Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lycee michelet

  • LES EFFETS A VANVES DE LA PREVENTION CONTRE LE CORONAVIRUS

    Avec le 1er tour des élections municipales, cette semaine aura été marquée par la pandémie de coronavirus qui s’étend, avec plus  de 600 case Ile de France à la fin de la semaine, l’allocution du président de la République qui a amené les municipalités comme  Vanves à prendre des mesures de prévention et de précaution sanitaire annoncées dans deux courriers du maire adressés aux vanvéens, et sur le site Internet de la ville, relayées par les associations comme le stade de Vanves notamment : Plus d’école de tennis, de football… plus de matchs, ni de rencontres sportives comme l’ont demandé les différentes fédérations sportives des disciplines représentées à Vanves ;  fermeture des créches, des écoles, des accueils de loisirs, mais aussi du collége St Ex, du Lycée Michelet, du LEP Dardenne. A noter que tant la Région que le Département ont appelés les enseignants à utiliser massivement l'espace numérique de travail (ENT)où  les élèves peuvent retrouver  les informations du collège, du lycée mises à jour, le lien avec leur établissement par la messagerie, les cours, devoirs mis à disposition par les enseignants, les ressources pédagogiques dont l'outil de soutien scolaire.  Suspension des activités pour les moins de 18 ans organisées par les structures municipales avec annulation des classes de neige  ou de voyages à l’extérieur pour les ados par exemple ; fermeture des locaux communaux pour toutes activités associatives ou privées s’adressant à un public de moins de 18 ans, suspension des activités de loisirs et d’animation s’adressant à un public de plus de 70 ans…

    Cette épidémie a commencé à faire voir ses effets la semaine passée et ce week-end avec des vanvéens qui ont fait des réserves, vidant les rayons de pâtes, de riz, de papiers toilettes, une moindre fréquentation des restaurants, notamment avec le télétravail dont certains ont vu nettement les effets avec l’absence de clients habituels lors des déjeuners. Les représentations du théâtree le Vanves etg surtout du festival Artdanthé ont été annulés : «Le Théâtre de Vanves et les événements qui y sont accueillis ont toujours été pensés pour favoriser les rencontres et les échanges, dans une ambiance conviviale et détendue, qui nous semble difficile à maintenir aujourd’hui….Nous tenons à remercier le public de s’être déplacé en nombre malgré tout pour offrir un si beau début de 22e édition au Festival Artdanthé et espérons vous revoir tous très vite. Nous remercions également les artistes pour leur travail formidable, qui nous donne, en ces temps troublés, à voir, à penser et à rêve» indiquait l’équipe du théâtre sur son site internet. L’ESCAL a suspendu toutes ces activités pour les moins de 18 ans et les plus de 70 Ans, tout en maintenant les inscriptions des jeunes pour les activités durant les vacances de printemps, sous réserves, sans les faire payer préalablement.

    Les messes ont été annulées dans les paroisses de Vanves ce wee-end . La mesure est absolument sans précédent mais elle s’impose après les «décisions de l’Etat» et «par prudence» selon les autorités religieuses.  Toutefois, les messes en semaine ne le sont pas, à condition d’être célébrée devant une assistance restreinte. Toutefois  «une messe sera célébrée vendredi 20 mars à 19h à St-François d’Assise Relayant la prière du Saint-Père qui confie Rome, l’Italie et le monde à la protection de la Vierge, en signe de salut et d’espérance et le message de Mgr Rougé nous invitant tout à la fois à la prière, l’action et la confiance, nous demanderons à Dieu d’éloigner les épidémies : celle du coronavirus, celle de la peur et nous prierons pour les malades, les soignants, la recherche. Soyons nombreux pour faire monter cette supplique vers le Seigneur» indique le pére Bernard Auville dans le Sel et Lumiére de ce week-end. Comme les diocéses franciliennes fête Sainte Genevièves, Mgr Aupetit archevêque de Paris a invité «tous les chrétiens et les hommes de bonne volonté à réciter chaque jour et jusqu’à la fin de la pandémie la prière à Sainte Geneviève. Elle a su, par sa consécration, son courage et sa prière, sauver les Parisiens des plus graves fléaux. Au-delà de notre ville nous la solliciterons pour que le Seigneur écarte de nous le mal, accueille les défunts, protège les malades et veille sur ceux qui les soignent. Jusqu’à Pâques, j’invite aussi les fidèles à vivre un jour de jeûne tous les mercredis»

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    SIT IN CONTRE LE BAC A MICHELET

    Les épreuves du bac nouvelle formule ont été bloquée, lundi matin, au lycée Michelet, par de jeunes militants surtout de gauche notamment des jeunesses communistes qui invitaient à un sit in pour bloquer l’entrée, et les empêcher de se dérouler, en déployant des banderoles sur les grilles de l’entrée, qui n’ont rien à voir comme « Ni Blanquer, Ni réforme des retraites de misére »: « Les épreuves communes de contrôle continu  du nouveau bac aggraveront les inégalité ssociales et territoriales, puisque 30% du bac sera local. Cela fait longtemps qu’on alerte le ministére de l’éducation sur l’impréparation de la réforme. C’est une mascarade d’examen puisqu’il y a eu des fuites sur Internet sur les sujets.. » expliquait l'une d'entre eux

    DECES DE DOLLY TOUITOU

    Dolly Touitou, Présidente de l’Association Culturelle de la Communauté Israélite de Vanves (ACCIV), est décédée, ses obséques ayant été célébrées hier,  suscitant de multiples réactions parmi la communauté, mais ainsi dans la ville de Vanves, avec le témoignage du maire de Vanves. Elle avait  été conseillère municipale de Vanves de 1989 à 1995, puis Adjointe au Maire en charge de la Vie associative, du Jumelage et du Logement, de 2001 à 2008. Au cours de ce mandat, elle avait mené à bien le jumelage avec Rosh’ Ha’Ayin qui a célébré ses 10 ansen 2019. «Personne n’oubliera ses engagements humanitaires, pour la libération des Refuzniks (dissidents Juifs soviétiques) à qui le visa d’émigration pour Israël avait été refusé par les autorités de l’URSS. Son action courageuse et déterminée lui a d’ailleurs valu, en juillet 2014, d’être nommée médiatrice auprès du Consistoire Central» rappelle le maire de Vanves qui l’avait fait citoyenne d’honneur de la ville de Vanves en 2013, en ajoutant : «Nous pleurons une présidente qui a œuvré passionnément à développer des échanges et une meilleure compréhension mutuelle entre la France et Israël. Nous perdons une citoyenne engagée et une amie».

    CAZENEUVE FAIT LE PLEIN A SAINT REMY

    Bernard Cazeneuve  ex- premier ministre de François Hollande, a fait le plein à l’église Saint Remy lundi soir. Tout le monde, était là, du maire aux candidats et personnalités vanvéennes pour écouter son témoignage sur ses années de «premier flic de France» durant les attentats qu’il raconte dans son livre «à l’épreuve de la violence» (edt Stock) qu’il a dédicacé, et ses réflexions sur la fracturation de la société, à l’invitation du pére curé de Vanves, Bertrand Auville. Une conversation passionnante entre un journaliste et un homme politique, à travers de multiples questions comme «quand on vit de telles épreuves, est-ce que l’on croit en l’homme ?» - «Dans ce cas, on cesserait de remplir cette mission !» répond il d’emblée  en témoignant sur ses heures terribles de l’attentat à Charlie, au Stade de France et le quartier du Bataclan, à Saint André du Rouvray… «C’est à la République qu’ils s’attaquent à travers ce policier de confession musulmane, au pére Amel» dont ll loue l’extrême bonté, « au vivre ensemble lorsqu’ils s’en prennent au Batalan» impressionné par « la grande  dignité des représentants de l’église appelant à la concorde dans un esprit de responsabilité, une grande élévation (de l’âme) qui nous imposait d’être dans la concorde… « ce qui a été précieux pour moi »… ayant vécu un grand moment émouvant avec  la manifestation place de la République le 11 Janvier et cette foule considérable». Mais ce sont ses propos sur la perte de sens, les  musulmans,  la laîcité qui ont suscité des questions et des réactions

  • VOILA 5 ANS A VANVES, LES VANVEENS ETAIENT TOUS «CHARLIE»

    Les cérémonies d’hommage aux victimes de l’attentat perpétré à Charlie hebdo voilà 5 ans ont ravivé des souvenirs d’une année terrible qui allait être marqué par les attentats notamment 8 mois plus tard au stade de France et au Bataclan et tout ce quartier branché autour du canal Saint Martin. Des événements qui ont marqué profondément la vie des vanvéens, avec le plan Vigipirate qui ont amené de nombreuses modifications dans leur vie quotidienne à Vanves : Plus de stationnement devant les établissements scolaires et bâtiments publics, installation de tourniquets au PMS A.Roche avec maintenant de la vidéosurveillance, création de périmétre de sécurité lors de manifestations publiques festives avec présence d’agents de sécurité pour des contrôles et des fouilles de sacs à l’entrée etc…

    Tout le monde se souviendra de ce qu’il faisait ou de la façon dont il a pris connaissance de cet attentat le 7 Janvier qui a coûté la vie, crayon en main,  de Cabu, Wolinski, Charb, Tignous…. L’émotion était palpable, chacun donnant ses impressions, parmi les vanvéens rencontrés ce jour là. Avec la fusillade de Montrouge/Châtillon le lendemain qui valut la mort de cette policiére municipale,  l’ambiance s’était alourdie. Le moindre petit événement, sûrement sans rapport avec cette fusillade, prenait des proportions énormes comme un changement de trajet du bus 58 (dans Paris). « Les éléves étaient tous bien informés, émus, à telle enseigne que le Mercredi soir (7 Janvier), ils m’ont dit qu’ils avaient l’intention, le lendemain matin, de faire un rassemblement pacifiste et paisible dans la cour des pyramides. Dés 7H du matin, nous sommes allés à leur rencontre, car ses lycéens qui arrivent si volontiers une minutre avant les cours, ce matin là, étaient très nombreux dés 7H. Nous avons beaucoup écouté, discuté, et nous avons réussi à les convaincre que rester dans la cour des Pyramides, en lien direct avec l’extérieur, était quelque peu menaçant. Ils nous ont écouté et se sont rendus dans la cour des Tilleults, côté parc, protégé par les bâtiments scolaires. La plupart des éléves sont montés en classe, car, par ailleurs, nous avions décidé, avec les enseignants, de modifier le déroulement des cours et de parler avec eux, afin qu’ils expriment leurs incompréhensions, leurs craintes, leurs doutes.» racontait Bernard Gary,proviseur du lycée Michelet à l’époque.  Les riverains comme les passants, avaient pu s’apercevoir que les lycéens avaint mis des affichettes sur les grilles d’entrée « Je suis Charlie ».

     La tuerie de Montrouge qui était intervenue à quelques kilométres du lycée, durant cette matinée, avait provoqué le confinement de cet établissement scolaire comme beaucoup d’autres dans le secteur. «  Nous avons reçu de la préfecture, la consigne de ne laisser sortir aucun éléve sous aucun prétexte. Nous avons commandé, en catastrophe, aux boulangeries 1000 sandwichs, parce qu’il s’agissait de nourrir les éléves externes qui n’étaient pas prévus à la demi-pension » indiquait alors le proviseur. Comme prévu, comme dans tous les établissements scolaires de France, un rassemblement avait été organisé à midi dans la cour des Tilleuls, avec éléves, professeurs, personnels, tous les éléves étant très attentif, lorsque le proviseur leur a parlé, lu quelques strophes d’un magnifique poéme d’Aragon de 1944, « la rose et le réséda », en phase avec l’actualité qui résumait bien ce qui se mobilisait tant de monde d »e jour là, et qui commence par « celui qui croyait au ciel, celui qui n’y croyait pas ». Il leur avait parlé des valeurs de la République, « de ne pas avoir peur » et que « c’était la dignité qui devait l’emporter ». Tous avaient respecté une minute de silence, des prépas aux petits du collége, dans un silence impressionnant et tous spontanément, s’étaient mis à chanter la marseillaise. Il n’en avait pas été de même au LEP Dardenne où des lycéens avaient refusé de respecter la minute de silence.

    Le match de basket Vanves-Caen le 10 Janvier avait été ouvert non par une minute de silence mais d’applaudissements en hommage à ces 20 morts, en présence de Bernard Gauducheau et d’Isabelle Debré. Le Café théo qui s’était déroulé le matin même avait permit de prendre la mesure d’un tel événement. D’autant plus que cette structure réunit, quel que soit sa religion ou non, des vanvéens pour partager ensemble, même s’ils ne sont pas d’accord sur différents thémes comme « Témoigner au quotidien » ce matin là « C’est la meilleure réponse qui soit par rapport à ce qui s’est passé » indiquait Henri Paul, l’animateur en citant Voltaire : « Même si je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, je me battrais pour que vous puissiez le faire ».

    Enfin, beaucoup de vanvéens avaient participé à la manifestation du 11 janvier et notamment les élus : Guy Janvier, alors conseiller général faisait part de son ressenti tout au long de cet après-midi entre La République et La Nation :« une grande tristesse » et un « profond recueillement ». « Impressionnante  marche fraternelle, respectueuse et chaleureuse. Le peuple de France debout qui dit non à la peur, non à la violence, non à l’antisémitisme. C’était très émouvant. Je suis fière d’être française » réagissait Isabelle Debré alirs Vice présidente du Sénat. Le maire de Vanves avait été impressionné par « les centaines de vanvéens qui se sont regroupés au départ de Vanves pour rejoindre ce grand rassemblement républicain en hommage aux victimes de l’effroyable tuerie de ces derniers jours. Nous pouvons être fiers de notre capacité à nous réunir lorsque la République est en danger. Ce rassemblement dans Paris et la France entière qui s’est déroulé dans le calme et la dignité a permis de faire résonner les valeurs fondamentales de notre nation française que sont la Liberté, l’Egalité, et la Fraternité bien au-delà de nos frontières. Et je suis fier d’appartenir à ce grand et beau pays qu’est la France ».

    Enfin, dans la semaine qui a suivi, les marchands de journaux de Vanves ont croûlé sous la demande du numéro spécial de « Charlie Hebdo ». « Jamais je n’ai vu cela de ma vie, même les jours de rentrée scolaire. Je pense que je m’en souviendrais toute ma vie » racontait alors Daniel qui vendait des journaux depuis plus de 30 ans dans sa boutique de l’avenue Victor Hugo à côté du terminus du bus 58.