Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

logement - Page 2

  • VANVES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE

    MESQUIN ET STUPIDE

    Les élus et militants ou sympathisants  de droite se plaignent du sectarisme de  leurs homologues de gauche depuis qu’elle est au pouvoir. Mais à Vanves, la droite ou le centre ne vaut pas mieux. Un exemple le démontre. Pas un membre de  la municipalité n’est venu saluer Daniel Buire, libraire et marchand de journaux,  pour son départ à la retraite, le 25 Juin. Le nouveau maire adjoint chargé du commerce aurait même expliqué « qu’il n’est pas question d’aller voir un commerçant qui était sur la liste de Guy Janvier ! ». Ses collègues commerçants apprécieront.

    PLATEAU : UN ARRET SUPPLEMENTAIRE POUR LE 95

    L’association de quartier, Agir pour le Plateau, a saisi le maire de Vanves de son souhait d’avoir un arrêt supplémentaire du bus 95.: « En effet la traversée du périphérique au niveau de la porte Brancion reste périlleuse pour les Vanvéens et d’autre part le bus 95 passe déjà de l’avenue de la porte Brancion à la rue Louis-Vicat puis boulevard Adolphe-Pinard. Il serait donc particulièrement utile pour les usagers qu’un arrêt soit installé rue Louis-Vicat à l’angle de la rue Jean-Bleuzen. Cette nouvelle opportunité ne peut qu’inciter les gens à prendre les transports en commun et développer la desserte de la ville de Vanves ».

    LORSQUE LA GAUCHE SE TITILLE

    L’un des petits jeux auxquels se livrent la gauche pendant le conseil municipal consiste à s’envoyer des piques comme aime le faire Boris Amoroz (FG/PC) en s’en prenant au gouvernement. L’exemple de son intervention sur le projet Legendre Immobilier à l’emplacement de l’ancienne conservatoire est édifiant(cf  l’article du blog du 30 Juillet). » la politique de réduction de la dépense publique du gouvernement soit-disant socialiste, qui se traduit pour les communes par la baisse drastique des dotations, a entre autre pour objectif volontaire de pousser les communes à privatiser et vendre leurs biens et leurs terrains pour équilibrer leurs budgets » expliquait ce dernier en s’en prenant au gouvernement « qui n’engage pas de véritable politique de défense et de promotion du logement social » Mais les socialistes ne manquent pas de réparties comme ce fut le cas à propos des deux vœux déposés par le FG/PC sur les compteurs de gaz et d’électricité intelligents auxquels il est opposé : « C’est dans le cadre de la loi sur la transition écologique et énergétique lancé par le gouvernement que ces compteurs intelligents ont été lancés » a rappelé Jean Cyril Le Goff  (PS) en souscrivant aux propos de Pascal Vertanessian (PS)  relayé par Gabriel Atttal (PS) qui  expliquait « qu’ils permettront de facturer sa consommaton réelle et de la réduire en voyant où chacun peut faire des efforts. Et cela aura une incidence sur l’emploi (10 000 création pour les installer) contrairement à ce que vous expliquez !  »

  • VANVES ET L’ACCUEIL DES REFUGIES : « Des communes comme Vanves ont mis en place des dispositifs pour répondre à une 2éme vague ! »

    Pour la dernière séance de la Commission Permanente du Conseil Régional, ses membres ont tous votés, sans la participation des Républicains, les premières individualisations du Plan d’Urgence Réfugiés-Migrants, c'est-à-dire 108 subventions pour un montant total de 1,08 M€ (sir les 5,5 M€ votés le 25 Septembre dernier) versées à deux départements dont les Hauts de Seine, de nombreuses villes comme Malakoff, Sceaux… ou des associations comme la Croix Rouge Française…

     « On  peut se réjouir de la réactivité de la Région ! Des communes ont mis en place des dispositifs pour répondre à une seconde vague comme c’est le cas dans ma commune de Vanves » a déclaré Bernard Gauducheau (sur la photo en commission permanente à côté du maire de Vincennes) pour le groupe UDI  en s’inquiétant de la pérennité de ces aides. « On voit bien que notre délibération est confrontée aux réalités du terrain car tout se met en place. Les réfugiés ne sont pas encore là, des locaux sont disponibles et non occupés. Peut être que les associations seront confrontées à d’autres dépenses. Je ne suis pas sûr que l’on ne doive pas convoquer une nouvelle CP pour répondre à l’urgence sur le terrain » ajoutait Gabriel Massou (FG/PC) par ailleurs conseiller départemental des Hauts de Seine 

    C’est le même constat fait par Marie Françoise Goloubtzoff (UDI), maire adjoint que le maire de Vanves a désigné pour suivre ce dossier, devant les adhérents de la LICRA lors de l’Assemblée générale de la section de Vanves, mercredi soir. « On attend et on n’a pas encore de réponses aux questions posées » a-t-elle constatée en faisant le point de la situation. « Nous avons proposé à la Préfecture des Hauts de Seine la mise à disposition d’un logement de 8 lits totalement équipé. Nous avons créé une cellule d’accueil avec les services municipaux, des associations susceptibles d’apporter leur quote-part à cette action comme le Secours Catholique, la Croix Rouge, l’Institut Lannelongue, l’ASTI. Mais nos associations sont pauvres et démunies face à l’ampleur de l’action. Enfin des vanvéens se sont manifestés pour proposer des logements. Mais dans ce cas là, ce sont des associations comme France Terre d’Asile par exemple, qui prennent en charge ces logements, pas la mairie » a-t-elle précisée.

  • ELECTIONS DEPARTEMENTALES A VANVES : LE FRONT DE GAUCHE MARCHE SUR LES PLATEBANDES DES ECOLOGISTES

    Boris Amoroz (PC) conseiller municipal de Vanves fait équipe avec Lucie Heurtier (Parti de Gauche) avec Françoise Bacqué, une vanvéenne et Gérard Aubineau ex-maire adjoint de Philippe Kaltenbach à Clamart, comme remplaçants.  Ils tiennent une réunion ce soir à 20H à l’école Max Fourestier : « Nous sommes les candidats contre l’austérité, contre la loi Macron, la politique libérale du gouvernement Valls. On ne fait pas 75 propositions, mais une trentaine qui seront tenues. On veut réduire la majorité de droite de ce département, et à zéro les élus du FN en espérant qu’on n’en aura pas » avait déclaré Gérard Aubineau lors de l’entrevue citoyenne organisée par la JCE GPSO le 4 Mars à l’école Marceau. Il n’a pas caché l’hostilité du Front dde Gauche et surtout des communistes vis-à-vis de la Métropole du Grand Paris (MGP) : « Nous pensons que la commune est l’organe principal de la démocratie locale. On est contre ce système de métropole car le maire n’aura aucun pouvoir, et on éloigne complétement les citoyens de la prise de décision. D’ailleurs, on aurait pu les consulter par référendum sur la MGP ».

    « Notre département où la droite et ses représentants locaux mènent depuis 50 ans, une politique d’exclusion qui aggrave les inégalités, est le plus riche de France. Nous avons donc les moyens financiers pour mettre en place une politique solidaire, citoyenne et écologique » constatent ils dans leur profession de foi en en cachant pas que leur « ambition est de lutter, à tous les niveaux (commune, département, région, Etat) contre les politiques d’austérité mises en œuvre aujourd’hui par le système libéral. Elles ne font qu’aggraver la pauvreté et les difficultés pour le plus grand nombre ». Contrairement aux écologistes, aux socialistes, et à la majorité départementale UMP/UDI, ils ne font pas de propositions locales en dehors du logement en critiquant bien sûr le projet du maire UMP de Clamart de démolir cette cité 3F de 300 logements qui ont été rénovés, alors qu’il y a 2700 demandeurs de logements sociaux dans cette ville -  « Il faut contraindre les 22  villes altoséquanaises sur 36, toutes dirigées par l’UMP-UDI à respecter la loi SRU qui faiy obligation à chaque commune de disposer d’un minimum de 25% de logements sociaux »  - et « travailler à l’aménagement concerté du quartier de la future gare de Clamart-Vanves-Fort d’Issy du métro Grand Paris Express, et à sa bonne desserte depuis l’ensemble du canton ».

    Lors de l’entrevue citoyenne, les candidats du Front de Gauche (PC et PdeG)  ont insisté sur la création d’un Pass culture pour les 16/25 et les personnes à faible revenu, l’élargissement de la carte améthyste aux personnes à mobilité réduite, financer à 50% la carte Imagin’R pour tous les collégiens, lycéens,  étudiants  qui étaient des demandes récurrents du groupe Front de Gauche au Conseil général des Hauts de Seine jusqu’à présent avec  la suppression des aides publiques départementales au pôle universitaire Lénoard de Vinci (PLUV) à la défense, dénommée « fac Pasqua ». Ils souhaitent  rétablir la subvention annuelle de 1000 € aux clubs et associations sportives supprimées par la droite en 2014, les aides supprimées aux chômeurs et aux personnes âgées, défendre la protection maternelle infantile, abandonner l’externalisation de la demi-pension dans les collèges, créer des conseils d’usagers dans les structures départementales… en marchant sur les platebandes des écologistes car ils proposent de favoriser les circuits courts de production et encourager les AMAP, développer  les énergies renouvelables et le recyclage au niveau départemental, favoriser l’agriculture bio et locale pour la restauration collective publique, contribuer au développement des circulations douces comme les pistes cyclables et la coulée verte