Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

valérie pécresse - Page 4

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    CAMPAGNE UMP : PECRESSE FORCE AU BILAN HUCHON ET BARTOLONE

    Est-ce que le tract sur les douze fractures de l’Ile de France sera distribué par la section UMP de Vanves dans le cadre de la campagne UMP pour les Régionales ? Car si les élus et militants UDI s’activent avec des conventions territoriales, à l’UMP c’est aussi le cas, et notamment depuis l’annonce de la candidature de Claude Bartoloné et le trait de Jean Paul Huchon. Deux initiatives ont été lancées ses derniers jours pour forcer le trio Huchon/de La Gontrie/Bartolone à s’arrêter à la case bilan  car il n’est pas question qu’ils y échappent : « Avec 17 ans mandat, on a des comptes à rendre. Et nous allons aider les socialistes à faire leur inventaire » a tonné Valérie Pécresse dans son premier point de presse au siége de l’UMP avec ses portes paroles, un par département. Un tract sur le vrai bilan de JP Huchon et MP De la Gontrie a commencé à être distribué partout, dans les gares RER et les stations de métro, les marchés.. et quand à Vanves ( ?). Une mini série « vie de malade en IDF » en 10 épisodes est diffusé sur les réseaux sociaux avec un nouvel épisode chaque semaine. Ils mettent ainsi, en image  avec beaucoup de pédagogie et quelque humour, les dysfonctionnements de la Région, en visant bien sûr les 18/35 ans. Dans le premier sur les transports, ses autours avaient inventé le terme de « socialoverdose ». Dans le second sur la galére du chef d’entreprise qui veut créer sa boîte, c’est la maladie de la « régionélose ».

    UNE  ERREUR QUAND MEME BIZARRE

    Correction a été faite et l’oubli réparé concernant l’UNC et l’EOR 92 dans le guide des associations après le courrier de président de l’UNC Vanves-Malakoff Paul Guillaud qui s’en est expliqué avec Françoise Saimpert maire adjoint aux Associations après les cérémonies du 8 Mai 1945 ? Cet oubli et ces erreurs auraient pu être évité tout simplement car ces informations existent déjà sur le site internet de la ville. Il  aurait suffi de faire un copier-coller sur ce guide conçu à la demande du CLVA (Conseil Local de la vie associative) par le PHARE, à moins qu’il n’y ait pas de communication entre ce service et le webmaster de la mairie,  même si chaque président d’association a été sollicité pour actualiser les informations et même relancé.  Les associations qui apparaissent dans ce guide sont uniquement celles « qui ont retourné le formulaire dûment rempl .  Et Le texte de la FNACA est en tous points conforme au contenu du formulaire renvoyé par son Président » selon F.Saimpert. Sans remettre en cause les compétences et les connaissances des membres du PHARE, il serait tout de même curieux que l’auteur du  bout de texte précisant « qu’elle défend les droits à réparation imprescriptible depuis 1919 (Clemenceau) » concernant la FNACA, soit le président de sa section locale qui connait bien l’UNC et son histoire, à moins qu’il y ait eu une erreur dans le « copier-coller ». Mais il n’empêche qu’il y a tout de même dans ce genre d’erreur, un problème de culture générale et de connaissance historique

  • VANVES PAR LE PETIT BOUT DE LA LIORGNETTE

    JOURNAUX : Est-ce qu’il n’y aura plus de marchands de journaux bientôt à Vanves. Il ne devrait plus en rester que deux, la boutique de la rue Jean Bleuzen devant fermer comme son responsable l’a annoncé :  la boutique journaux de M. Suire présent à Vanves depuis 33 ans et pas loin de la retraite, et  celle en haut de la rue Antoine Fratacci, situées dans le centre de Vanves, mais plus aucune dans le Centre Ancien et sur le Plateau. La municipalité ne devrait elle pas se poser la question de susciter la création d’un kiosque à journaux sur le plateau (îlot du métro) ou le centre ancien (place de la République). Mauvaise nouvelle pour le commerce à Vanves qui devrait perdre un charcutier (Malaverni dans le Centre Ancien) et n’a plus de photographes professionnels ayant pignon sur rue depuis le 28 Février dernier

     

     

    REGIONALES : Jean Paul Huchon  n’est pas du tout perturbé par les derniers sondages dont un très confidentiel du PS selon le JDD qui  donnerait, pour le 1er tour, Pécresse (UMP)  avec 25% devant les socialistes Huchon (21%) et MP de la Gontrie (18%). Toujours selon le JDD,  Huchon jouit d’une très bonne opinion auprés des sympathisants ce gauche (63%) et Pécresse auprès de ceux de droite (60%). Mais seulement 39% le considèrent comme un bon président de gauche. Toujours, le JDD qui rapporte des propos sévére d’Anne Hidalgo, maire de Paris vis-à-vis de la candidature de JP Huchon à un 4éme mandat à la tête de la Région : « Il y a un an, il m’avait interrogée à ce sujet là et je lui avais dit de ne pas se représenter. Il ne m’a pas écouté, je trouve cela vraiment dommage »     

  • VANVES ET LES ELECTIONS REGIONALES : PECRESSE (UMP) LANCE SA CAMPAGNE ET LES ESPRITS S’ECHAUFFENT A LA REGION

    Les élus et militants UMP vanvéens n’étaient pas aussi nombreux que ceux de l’UDI,  samedi dernier, tout simplement parce que le lancement de campagne de Valérie Pécresse, chef de file de l’UMP pour les régionales s’est déroulé en Seine Saint Denis, à Rosny, et un samedi matin. Parce que « c’est ici dans le 93 que se joue une bonne partie de l’avenir de la Région Capitale » dans « un département resté à gauche, où la majorité des villes est désormais dirigé par notre famille famille politique » a expliqué Valérie Pécresse dans une salle des fêtes, pas assez grande pour accueillir les 2000 franciliens présents selon les organisateurs. « J’ai rêvé d’une région qui ne confondrait pas politique et idéologie, politique et sectarisme, où l’éthique et le bon usage de l’argent public remplacerait le clientélisme, l’opacité, le gaspillage » a déclaré Valérie Pécresse devant la fine fleur des élus franciliens, des parlementaires aux maires, avec notamment Isabelle Debré

    Valérie Pécresse s’en  est pris au bilan de la gauche, de l’échec du trio JP Huchon, MP de la Gontrie, « son bras droit depuis 13 ans », et la verte Emmanuelle Cosse en dénonçant une région « fracturée de toute part » au niveau territorial, économique et social, éducatif, transport , numérique, environnemental, humain. « Le vrai bilan de la gauche c’est 17 ans d’impuissance, d’immobilisme, de fatalisme » avec une « gauche régionale, championne de l’esquive : Je ne suis responsable de rien, comptable de rien, coupable de rien… Leur bilan c’est leur boulet, ils veulent s’en exonérer, ils n’y échapperont pas ». Elle a d’ailleurs dénoncé un  incroyable gâchis comme l’UDI, l’inefficacité de la Région  - « Ce ne sont pas les feux de cheminée qui sont responsable de la pollution mais les bouchons routiers ! » - le clientélisme  en dénonçant « ses subventions versées aux associations bien connues des cercles socialiste, communistes et verts », et le manque criant d’ambition : « Avez-vous entendu parler d’un grand projet régional depuis 17 ans ? Le Grand Paris ! Mais c’est Nicolas Sarkozy qui l’a fait ! » a-t-elle constaté en posant la question : « Un quatrième mandat pour quoi faire ? » 

    Elle a commencée à donner une idée  des objectifs poursuivis :« Redonner à l’IDF son premier rang » c’est à dire redonner la fierté d’habiter en IDF, réparer une région fracturée, faire de la Région IDF le moteur de l’avion France. Elle défendra d’ailleurs trois valeurs - l’autorité, la liberté et la justice – qu’elle a illustrée par les propositions défendus par le groupe UMP au Conseil Régional : Sécurisation des transports, des commerces de proximité, des quartiers, des lycées, soutien au logement intermédiaire, à l’accession sociale en refusant de « financer plus de logement social là où il y en a déjà plus de 30% », abroger la réduction de 75% dans les transports aux 167 000 étrangers en situation irrégulière.

    Elle a surtout donnée une idée de la campagne qu’elle a décidée de mener d’ici Décembre 2015,  participative, au plus près des franciliens, de leurs attentes, de leurs besoins. C’est pourquoi elle viendra à leur rencontre : « Vous me verrez partout, dans les gares, sur les marchés, auprès des lycéens, des salariés, des entrepreneurs, des familles, des agriculteurs, des ouvriers, des retraités… » en s’étant donné pour objectif d’ici l’été de parcourir les 100 circonscriptions d’IDF en 100 jours. Ainsi, pendant que les chefs de file UDI et UMP franciliens lancent leur campagne,  la majorité socialiste a pris un métro de retard en en étant encore aux primaires, pour départager JP Huchon et MP de la Gontrie, sa 1ére Vice présidente, alors que les dernières élections locales ont démontrée que la « maison socialiste est en train de brûler ». La gauche régionale se déchire comme l’ont constaté les élus de l’opposition régionale siégeant à la commission permanente du Conseil Régional jeudi dernier, et notamment Bernard Gauducheau. Les esprits se sont échauffés à plusieurs reprises sur la présence d’une équipe TV du magazine « Supplément » de C+, sur le pic de pollution,  sur le redéploiement de subventions versées à des associations, la délégation régionale au festival de Cannes, la candidature de la Région Capitale aux JO 2024 contre laquelle se sont prononcés les écologistes etc… 

    Mais la délibération concernant le projet de tram T10 entre Antony (Croix de Berny) et Clamart (Gare SNCF et futue GPE)  qui doit compléter le T6 (entre Chatillon/Montrouge-Velizy) et sa station d’entretien et de remisage prévu dans le bois de Verrière à la limite de Châtenay et du Plessis Robinson, a eu pour résultat de voir un  vice Président écologiste,  Pierre Serne chargé des transports,  se désolidariser de l’exécutif en votant comme le groupe EELV pour un renvoi de ce dossier en commission, tout en expliquant et en s’emballant quelque peu : « Je souhaite que le bois de Verrière ne soit pas le Sivens de la Région d’Ile de France, et encore moins qu’il y ait un mort ». Dossier défendu par JP Huchon qui ne se voyait pas « ne pas tenir  compte de la position du département des Hauts de Seine dont  le Conseil Général  en a débattu et qui  va en financer une part importante ». Et a fait voter cette délibération contre la volonté des verts de retarder un projet crucial pour les transports dans un sud des Hauts de seine qui était jusqu'à présent bien mal desservi.