Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

secours catholique - Page 6

  • RETOUR SUR LE CONSEIL MUNICIPAL DE VANVES (suite et fin) : Secours, aides, subventions en tout genre…mais sans unanimité

    De nombreuses délibérations à l’ordre du jour de ce conseil municipal de la semaine dernière, ont suscité des questions, des débats et de nombreuses prises de positions

     

    PAVILLON TSVETEAVA : Ce projet a pris du retard et a nécessité de renouveler la demande de subvention de la ville, suite à une erreur d’évaluation  du chiffrage par la maîtrise d’œuvre. « L’enveloppe paraissait très haute, par rapport aux priorités de l’équipe municipale » a-t-on répondu à une question de Jean Cyril Le Goff (PS). Ce qui nécessite tout de même un nouveau permis de construire

     

    LOCAL DE QUARTIER : La ville de Vanves a acheté pour 19 000 € un local  de 68,30 m2avenue de Verdun occupé par une entreprise de peinture,  pour en faire un espace semblable à Latapie ou La tuilerie. « La ville qui gère bien ses biens, devrait récupérer des places de parkings tout à côté qu’elle devrait louer et dont le produit financera cet achat » a annoncé le maire

     

    RESTAURATION : L’ensemble des élus vanvéens, sauf les Verts, est favorable à une délégation  de service public en la matière, confié jusqu’au 31 Août 2014 à la société ELIOR/ELRES, dont le conseil municipal a lancé la procédure de renouvellement, et l’appel à candidature, car « il apparaît pertinent  et adéquat de confier ce service à un prestataire spécialisé et aguerri à ce type d’exploitation afin d’offrir aux usagers un service public de qualité exploité dans des conditions optimales de qualité, d’hygiène et de sécurité. De surcroît, il permet la prise en charge par le délégataire des investissements nécessaires à l’exploitation optimale du service et la prise en charge totale de la prestation (maintenance, fourniture..) ». Le groupe EELV a préconisé  « une organisation plus intercommunale de cette restauration », et « qu’une action forte soit menée contre le gaspillage alimentaire ». Le groupe PS a souhaité que soit organisé une concertation avec la communauté scolaire en amont de la rédaction du cahier des charges et que soit mieux pris en compte le bio. « Vanves se situe dans le haut du classement des prestations » a indiqué Marie Françoise Goloubtzoff (UDI) maire adjointe (Ecoles) en rappelant que 341 242 repas sont confectionnés par an dont 321 660  dans les écoles, 6258 pour le portage de repas à domicile, 7 167 à Danton, 6 157 dans les structures petite enfance». « C’est une grande responsabilité » pour le maire qui a insisté sur « la nécessité de relations étroites entre les parties prenantes. Nous avons un haut niveau de prestations au regard de l’investissement et de la participation financière ». 

     

    NOTRE DAME DE FRANCE : La participation de la commune aux dépenses de fonctionnement de cet établissement scolaire privée a fait débat comme d’habitude. Bernard Gauducheau (UDI) a expliqué que « cette participation financière est un choix qu’a fait Vanves et qu’elle n’est pas énorme par rapport au coût de scolarisation des enfants ». MF Goloubtzoff (UDI)  a indiqué qu’il accueille 28 enfants en maternelle, 52 en élémentaire et 30 au collège, réfutant l’argument d’une augmentation des effectifs.  Lucile Schmid (EELV) a regretté de voir que « les parents mettent leurs enfants dans le privé jusqu’en seconde, pour les faire entrer ensuite dans le public, en visant le lycée Michelet » qui est surbooké. « La question est de voir le nombre d’isséens qui se sont domicilié à Vanves pour pouvoir aller à Michelet » a noté David Mahé.

     

    STADE DE VANVES : Le Conseil Municipal a voté une subvention exceptionnelle au Stade de Vanves notamment parce que cette association qui emploie un agent permanent pour s’occuper de questions administratives, comptables, réglementaires de toutes sortes liées à son fonctionnement, avait besoin de renforcer sa structure grâce au recrutement d’une seconde personne capable de prendre en main ses problématiques et  de gérer les relations avec les acteurs du monde sportif (fédérations, CNDS…). La prise en charge de cet emploi constituait toutefois une charge importante (23 484 € de Sept 2013 à Mars 2014) qu’a pris en compte la ville. Mais ce n’est pas tout, car elle versera une subvention de 25 000 € à la section Tennis dont les bons résultats ont permis son maintien en division nationale. Et de 15 000 € à la section Hand Ball afin d’aider son équipe première à remonter en Nat.3, car sa montée durant la précédente saison  avait entraîné une dynamique extrêmement positive consacrant le travail de fond mené depuis plusieurs années par ses dirigeants. « Il serait tout à fait dommageable que la rétrogradation de l’équipe première nuise à cette dynamique »

     

    SECOURS : Cette association caritative a fait une demande de subvention exceptionnelle de 1000 € pour pouvoir assurer le renouvellement de son stock d’urgence et  de secours alimentaire. D’autant plus qu’il assure, sur demande des travailleurs sociaux de la commune, un accueil  avec aide alimentaire d’urgence. Et que ses colis sont réalisés avec le quota de denrées provenant de la collecte annuelle de la Banque alimentaire que le Secours Catholique peut garder. Cependant la collecte de Novembre 2012 a été en nette diminution par rapport à 2011 (-17%). Ainsi la ville lui permettra d’assurer les approvisionnements nécessaires aux distributions de colis alimentaires prévus jusqu’en Novembre 2013 grâce  à des achats de produits venant à manquer. Le groupe PS dans une question orale s’est étonné surtout que cette association soit énormément sollicité par les travailleurs sociaux de la CVS (circonscription  de la vie Sociale) du département alors qu’ils pourraient plutôt se retourner vers le CCAS et le Libre Service Social

     

    CONSEIL DE QUARTIER : Quelques modifications ont été apportées au règlement intérieur des 3 conseils de Quartier à l’initiative de celui des Hauts de Vanves afin de leur donner « une base de représentativité plus large ». Elles donnent la possibilité de créer des commissions communes à plusieurs conseils de quartier. Elles suppriment la parité homme/femme et l’équilibre entre anciens et nouveaux vanvéens « afin de pouvoir les ouvrir davantage aux administrés souhaitant s’investir ». Elles permettent de créer des fiche-navette afin d’assurer un suivi entre les doléances des administrés. Le groupe EEELV a voté contre : « La démocratie de proximité est importante pour nous. Il y a des difficultés à les faire fonctionner. Leur rôle n’a pas été assez réfléchi » a expliqué Lucile Schmid (EELV). Claudine Charfe (FdeG/PC) s’est abstenu en regrettant qu’il n’y ait que « des élus de la majorité au sein de ces conseils de quartiers » et que Bernard Roche ait refusé son entrée au Conseil des Seniors

  • SES DERNIERS JOURS A VANVES ….ENTRE REPRISES, GREVE DU ZELE, TROUVAILLES ET CO-WORKING

    REPRISES : A Vanves, la mode est à « la reprise » dans de nombreux domaines qui devraient susciter quelques questions orales au conseil municipal de Mercredi : Le chantier de la rue Murillo se prolonge. Les riverains ont été étonnés que le revêtement de leur rue après avoir été réalisé cet été,  soit entièrement refait comme s’il y avait eu des imperfections. Ils s’inquiètent aussi sur l’état de leurs trottoirs après ce chantier plus ou moins étonnant.  Ceux du Boulevard du Lycée s’étonnent que la reprise de cette avenue par les services du Conseil Général ne soit pas effectuée de nuit, tout au moins dans sa première phase. Il s’agit de rénover la chaussée de ce boulevard pour diminuer au maximum les nuisances sonores actuelles subies par les riverains, dues à la circulation des bus et des poids lourds. Entreprise louable. Mais le résultat n’est pas génial : la mise sur une file de chaque sens, créé des embouteillages durant la journée. Heureusement que l’on ne se trouve pas en période de Mondial de l’automobile, car ce serait la catastrophe  

     

    CENTRE MUSULMAN : Les riverains de la rue de l’Avenir auraient obtenu du maire qu’il y ait une réunion publique privé entre les habitants et les responsables de l’association « vivre Ensemble » qui ont signé la semaine passée un document (promesse de vente ou acte de vente) leur permettant d’acquérir ce pavillon de 135 m2 pour une some de 320 000 à 360 000 € Ils auraient l’intention de le reconstruire et de l’agrandir, en profitant d’un petit espace libre mitoyen,  afin d’accueillir leur centre culturel et cultuel, terme utilisé par tous plutôt que mosquée « qui fait peur ». Clamart connait actuellement la même situation, avec beaucoup de ressemblance à Vanves, et jusqu'au site internet qui fait une même présentation du projet que celui de Vanves. Bizarre, bizarre !   Certains riverains de la rue de l'avenir  sont déjà prêt à déménager et quitter ce quartier.

     

    SOLIDARITE : Les responsables du Secours Catholique de Vanves sont en train de tirer la sonnette d’alarme. Leurs stocks ne suffisent plus à répondre aux demandes de secours envoyés par les assistantes sociales de la CVS (circonscription de vie Sociale) du Conseil Général. Pendant ce temps là, le Libre Service Social de Vanves et d’Issy voit curieusement le nombre de ses bénéficiaires baisser. A croire que les assistantes sociales de la CVS font la grève du zéle ou ont choisi la voie de la facilité en sollicitant de manière exagérée une association caritative au lieu du CCAS de Vanves et son libre service social. Histoire de montrer leur mécontentement depuis que le Conseil Général a décidé de regrouper les CVS d’Issy et de Vanves

     

    Espace Co-Working : C’est la trouvaille de l’année pour GPSO qui a trouvé un site pour l’espace co-working prévu à Vanves : Le bâtiment à l’angle Martinie/S.Carnot) occupé au rez-de-chaussée par Trouvailles et au 1er étage par l’une des loges des francs-maçons. Ce bric à brac trentenaire et les « Fréres » doivent donc déménager d’ici le 30 Novembre. Ainsi aprés réfection de ce bâtiment, il devrait accueillir pour répondre à ce besoin d’espaces proposant des services partagés ainsi qu’un animation et un résaeu, où l’on peut louer un bureau pour une journée, toutes les semaines ou plus…GPSO a trouvé 3 investisseurs privés ( Litte Big Boat, Coach and Cook, Tourneboeuf ) pour crée 300 postes de travail au total à Vanves, Issy (Cube), Ville d’Avray, Boulogne

  • 40 ANS DE ROSIER ROUGE A VANVES (Suite et fin) – 5) 2013 …. : « Cette baraque est formidable ! »

    Pour ses 40 ans, le Rosier Rouge est dirigé par des femmes, Emma Canatar est sa directrice opérationnelle  depuis l’automne 2011, Pierre Nicolas étant devenu directeur territorial de l’ACSC (Association des Cités du Secours Catholique) pour superviser 3 cités (Jacques Descamps à Bagneux, Bethléen à Souzy la briche et Le Rosier Rouge), secondée par Aurélie Benoit Grange chef de service (éducatif et gestion des résidents et des bénévoles). 18 salariés travaillent dans ce foyer en 2013, avec 30 bénévoles qui ont pris en charge l’animation, quelques professionnels pour l’accompagnement social des résidents en longs séjours, et ces stagiaires en bac Pro ou en BTS.  2 289 personnes ont été accueillies pour 40 041 nuitées  en 2012 dont 56% de la métropole, 34% des DOM-TOM, 10% d’étrangers  

     

    L’un des changements notoire qui est intervenu depuis maintenant 2 ans, pour le Rosier Rouge, est de répondre à des appels à projet comme ce fut le cas avec l’INCA (Institut National du Cancer) avec la mise en place  pendant un an de l’hospitalisation à domicile  (HAD) qui a été, aux dires de tous ceux qui y ont participé, « une expérience très riche pour l’instant suspendue » selon Aurélie Benoit-Grange. D’ailleurs au début, « les bénévoles et le personnel étaient inquiet d’accueilllir des malades de plus en lourds » reconnait Emma Canatar. Mais la présence d’un médecin et d’une infirmiére pour accompagner ces malades du cancer les ont rassurés. « Nous accueillons déjà depuis un certain nombre d’années des malades er cela va en augmentant, avec maintenant beaucoup de demandes. Et nous ne pouvons pas refuser cette population car ses maladespasset moins de  temps à l’hôpital où cela coûte cher » ajoutait elle.

     

    « Nous permettons en même temps à des gens qui ne nécessitent pas de soins permanents, de vivre dans un cadre stimulant, ouvert à une vie collective » ajoute Piere Nicolas en se souvenant de ce témoignage très poignant d’un jeune homme, dans la force de l’âge, atteint d’un cancer et accueillit à Vanves : « Cette baraque est formidable ! » concluait Sébastien après avoir expliqué qu’il n’aurait pas pu « accepter et vivre ce long traitement si je m’étais retrouvé seul chez moi, avec d’incessants aller et retour. Même si au début je me suis refermé sur moi-même, je me suis ouvert ensuite grâce à tous ceux qui m’entouraient ». Et Pierre Nicolas de poser les termes du débat qui secoue ce milieu depuis 20 ans : « Privilégie t-on l’action social (accueil des familles) ou est-ce que l’on considére que cette expérimentation peut contribuer à diminuer certaines dépenses de l’assurance maladie ?  ».  

     

    Ainsi Le Rosier Rouge répond maintenant à une commande social pour entrer dans une dynamique, à des appels à projets cohérent avec son projet notamment d’accueil des malades de l’HAD, grâce au feu vert de la Sécurité Sociale  (CRAMIF) « qui nous demande toujours de respecter un quota de 20%  et la condition qu’elles soient autonmes (malade du cancer, ou en  attente de greffe…) ». En 2012 ce foyer d’accueil a répondu à un appel à projet du Crédit Agricole-assurance pour des séjours de répit destinés aux aidants familiaux des malades d’Alzheimer. Ainsi ces personnes viennent passer 3 jours au Rosier Rouge, comme ce fut le cas en décembre 2012 et le sera en juillet 2013. « L’accueil du Rosier Rouge est ainsi devenu plus professionnel en 40 ans, avec notamment un suivi individualisé » indique t-elle.   

     

    Il dispose maintenant d’un véritable pôle d’animation avec des chargés d’accueil, des bénévoles qui animent de multiples ateliers,  de l’informatique à la relaxation, en passant par un ciné club, des veillées le soir, avec une bibilothéque devenu un « biblio café », une salle de jeux pour les jeunes avec un billard….  De grands panneaux d’informations dans l’un des couloirs présentent le programme de ses activités. « Notre objectif est de favoriser le contact » indique Aurélie Benoit Grange qui reconnait que « les résidents cherchent ce contact et ne s’enferment pas dans leurs chambres ». Et cela depuis 40 ans.