Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

circulation - Page 3

  • LA REVOLUTION DU PERIPH NE FAIT PAS LE BUZZ A LA REUNION PUBLIQUE DU PLATEAU DE VANVES

    La Route est au coeur de l’actualité francilienne et vanvéenne. A un moment les départements vont pouvoir décider de revenir ou non aux 90km/h, les élus du Grand Paris planchent sur le devenir de leurs routes et autoroutes. Le maire de Vanves en a fait état lundi soir à la réunion publique du quartier du Plateau lundi soir. 

    Ils réfléchissent, sous l’égide du Forum métropolitain du Grand Paris (ex-Paris Métropole) tout d’abord aux routes du futur qui fait l’objet d’une exposition au Pavillon de l’arsenal inauguré ce soir en grande pompe. Elle présente le résultat des travaux sur les visions prospectives des équipes sur le devenir des autoroutes, boulevard périphérique, voies rapides ou structures à l’horizon  2030 et 2050. L’exposition met en lumière les travaux des quatre équipes pluridisciplinaires composées d’architectes, d’urbanistes, d’ingénieurs, de paysagistes, d’experts en mobilité, en environnement et analyse de trafic : L’atelier des mo ilités (D&A Devillers 1 Associés), le Collectif Holos (Richez Associés), New Deal pour les voies du Grand Paris (Seura Architectes), et Shared Utility Network – SUN (Rogers Stirk Harbour & Partners). Ces équipes ont pensé un nouvel usage de la route. Leurs travaux montre comment la route peut être repensée pour en faire le support d’un systéme de transport en commun interconnecté avec les autres modes de mobilité, que ce soit les transports en commun ferrés, l’autopartage, le vélo ou la marche. L’exposition permet de visualiser leurs propositions, de repenser l’insertion des routes dans la ville ainsi que l’aménagement des voies. Des focus revisitent le périphérique et les grands axes ou nœuds d’interconnexions (A1, A86..). Enfin, elle montre également ce qui pourrait changer concrétement pour les habitants et usagers dans leur quotidien, notamment dans l’offre de services que cette nouvelle vision permettra d’apporter. 

    Ensuite, une mission d'information et d'évaluation (MIE) a été  lancée à l'automne 2018, par la ville de Paris qui vient de rendre public ses 40 propositions pour transformer cette voierapide en boulevard urbain en plusieurs étapes d’ici 2030 : limitation de la vitesse à 50 km/h, du nombre de voies à 2x3 voies dont une réservée aux voitures propres (covoiturage, voitures électriques, hybrides, transports en commun…), interdiction aux poids lourds en transit,  réduction de la pollution aux particules fines et sonores, avec la mise en place de revêtements antibruits ou encore le filtrage de l'air dans les tunnels…mais aussi mettre en place des fermetures temporaires du périphérique pour expérimenter de nouveaux usages : fête populaire, week-ends «Périph’ sans voitures», espaces d’expression ou concours d’idées citoyennes pour la transformation du périphérique et de ses abords avec une expérimentation pour la Nuit Blanche 2019 le premiers amedi d’Octobre prochain. Enfin végétaliser le périphérique sur les parois, le terre-plein central et les murs anti-bruit, «Le périphérique et ses abords ainsi libérés de toutes nuisances permettraient d’ouvrir une large trame urbaine privilégiant des espaces verts réunissant Paris et les communes limitrophes, un espace de respiration où pourraient venir se développer de nouveaux usages».  Elles devraient être examinées et débattues en Conseil de Paris mardi prochain, Anne Hidalgo ayant déjà annoncée la création d’un groupe de pilotage métropolitain, pour « que les communes voisines soient partie prenante de cette transformation ambitieuse»

    Bernard Gauducheau a présenté rapidement ses propositions lors de la réunion publique lundi soir à l’école Marceau. Le maire de Vanves a regretté que ces propositions ne retiennent pas la couverture du Périph, car elle permet d’unifier la métropole. Tout en reconnaissant que le coût est énorme : 400 M€ pour la couverture existante porte de Vanves, soit l’équivalent de l’investissement de Viparis pour remorderniser le parc des expositions. Un participant a demandé pourquoi l’accès du Périph porte de Sévres  était fermé,provoquant en aval et en amont, notamment sur la bretelle d’accés vrs l’Ouest porte Brançion, des embouteillages. «Ce sont des problèmes de soutainement qui ont entrainé cette fermeture partielle comme c’est le cas pour la RN 118 au niveau du pont de Sévres».

  • RETOUR SUR UNE REUNION PUBLIQUE DE QUARTIER A VANVES : TRAVAUX ET CIRCULATION, L’EFET DU SYNDROME HIDALGO

    Beaucoup d’annonces ont été faites le 21 mai dernier lors de la première réunion de quartier publique consacrée au centre ancien-Saint Remy, en plein fin de campagne des élections européennes qui les ont occultées.

     Revenons tout d’abord aux travaux : La requalification du cimetière qui est un lieu important pour beaucoup de vanvéens dont le chantier a démarré en Mars et devrait être financé en partie par la MGP (Métropole du Grand Paris). «Il y avait un sentiment de laissez-aller» reconnaissait le maire. Il s’agissait de re-végétaliser les allées notamment l’allée centrale où tous les arbres (malades) ont été abattus et remplacés – «on a doublé le nombre d’arbres » - adapter les cheminements pour supporter le passage des véhicules, sans toucher aux sépultures, bien évidemment. Le PMS (Parc Municipal des Sports) avec sa tribune et les deux bâtiments qui l’entourent dont les travaux ont été plus long que prévus «à cause de difficultés d’entreprises» : Ils devraient être livrés ces jours-ci avec commission sécurité le 14 Juin pour une ouverture pour la Vanvéenne le 15 Juin. Un cheminement a été aménagé entre la piscine municipale et le gymnase  en stabilisé et en goudron qui était attendu depuis longtemps, et surtout depuis que le secrétariat du Stade Vanves est installé au 1er étage de la Piscine. Enfin l’église Saint Remy dont les accés latéraux devraient être rendus accessibles aux PMR (Personnes à mobilité réduite).

    Il a été beaucoup question de voiries et de circulation : Le maire de Vanves a indiqué que depuis le changement de sens de circulation rue Pruvot, le trafic aurait baissé de 40%, mais augmenté de 14% place Kennedy à cause des véhicules venant de la rue Valentine Jacquet pour reprendre les rues de la République ou Louis Dardenne, avec moins de circulation rue Falret ( ?) parait il. Il n’en a pas moins constaté que «la question de la circulation est complexe, comme ailleurs. Depuis l’utilisation du GPS, les automobilistes sont conduits sur des voies secondaires plutôt que principales qui générent de l’insécurité routière. Face à de telles situations, nous avons entendus les plaintes des riverains qui voient ce qui se passent. L’objectif est de ne pas reporter le problème chez le voisin en lançant une expérimentation. C’est ce que nous avons fait avec la rue Pruvot qui a limité le trafic de cette voie secondaire (qui sera finalement pérénnisé). C’est que nous avons fait rue Cabourg où on a mis en place un sens interdit pour éviter qu’elle soit utilisée afin de rejoindre l’avenue Antoine Fratacci pour  rejoindre le carrefour de l’insurrection», tout en reconnaissant qu’il y a un problème rue Raymond Marcheron (avec une file ininterrompue de véhicules depuis la boulangerie jusqu’à InterMarché) et en annonçant (enfin) la nécessité de la mise en place d’un nouveau plan de circulation dans la ville «afin que moins de véhicules circulent» comme à Paris. Le syndrome Hidalgo

    Enfin, GPSO continue à requalifier les voiries de Vanves, petit à petit, comme ce sera le cas avec la rue Aristide Brinad, depuis la fin des chantiers immobiliers dont la résidence Niwa de Bouygues Immobilier récemment inaugurée. Le Maire a indiqué que le sens interdit sera pérénnisé avec requalification de la chaussée, surélevée au niveau de passages piétons, et aux carrefours, aménagement d’un contre sens cycliste et circulation douce, remise aux normes des trottoirs, de l’éclairage, deux déposes-minutes, un stationnement deux roues, la plantation de 14 arbres, l’installation de jardinières…

  • PISTES CYCLABLES : RECORD A LA STATION MALAKOFF-PLATEAU DE VANVES

    En sortant du souterrain  des Reflets au niveau de la station de métro «Malakoff-Plateau de Vanves » ou en s’y engouffrant, les vanvéens passent sous la piste cyclable de la coulée verte qui détient un record à ce niveau là. Les services du département des Hauts de Seine ont enregistré le plus grand nombre de passages, avec une moyenne de 883 cyclistes par jour et même un pic à 2146 vélos le dimanche 16 Septembre 2028.

     Là comme sur une trentaine de points répartis dans le département, 43 compteurs avaient été déployé sur l'ensemble du territoire altoséquanais depuis Novembre 2017. Il s’agissait d'avoir une meilleure connaissance de l'évolution de la pratique cyclable sur le territoire.  Les comptages ont permis d'analyser les fréquentations des différents aménagements cyclables et d'identifier les secteurs les plus fréquentés. Les secteurs qui ressortent particulièrement sont les franchissements de la Seine, la Promenade des Vallons de la Bièvre (Coulée Verte) où passe la Véloroute Paris - Mont-Saint-Michel, les aménagements cyclables réalisés le long des tramways T2 et T6, la coulée verte à Malakoff bien sûr, et la Route départementale 906, entre Clamart et Montrouge, avec 499 cyclistes par jour au droit du cimetière de Clamart.

    Les comptages continus ont permis également d'identifier les jours et heures pour lesquels les fréquentations sont les plus importantes. Ainsi, les aménagements cyclables le long du tramway T6 sont plus fréquentés en semaine. La différence est encore plus flagrante pour les compteurs positionnés sur le pont d'Issy-les-Moulineaux sur la RD 72 et la RD 62 respectivement à Vanves et Montrouge, aménagements en moyenne deux fois plus fréquentés la semaine que le week-end. Les compteurs positionnés sur les itinéraires de Véloroutes (Avenue Verte London - Paris, Véloscénie), affichent quant à eux une plus grande fréquentation les week-ends et jours fériés (597 cyclistes en moyenne contre 411 en semaine). L'arrivée des beaux jours augmentent fortement les fréquentations quotidiennes. Une hausse de 71 % est constatée entre l'hiver et le printemps sur l'ensemble des postes de comptage (6 100 cyclistes à près de 10 450).

    Les hausses les plus spectaculaires concernent les compteurs implantés sur les itinéraires à vocation récréatives, principalement le long de la promenade bleue départementale à Nanterre et le long de la Coulée Verte à Antony. Sur ces itinéraires, près de 1 800 cyclistes ont été comptabilisés le 8 mai 2018 à Nanterre, et une fréquentation record de 2 344 vélos a été enregistrée à Antony le dimanche 2 septembre.