Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

festival de cannes

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    Beaucoup d’événements se sont déroulés pendant cettecampagne pour les élections européennes qui les ont occultés. Ainsi la Commission Permanente de la Région Ile de France a votée le 22 Mai dernier 6.4 M€ pour la construction d’espaces sportifs extérieurs au lycée Michelet à Vanves. Un grand champion de tennis, Nadal, aurait été aperçu à Vanves dimanche dernier, en train de retirer de l’argent à un distributeur de la Société Générale alors que le tournoi de Roland Garros venait de commencer

    FOOTBALL : LA SALESIENNE PARIS 17 bat VANVES 3 à 1.

    «C'est la fin de l'aventure en Départemental 1, le match à ne pas perdre. Nos adversaires ont pris le début du match avec une motivation supérieure à nos joueurs conséquence un premier but puis un second avant la mi-temps. En seconde période nous réduisons la marque puis un troisième but scelle  la défaite» regrette Jean Claude Vignal, président de la Section Football du Stade de Vanves en constatant « beaucoup de spectateurs dans la tribune, assez discipliné »

    FESTIVAL DE CANNES

    Le Prix de la Citoyenneté 2019 créé à l’initiative du couple Janvier,  a été attribué au film de Ladj Ly, «Les Misérables » qui a reçu aussi le prix du jury. Ce film soutenu par la Région Ile de France parle de Montfermeil, de la banlieue, de la misére  et de l’exaspération des jeunes. Ainsi «25 ans après «La Haine» de Mathieu Kassovitz, ce film décrit le chaos d'une banlieue parisienne, celle de la cité des Bosquets à Clichy-Montfermeil: misère économique et culturelle, violences policières, détresse d'une jeunesse au bord de l'explosion... Il y a urgence à trouver des solutions et c'est la mission du cinéma et de notre Prix de la Citoyenneté de faire passer ce message» indique Guy Janvier. «Ceci est d'autant plus d'actualité au lendemain des élections européennes qui voient, partout en Europe, la poussée des extrémismes de droite. Les réponses se trouvent dans une prise de conscience rapide des urgences sociales et écologiques. A nous de les bâtir » ajoute t-il sur son site Facebook

    TENSION AU SEIN DE LA MAJORITE MUNICIPALE

    La tension monte au sein de la majorité municipale depuis un certain temps peut à être à cause des futures municipales de Mars 2020 : Une conseillére municipale ayant la délégation du personnel communal, Marie France Mugnier,  s’est vu retirer sa délégation par arrêté municipal après une très vive altercation  dont ont été témoin certains vanvéens à la kermesse de la paroisse Saint François le 12 Mai dernier, sans en connaître les véritables raisons. Cette décision devrait avoir des suites judiciaires devant les juges administratuis, car MF Mugnier aurait l’intention de déposer un recours contre cette décision abusive à ses  yeux.  Enfin, un maire adjoint aurait quitté le parti des Républicains, Maxime Gagliardi, qui a déjà fait savoir qu’il ne ferait pas parti de la prochaine équipe…

    SQUARE DE L’INSURRECTION : PAS DE FOOD STRUCK

    Le projet d’installation d’une sorte de food struck à la grecque dans un square de l’insurrection réaménagé, présenté par une vanvéenne de vieille souche lors de la réunion publique consacré au quartier du centre Ancien-Saint Remy le 21 Mai dernier, rencontre une opposition assez vive :  Les associations d’anciens combattants sont contre vent debout, ainsi que les riverains car tout le monde sait comment généralement ce genre d’installation se termine, avec des odeurs, du bruit, des détritus etc… malgré les assurances de leur initiateur. Ce projet rappelle l’épisode de l’année derniére où la municipalité s’était mise en tête d’installer des food strucks place de la République lorsqu’elle est piétonne durant les week-ends de l’été. Un projet heureusement abandonné face aux protestations des cafés-restaurants de cette place

  • VANVES ET LE FESTIVAL DE CANNES : LE PRIX DE LA CITOYENNETE REMIS AU FILM « CAPHARNAÜM »

    Le pemier prix de la citoyenneté a été remis le 19 Mai dernier, le jour de la proclamation du palmarés du festival de Cannes au film « Capharnaüm » de Nadine Labakli.

    Une initiative que l’on doit à  Guy Janvier, ex-maire de Vanves (1995-2001) et Line Toubiana, son épouse avec Françoise Camet et Jean Marc Portolano qui ont créé une association « Clap Citizen Cannes » en 2017. Le film primé doit incarner des valeurs humanistes, laïques et universelles attachées à la notion de citoyenneté.  Ce film est l’histoire d’un petit garçon livré à lui-même dans les rues de Beyrouth, qui décide d’intenter un procès à ses parents pour l’avoir mis au monde sans pouvoir l’élever correctement. Pour trouver ses jeunes acteurs, Nadine Labaki a arpenté elle-même les rues de Beyrouth à la recherche de jeunes au parcours proche de ses personnages. C’est ainsi qu’elle a trouvé Zain Al Rafeea, un garçon syrien réfugié au Liban (sur la photo avec la réalisatrice lors de la conférence de prese à Cannes). C’est son premier rôle au cinéma

    «Le Jury de la première édition du Prix de la Citoyenneté est heureux de distinguer l’engagement poignant que Nadine Labaki exprime dans son troisième film. En rendant visibles les invisibles à travers l’errance héroïque d’un petit guerrier à qui tout est refusé, la cinéaste libanaise nous rappelle les droits fondamentaux dont tout enfant sur cette terre est digne, et les devoirs dont tous les adultes devraient s’acquitter. Dans le désolant capharnaüm de Beyrouth et de notre monde, merci à Nadine Labaki d’avoir réveillé nos consciences sans nous faire perdre foi en l’humanité» a indiqué dans un communiqué l’association Clap Citizen Cannes. Ce film a fortement marqué la sélection cannoise cette année, et il a divisé les critiques, qui parlent d’un film « fort mais peu subtil ». Malgré tout, il a fait figure de favori de la compétition 2018. La standing ovation à la fin de la projection cannoise a duré presque sept minutes, l’une des plus longues de cette édition. Espérons qu’il sera programmé au cinéma Le Vanves.

  • VANVES ET LE FESTIVAL DE CANNES : GUY JANVIER A L’ORIGINE DU PRIX DE LA CITOYENNETE

    Depuis Mardi dernier, la France et surtout les cinéphiles vivent au rythme du Festival de Cannes au cours duquel plusieurs prix sont remis bien sûr. Cinq films sélectionnés ont été soutenus par la Région IDF : « Les âmes mortes-Dead Souls» de Wang Bing, «Joueurs » de Marie Monge, dans la sélection officielle, « A Min » de Philippe Faucon,  «La route des Samouni» de Stefano Savana, «Les silences» de Béatrice Seigner, dans la sélection de la Quinzaine des Réalisateurs.

    A Vanves, Guy Janvier, ex-maire de Vanves (1995-2001), est à l’origine de la création d’une association « Clap Citizen Cannes » en 2017, avec Line Toubiana, Françoise Camet, et  Jean-Marc Portolano, quatre fondateurs,  tous critiques et cinéphiles passionnés, dont les deux filles de Jean Zay fondateur du festival de Cannes sont les vice-présidentes d’honneur. Elle va, pour la première fois, décerner le Prix de la Citoyenneté à un des films de la sélection officielle du Festival international du film de Cannes. Le film primé doit incarner des valeurs humanistes, laïques et universelles attachées à la notion de citoyenneté. «De quoi contrecarrer le prix oecuménique» selon les spécialiste. D’ailleurs l’association  précise: «Son objet est de distinguer une oeuvre de qualité artistique de premier plan qui exalte les vertus de la richesse humaine individuelle et collective, les engagements solidaires en faveur des femmes et des hommes, ainsi que la préservation des ressources de notre planète associées à la défense de la qualité environnementale en faveur des générations futures».

    Le cinéaste Laurent Cantet, Palme d’or 2008 pour son film «Entre les murs», a  accepté la présidence de cette association qui organisera  une table ronde le 17 mai, avec RFI et France 24, au stand du Pavillon des cinémas du monde.  Pour la première année, le président du Jury est Abderrhamane Sissako, réalisateur notamment de « Timbuktu»  entouré de l'inamovible journaliste et critique Danielle Heymann, du directeur général d’Audiens  (dont le siége est installé à Vanves) Patrick Bézier, de la réalisatrice et productrice Léa Rinaldi (Alea Films, Esto es lo que hay, chronique d'une poésie cubaine), et du directeur artistique de festivals Francesco Giai Via (Festival du Cinéma Italien d'Annecy).

    La remise du prix aura lieu le 19 mai à 13h dans le Palais du festival, en présence notamment du délégué général du Festival de Cannes, Thierry Frémaux, et de Pierre Lescure Directeur général. Et les adhérents de cette association seront invités à Paris ou à Cannes à une projection privée du film primé en présence du réalisateur !  Si cette association avait eu à remettre le prix de la citoyenneté parmi un film de la compétition officielle du Festival de Cannes  2017, ses fondateurs auraient choisi sans hésiter  le film «The Square» de Ruben Ostlund, «film dérangeant et provocateur mais qui prône sans concession, avec force et talent, la nécessité de la vraie solidarité et de l’altruisme dans notre société en proie à la violence et à la misère» selon Line Toubiana