Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

guy janvier - Page 3

  • LES COLLEGES MICHELET ET SAINT EXUPERY DE VANVES : RENOVATION ET CARTE SCOLAIRE

    A l’occasion de cette rentrée scolaire de la Toussaint, parlons de Michelet et de Saint Ex.  Les dotations de fonctionnement des deux colléges de Vanves  se montent à 227 789,28 € pour Michelet et 87 420,57 € pour Saint Exupery. Ce dernier bénéficie d’un acompte pour l’utilisation des gymnases municipaux  et d’un forfait ULIS. Par contre tous les deux ne voient pas  leur dotation de fonctionnement ecrêtée du fait d’un montant de leurs  fonds de réserve supérieur à 6 mois de fonctionnement, comme c’est le cas pour d’autres colléges dans les hauts de Seine. Ainsi les dotations prévisionnelles de fonctionnement (des collèges) qui ont été vôté par le Conseil Général le 19 Octobre dernier, se montent à 11 M€. Mais elles  ont suscité une émotion vive dans la communauté scolaire : A cause d’importantes diminutions et de leur gel en 2012/13, alors que l’inflation est de 1,8%. Sachant que cette enveloppe comprend les dépendes liées à l’administration,  la logistique et les crédits destinés aux activités pédagogiques (prés de 3 M€). Par contre, les dépenses de chauffage, de restauration scolaire et d’informatique ont été sorties de cette enveloppe ces dernières années

     

    Le Conseil Général a engagé une réflexion sur certaines dépenses des 99 colléges altoséquanais qui représentent 1200 bâtiments et 60% des dépenses énergétiques du département, et qui varient énormément de l’un a l’autre. Tous les conseillers généraux ont été d’accord pour dire « qu’il n’est pas normal qu’un collége ait 9 à 12 mois de fonds de réserves ». Heureusement ce n’est pas le cas à Michelet et Saint Exupery. Par contre, ils sont concernés par deux projets sur lesquels nous revenons : La rénovation du collége Saint Exupery et des équipements sportifs du lycée Michelet. Deux projets sur lesquels se sont fortement engagés Bernard Gauducheau (UDI) et Guy Janvier (PS) qui sont satisfait de l’état d’avancement.

     

     « Deux actions que je soutenais depuis pas mal de temps et qui aboutissent.  Reste maintenant à réduire les délais ! » indique le conseiller général qui rappelle toujours : «  Si je me suis engagé en politique, c’est pour essayer de régler les inégalités sociales qui commencent malheureusement dés le plus jeune âge, dès l’éducation. Ce qui veut dire qu’il y a un travail à faire au niveau de la maternelle, de la primaire. Et je suis satisfait par ces deux décisions importantes qui viennent d’être prise en matière scolaire »

     

    « Comme pour tous les équipements publics de ma ville, je suis en liaison permanente avec les responsables qui les gèrent et je suis vigilant quant aux travaux qui peuvent avoir lieu. Par ailleurs, je suis régulièrement la situation du Collège Saint-Exupéry grâce aux bons échanges avec la principale de l’établissement, Madame Landi. A ma demande, et avec l’appui du Conseiller Général, les services du Conseil Général des Hauts-de-Seine étudient un projet de rénovation du collège ! Lorsqu’il sera finalisé et financé, il sera porté à la connaissance des membres de la communauté éducative » indique de son côté Bernard Gauducheau .  

     

    Commençons tout d’abord par les équipements sportifs de Michelet 

  • PS 92 : VANVES SOUTIENT JEAN ANDRE LASSERRE AU POSTE DE 1er FEDERAL ALTOSEQUANAIS POUR CHANGER LA DONNE

    Les militants socialistes vanvéens et  altoséquanais éliront leur 1er secrétaire fédéral le 15 novembre prochain  (avec un second tour le 16 Novembre s’il y a besoin). Ils  ont le choix entre 4 candidats depuis que Benoit Marquaille, 1er Fédéral Adjoint et conseiller régional s’est désisté en faveur de Jean André Lasserre, conseiller général de Courbevoie qui a face à lui,  Philippe Sarre, maire de Colombes, Joseph Dion trésorier fédéral et conseiller municipal à Issy les Moulineaux, et Farid Bounouar, élu à Gennevilliers. Pascal Buchet, 1er fédéral sortant et maire de Fontenay aux Roses, a décidé de ne pas se représenter et de soutenir la candidature de Jean André Lasserre. Tout comme l’ensemble de la section PS de Vanves qui fait campagne pour lui, sauf Guy Janvier qui soutient Philippe Sarre.

    Mais ils auront aussi à élire les 34 conseillers fédéraux du Conseil Fédéral qui seront issus du vote des militants sur les motions nationales d’orientation le 11 Octobre dernier. Ce qui a donné lieu à des débats épiques lors du congrés fédéral à Boulogne avant les vacances de la Toussaint. Notamment entre les différents courants qui soutiennent la motion 1 (d’H.Désir, JM Ayrault et M.Aubry) et doivent se répartir 27 Siéges. 160 militants sont candidats. Les pro-Sarre ont tenté de faire voter une répartition des 27 siéges en reprenant les scores des différentes motions à Reims, ce qui auraient éliminés les Hollandais. Ce qui a été rejeté. La majorité a concédé que la répartition prenne en compte les résultats du vote du 15 Novembre prochain,  ce qui serait plus juste, à défaut de trouver un accord immédiat. D’autant plus que de deux règles doivent être impérativement respectées dans la répartition de ses 34 siéges (ou 27 pour la motion 1 ): La parité et 30% de renouvellement. 4 Vanvéens devraient faire parti de ce Conseil Fédéral : Valérie Mathey et Jean Cyril Le Goff pour la motion 1, Gérard Beglier pour la motion 4 et Antonio Dos Santos au titre de Secrétaire de section

     

    A Vanves, la campagne a dû être tonique d’après les échos, l’ensemble des militants et sympathisants socialistes se sont retrouvés Jeudi dernier, dans la soirée, à l’école Gambetta, pour entendre chacun les représentants des 4 candidats, seul Joseph Dion s’étant déplacé.  Guy Janvier, conseiller général a envoyé une lettre à l’ensemble des camarades en expliquant les raisons pour lesquelles il soutient, Philippe Sarre, maire de Colombes. « J’ai été un des premiers à être associé à sa volonté de reprendre la fédération. Il m’en a parlé dés avant l’été. Et je l’avais assuré de mon soutien. Il a été mon collégue au conseil général de 2004 à 2008. Il avait pris l’engagement de démissionner s’il était élu maire de Colombes, ce qu’il a fait tout en s’assurant que Bernard Lucas qui l’a remplacé au conseil général, soit bien élu, de manière à ce que le PS conserve un des trois cantons de Colombes. Il a refusé d’être candidat aux législatives par respect de son engagement sur le non-cumul des mandats. Et il aurait élu avec une marghe plus importante que celle qui a étré acquise » explique t-il en ajoutant : «  Il faut maintenant que les instances fédérales sont désignés, que l’on ait à la tête du PS 92, une personnalité qui soit compétente, connue, expérimentée, et c’est son cas. Il a prouvé ses capacités à rassembler et à réusssir le changement. Il est maire de Colombes et il n’a pas d’autres ambitions que celles de servir le PS avec un certain nombre de propositons qui figurent dans son programme (18 mesures) dont une concerne le travail collectif. Comme je me spécialise dans les questions financières et sociales, j’ai essayé de mettre en placce un certain nombre de groupes de travail. Malheureusement, cela n’a pas abouti, parce qu’au niveau fédéral, il n’y avait le relais qui était nécessaire. Je crois que P. Sarre sera tout à fait en mesure de le faire.  Sans travail collectif, en politique, cela ne passe pas ».

     

    Evidemment, ce n’est pas l’avis de ceux qui soutiennent Jean André Lasserre, comme Jean Cyril Le Goff, Antonio Dos Santos, Anne Laure Mondon,  Valérie Mathey, Suzanne Guerif, Nicolas Chaigneau….  « Jean André Lasserre qui a été le directeur de campagne de F.Hollande pour les Hauts de Seine pendant les présidentielles, qui a gagné un canton particulièrement difficile pour un socialiste à Courbevoie, illustre bien ce qu’on doit incarner dans notre fédération avec des militants et des élus de terrain, ouverts, permettant de convaincre des électeurs y compris ceux qui ne votent pas traditionnellement à gauche, de voter pour une équipe municipale de gauche » expliquent ceux qui le soutiennent et qui devraient envoyer aux socialistes vanvéens au début de cette semaine, un tract présentant ce candidat, sa profession de foi et ses 50 engagements. Jean Cyril Le Goff retient plusieurs choses : Assurer un meilleur appui technique et politique des sections, développer l’information et la communication, impliquer les militants et les sympathisants en créant une université permanente en charge de la formation,  afin de les aider à expliquer la politique du gouvernement que l’on soutien, s’ouvrir et  dialoguer avec la société civile, construire une stratégie par rapport aux enjeux locaux, renforcer toute la fonction de veille éthique et de résolution des conflits, avec une charte signée par l’ensemble des élus, respect des décisions prises comme sur le cumul des mandats. Les supporters de J.A. Lasserre ne comprennent pas pourquoi deux maires socialistes des Hauts de Seine n’ont pas démissionné de l’un de leurs deux mandats comme prévu fin Septembre  -  Le Sénateur-Maire de clamart, Philippe Kaltenbach, et le député-maire d’Asnières, Sébastien Pietrasanta - d’autant plus après la remise du rapport Jospin. Verdict : Le Jeudi 15 Novembre avec l’arrivée du Beaujolais nouveau    

  • La riche et regrettée histoire de l’Association du Marché de Vanves (AMV)

    « Cette idée de créer l’association du Marché de Vanves - au début des années 80 - est venu de notre concessionnaire qui gérait un marché à Asnières où les commerçants avaient accepté que l’on préléve quelques centimes en plus du prix des places pour pouvoir faire des animations au moment des fêtes. Fort de cet exemple, j’ai été voir à Asnières le responsable qui m’avait expliqué la marche à suivre » raconte Guy Boreau. « Notre objectif était d’animer ce marché » ajoute Gérard Gadras. « Nous avons fait la même chose à Vanves. Au prix des places nous avons demandé à la mairie l’autorisation de préléver quelques centimes (10 à 50 c) de plus gérés par le concessionnaire et reverser au moment des animations. C’était volontaire, les commercçants qui ne voulaient pas y participer, n’étant pas obligé. Mais tous ont joué le jeu.  Le concessionnaire avait des comptes à rendre sur ce prélévement volontaire des commerçants, avec quelques sponsors qui ont été démarché, la Poste, la Banque populaire où les trois quarts des commerçants avaient leurs comptes » indique Guy Boreau.

     

    « La mairie nous avait encouragée à le faire, en nous donnant des moyens pour organiser ses animations. Mais on ne voulait pas qu’elle s’en occupe. C’est pourquoi, nous  n’avons jamais demandé des subventions. On faisait souvent les réunions après les commissions de marché, et les représenntants de la municipalité s’en allait, G.Orillard et G Janvier ont vraiment joué le jeu en n’ayant jamais participé à ces réunions ou tenté de le faire » ajoute Gérard Gadras. « Didier Morin a voulu mettre son grain de sel dedans en expliquant qu’il préférait faire comme ceci, comme cela, alors qu’il n’y connaissait rien et que ce n’était pas bon pour le marché. J’avais d’ailleurs démissionné de l’association parce que le maire nous demandait de faire des choses qui n’étaient pas dans nos cordes, en regroupant les animations des différents lieux commerçants de Vanves (Champion/Intermarché). Notre but était d’attirer les gens au marché, et si on faisait une animation commerciale ailleurs, cela nous gênait et plaisait à personne de surcroît » ajoute t-il. Mais après le mandat de Guy Janvier, et surtout  l’incendie du marché, ses fondateurs qui commençaient à perdre la foi et l’énergie, ont passé la main. D’autant plus qu’il était devenu manifeste que la ville voulait beaucoup s’impliquer  dans l’AMV et la diriger, certes  avec les commerçants du marché, mais en cherchant à fusionner toutes les animations. L’arrivée d’un nouveau concessionnaire avec la présence d’un manager du commerce a réglé l’affaire.

     

    Ainsi cette association a montée des animations à un rythme de 6 par an, au moment des fêtes du 1er Mai, des méres, de Noêl, de Pâques avec des animations sur un théme donné -  les malentendants, les voyages, le bicentenaire de 1989 avec des assiettes révolutionnaires confectionnés par le fabricant d’un commerçant qui vendait de la faience - avec ou sans animateur, avec des jeux de questions/réponses pour gagner beaucoup de petits lots, des bons d’achats notamment d’essence, ce qui était apprécié des commerçants parce que les clients venaient chez eux.  « Ce qui a remporté le plus de succés pendant des années, a été le remboursement ou le paiement de la vignette automobile. Ainsi les clients gagnaient le prix de leur vignette » indique Guy Boreau en ajoutant cette anedocte : « En 1981, Gérard Orillard nous avait demandé de ne pas distribuer des roses à la fête des Méres, après la victoire de François Mitterrand. On avait dû distribuer d’autres fleurs, ce qui n’était pas la même chose ». Enfin l’association du Marché de Vanves  est à l’origine de la Navette : « Tout simplement parce que nous avions constaté qu’en semaine c’étaient les retraités qui fréquentaient le marché. Mais cela leur faisait loin de venir du Plateau. On avait demandé à ce que la municipalité prenne en  chage une petite navette entre le Plateau et le marché. Ce qui s’est ensuite étendu à tout Vanves. C’était une idée que nous avions eu pour ne pas perdre des clients, pour éviter qu’ils n’aillent qu’à Champion » raconte Guy Boreau