Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Elections cantonales - Page 3

  • ELECTIONS DEPARTEMENTALES A VANVES : IMPRESSIONS DE CAMPAGNE DES CANDIDATS

    C’était la dernière ligne droite hier pour les candidats dans le canton de Vanves/Clamart. Occasion de recueillir leurs sentiments sur cette campagne

    ISABELLE DEBRE (UMP) : « Cette campagne a été trop courte et particulière. En effet, nous avons eu peu de temps pour expliquer à nos concitoyens le nouveau périmètre du canton, «  le binôme paritaire », le mode de scrutin…..De plus, comment élaborer un programme précis et détaillé alors que la loi sur les compétences du Conseil départemental n’a toujours pas été adoptée définitivement par le Parlement. Le faire ne serait pas honnête. Pour autant, cette campagne m’a permis de constater sur le terrain que les habitants de nos deux communes sont attachés au département et compte sur lui pour accompagner les municipalités de Vanves et de Clamart dans leurs actions quotidiennes et dans leurs projets d’investissement ».

    GUY JANVIER (PS) : « J’ai le sentiment que l’on s’est bien battu. On a un bon programme. Les Verts font quelques propositions concrètes, mais rien à l’UMP sauf « voter pour nous, on aura des subventions du département ». Mais j’ai très bien défendu Vanves lors de son contrat pluri annuel passé avec le Conseil Général des Hauts de Seine : 15 M€ pour la rénovation du collège St Ex, 1,6 M€ pour le rachat de la trésorerie municipale pour y installer la PMI et la permanence de la Direction Vie Sociale (ex-CASS)… Qu’est-ce que cela va changer d’avoir Isabelle Debré au Conseil Général ? On se disait que la gauche allait être rejeté au début de la campagne. Mais cela n’a pas été le cas. On a mis tout à plat, questions nationales comme questions locales. Nos électeurs sont en attente et sont mobilisés ! »

    CATHERINE NAVIAUX (EELV) : « Nous sommes à la fin de la campagne pour les élections départementales. EELV a fait le choix de distribuer des tracts et également de les mettre dans des boites aux lettres pour toucher le plus grand nombre de nos concitoyens. Nous n'avons pas organiser de réunions publiques car dans ce type d'élection, seuls les convaincus viennent… Nous avons préféré aller à la rencontre des citoyens dans la rue, pour pouvoir prendre le temps de discuter, d'argumenter. Nous avons reçu un accueil agréable, des refus de prendre le tract aussi et c'est normal, mais aussi beaucoup de mains tendues pour les prendre. Aucune agressivité à notre égard. A la fin de cette campagne nous avons aussi beaucoup insisté sur la nécessité d'aller voter pour défendre la démocratie, même si bien sûr nous ajoutions, que tant qu'à voter autant voter pour les écologistes. Il est urgent de rappeler que l'acte lui-même est important ». 

    BORIS AMOROZ (FdeG/PC) : « Le Front de Gauche de Vanves et de Clamart a fait une belle campagne dans un contexte difficile, où les autres forces politiques et les medias ont tout fait pour ignorer les enjeux du scrutin pour la population : réforme territoriale éloignant potentats locaux multi-cumulards et citoyens, politiques sociales et économiques du département qui devraient être progressistes et non austéritaires et pro-spéculateurs. Nos réunions publiques à Vanves et à Clamart ont été de francs succès, et ont permis aux candidats d'exposer le programme de l'humain d'abord et d'échanger avec les Vanvéens et les Clamartois. Au cours des portes-à-portes, des diffusions sur le terrain aux stations et en ville, les habitants ont bien exprimé leur intérêt pour des candidats vraiment à gauche, ceux du Front de Gauche ».

  • ELECTIONS DEPARTEMENTALES A VANVES : LE TANDEM UMP CHARISMATIQUE ENGENDRE DES RESULTATS AVANT D’ETRE (PEUT ETRE) ELU… EN MATIERE DE SECURITE

    « Le 22 Mars, c’est l’avenir de Clamart et de Vanves qui est en jeu. Dans un contexte de baisse violente des dotations de l’Etat, nos collectivités ne peuvent pas se passer du soutien du département des Hauts de Seine. En Mars 2014, vous avez exprimé une volonté claire en votant pour les listes d’Union de la droite et du centre dés le 1er tour. Dimanche prochain, faîtes le choix de la cohérence et de l’efficacité en désignant des élus issus de vos majorités municipales pour siéger dans la majorité départementale » écrit le charimastique tandem (selon le Parisien) Isabelle Debré, Vice Présidente du Sénat et Jean Didier Berger maire de Clamart avec pour remplaçants : Christine Quillery (UDI) et Bertrand Voisine (UMP), maires adjoints l’une à Clamart, l’autre à Vanves. Les deux thèmes de leur campagne sont ainsi résumés. Ils avaient commencés à les développer dés le 4 Mars  lors de l’entrevue Citoyenne organisé par la JCE GPSO.

    « Chaque année, Clamart recevait 10 M€ de DGF qui passera du jour au lendemain à 5 M€ (de 34,3à 2 M€ à Vanves). C’est un étranglement sans précédent. On est sur la voie qu’une quasi suppression de ses dotations avec les contributions de solidarité. En quoi la MGP (métropole du Grand Paris) est une simplification alors qu’on rajoute une 5éme couche au millefeuille qui éloigne encore plus le citoyen de la prise de décision. Et tout le monde s’occupe de tout, car il n’y a aucune répartition cohérente des compétences, en laissant la compétence générale aux communes » a expliqué le maire de Clamart. « Il est compliqué de savoir où l’on va » ajoutait Isabelle Debré qui souhaite que « la compétence urbanisme reste au niveau local. Si les habitants ne sont pas contents, ils peuvent voter contre le maire lors des élections municipales. La loi est loin d’être votée définitrivement. On va se battre jusqu’au bout pour que les maires gardent cette compétence ». La vice présidente du Sénat et 1ére adjointe de Vanves a plutôt insisté sur le fait que « le maire de Vanves est très content de savoir qu’un élu (de la majorité) de Vanves défendra sa ville au département ». D’ailleurs, la plupart des nouveaux maires altoséquanais (Laurent Vastel à Fontenay aux Roses, Grégoire de la Roncière à Sévres, Jean Didier Berger à Clamart) se présentent pour défendre leurs dossiers au Conseil Départemental et obtenir des subventions à défaut des dotations de l’Etat, notamment au travers de ses contrats de développement département-ville.

    « Le département accompagne les maires et les villes pour les aider dans leurs projets » ajoutait elle en listant justement quelques projets vanvéens : Le collège Saint Exupery « qui accueille plus de 500 élèves et doit pouvoir achever sa rénovation et ses aménagements ». La Cité scolaire Michelet pour laquelle « une convention tripartite est en préparation entre la Région, le Département et la ville pour rénover ses installations sportives fréquentées par 2000 élèves. Le département devra confirmer son engagement financier. Cette convention permettra aux associations sportives vanvéennes d’utiliser ses infrastructures en dehors du temps scolaire ». L’action sociale bien sûr avec le CMP de Vanves : « En partenariat avec la ville, le département devra participer à la réinstallation du Centre Médico Psychologique « Erasme » qui se voit contraint de quitter les locaux de la rue Aristide Briand » 

    Enfin La sécurité : « Nous veillerons à ce que le département subventionne les actions en faveur de la sécurité, de la prévention de la délinquance et de la vidéosurveillance qui sont complémentaires de l’action de notre police municipale ». La visite effectuée Vendredi dernier dans le quartier des rues de Châtillon et de l’Avenir  par Isabelle Debré a commencé à donner des résultats « étonnants » aux yeux des habitants « satisfaits de cette efficacité », certains n’en revenant pas. En début de semaine, des effectifs de police ont investis la cité du 13, ainsi que la résidence Batigere, visitées de fond en comble plusieurs fois, et certaines fois en pleine nuit, avec arrestations de  3 jeunes par la BAC.  Des rondes et des patrouilles devraient être accrue pour mettre fin aux agissements de jeunes à l’origine de dégradations, d’incivilités divers, d’agressions et de menaces, et des effectifs départementaux devraient venir en renfort au commissariat de Vanves comme l’a assuré le préfet des Hauts de Seine, Yann Jeunot,  à Isabelle Debré.

  • ELECTIONS DEPARTEMENTALES A VANVES : LES REUNIONS DE FIN DE CAMPAGNE

    REUNION DE FAMILLE POUR LE FRONT DE GAUCHE A MAX FOURESTIER

    Après la réunion publique à l’école Larmeroux des candidats UMP le 12Mars, le café politique des candidats PS au Tout Va Mieux le 14 Mars, le Front de Gauche tenait sa réunion publique, Mercredi soir, à l’école Max Fourestier, un jour et une date symbolique, puisque le 18 Mars, c’est l’anniversaire de la proclamation de la commune de Paris, cher au cœur des communistes 

    Elle tenait plutôt de la réunion de familles, avec assis, derrière la table, dans l’ordre de la photo sur leurs tracts et affiches, Françoise Bacqué, Boris Amoroz, Lucie Heurtier, Gérard Aubineau, et  debout, l’animateur de la soirée, Benjamin Bennequin, secrétaire de la section PC de Vanves, qui était sur la liste FdeG/PC aux Municipales à Vanves, face à des militants et sympathisants du PC mais aussi du Parti de Gauche vanvéens avec quelques clamartois. Françoise Bacqué, remplaçante vanvéenne du Parti de Gauche, a certes parlée des propositions en matière de jeunesse et d’écologie, mais surtout du traité transatlantique sur lequel insistent beaucoup le Parti de Gauche, tout simplement parce qu’il donnerait la possibilité aux firmes internationales d’attaquer le département. « Ce ne sont pas ces partis là, PS, UMP, UDI, qui permettront de lutter contre ce traité ! ». Boris Amoros (PC), conseiller municipal, a surtout parlé des suppressions des services publics, qui pourraient justement être l’une des conséquences de ce traité, mais qui sera l’un des résultats de l’application de la loi Macron. En donnant l’exemple du guichet Grandes lignes de la gare Vanves/Malakoff : « Elle va poser un problème aux personnes qui ont du mal à se déplacer ! », approuvé par Gérard Aubineau, cheminot à la retraite qui a mis en cause la Loi Macron. Boris Amoroz est revenu aussi sur les suppressions  opérés par la majorité départementale (Subvention à Airpatif, et station de mesure à Issy les Moulineaux), sur la gare de Clamart avec Grand Paris Express : « Certains candidats de droite en profitent pour en faire une opération de spéculation foncière ».

    Ce fut au tour des clamartois,  tous les deux, conseillers municipaux d’opposition : Lucie Heurtier (Parti de Gauche), candidate, étudiante en médecine qui est revenu sur l’action sociale du département qu’il faut remettre au cœur de ses compétences. Mais elle a surtout expliqué que « vu la politique menée par le PS et la montée du FN, c’est une autre façon de s’engager en se présentant à ces élections ». Son collége Gérard Aubineau (PC), remplaçant, a enfoncé le clou : « Ces élections départementales ont un caractère politique. Il n’y en a que pour Le Pen. On ne parle du Front de Gauche. Mais il n’y a que nous sur lesquels on peut compter, surtout lorsqu’on regarde le contexte : La gauche est quelque peu démobilisée. Le PS fait une politique de droite. Le FN monte. Et le FdeG a la responsabilité d’écrire une nouvelle  page de l’histoire. Car il est possible de faire quelque chose. L’enjeu est immense pour construire une alternance avec des gens de gauche ». Quelques questions notamment sur la future gare du Grand Paris Express et la réunion s’est terminée autour d’un verre comme c’est de tradition au sein de la section PC de Vanves.

    VISITE MINISTERIELLE POUR LE PS DANS LE HAUT  CLAMART SANS BLING-BLING

    Les candidats socialistes étaient à Clamart et ont préféré emmener la ministre de la ville sur le terrain, au cœur du quartier de la Plaine, dans la petite salle Michel Colucci, plutôt que dans une grande salle pour une réunion « bling-bling ». Mais voilà  Myrian El Khombi avait pris quelques retards dû à l’agenda chargé de ministre. Yannick Geoffroy qui fait tandem avec Guy Janvier, était finalement la « communale » de l’étape, en a profité pour parler de son enfance passée dans ces quartiers du Haut Clamart en rappelant l’évolution, qu’ils ont connu ces dernières années, avec le projet de destruction des 700 logements de 3F. Elle a également parlé de son engagement personnel au service des clamartois et notamment sur l’un des grands enjeux de ces élections départementales : « Rappeler à la droite qu’elle ne peut pas faire l’économie des citoyens ». Guy Janvier présenté par Remi Carton, a insisté sur les 3 valeurs de la République en rappelant pourquoi « chacune de ces valeurs, est mise à mal dans notre département : La liberté de vivre où on le souhaite, que ce soit dans son logement ou en maison de retraite, les deux étant toujours plus inaccessibles. L’égalité qui reste à faire dans les territoires. La fraternité première exigence de notre échelon local, pourtant négligée par la droite ». Enfin, la Ministre Myrian El Khombi a conclu en revenant sur l’action du gouvernement en faveur des solidarités et des plus fragiles, et son action dans le domaine de la politique de la ville : « Le service public, c’est le patrimoine de ceux qui n’en ont pas » ou encore : « L’ordre Républicain, c’est appliquer toutes les lois de la République. La loi SRU comme les autres ! »… Elle n’en a pas moins constaté que « dans les Hauts de Seine, ce sont 30% de baisse des investissements dans les collèges. Alors qu’investir dans l’éducation, c’est moins de coûts pour l’avenir »… « On le voit dans les 11 villes qu’a remporté le FN en Mars 2014 : Il ne combat pas la pauvreté, il s’en nourrit et l’entretient ».