine, et le marché d’Issy apparaît presque comme une exception.