Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

toit et joie - Page 2

  • ROSIER ROUGE A VANVES : UNE ANNEE HORRIBILIS QUI N’EMPÊCHE PAS LA FETE

    Le Rosier Rouge organise sa fête annuelle vendredi prochain en présence de la directrice adjointe de l’AH-PH, de la maire adjointe de Vanves chargé de la Solidarité, Patricia Kaazan, l’association « Tout le Monde contre le cancer » avec les partenaires du Rosier Rouge, avec cette société Sales dont 10 salariés ont remis à neuf les chambres grâce à un coup de peinture , les bénévoles de ce foyer… avec quelques discours, un lâcher de colombes, la compagnie Kisclown qui intervient dans les hôpitaux avec ses spectacles , le groupe de musique Boomerang. Beaucoup pourront se rendre compte de ce que vivent au quotidien tant les résidents et ceux qui fnt fonctionner cette résidence du Secours Catholique.

    L’année passée a été quelque peu compliquée car ce foyer doit faire face à une augmentation de soins ambulatoires, c'est-à-dire que le Rosier Rouge n’accueille plus seulement  des familes de personnes ou d’enfants hospitalisés venant des DOM TOM et de province mais aussi des patients qui font l’objet de traitements longs et lourds en hôpital de jour. Or pour recevoir le soutien de la CRAMIF, il faut que le Rosier Rouge ne dépasse pas un seuil de 25%  en taux d’occupation de soins ambulatoire alors qu’il en est à 57%. « Les CCAS des villes des DOM TOM nous envoient des patients, mais la CRAMIF nous dit que ce n’est plus possible. Sa subvention a baissée de 400 000€. Nous cherchons une porte de sortie, car du coup, la fréquentation a baissée, à cause de tarifs trop élevés pour ces personnes… Nous devons trouver une solution  pour équilibrer notre budget » explique Aurélie Benoît,  Adjointe à la direction. Ainsi le Rosier Rouge travaille  en conventionnement avec des hôpitaux qui n’ont pas de maisons de famille ou de parents, comme Lannelongue,  l’HEGP, Necker, Béclére…mais tant que la loi sur la santé ne sera pas publié et appliquée, il ne pourra pas bénéficier d’une aide plus forte de la CRAMIF et surtout  l’ARS  (Agence Régionale de Santé) qui ne lui donne rien pour l’instant.

    Mais ce n’est pas tout, car le chantier de la résidence étudiante et jeunes actifs qui doit être construit par Toit et Joie derrière les bâtiments du Rosier Rouge a pris du retard à cause de difficultés techniques. Mais une réunion publique est prévue le 13 Juin pour présenter les modalités du chantier aux riverains Si le projet de crèches de 40 berceaux au rez de chaussé est toujours inscrit sur les tablettes, par contre l’installation du libre service social commun à Vanves et à Issy les Moulineaux a été abandonné. Une année vraiment « horribilis » pour le Rosier Rouge qui n’en continue pas moins à accueillir des patients et leurs familles et qui fera la fête le 10 Juin.

     

  • CONSEIL MUNICIPAL : VANVES SE DOTER D’OUTILS POUR MAITRISER SES TERRAINS EN MUTATION

    L’un des points forts du dernier conseil municipal de Vanves le 28 Mai dernier était le débat sur les résultats de l’application du PLU (Plan Local d’Urbanisme) adopté le 22 Juin 2011, au regard de la satisfaction des besoins en logement. Françoise Djian maire adjoint chargé du logement a rappelé les objectifs fixés dans le PLU qui s’articulaient autour de 5 axes dont celui de « relever le défi d’une offre renforcée en logements », en favorisant la diversité des logements, la mixité sociale au sein des quartiers, l’émergence d’un parc de logements « durable » et ceux du PLH (Plan Local de l’Habitat) dans le cadre de GPSO  : construire 523 logements sur 6 ans, soit 90 par an en moyenne. Et elle a présenté les résultats de cette étude sur la période 2011-13 qui a été suivi d’un débat court et succint alors qu’à une certaine période, le conseil municipal en aurait débattu beaucoup plus longtemps. D’autant plus que ce bilan, s’est accompagné d’une convention avec l’EPF 92 (Etablissement Public Foncier des Hauts de seine) qui permettra à la ville d’intervenir sur les terrains en mutation et d’exercer un droit de préemption urbain renforcé comme l’y a autorisé le Conseil Municipal.

    Anne Laure Mondon (PS) a demandé au Maire « comment il pourrait atteindre 25% de logements sociaux en 2020 ? ». Boris Amoroz (FdeG/PC) a insisté sur la nécessite d’atteindre 30% de logements sociaux, et à travers le PLU de lutter contre la spéculation foncière  « car les logements à Vanves sont inaccessibles, et notamment autour de la future gare de Grand Paris Express », relayé » par Lucile Schmid (EELV) qui a demandé d’avoir une vue à long terme dans l’aménagement de ce quartier de la gare GPE, surtout avec les tensions sur le foncier qui ne manqueront pas de se produire : « il faut préserver notre mixité sociale qui est forte » a-t-elle demandée. « Notre taux de logements sociaux va augmenter, et atteindre cet objectif de 25%. Mais ce qui est inquiétant est la fragilisation des familles pour faire face aux charges du logement » a répondu Bernard Gauducheau (UDI). Qui a reconnu « qu’on a eu moins de constructions en 2013, mais on n’a pas énormément de foncier. Et quand on en a, certains  préfèrent ne pas le commercialiser pour des raisons conjoncturelles ».  

    Le bilan sur la période 2011-13 montre que le nombre de logements autorisés est de 341 logements soit une moyenne de 113 logements par an  alors que les trois années précédentes (2008-11), ils n’étaient que 194 logements soit une moyenne de 65 par an. La progression du nombre de logements autorisés est particulièrement marquée à partir de 2012, « année à partir de laquelle le PLU produit véritablement ses effets en raison du délai d’instructions des autorisations d’urbanisme ». Progression confirmée en 2013 (+48,33% du nombre de logements neufs autorisés entre 2012 -13). Malgré un contexte immobilier défavorable (avec une diminution de 17,66% du nombre de logements autorisés en Ile de France) qui se fait ressentir à Vanves pour les six premier mois de 2014. « Pour 2014, si un seul nouveau logement a été autorisé au cours du premier trimestre, les dossiers en cours d’instruction portent sur 19 logements. Plusieurs terrains ont fait l’objet de promesses de vente et le dépôt des permis de construire représente un total de 50 logements. Ainsi le nombre de logements autorisés en 2014 pourrait être de 80 environ ».

    Deux autres sources chiffrées donnent une idée du rythme de construction : Les logements commencés (à être construit) qui s’élévent à 232 dans la période 2011-13 soit une moyenne de 77 logements par an, donc un rythme de construction nettement supérieur à celui de 40 logements par an entre 2000 et 2007 et 49 entre 2008 et 2010. « Avec 141 logements commencés en 2013, les effets du PLU sur la construction de logements sont nettement démontrés et ce malgré un contexte immobilier plutôt défavorable ». Et les logements achevés : Sur les 33 logements autorisés en 2011 après l’entrée envigueur du PLU,  seul 1 logement est aujourd’hui ahevé. Par contre 109 devraient être livrés en 2014.

    MAITRISE DES TERRAINS MUTABLES

    La totalité de ces logements sont réalisés dans le diffus à cause de l’absence de secteurs opérationnels, même si le rapport sur le PLU avait montré que les choix effectués en en terme de zonage, avaient augmentés les potentialités de construction sur des terrains identifiés comme mutables par la DDE (direction Départementale de l’Equipement) lors d’une étude menée en 2008 : Seul parmi ses terrains, la propriété du Rosier du Rosier a fait l’objet d’un permis de construire délivré au Secours Catholique pour 100 logements locatifs sociaux autorisés.   Le bail devrait être signé à la mi Juin avec Toit et Joie, ce qui permettrait de commencer les travaux qui devraient durer deux ans, à la fin de cette année.  Le terrain enserré par les rues René Coche-Aristide Briand-Diderot n’a pas encore l’objet de permis de construire, mais la consultation engagée par la ville pour la cession de ces propriétés confirme que ce site  pourrait accueillir 156 logements dont 36 sociaux. 

    D’autres terrains sont concernés comme le 31 rue d’Issy, le 39 rue Sadi Carnot, le 28 rue René sahors et le 25 avenue Victor Basch mais ne  sont pas encore disponible à cause d’une difficile mobilisation du foncier (successions, refus…). Ils ont été identifiés grâce notamment à l’aide de l’Etablissement Public Foncier des Hauts de Seine (EPF92) sur lesquels cet établissement pourrait intervenir pour faciliter la mise en œuvre de projets, tout en préservant la mixité sociale. Tout comme un autre emprise mutable à moyen terme composée de 4 propriétés à l’angle des rues Raymond Marcheron et des Fréres Chapelles. C’est pourquoi la ville de Vanves a décidé de passer une convention avec l’EPF 92  qui l’accompagnera ainsi sur ces terrains mutables, et  le secteur de la future gare du Grand Paris Express à la pointe sud ouest du territoire communal. Enfin le Conseil Municipal a renforcé son droit de préemption urbain sur ces terrains, secteur d’intervention de l’EPF 92,  qui lui permettra d’acquérir prioritairement ces biens immobiliers s’ils sont mis en vente

    PAVILLONS ET LOGEMENTS SOCIAUX

    La part du logement individuel dans cette construction neuve est très faible (6,98% en 2011 soit 3 pavillons, 0% en 2012 et 2,25% en 2013 soit 4 pavillons) tout comme durant la période 2000-07 (3,40 pavillons par an). Par contre beaucoup plus de pavillons ont été agrandis dans la période 2011-13  (31 dont 11 en 2011, 9 en 2012 et 11 en 2013).   La part du logement social, sachant que Vanves dispose de 3008 logements sociaux (23,46%) s’élève à 108 logements sociaux neufs autorisés pour la période 2011-13 ( 8 PLS en cours de construction rue René Coche, 100 logements PLA dans le projet du Secours Catholique) sur 341 logements autorisés, soit 31,67% de la construction neuve. Enfin, les nouveaux dispositions du PLU aux abords des grands axes et de la gare de Vanves Malakoff (les programmes comptant plus de 1500 m2 de  plancher doivent prévoir au moins 25% de logements locatifs)  ont été mis en œuvre dans le cadre du projet à l’angle des rues d’Issy et Pruvot face aux Bénédictines (avec 11 logements réservés à des primo-accédants éligibles à un prêt à taux zéro PTZ+). La réhabilitation du 50 rue J.Bleuzen(angle av.de Verdun) permettra de créer 6 logements sociaux financés en PLS. 

  • WEEK-END A VANVES COINCEE ENTRE FETES DES VOISINS, BROCANTE ET ELECTIONS EUROPEENNES

    Ce week-end fut très chargé en événements à Vanves qui avait commencé par la fête des Voisins dans 67 lieux différents du simple hall d’immeuble à une ou deux rues comme celles de l’Eglise et Gaudray où les riverains les avaient bloqué pour faire la fête malheureusement sous un temps grisâtre et incertain qui a quelque peu bousculé la journée de samedi avec sa fête  sur le Plateau,  la kermesse de la Paroisse saint François qui s’est prolongée Dimanche, et la visite du rû de Vanves organisé par l’association « Espaces » en fin d’après-midi. Bernard Gauducheau et Isabelle Debré ont fait la tournée de toutes ces manifestations sachant que Dimanche serait consacré à la tenue des bureaux vote, la sénateur achetant confiture à la paroisse St Luc et le miel de printemps du curé à la paroisse Saint François. « Il y a maintenant deux récoltes de miel à l’automne mais aussi au printemps maintenant » indiquait Vincent Hattecoeur curé de Vanves qui sera en retraite annuelle cette semaine. Beaucoup de vanvéens ont dû aller au Kiosque de Corentin Celton Dimanche, puisque le marchand de journaux à côté de l’église Saint Remy est définitivement fermé, ayant mis la clef sous la porte, comme l’a constaté le jeune serbe, vanvéen,  qui le tient avec sa sœur et a retrouvé quelques visages connus.

    ROSIER ROUGE : Ce foyer d’accueil pour les familles d’hospitalisés en Ile de France venues de très loin, a organisé à l’occasion de la fête des Voisins une après-midi porte ouverte Vendredi dernier. Occasion pour une douzaine de vanvéens, parmi d’autres visiteurs,  de découvrir cet établissement qu’ils ne connaisaient pas, avec pour guides ses bénévoles qui remplissent de multipes taches – certains animent un biblio café 2 fois par semaine ou une visite de Paris chaque Mercredi matin entre 9H30 et 12H -  ou ses dirigeants, Emma Canatar, directrice et Aurélie Benoit, chef de service. Ils ont visité la grande salle de séjour, le self service mais aussi sa cuisine où les résidents peuvent confectionner quelques plats épîcés venus des îles, sa salle multimédia qui permet de garder des liens avec la famille via Internet et qui a remplacé les 3 salles TV depuis que des téléviseurs ont été installés dans les chambres, et sa chapelle où tous les dimanches à 11H30 se déroule une messe polynésienne avec des membres de la communauté francilienne…Occasion de savoir où on en est du projet de construction d’une résidence sociale d’une centaine de logement avec créches et local pour le libre service social : Le bail devrait être signé à la mi Juin avec Toit et Joie, ce qui permettrait de commencer les travaux qui devraient durer deux ans. 

    KIWANIS : Le défilé qui clôture ce « Parcours d’Activités Motrices des Hauts de Seine » est toujours un grand moment d’émotion comme l’ont constaté les nouveaux conseillers municipaux de la majorité municipale présents samedi au PMS André Roche. Les 350 handicapés défilent regroupés par centres devant la tribune du stade sur la piste d’athlétisme, et reçoivent des médailles distribués samedi dernier  par Bernard Gauducheau, Isabelle Debré, Bertrand Voisine, Françoise Saimpert,  Maxime Gagliardi avec Philippe Thieffine qui étaient présent depuis leur arrivée et ont pique-niqué avec eux, Hervé Helvouet, Bernard Roche…mais pas un seul élu de l’opposition, pour la bonne raison que la mairie ne les a pas convié, « le maire ayant repris ses mauvaises habitudes » selon Jean Cyril Le Goff, conseiller municipal et membre du CCAS qui n’a pas l’intention de s’imposer dans ces manifestations – et ce n’est pas la première fois - pour mettre le maire face à ses responsabilités démocratiques, de respect du suffrage universel et des élus quels qu’ils soient. Ils étaient d’ailleurs présent aux dernières éditions avec le Conseiller général Guy Janvier puisqu’elle est organisée,  avec le concours du Conseil Général des Hauts de seine. Le président du district France-Monaco de Kiwanisport qui était présent a donné quelques chiffres intéréssants : « Les 250 clubs de ce district qui regroupe 5000 membres (600 000 dans le monde dont 300 000 jeunes) organise au moins une dizaine de manifestations par an chacun, dont ces fameux Parcours d’activités Motrices  et consacrent 2,5 M€ à l’action sociale » indiquait il