Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Aménagement local - Page 3

  • LE PROJET DE LA PORTE DE MALAKOFF A COTE DE VANVES EN CONCERTATION PUBLIQUE

    Contrairement aux réserves émises par le dernier conseil municipal de Vanves, le projet de ZAC de la Porte de Malakoff, à l’entrée de ville, porte de Vanves fait l’objet d’une concertation préalable et obligatoire pour la création d’une Zac depuis le 18 novembre jusqu’au 20 décembre 2019. L'objectif est affiner les grandes orientations élaborées avec les habitants de Malakoff depuis 2018 avant la création d’une ZAC au printemps 2020  par le Territoire Vallée Sud Grand Paris. Un projet qui a évolué et a été présenté jeudi soir à Malakoff lors d’une nouvelle réunion publique à laquelle assistaient quelques vanvéens.

    Occasion pour Jacqueline Belhomme, maire de Malakoff de rappeler l’historique : « La Ville a saisit l’opportunité du départ de l’INSEE pour lancer un vaste chantier d’ampleur : transformer cette entrée de ville ! Le projet a été  baptisé « La Porte de Malakoff » et a pour ambition de redonner vie à ce quartier en y développant diverses fonctions urbaines (emplois, équipements, etc.), et en prenant en compte la transition écologique bien sûr. Comme l’Etat voulait vendre, la ville a établie un périmètre d’étude pour réaménager ce quartier qui possède une identité forte, dresssé un diagnostic, réalisée des études préalables avec le groupement Citallios/Segat. Une concertation a été lancé en février 2017 lors d’une grande réunion en présence des maires de Vanves et du 14e. On est parti de rien avec 300 personnes  qui ont participé à des réunions publiques, des ballades urbaine et exploratoires, des ateliers…où les idées ont foisonné, pour arriver à un programme auquel a été associé la population qui a choisi entre 3 scénarios. L’idée est prendre de la hauteur, recréer de la respiration avec places, mails, rues plus large, un équipement polyvalent et culturel, un équipement sportif, un déplacement de l’école proche du Périph pour au centre de cette opération d’aménagement pour la mettre à l’abri, avec la destruction de cette tour amiantée et obsoléte» indique -t-elle

    Mais voilà, entretemps, l’Etat n’avait plus envie de vendre, souhaitait installer le ministére des affaires sociales avec 40 000 m2 de bureaux (sur une opération de 80 000 m2). Il a sorti un projet dense qui ne ressemblait en rien à ce que souhaitait la ville, en rasant la tour. Ce qui a créé des tensions entre l’Etat et la ville, la maire jugeant que «cette attitude était contraire à ce qu’a dit et montré Macron,  car on ne pouvait pas jeter aux orties tout ce travail de concertation avec la population». Les discussions ont repris, se sont déroulées tout l’été avec l’architecte, et a permis aux interlocuteurs de la ville de se rendre compte du travail accompli avec les habitants qui les a impressionnés. Les deux parties ont finalement trouvé un compromis, mais il a fallu aller jusqu’à un rendez vous dans le ministre Darmanin, la semaine dernière, avec Jacqueline Belhomme et Jean Didier Berger, président de l’EPT Vallée Sud Grand Paris, compétent en matière d’aménagement, pour le faire avaliser.

    «Dans nos échanges avec l’Etat, on a revu l’installation des bureaux du ministère dans une tour resserrée de 50 m de haut, un bâtiment de bureau le long du Bd Périphérique.  Nous gardons une continuité entre le parc au-dessus du Périph et la coulée verte, avec un parvis devant la tour et  la fac Descartes, un déplacement de l’école au centre de cet aménagement tourné vars le mail une réorganisation des places publiques, élargissements des rues, un gymnase semi enterré… »a- t-elle expliqué, jeudi soir. Ce qui aurait amené le maire de Vanves à revoir son projet Woodeum, contesté, comme il l’a annoncé, lundi soir, surtout après l’avis de l’Autorité Environnementale qui a demandé à Woodeum de revoir son projet, et pour éviter un nouveau point de fixation pendant de la campagne des municipales

  • VANVES DEFEND UN PROJET DES 3 PORTES A LA PLACE DE WOODEUM JUGE RESTREINT

    A l’occasion de la réunion publique du Plateau, lundi soir à l’école Marceau, Bernard Gauducheau finalement que le projet Woodeum, quelque peu restreint entre la future ZAC dela Porte de Malakoff et le pôle hotelier qui se forme porte de la Plaine, pourrait finalement se transformer en un proje des «Trois portes». Cette annonce intervient alors que l’AE (Autorité Environnementale)  a rendu public le 9 Novembre dernier son avis sur le projet Woodeum porte Brancion. Elle demande à Woodeum de retravailler sur son projet. Et que le projet d’aménagement de la ZAC de la Porte de Malakoff avance : Une réunion publique est organisé jeudi soir à 19H30 (salle J.Jaurés) à Malakoff par la municipalité conduite par Jacqueline Belhomme

    « Nous aurons une idée claire sur la faisabilité du projet Woodeum dans six mois. Ce projet est un peu restreint par rapport à ce qui déroule à la porte de Vanves  avec la ZAC de la Porte de Malakoff autour de l’INSEE. Le conseil municipal a émis un avis réservé sur ce projet car  nous n’avons pas été associé à la concertation» a expliqué le Maire de Vanves lors de cette réunion publique, alors que sa collègue de Malakoff expliquait sur le blog, qu’elle a l’a invitée à toutes les étapes du projet et qu’il était à la reunion publique de lancement. Ils s’en étaient expliqués au telephone le  lendemain du conseil municipal à l’initiative du maire de Vanves. «Et on voit ce pôle hotelier pendre forme porte de la Plaine avec le Novotel et le Mama Shelter (sur la photo). L’intégralité du site entre ses deux portes (de la Plaine à Vanves) pourrait être plus ambitieux d’une résidence pour étudiants, un foyer de jeunes travailleurs… On pourrait envisage un projet de plus grande envergure qui dépasse ce petit projet de la porte Brancion » a t-il expliqué en pensant par exemple à une nouvelle couverture du Bd Périphérique entre les portes Brançion et de la Plaine.

    «Je vais proposer à Anne Hidalgo de travaller sur ce sujet » a t-il indiqué, en oubliant de citer Jacqueline Belhomme, maire de Malakoff, concerné au premier chef  si c’est le cas. Mais avec un obstacle de taille, vu la réserve de Vanves sur son projet : Si Malakoff ne s’est pas associé à Vanves pour le projet Woodeum inscrit dans le cadre de l’appel à projet «Réinventons la Métropole du Grand Paris», c’est tout simplement que la maire et son équipe ont souhaité que les élus malakioffos gardent la main de bout en bout sur leur projet de ZAC.

  • UN ATELIER TRES PARTICIPATIF D’EN MARCHE SUR DES SUJETS QUI FACHENT A VANVES

    Deux événements politiques ce week-end : le lancement de la candidature de Bernard Gauducheau pour la 4e fois à l’école Marceau samedi soir, sur lequel reviendra le Blog, et  l’atelier participatif de la candidate d’en Marche, Séverine Edou, qui attire de plus en plus de monde : Plus d’une soixantaine, hier matin, malgré la pluie, au café de la Gare. Il faut reconnaître que le théme abordé est au centre des débats de ces élections Municipales de 2020  à Vanves comme dans le reste de la France : l’Urbanisme, le cade de vie et la transition écologique. Ce deuxiéme atelier était animé par Véronique Azéra qui est une spécialiste des questions d’urbanisme, maire adjointe chargée de ces questions à Vanves entre 1995 et 2001. «On a constaté que beaucoup de projets immobiliers à Vanves suscitent des réactions » a-t-elle remarqué pour lancer les échanges

    Le représentant du collectif créé pour lutter contre le projet Mixcité du parc des expositions qui bétonnerait la rue du 4 Septembre, pour l’instant reporté, sauf pour les hôtels, a été le premier à prendre la parole. «Cela  a été une prise de conscience des riverains, car on est complétement dans les questions de cadre de vie ». La seconde, bien sûr, était la chef de file des riverains contre le projet immobilier de Bouygues Immobilier rue Raymond Marcheron à l’emplacement de deux pavillons qui s’inscrit en faux concernant les propos du maire sur un second permis de construire qui aurait pris en compte les avis des riverains : «La façon de construire à Vanves est un vrai problème. On est dans une vision minérale de la ville, alors que Vanves est un village. Le PLU a été révisé avec une volonté ouverte d’urbaniser ! Mais les temps ont changé. On souhaite des des jardins en pleine terre, des espaces verts, des petites maisons» expliquait cette riveraine du projet Bouygues Immobilier en utilisant lez terme de révégétaliser. «On a l’impression que laville est pro-promoteur. On fait une réunion, avec l’un d’entre eux, et le maire est toujours présent ! En même temps ; les infrastructures, les commerces, les transports ne suivent pas pour accompagner ces projets » ajoutait un autre riverain de ce projet. Finalement, tout était résumé dans ces trois interventions même si d’autres ont reconnu, mais sans le citer, que le SDRIF (Schéma Directeur Régional d’Ile de France) qu’il y avait une volonté des pouvoirs publics de densifier la partie urbaine de la région parisienne, auquel a adhéré Vanves, mais en minéralisant à outrance alors que d’autres villes, voisines, ont aménagé des éco-quartiers (Fort d’Issy), des quartiers de centre ville mixte habitat-commerces (quartier de la gare à Clamart). «Il faut travailler en amont, discuter avec les promoteurs. Quand c’est réfléchi, on peut discuter et se concerter »…

    Un lycéen a lancé le débat dans une autre direction en demandant une vraie réflexion sur le parc du lycée Michelet : «Même nous on n’a pas le droit d’en profiter» en suscitant des réactions : « Je trouve invraisemblable que l’on ne puisse pas l’ouvrir ».. . « Il faudrait commencer par abattre le mur (du Bd du Lycée)»…. «Le parc F.Pic est pourri. Il est dans un état lamentable. Il y a certes des ruches, des canards, mais plus de manége, avec deux écoles. Il y a un vrai sujet d’en faire un lieu d’éducation, d’exemplarité de bonnes pratiques » indiquait un autre jeune. D’autres sujets ont été abordé comme le vélo - «En dehors de la coulée verte, il n’y a pas de piste cyclable à vanves, On ne s’y sent pas en sécurité à vélo ! » constatait ce jeune lycéen – l’absence de panneaux photovoltaïques, de systéme de récupération des eaux de pluie sur les bâtiments communaux, la place de la République qui pourrait être mieux valorisée  - « pourquoi ne pas privilégier les piétons dans ce quartier en  dehors de quelques week-ends en été ? » - jusqu’à cette question posée par un participant : « Quel est l’impat carbone de Vanves ? Comment participe t-elle à la neutralité carbone ? Comment Vanves agit sur la transition écologique ? »