Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

andré santini - Page 2

  • LES RENDEZ VOUS A VANVES D’UNE SEMAINE DE VŒUX TRES POLITIQUES

    Vanves rentre de vacances pour beaucoup pour une période de vœux, de galettes des rois, après quinze jours de trève des confiseurs marqués par peu d’événements, en dehors des Gilets Jaunes, du feuilleton Benalla qui revenaient souvent dans les conversations. Il est intéressant de noter les marcheurs tiendront le haut du pavé cette semaine, avec non seulement les vœux de la député LREM au Tout Va Mieux, mais aussi la galette des Rois de la République en Marche des Hauts de Seine Samedi à l’école Marceau. Les services de sécurité avec la Préfecture des Hauts de Seine et le commissariat de Vanves vont être sur les dents, surtout samedi. D’autant plus que ces manifestations hebdomadaires sont marqués par de plus en plus de violence, avec des menaces de morts vis-à-vis de personnalités, députés, et même journalistes, sur twiter, comme ce fut le cas pour l’un d’entre eux, vanvéens de surcroît. Ce qui discrédite de plus en plus ce mouvement qui a des répercussions économiques désastreuses mais aussi sur l’image attractive de Paris.

    Le maire de Vanves devrait offrir son café-croissant samedi prochain aux commerçants du  marché comme il le fait chaque début d’année, avant d’effectuer une tournée des commerçants de la ville.  Beaucoup de Vanvéens se demandent quand va ouvrir la nouvelle boucherie de la rue de la République aménagé à l’emplacement de la petite supérette à côté du Maryland. De nouveaux vanvéens s’installent depuis un mois dans la résidence NIWA, des constructions commencent comme c’est la cas à l’emplacement du garage/Concessionnaire de la rue Raymond Marcheron avec la future résidence Lodge, et des futures résidences des avenues du Général de Gaulle (Bouygues) et de l’avenue de la Paix, d’autres prennent formes comme celle du groupe Arcueil face à la Mairie   

    Mardi 8 Janvier

    A 19H à la salle Michel Latapie : Vœux du PC Vanvéen avec Boris Amoroz 

    Jeudi 10 Janvier

    A 19H salle Danton : Débat sur "Les migrants en Europe, un enjeu des élections européennes" organisé par le Mouvement Européen-Vanves avec Catherine Wihtol de Wenden politiste au CNRS et au CERI de Science Po,et Thierry Le Roy Président de Terre d'Asile  

    A 19H30 au Tout Va Mieux : Vœux de Florence Provendier, députée LREM de la 10éme circonscription des Hauts de Seine avec la présence des ministres Gabriel Atal et Sophie Cluzel

    Vendredi 11 Janvier

    A 18H30 au Palais des Sports Robert Carpentier à Issy les Moulineaux : De nombreux élus vanvéens devraient participer aux Vœux d’André Santini

    Samedi 12 Janvier

    A 10H15 au Soleil Levant : Café Théo sur « Comment je m’approche de ma mort ? »

    A 17H à l’école Marceau : Vanves accueille la galette des rois de la République En Marche (LREM) des Hauts de Seine en présence bien sûr des ministres Gabriel Attal, Sophie Cluzel, des députés LREM du 92 avec Florence Provendier…comme l’année dernière (Voir la photo)

    Dimanche 13 Janvier

    A 10H30 chez les Bénédictines de Vanves : Messe dominical animée par la chorale des petits chanteurs du Val de Seine qui donneront un concert

    A 17H à Saint François : Vœux du pére curé Bertrand Auville

  • A VANVES, A ISSY, A MEUDON ET AILLEURS, LES MAIRES DEMANDENT A MACRON DE REVENIR AUX FONDAMENTAUX

    Les maires seraient ils en train de reprendre la main après les manifestations de ce mouvement des Gilets Jaunes, comme l’a fait par exemple l’AMIF (Association des Maires d’Ile de France) en ayant demandé  à ses adhérents d’ouvrir dans leur mairie des cahiers de doléances. Certains maires des Hauts de Seine l’ont fait. Pas Vanves et d’autres villes de l’agglomération parisienne où très peu d’habitants ont porté des gilets jaunes. Le Parisien le montrait hier avec ses deux pages consacrés aux cahiers de doléance en citant surtout des bourgs et villages des départements de Grande Couronne

    Et certains ont commencé à s’exprimer sur ce sujet comme André Santini sur Le Point FR au travers d’une interview vidéo . «Les gens ont l'impression d'être abandonnés dans leur quotidien par un gouvernement et une administration centrale complètement déconnectés des réalités des territoires. Cette contestation sociale et ce ras-le-bol généralisé prennent racine dans le sentiment de trahison qu'éprouvent nos concitoyens vis-à-vis du président et de ses conseillers….. On ne gère pas ses concitoyens comme des numéros de dossiers, il y a des réalités derrière chacun d'entre eux, faire preuve de tant de mépris social, c'est affligeant et révoltant. Ce sentiment de révolte s'est propagé dans notre pays, et les gens manifestent leur mécontentement et leur solitude» explique le maire d’Issy les Moulineaux pour qui «nous assistons à une crise sociale majeure de ce début de XXIe siècle.» Pour cet ancien ministre « Macron doit revenir aux fondamentaux : écouter les élus et mener une politique utile aux citoyens. C'est ce que je m'attache à réaliser depuis 38 ans à Issy-les-Moulineaux. Pour agir correctement et efficacement, il faut connaître ses dossiers et respecter les gens qui, sur le terrain et au quotidien, vont en subir les conséquences  » explique t-il «Les maires ont raison de gueuler contre l'État. Il faut dire qu'ils ont fait fort : il n'y a plus de compensation et on nous enlève de l'argent au nom de la péréquation…  Ce que nous vivons actuellement, c'est une prise de pouvoir des technocrates sur les élus locaux» constate il en donnant ce conseil : «Il faut aussi être à l'écoute des gens. Ils m'arrêtent dans la rue, quand je vais prendre mon café, et je peux passer une heure avec eux. La différence, c'est l'action au service des gens. On aurait certainement évité le mouvement des Gilets jaunes si Emmanuel Macron avait fait preuve de plus d'écoute et de moins d'arrogance. Il manque d'expérience… 

    Son collégue Denis Larghero, maire de Meudon, s’étonnait lui dans le magazine du Point que «Emmanuel Macron nous tend la main comme pour saisir une bouée de sauvetage. Il vient chercher un salut auprès des derniers élus qui ont encore un peu de crédit politique. Mais je ne suis pas certain que nous soyons sur la même longueur d’ondes. Il s’agit encore de charger notre barque. Tous les trois mois, nous recevons des lettres des services de l’Etat pour nous signifier des baisses de dotations. Récemment encore, on me demande de rembourser des taxes d’aménagement parce que le logiciel de l’Etat s’est planté et a enregistré un trop perçu…depuis quinze ans, les commune sont mise sous tutelle par l’Etat, et maintenant, on va nous demander de jouer les hommes sandwichs du gouvernement ! Voyons ! ». Comme pour André Santini, pour Denis Larghero, et même le maire de Vanves,  il y a un préalable à toute discussion : La taxe d’habitation !

  • APRES DES VŒUX DIVERS ET VARIES CHEZ LES VOISINS, DES GALETTE A VANVES

    Les vœux auxquels certains vanvéens ont participé ces derniers jours, parmi nos élus, se succédent et ne se ressemblent pas. Il suffit de prendre trois exemples :

    A Issy les Moulineaux, le 12 Janvier dernier, c’étaient les vœux de la discorde. Même si André Santini a célébré  ses grands projets (urbains) symbole du renouveau d’un territoire composé autrefois de friches insalubres », il n’en reste pas moins que 15 conseillers municipaux , pour la plupart LR, n’avaient pas été conviés. Ils ont eu l’outrecuidance d’avoir créé un groupe, dissident au sein du conseil municipal « D’Issy Demain » depuis la Rentrée 2017. Le maire avait déjà retiré à 5 d’entre eux, leurs délégations de maires-adjoints en Juillet dernier à la suite de la défaite de son poulain, Jeremy Coste (UDI) aux élections législatives, puis a exclu tous les membres de ce groupe dissident , de l’ensemble des instances locales (Conseil d’Ecole, Conseils de quartiers, Conseils d’administrations divers), et enfin, ne les convie plus aux manifestations organisées par la ville. Les intéressés n’ont pas manqué d’observer que la plupart des grands élus LR des Hauts de Seine n’y ont pas participé (P.Devedjian, P.Juvin, R.Karoutchi, I.Debré...). 

    A la Seine Musicale, le 16 Janvier, pour les vœux commun des déparrtements des Hauts et des Yvelines, Patrick Devedjian et Pierre Bédier (sur la photo avec G.Larcher président du Sénat et Christian Favier) ont donné un avant-goût de la grande réunion publique de  mobilisation prévue le 31 Janvier, au même endroit, pour défendre les départements franciliens face au projet Macron de réorganisation territoriale de l’Ile de France. Et chose extraordinaire, du jamais vu dans les Hauts de Seine depuis sa création, un président de conseil départemental communiste, Christian Favier du Val de Val de Marne a pris la parole . «On ne partage pas les mêmes idées sur de nombreux sujets. Or on a su se rassembler sur l’essentiel, face à un projet technocratique et recentralisateur. On refuse cette usine à gaz coûteuse. Il serait absurde de supprimer ce qui fonctionne bien ! Ce qui nous rassemble dans ce combat est bien plus fort que ce qui nous différencie» a-t-il déclaré, auquel a répondu Patrick Devedjian (LR) : «Nous partageons la même volonté de tirer vers le haut cette banlieue, malgré les divergences politiques que nous pouvons avoir. Nous avons tous la même passion de nos territoires. Et nous partageons la même colére».

    Enfin, à Malakoff, le 18 Janvier, c’étaient des vœux populaires et militants, Jacqueline Belhomme ayant terminé son discours par un hommage à France Gall avec « résister » invitant ses invités à frapper des mains et même danser. Ce qui était quand même plus « rock and roll » que « Là Là Vanves ». Mais ce n’est pas terminé, car c’est au tour des « galettes des rois » de prendre le relais : A Vanves, notamment après la section PS mardi dernier, c’est au tour cet après-midi d’En Marche au Gaulois avec Gabriel Attal député, puis mardi prochain, pour les Républicains à Larmeroux, avec, entre temps, Dimanche, le banquet des seniors, et lundi soir, la réception des nouveaux vanvéens qui rencontreront leurs élus au cours d’un spate-dating.