Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

collége michelet

  • INTERVIEW D’ISABELLE DEBRE SUR LA SECTORISATION DES COLLEGES A VANVES : un acte long, réfléchi et délicat

    Le Blog Vanves Au Quotidien a rencontré Isabelle Debré, conseillère départementale du canton de Vanves/Clamart et Vice Présidente de  cette assemblé départementale  pour parler de la sectorisation des collèges mise en place à l’occasion de cette Rentrée 2019 à Vanves

    Vanves Au Quotidien - Pourquoi a-t-on mis si longtemps à mettre en place cette sectorisation entre les deux collèges Michelet et Saint Exupéry ? 

    Isabelle Debré : «Procéder à une nouvelle sectorisation est toujours un acte long, réfléchi et délicat. En effet, des jeunes pensant aller dans tel ou tel collège se voient soudain affectés à un autre. Il est aisé d’imaginer la déception de certains, qui, par exemple peuvent se retrouver séparés de leurs camarades de primaire, même si, concernant la ville de Vanves, tous se retrouveront au lycée. 

    VAQ -Quelles étaient les difficultés rencontrées ?

    I.D. : « Une sectorisation se fait essentiellement sur des critères géographiques, mais aussi en tenant compte de la densité de la population dans les quartiers. Il nous fallait donc procéder à une étude minutieuse et précise ce qui, bien sûr, demande du temps.

    VAQ- Comment êtes-vous arrivé à les lever ? Pourquoi cela été long ? Grâce à quelles solutions ?  

     I.D. : «Le Conseil Département a travaillé de concert avec la mairie, et l’inspection d’académie, et nous avons aussi et surtout, écouté et entendu, le souhait des fédérations de parents d’élèves, qui sont les premiers concernés. 

    J’ajoute que la demande d’une nouvelle sectorisation ne date pas d’hier. En effet la capacité d’accueil de la cité scolaire Michelet était totalement saturée alors que le collège Saint Exupéry avait la possibilité d’accueillir de nouveaux élèves. Je pense pouvoir dire aujourd’hui que nous avons abouti à la meilleure des solutions grâce à la concertation menée depuis plusieurs mois. Je tiens aussi à remercier sincèrement les fédérations de parents d’élèves pour leur implication et leur sens des responsabilités dans ce dossier.

    VAQ- Qu’est-ce qui devrait changer à partir de la rentrée prochaine ?

    I.D. : «Le quartier concerné est celui situé entre les rues Ernest Laval, Raymond Marcheron et Georges Clémenceau qui dépendra maintenant du collège Saint Exupéry dont le taux de réussite au brevet des collèges, soulignons-le, est de 97,16% cette année.

    VAQ - Comment se présente la rentrée dans ces deux collèges ?

    I.D. : «Nous attendons la rentrée sereinement avec, au collège Saint Exupéry, une classe de 6ème supplémentaire, des travaux de ravalement exécutés cet été par le département et, concernant le lycée Michelet, l’arrivée du nouveau proviseur, Monsieur Biset, après le départ à la retraite de Monsieur Gary.

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    DISPARITION DE PIERRE KEUTEN

    Vendredi dernier, ont eu lieu les obsèques de Pierre Keuten à l’église Saint Remy. Né le 27 Août en 1924, il faisait partie d’une famille qui réside à Vanves depuis le XIXéme siécle. Il  avait été conseiller municipal pendant 18 ans, sous les mandats de MM Roche et Orillard, Il avait présidé  l’association des victimes et rescapés de camps nazis, du travail forcé et réfractaires, car il avait été condamné aux travaux forcés dans les camps nazis.  Il avait été fait citoyen d’honneur de Vanves en 2003.

    LA CARAVANE DE LA SECURITE ROUTIERE A MICHELET

    Depuis plus de dix ans, le Département des Hauts-de-Seine propose aux collèges volontaires d'accueillir « la Caravane de la Sécurité Routière » (CSR), en collaboration avec la Préfecture et la Direction des services départementaux de l'éducation nationale des Hauts-de-Seine. Elle s'arrêtera aujourd’hui au collège Michelet car il s’agit d’un programme de prévention et de sécurité routière destiné aux collégiens du département. Il intègre l'ensemble des enjeux de la sécurité routière et des nouvelles mobilités. C'est par le biais d'ateliers que les jeunes sont sensibilisés aux risques de la route. 2 ateliers fondamentaux sont obligatoires : l'un autour de l'exposition de témoignages de jeunes accidentés, réalisée par le Conseil départemental, l'autre sur l'analyse d'accidents. Les collèges choisissent ensuite 2 ateliers supplémentaires parmi les 6 autres proposés, en fonction des projets pédagogiques des établissements.

    Cette sensibilisation est très important car  les collégiens entrent dans la tranche d'âge la plus exposée aux risques routiers : En France, en 2014, la mortalité routière est la première cause de décès chez les 18-24 ans, ils représentent 17% des tués dans un accident de la circulation.Dans les Hauts-de-Seine, 626 jeunes de 11 à 15 ans ont été tués ou blessés dans un accident de la circulation entre 2010 et 2014. Ils ont représenté 11 % de l'ensemble des victimes à vélo et 13 % de l'ensemble des victimes à pied alors qu'ils constituent 6 % de la population du département.  

    EXPOGRAPH VANVES CONTINUE SUR SA LANCEE !

    Retour aux affaires courantes du championnat de DH pour les 2 équipes de l'AS Expograph, après les 15 jours de Coupe passés avec succès, samedi dernier. Les joueurs se devaient de gagner contre ceux de l'US Métro, pour asseoir un peu plus leur maintien en DH alors qu'il reste encore 5 matches à jouer. « L'Equipe B s'est fait peur, en étant menée à 20 mn de la fin 2/1, mais coaches Hicham et Himmer ont su resserrer les boulons pour pousser nos joueurs à la victoire,3/2. Bonne dynamique,bonne solidarité dans le groupe. Il faut continuer » selon Jean Royer. « L'équipe A, sur la pelouse, devait une revanche aux présidents ,aux coaches, aux dirigeants après le camouflet(défaite à Vanves 2/0, contre le dernier il y a 3 semaines): Contrat rempli,3/1, beaucoup de mobilité, de l'envie,de la disponibilité pour le partenaire. Le nouveau discours musclé de coach Paolo a porté ses fruits,les présidents sont ravis..! Les buteurs:Daniel  Viera,  Belhadj Chems, sur penalty et un CSC provoqué par Sy Salam auteur d'une très belle rentrée depuis sa blessure de Janvier. Chems également revient bien. Nous attendons qu'il soit de nouveau le chef d'orchestre d'Expograph et que tous les joueurs suivent sa partition!!! »

  • LA RENTREE SCOLAIRE A VANVES : INTERVIEW DE CINDY LANDI PRINCIPALE DU COLLEGE SAINT EXUPERY : « Je n’ai pas l’impression que le collège souffre d’une très mauvaise image. Bien au contraire ! »

    Le Blog Vanves Au Quotidien a rencontré Cindy Landi,  principale du collège Saint Exupery depuis maintenant 3 ans, qui a abordé la Rentrée sous les meilleurs auspices, sereine et réussie avec des emplois du temps fonctionnels : « Nous avons abordé le lundi 1Er Septembre tout d’abord, avec 100% des professeurs nommés, ce qui est, pour une Rentrée, gage de sérénité pour l’équipe de direction, les enseignants et les parents : 33  dont 9 nouveaux après 3 départs à la retraite, sachant que l’on complète les services avec des titulaires de zones de remplacement (TZR) dont certains effectuent 12H ici et 12H dans un autre établissement, l’Académie de Versailles étant le berceau des professeurs stagiaires – le collège en accueille 2 cette année :une en musique, une en mathématiques. Nous avons d’ailleurs rencontré tous les enseignants entre le 23 Août et le 1er Septembre et nous avons organisé une réunion le 1er Septembre avec tous les personnels du collège.  Ensuite, les inscriptions d’élèves étaient totalement à jour, et nous avons absorbé une dizaine d’inscriptions entre le 2 Juillet et le 1Er Septembre, avec des jeunes venants de Marseille, Martinique, Peyssac, pour des raisons professionnelles ou des déménagements à l’intérieur des Hauts de Seine. Le collège accueille 454 éléves :  4 classes de 6éme avec une classe de 28 et les autres de 24, 4 classes de 5éme avec une moyenne de 27, 5 classes de 4éme avec 4 classes à 29 élèves et une classe à 21 élèves puisque nous avons le projet d’une classe « ambition, innovation, réussite ». Elle est constitué d’élèves, un peu en difficulté, avec un effectif un petit peu plus resserré pour leur redonner confiance, avec un projet pédagogique qui les motive de façon à ce qu’ils fassent une année de 3éme un petit peu plus sereine. Enfin,  4 classes de 3éme avec 28 élèves. Et un dispositif Ulis (Unité locale d’Inclusion Scolaire) avec des élèves qui ont des troubles des fonctions cognitives, mais qui sont intégrés dans les classes (1 éléve en 6éme, 2 en 5éme, 3 en 4éme 3 en 3éme), avec un maître spécialisé » indique t-elle. VAQ l’a surtout interviewé sur les nouveautés de cette Rentrée, et notamment ces tablettes numériques pour classes nomades qui a fait l’objet d’un reportage dans le dernier "HDSMAG" du conseil général des Hauts de seine,  et deux dossiers importants : la rénovation du collège et la désectorisation

    Vanves au Quotidien - Qu’est-ce que cela change pour vous le nouveau système de restauration mis en place par le Conseil général (CG92) avec paiement en ligne  ?

    Cindy Landi : « Nous avons bien anticipé le nouveau fonctionnement de cette restauration qui est passée en délégation de service public, ayant été associé et bien informé par les services du CG92. Les familles peuvent maintenant choisir combien de fois par semaine, une ou deux, trois ou quatre fois,  leurs enfants pourront déjeuner à la cantine selon leur emploi du temps, car auparavant, soit ils étaient inscrits pour les 4 jours, soit pas du tout.  Nous avons dû nous organiser en terme de sortie des élèves à midi, car auparavant c’était facile dans la mesure où ils déjeunaient ou pas du tout. Nous avons dû remettre à jour le cahier de correspondance. Nous avons décidé que jusqu’au 27 Septembre, tous les demi-pensionnaires déjeunaient les 4 Jours, et après nous donnerons un coupon par parents qui nous indiqueront leur choix de façon définitive pour le trimestre quand leur enfant déjeune à la cantine. Les services intendance et vie scolaire ont été très mobilisés ces jours-ci avec la société délégataire qui ont mobilisé 2 jeunes étudiants pour venir prêter main forte au début.

    VAQ - Comment vous êtes vous approprié cet outil ENC ( Environnement Numérique des collèges ) qui s’étoffe ?

    C.L. : « Le Collège St Ex fait parti des premiers établissements qui ont expérimenté l’ENC, depuis 5 ans. L’un des avantages est d’avoir été doté d’un ordinateur par classe et salle. Les établissements scolaires avaient des logiciels qui permettaient aux professeurs de rentrer leurs notes en ligne. L’ENC permet maintenant de fédérer les équipes autour d’un programme commun. C’est le seul outil de communication avec les professeurs et les familles pour la direction. Avec un site unique qui permet aux familles de voir au jour le jour, l’emploi du temps des enfants, les devoirs, les retards de leurs enfants, pouvant communiquer en direct avec les professeurs, voir les documents mis en ligne. Nous souhaitons que ce soit un outil de communication comme le cahier de correspondance, qui doit être consulté une fois ou deux dans la semaine. Car il  fait tomber des barrières, les parents nous envoyant des mails directement, certains l’ayant même mis dans leur « tablette ». Pour les professeurs, nous leur adressons les circulaires et les notes grâce à cet outil, sans les saturer, et ils l’utilisent pour faire l’appel qui redescend à la Vie scolaire pour lancer le système d’appel aux familles lorsque l’élève n’est pas en cours. Ils donnent aussi les retards, et à la fin du cours,  mettent les devoirs

    VAQ – Ne donne t-il pas assez à de nouveaux services pour enrichir les cours ?

    C.L. : « L’ENC permet maintenant d’avoir accès à de nouveaux outils pédagogiques, comme des images inter-actives, des ressources à l’échelle départementale qui peuvent être utilisée dans les cours par les enseignants

    VAQ - Comment les élèves et les enseignants se sont appropriés cet outil ?

    C.L. : « L’utilisation s’est complètement démocratisé puisqu’un enseignant ne peut plus travailler  au collège sans utiliser l’ENC ou sinon, il est coupé de tout. L’ENC fait parti complètement du quotidien des enseignants, de la Vie scolaire, du personnel de direction.

    VAQ - Qu’est-ce qu’a donné l’expérimentation des tablettes numériques ?

    C.L. : « Nous avons eu la chance en 2013-14 avec 2 autres collèges (Nanterre et Levallois) d’avoir 30 tablettes qui ont vocation  à remplacer les classes nomades. Nous avons organisé 2 journées de stages pour tous les professeurs, début Juillet et bientôt en Septembre, de façon à ce qu’ils puissent complètement intégrer ce nouvel outil dans la pratique pédagogique. 3 professeurs les ont utilisés lors de l’année scolaire passée dans leur classe, et nous allons mettre en place un système de réservation, pour qu’elles soient utilise au maximum, dans des cours aussi varié que le français, la technologie etc…Nous sommes en train de développer quelque chose qui va complètement coller avec l’ambition du ministèrede développer un nouveau plan du numérique. Il faut ensuite que les professeurs puissent le prendre en main, ce qui exige un gros travail en amont de préparation des enseignants qui révolutionne un petit peu leur pratique pédagogique. L’idée est que la totalité des enseignants soit formé, de les inciter à utiliser cet outil, et s’entraider entre eux.

    VAQ - De quels dispositifs mis en place par le CG92 dans le cadre d’ERMES  (Ensemble pour la Réussite et la Mobilisation des Elèves dans leur Scolarité) profite le collège St Exupery ?

    C.L. : « Dans le cadre de ce projet, nous avons fait deux grandes demandes : La première concerne le dispositif SIEL où nous avons inscrit 4 projets : Un premier sur « Vanves ville de demain » animé par un professeur d’arts plastiques avec le professeur de technologies sur une projection de Vanves dans quelques années avec le concours d’un architecte. Le second « un conte au théâtre » pour les élèves de l’ULIS avec un professeur de Théâtre. Un troisième avec le professeur documentaliste, le professeur de français et une écrivaine sur « Je ne te raconte pas ce que j’ai vu » sur l’écriture pour une classe de 5éme. Enfin, nous avons et cela depuis des années, une mini entreprise dans le cadre de l’option « découverte professionnelle 3H » pour les 3éme. Nous avons aussi postulé aux « ateliers éducatifs pour tous » qui nous permettra d’organiser des études encadrées, de la formation aux secourisme pour les enfants de 4éme, un ou deux ateliers de théâtre, de jeux de rôle pour occuper la pause méridienne.

    VAQ - En quoi consiste ce conseil « Ecole-collège » que vous avez expérimenté  ?

    C.L. : « Nous avons mis en place, cette année,  le conseil « Ecole Collège » qui est obligatoire et dont l’objectif est la réussite des élèves : il s’agit d’un dispositif présidé par le principal et l’inspecteur du 1er degré, avec des grands temps de concertation entre les professeurs de CM2 et de 6éme pour que cette liaison se fasse mieux, grâce à un cycle CM1-CM2-6éme. Nous l’avons expérimenté depuis 2 ans, en travaillant sur des temps institutionnel avec nos collègues de CM2 et de 6éme en ciblant des questions extrêmements importantes pour faire en sorte que la première année de 6éme soit une réussite, et la liaison mieux instauré. Nous disposons ainsi de temps pour s’asseoir et se voir, où les professeurs de CM2 peuvent exprimer leurs problématiques, et ceux de 6éme peuvent leur indiquer où cela pêche en maths, par exemple,  où l’élève ne sait pas s’organiser. Nous arrivons à identifier leurs problématiques d’entrée au collège et du coup, en amont, être mieux préparé par nos collègues du 1er degré. On a réalisé des documents en commun que l’on peut travailler dés l’école et le collège. Nous organisons des classes avec eux, des CM2 viennent au collège assister au cours avec leur camarade de 6éme, et visiter le collège. Les nouveaux textes, à terme, devrait permettre à un professeur du 1er degré de venir assister à un cours de leurs collègues de maths et que nos professeurs de collèges puissent aller en CM2.

    VAQ - Où en est le dossier de la rénovation du collège ?

    C.L . : «  L’échéancier est à peu prés en ordre. J’ai été reçu avec le gestionnaire du collège par les services du CG92 à plusieurs reprises. Il s’agit d’un projet de plus de 10 M€ inscrit dans le PPI du CG92 qui doit être voté en fin d’année. Les procédures, consultations, cahier des charges, appels d’offres devraient occuper plus d’une année, ce qui impliquerait un début de chantier au plus tôt en 2018.  Le CG92 a déjà organisé le déroulement du chantier qui s’effectuera dans un collège en fonctionnement, avec des préfabriqués qui permettront de réaliser des opérations tiroirs comme c’est le cas actuellement au collège Paul Eluard de Châtillon, car il n’y a pas de terrain libre dans la ville pour nous accueillir pendant les 2 ans de travaux. Peu de choses changeraient, car ce collège est enclavé,donc il ne va pas s’étendre, ni monter en hauteur. L’ensemble des bâtiments au niveau de l’extérieur (façades, visseries, fenêtres, toits./..), seront rénovés. Nous en profiterons pour repenser la cours avec le bâtiment vie scolaire posé sur pilotis de façon à avoir une gestion optimisé des flux. L’idée est de garder le bâti en le rénovant et en le réhabilitant. 

    VAQ – Où en est on du dossier de la sectorisation  ?

    C.L. : « L’inspecteur d’Académie, le maire de Vanves, les services du CG92 qui sont compétents, les équipes de direction de Michelet et de Saint Exupery partagent le même esprit sur cette question. La problématique est simple : Au vu de la sectorisation, les rues qui alimentent soit Michelet, soit Saint Exupery, sont déséquilibrés, car Michelet a trop de collègiens, et Saint Exupery peut accueillir une classe de plus par niveau. Notre idée est que la sectorisation puisse être mis en œuvre dés la prochaine rentrée de Septembre 2015, selon les informations provenant de ma hiérarchie et de mes échanges avec MM Sorin puis Gary.

    VAQ - N’y a-t-il pas à faire franchir un mur psychologique dans l’imaginaire familial qui privilégie Michelet à Saint Exupery  ?

     

    C.L. : « Ce  n’est pas tout à fait vrai !  Michelet jouie d’une certaine réputation grâce à un site très beau, chargé d’histoire, avec une proximité du collège avec les classes prépas et un lycée aux excellents résultats. Mais il s’agit beaucoup de « on dit », de « rumeurs ». Un gros travail de communication a été engagé par ma prédécesseur. Et depuis que je suis là, je n’ai pas l’impression que le collège souffre d’une très mauvaise image. Bien au contraire, puisque je travaille beaucoup avec les fédérations de parents d’élèves qui me disent beaucoup que l’image du collège a  changé, que des problèmes existent dans tous les collèges, tant à St Ex qu’à Michelet comme à Paris et à Marseille, avec des jeunes qui passent de l’enfance à l’adolescence. Cela évolue, grâce à une bonne communication avec les familles, en rassurant certainement, avec  une implication de tous les acteurs concernés.