Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

collège saint exupery - Page 5

  • ELECTIONS DEPARTEMENTALES A VANVES : DES ECOLOGISTES TRES REGIONALISTES ET ANTI METROPOLE

    Le mérite de « l’entrevue citoyenne » organisée par la JCE GPSO le 4 Mars dernier  est d’avoir donné l’occasion aux vanvéens d’entendre et de voir l’ensemble des candidats qu’ils ont pu rencontrer maintenant au gré de leurs portes à portes, tractages au marché, au Métro ou devant les centres commerciaux. Catherine Naviaux qui se présente avec Roland Nabeau comme candidats, Christine Genty et Pierre Toulouse comme remplaçants, n’est pas une inconnue pour les vanvéens, comme Pierre Toulouse. Elle  été élue conseillère municipale d'opposition de 2001 à 2008, en tant qu'associative en début de mandat puis elle a adhéré chez les Verts en 2005. Elle s’est présentée aux élections législatives en 2007. Elle a participé à l'aventure de « L'arrosé du matin » et en 2009 à la création de La Ruche, alternatives écologiques et solidaires de Vanves. Elle est  membre de l'AMAP Le Panier Vanvéen

    « Ce ne sont pas des élections qui intéressent les gens. Ils ont tendance à se replier sur soi, à se tourner vers le FN. Mais nous sommes présent pour porter la parole de l’écologie politique » expliquait Catherine Naviaux le 4 Mars dernier, en constatant que « l’échelon départemental n’est pas le plus favorable à la mobilisation des jeunes en politique » pour répondre à la question d’une membre de la JCE GPSO tout en rappelant que les écologistes défendent le non-cumul des mandats et la valeur de l’éthique en politique. Enfin « ils sont, avant tout,  des régionalistes. Cette métropole du Grand Paris (MGP) est un montage qui n’a pas de fondement par rapport au citoyen. Il y a Paris, l’agglomération et la grande couronne qui risque d’être à l’abandon et de devenir une zone de relégation avec cette MGP ». D’ailleurs les écologistes souhaitent une co-élaboration du projet de gare à Clamart qui devrait permettre la correspondance de la future ligne 15 du Grand Paris Express, le futur métro de la métropole parisienne,  et la ligne Translien/SNCF Montparnasse, alors que « l’actuelle place de la gare sera transformée en un immense parking surplombée de deux hauts bâtiments mêlant logements et bureaux qui cacheront la gare et la vue de ParisLe  Clamart vilage, cher au cœur des clamartois disparaîtra au profit d’une esthétique de ville nouvelle telle qu’on peut la contempler dans les communes voisines »

    Ils présentent deux types de programmes : Tout d’abord un programme commun aux écologistes sur le département résumé dans un « quatre page »  et intitulé« Vers plus de démocratie, Vers un environnement préservé, Vers une solidarité renforcée ». Le constat est vite résumé : « Le Conseil général se trouve désengagé de ses responsabilités de soutien aux plus démunis, aux plus faibles. La compétence sociale du département est abandonnée. Il n’existe pas de concertation et de prise en compte de l’avis des habitants. Les choix faits sont le plus souvent à contre courant des exigences écologistes ». A travers différents thèmes, ils font plusieurs propositions : Créer une assemblé des habitants, du département ; Rétablir la subvention départementale à AirParif ; Aménager les berges de Seine de Paris à la Défense avec piste cyclable sécurisé ; Augmenter les alignements de hautes futaies, « car l’arbre participe au rafraichissement des villes et aux trames vertes (préservations des populations d’oiseaux) » ; Faire évoluer les bâtiments départementaux vers des aménagements « permettant de compenser les pertes d’habitat de la faune sauvage (cavité, avancée de toitures, nichoir) ». Mettre à disposition des collégiens, une flotte de vélos, et revenir à la liaison chaude pour les cantines. Catherine Naviaux a insisté sur l’aide à l’isolation thermique des bâtiments,  l’Economie Sociale et Solidaire « mis en place grâce à Vincent Gazeiles depuis 2012 et dont l’objectif était de développer des emplois d’insertion ».

    Ensuite un programme propre au canton de Clamart/Vanves en insistant sur 3 points : Le maintien du centre médico-psychologique (CMP)  de Vanves : « On ne sait toujours pas où le CMP va être déplacé, mais les plus grandes craintes demeurent sur sa localisation. La présence de cette structure au cœur de la cité, est une condition primordiale pour sa fonction de lien psychologique et social ». Un Cheminemet vélo Clamart-Vanves, notamment entre la gare de Clamart et la coulée verte du TGV en longeant la voie SNCF jusqu’à la gare de Vanves, avec desparkings à vélos sécurisés notamment à proximité des pôles gares. Enfin, ils souhaitent plutôt « un projet de bus en site propre – que l’on peut plus facilement redéployer-  qu’un  tramway entre Antony (Croix de Berby) et Clamart (Gare de Clamart) » comme ils l’ont expliqué » le 4 Mars dernier, tout en refusant l’installation du centre de remisage de ce tramway dans la forêt de Clamart. Ils ont  insisté sur la nécessité d’un 4éme collége à Clamart et de repenser le collége St Expury qui est une véritable passoire énergétique. « Sa structure en terrasse serait idéale pour une production d’énergie renouvelable »

  • LES RENDEZ-VOUS A VANVES D’UNE SEMAINE SOUS LE SIGNE DU COMMERCE ET DE LA FÊTE

    Ce sera la première semaine du Mois du Commerce qui a été lancé vendredi dernier à la Palestre en présence du maire,  de son équipe municipale, avec pour chef d’orchestre Carine Jamet, manager du Commerce qui a animée cette soirée. Le temps fort fut ce clip tourné avant les vacances avec tous les commerçants et artisans participants chantant et dansant sur le rythme endiablé et entraînant de « Magic in the air » de Magic Systems. Une façon originale de les présenter aux vanvéens et dont tous devraient disposer d’une copie pour le diffuser dans leurs magasins, sur leur page facebook.... La phrase que tous les participants auront retenue, et surtout l’opposition, est la comparaison faîte par le maire entre les élus et les commerçants-artisans qui ont finalement le même rôle dans une ville de lien social, d’acteur de proximité. « Cette 4éme édition du mois du Commerce est organisée pour mettre en valeur les commerçants et les artisans auxquels les vanvéens sont attachés » a-t-il déclaré en expliquant que « la politique de rénovation urbaine a permis de renforcer les pôles économiques de notre commune.  Après des années d’immobilisme, un cercle vertueux s’est enclenché, grâce à cette politique. Des acteurs privés ont fait le pari de venir s’installer dans notre commune au cœur du Grand Paris : 44 nouveaux commerces se sont installés depuis 2008. Et cette énergie retrouvée devrait se déployer autour de la gare du Grand Paris Express (au Clos Montholon) pour développer le commerce dans ce quartier » a déclaré le maire en ajoutant quelques mots sur EGS qui gére le marché et devrait travailler pour faire du marché en plein air sur le Plateau le vendredi après-midi, un véritable lieu d’animation,  sur Hachette Livre dont le chantier se termine où 600 salariés devraient bientôt s’installer, et sur les commerçants source d’emploi, de croissance  - on a le plus faible taux de chômeurs – et de lien social et de proximité. « Ce mois du Commerce est une invitation à consommer localement du « made In Vanves ».  

    Et dés samedi matin, ce Mois du Commerce commençait par un « apéritif-concert » sur la place du Val et la terrasse du Relais de Vanvres avec Pierre Meige sous un soleil des derniers jours d’été que beaucoup de vanvéens et d’élus ont apprécié, d’autant plus que la fin de journée fut pluvieuse et le lendemain entre grisaille et ensoleillement.  Dommage pour ce dernier week-end de piétonnisation de la place de la République, mais à l’image de cet été. Seuls  les cafés et restaurants de la place en auront profité en étendant leurs terrasses. Mais les autres commerçants n’étaient pas tellement heureux pour des raisons d’accessibilité de leur clientèle. De surcroît, en dehors de la fête foraine, peu d’événements ou de manifestations ont animé cette place piétonne qui paraissait certains week-ends bien vide et triste, surtout lors des intempéries qui ont marqué cet été. C’est peut être la raison pour laquelle ces riverains ne souhaitent pas une piétonnisation totale, mais partielle et uniquement lors de cette période estivale de l’année. A condition de l’animer avec une petite braderie, de petits concerts en fin de journée comme dans nos kiosques d’atan dans les parcs fréquentés par nos arrières grands parents lorsqu’il n’y avait pas la télé…car pour certains, « il n’y a pas assez de commerces pour qu’une zone piétonne permanente soit intéressante »… «  Commençons par avoir un kiosque à journaux comme à Corentin Celton pour remplacer le marchand de journaux qui est parti. D’autant qu’au Pavillon Bleu, il ne vend plus le Parisien, le JD et l’Equipe comme il le faisait chaque dimanche, il n’y pas si longtemps »… « Cela nous pése d’aller jusqu’à Issy en prenant le bus ou sa voiture le dimanche, et cela animerait la place car c’est un point de rendez-vous ! » explique un autre habitué      

    Lundi 22 Septembre

    A 19H à l’hôtel de ville : Réception des bacheliers 2014 par Bernard Gauducheau maire avec le proviseur du lycée Michelet, Bernard Gary,  et la principal de Saint Exupery, Cindy Landy

    A 19H30  à l’espace La Tuilerie : Conférence organisée par le Challenger Club avec la JCE GPSO et animée par Maître Roxana Bungartz sur le thème : « Comment gérer ses impayés ». Un sujet auquel nous sommes malheureusement parfois confrontés. Venez découvrir, lors de cette conférence, les erreurs à ne pas commettre et les moyens de se protéger…

    Mardi 23 Septembre

    A 9H30 au Conseil Général des Hauts de seine : Comité Syndical du Syndicat Mixte Paris Métropole auquel devrait participer Bernard Gauducheau

    Mercredi 24 Septembre

    A 8H30 place du VAL (Maréchal de Lattre de Tassigny) : Petit déjeuner et dégustation de pains spéciaux offerts par la boulangerie le Moulin des Lavandières et Doc logic

    A 9H30 au Conseil Régional : Commission Permanente auquel participe Bernard Gauducheau 

    A 15H à la boulangerie Le Grenier à Pain (rue R.Marcheron) : Atelier boulangerie pour les petits et grands

    Jeudi 25 Septembre

    A 9H30 au Conseil Régional : Séance plénière à laquele participera Bernard Gauducheau qui devrait s’intéressser n,otamment auix fonds européens à destinatin de l’Ile de France

    A 19H au magasin VAP and VIP :  Inauguration du magasin avec atelier découverte « Tout en vapeur »

    Vendredi 26 Septembre

    A 19H à l’espace Tuileries : Assemblée générale de la JCE  (Jeune Chambre Economique ) GPSO qui renouvelle ses instances

    A 9H30 au conseil Régional : Séance plénière à laquelle participera Bernard Gauducheau au cours de laquelle les écologistes devraient proposer de créer une conférence citoyenne sur la qualité de l’air »

    A 19H30 place de la République : Défilé de mode organisé par Vanv’en poupe suivi à 20H30 d’un spectacle gospel à l’église Saint Remy. 

    Samedi 27 Septembre

    A 10H sur à l’Ile Monsieur (Sévres)  jusqu’à Dimanche : « Fête le plein d’énergies » organisé par GPSPO avec de nombreuses animations 100% gratuites, autour du thème du développement durable :  jardin éphémère créé pour l’occasion par la Direction des Parcs et Jardins de GPSO,  patinoire 0 énergie, concerts en plein air, dégustations de produits bio et équitables, balades fluviales, initiation aux sports nautiques, conseils de professionnels dans un véritable espace dédié aux économies d’énergie dans l’habitat...

    A 12H au salon de coiffure R (rue Louis Blanc) : Epilation « au fil » de vos sourcils offerte

    A 14H30 à Optique Nicorelli : Tests ludiques visuels en présence d’un orthoptiste

    A 15H place de la République : Atelier dégustation de crêpes sucrées et qalées offert par Bio C’Bon et La Girafe

    A 16H30 au PMS A.Roche : Match de football expograph Vanves - Cap Nord pour le 2éme tour du championnat de France AS 

    A partir de 20H30 « chez les filles » : Soirée musicale autour d’un Bourguignon

  • RESTAURATION SCOLAIRE A VANVES : I - UNE RENTREE SOUS LE SIGNE DU NUMERIQUE DANS LES LYCEES ET COLLEGES

    En dehors des nouveaux rythmes scolaires sur lequel reviendra le blog vanves Au Quotidien l’autre fait marquant concerne la cantine scolaire, qui est l’un des points sensibles de la gestion tant des établissements du primaire que du secondaire. Le Conseil Général des Hauts de Seine a lancé un nouveau système d’inscription, de facturation et de paiement en ligne dans ces 56 collèges dont profite le collège Saint Exupery. La ville de Vanves a renouvelé en Juin dernier,  la délégation de service public de la restauration municipale. Commençons par les collèges et le lycée.

    « Je pense être arrivée à ce qui se fait dans le primaire depuis des années, se fasse dans le secondaire pour les collèges qui en étaient encore l’année dernière à 3 paiements en forfait annuel. Ainsi les familles peuvent s’inscrire en ligne – elles n’y sont pas obligées –  et surtout de ne payer que les repas qui sont effectivement pris et facturé, alors qu’auparavant, que l’enfant déjeune ou pas, c’était de toute façon facturé. Et surtout de payer en ligne ou par prélèvement automatique ou avec leur smartphone. Ce système permet une plus grande souplesse, les familles pourront payer pas mois en évitant de grosses factures d’un coup » expliquait récemment Christiane Barody Weiss, vice président du Conseil Général des Hauts de Seine (CG92) chargée des collèges. Ce nouveau système permet aux familles de savoir si elles bénéficient de l’aide départementale à la demi-pension  (30% des parents) calculé à partir du quotient familial mensuel  et connaître le tarif du repas qui lui sera facturé. Six tranches de quotient familial mensuel ont été définies pour les repas, chacune correspond à un prix variant de  0,60 € à 4 €  le repas.

    Le lycée Michelet devrait connaître une évolution semblable mais pas tout de suite, malheureusement, car la Région a décidée d’uniformiser et de baisser ces tarifs progressivement à raison de deux départements par Rentrée.  Cette réforme vise à une tarification plus juste fondée sur le quotient familial -  alors qu’auparavant c’était le Conseil d’Administration qui décidait du prix du repas avec des tarifs évoluant de 2,20 à 6 ou 7 € -  avec une nouvelle grille  de tarification à 10 tranches,  avec un tarif plancher à 1,50 € et un tarif plafond à 4 €. Un fonds de solidarité, abondé par l’Etat, permet d’aider ceux qui ne peuvent pas payer le tarif minimal, car l’objectif est de mieux lutter contre la précarité alimentaire.

    Cette réforme s’accompagne par une action sur la qualité nutritionnelle et  gustative, et une lutte plus efficace contre le gaspillage alimentaire grâce à une formation des personnels de restauration et la sensibilisation des élèves pour les guider dans la constitution de repas équilibré. Des bornes de réservation, ou l’extension des installations existantes dans les cantines, devraient permettre de diminuer  les temps d’attente et de gérer de manière optimisée les stocks et quantité de repas  servis dans les lycées.  Le CG92 s’est aussi engagé  pour une restauration scolaire de qualité, grâce à des repas bien équilibrés adoptés en concertation avec les parents et les diététiciens, sachant que 34 000 repas sont servis par jour dans tous les collèges. Plusieurs critères sont pris en compte : la saisonnalité des produits ; la qualité des produits (poulet label rouge, bœuf race bouchère, produits bio, fromage à la coupe, poisson en filet…) ; le recours à une agriculture raisonnée favorisant les circuits courts et la production locale….

    A SUIVRE….