Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

marché de vanves - Page 2

  • UNE SEMAINE A VANVES SANS RENDEZ-VOUS MAIS OU POINTE UNE CERTAINE FORME D’EXASPERATION

    Le sentiment qui prévalait durant ce week-end était qu’un drame social se profile avec des dizaines de milliers de commerçants et artisans qui vont basculer dans la précarité, comme l’exprimait de nombreux professionnels, représentants des syndicats professionnels, jusqu’aux Chambres de Commerce et d’Industrie. «Plus que de la solidarité, il est temps de prendre conscience de la valeur ajoutée qu’apportent les commerçants à notre société» expliquaient ils. Beaucoup de Vanvéens déploraient la fermeture des magasins considérés comme nn essentiels. De son côté, la mairie indiquait qu’elle suit les instructions gouvernementales, et méne une campagne pour inciter à «consommez vanvéens», à commander des plats à emporter chez les restaurateus,  ou sur internet et venir retirer leur commande, comme à la librairie « le Cheval Vapeur ». Heureusement, le marché reste ouvert durant ce 2éme confinement contrairement au premier, la ville ayant ré installé les barrières et en limitant à 150 le nombre de personnes dans le marché, commerçants compris, avec l’entrée avenue Antoine Fratacci et la sortie rue Sadi Carnot.   

    Il n’empêche que beaucoup de vanvéens pensent que le gouvernement marche sur la tête. « Il ferme les petits commerces mais les grandes surfaces où il y a un grand brassage entre les clients et les employés qui déballent cartons pour remplir les rayons comme je l’ai constaté à Carrefour Market samedi matin, sont ouvert » témoignait une vanvéenne qui fait confiance aux petits commerçants pour respecter le protocole sanitaire comme le montre les files d’attente à l’extérieur de commerces alimentaires, car plus de deux personnes ne peuvent dans la boutique. Un autre constatait que le parc F.Pic est envahi le samedi matin et le dimanche matin par les joggeurs et les marcheurs qui constituent une longue file continue dans les allées,  parce que les équipements sportifs sont fermés comme le stade A.Roche. « D’autant plus que le temps est clément ! » constatait un habitué du parc ce week-end.

    D’autres encore, se sont étonnés que ce nouvel confinement ne se soit pas accompagné du stationnement gratuit comme Issy les Moulineaux l’avait de nouveau institué. Mais elle était la seule commune de GPSO jusqu’à ce week-end, puisqu’elle l’a ré-institué aujourd’hui, sous pression du président de GPSO. Les autorités municipales expliquent, par exemple, comme à  Vanves, que c’est une façon de lutter contre les automobilistes des villes riveraines qui viendraient faire ventouse, notamment Paris. D’autant plus qu’Anne Hidalgo explique carrément que c’est pour remplir les finances de la Capitale malmenées par les dépenses engendrées par cette pandémie (plus de 800 M€ en 2020) qu’elle ne l’a pas supprimée

  • CHRONIQUES DU DECONFINEMENT A VANVES : LES VANVEENS N’ATTENDAIENT QUE CELA

    Près de neuf longues semaines que les vanvéens attendaient ça, alors que le beau temps était annoncé sur les trois quarts de la France, ce week-end post-confinement, c’’est à dire ressortir. De nombreuses vanvéens ont envahi les espaces publics depuis vendredi, à défaut de parcs et squares ouverts sur toute l’Ile de France.  Mais c'est encore de la semi-liberté puisque les regroupements et les sports collectifs sont toujours interdits, et qu'il faut se déplacer à moins de 100 km de son domicile en dehors de son département. Ce qui n’a pas empêché certains vanvéens de profiter des forêts proches comme celle de Meudon, ou des berges de Seine où le chemin de halage réaménagé entre Issy et Sévres, est accessible. Une magnifique promenade accessible par le tramway T2. Mais, il ne fait pas se leurrer. Ce week-end, comme celui de l’Ascension à partir de Jeudi, et de la Pentecôte après, serviront de tests car le gouvernement a fixé le 2 Juin comme  la seconde étape de son plan de déconfinement. Il ne faudrait pas qu’il enclenche le plan de reconfinement qui est prêt si l’épidemie reprend. C’est  pourquoi tant les pouvois publics que les élus invitent à la vigilance, comme l’a encore fait le maire dans son intervention hebdomadaire sur le site Facebook de la ville

    En tous les cas, la différence s’est vu samedi avec la réouverture du marché (sur la photo) dont beaucoup de vanvéens ont profité, selon un protocole sanitaire stricte avec entrée par la rue A.Fratacci, accés contrôlé, pour éviter qu’il y ait plus de 100 personnes à l’intérieur, commerçants compris, un circuit ayant été aménagé permettant de passer devant chaque commerçant, avant de ressortir du côté de la rue Sadi Carnot. Bien évidemment, le maire de Vanves est venu saluer une bonne partie de la matinée les vanvéens présent, en s’étant placé à l’entrée. Il ne faut pas oublier que Vanves est toujours en campagne électorale, d’autant plus que le gouvernement a laissé entendre ses derniers jours, que le deuxiéme tour pourrait se dérouler le 28 Juin et que cette date devrait être entérinée dés Lundi avec l’avis, avancé, du Comité Scientifique.

    Le fait que le marché soit ouvert, a levé quelque peu la pression sur les supérettes avec des files d’attentes plus courtes quasi inexistantes devant Carrefour Market, Intermarché, Franprix, Bio C Bon, et la plupart des commerces à quelques exceptions prés, comme les boulangeries. Les salons de coiffures et les cabinets d’esthéticiennes ne désemplissaient pas ce samedi. L’ambiance était moins lourde à écouter les vanvéens, même si beaucoup font attention, portent des masques, respectent les régles de distanciations. La plupart des restaurants qui se sont mis aux plats à emporter, ont constaté qu’un nombre accru de clients en profitent et pas seulement, parmi leurs habitués, parce qu’ils en ont marre pour certains, de faire de la cuisine midi et soir. Mais surtout ils ont redécouvert leurs commerces de proximité. En espérant qu’ils gardent ses nouvelles habitues, pour le jour d’aprés.

  • MARCHE DE VANVES FERME MAIS PEUT ETRE RE-OUVERT BIENTOT SOUS CONDITIONS STRICTES ?

    De nombreux vanvéens ont été déçu de voir fermer les marchés, mais le maire a respecté les directives du premier Ministre comme il l’a indiqué. D’ailleurs, même s’il avait demandé une dérogation, le préfet des Hauts de Seine, aurait refusé, car il n’en accordait aucune jusqu’à aujourd’hui. «Il considère en effet que nous sommes en train d’entrer au cœur de la vague qui touche l’Ile-de-France et qu’il n’est pas souhaitable d’assouplir les règles dans l’immédiat» indiquait un des maires altoséquanais à ses administrés.

    Pourtant la fermeture des marchés alimentaires, sans possibilité dérogatoire dans les villes où l’offre de commerces était jugée «suffisante» par les services préfectoraux, a provoqué une bronca chez les élus locaux franciliens qui rappelaient  que les marchés représentent 40% de l’alimentation en Ile de France  et que ne pas leur permettre de rester ouverts constituait une distorsion de concurrence par rapport à la grande distribution autorisée à garder ses magasins ouverts.  Des marchés qui offrent les mêmes garanties sanitaires, «voire des garanties supérieures en évitant notamment aux clients de toucher les produits et en les empêchant de se croiser» comme ont pu le constater les vanvéens qui ont ou faire leurs courses au marché le 21 Mars dernier.

    La mobilisation a porté ses fruits, car plusieurs maires ont saisi Présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, qui est intervenue auprès du Préfet de Région qui a accepté de revoir la position de l’Etat et a laissé entendre qu’il pourrait y avoir davantage de dérogations dans les jours suivants. Ainsi que l’Association des Maires Ile de France (AMIF) qui s’est mobilisé . «La mobilisation collective a eu gain de cause. L’exception annoncée par le Premier Ministre a désormais été précisée au sein d’un protocole d’accord pour prendre un arrêté dérogatoire qui doit permettre de maintenir la tenue du marché dans des conditions sanitaires optimales. Les refus de dérogations qui nous ont été transmis doivent donc nécessairement être réinterrogés à l’aune de ces nouveaux éléments par les préfets de départements. Nous avons obtenu la mise en place d’une doctrine régionale sur cet enjeu et nous nous en réjouissons.   L’élaboration par le Gouvernement d’un protocole sanitaire qui repose sur un cahier des charges précis permettra de faciliter les dérogations dans le cadre de règles très strictes. L’objectif étant d’apporter aux marchés ouverts ou fermés, une sécurisation maximale des personnes, et de lutter contre la propagation du virus Covid-19» indiquait leprésident de l’AMIF, Stephane Beaudet (LR) la semaine dernière .

    IL faut avoir que parmi ces commerçants, en général, beaucoup ne travaillent que sur les marchés. ET certains d’entre eux souffrent énormément de cette crise sanitaire comme les poissonniers. Tout simplement parce que les bateaux ne vont plus en mer, car ils n’ont plus leur clientèle habituelle, les restaurants qui sont fermées, et ils ne sont pas certain d’avoir les transporteurs. «Si on va pêcher, que le poisson est frais, mais si on n’a pas de camions pour les transporter, cela ne sert à rien, on perd notre temps» expliquait l’un d’entre eux au président de la CCI Paris Ile de France