Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sfr

  • FIBRE OPTIQUE : VANVES DANS LE PELOTON DE TETE

    Depuis le début de l'année, Vanves ferait partie du peloton de tête des communes altoséquanaises raccordées à la Fibre. Amorcés en Septembre, 2008, les travaux de raccordement à la fibre par les opérateurs Orange et SFR sont sur le point de se terminer à Vanves. Une première étape a consisté à installer la fibre dans le rue pour desservir 16 600 foyers et locaux professionnels.  Pour les zones pavillonnaires et les copropriétés de moins de 12 logements (hors voies privées), Orange, après autorisation de la Ville de Vanves a installé une quarantaine d’armoires de rue, en collaboration avec les services  GPSO.  Ainsi, début 2018,  84% de ces logements sont éligibles au FTTH (la Fibre arrive jusque dans le logement ou le local professionnel), soit 14 400 d’entre eux, ainsi que la quasi-totalité des pavillons (95% ) soit 1220 d’entre eux. Une bonne nouvelle à un moment où la Métropole du Grand Paris élalore actuellement son schéma métropolitain d’aménagement numérique (SMAN)

  • VANVES AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT DE LA SILICON VALLEY A LA FRANCILIENNE

    Si Vanves et Issy les Moulineaux ont été choisi par Bouygues Telecom pour lancer son offre commerciale sur son réseau  4G, ainsi que par Sequalum pour installer son réseau de fibre optique THD92 parmi les premières villes altoséquanaises, ce n’est pas pour rien, car ses communes sont l’un des élément moteur du développement numérique de la Région Ile de France.  

     

    France Telecom-Orange et SFR se sont récemment engagés à ce que chaque francilien (hors Paris et petite couronne) ait un accès internet haut débit d’ici 2020. Ils ont signé le 8 Avril dernier avec l’Etat et la Région Ile de France une déclaration commune portant sur leur déploiement sur fonds propres de la fibre optique. Elle est un moyen pour les autorités publiques et les opérateurs commerciaux de partager et préciser leurs engagements et d’établir les modalités de coopération visant à faciliter le déploiement du réseau FTTH  (Fibre To The Home) dans les prochaines années. Ces documents ouvrent également la voie à la signature de convention à l’échelle départementale précisant le périmètre de leurs investissements, qui permettront d’optimiser l’articulation des investissements privés et publics. Chaque opérateur déploiera son réseau de façon indépendante dans les zones denses. France Telecom/Orange,  la FNAIM Paris Ile de France et la Chambre des Métiers de l’Immobilier (CMI) ont ainsi signé au début de l’année 2013 un partenariat pour favoriser le développement de la fibre optique dans les immeubles collectifs sur le territoire. Il permet aux acteurs de l’immobilier d’être formés à l’arrivée du THD et au déploiement du réseau en fibre optique.  Il se décline par la publication d’un « aide-mémoire- la Fibre » réalisé par ses trois partenaires et diffusé auprès des syndics de copropriétés, de formations dispensées sur le territoire et d’une communication régulière entre eux, ainsi que par des groupes de travail pour échanger sur les bonnes pratiques et mobiliser le terrain à l’échelon des départements. Sans parler du projet « THD 92 », qui prévoit le déploiement de 827 900 prises pour 2015 dans notre département et qui s’est concrétisé par le premier gros contrat signé entre Sequalum et Bouygues Telecom prévoyant le raccordement de 100 000 foyers au réseau mis à disposition de l’opérateur télécom.   « L’objectif  est de faire de l’Ile de France, la première région européenne à 100% THD (Très Haut Débit) en Europe à l’horizon 2020 » a confirmé l’exécutif régional lors de la dernière session du Conseil Régional en annonçant que « la Région engagerait 150 M€ sur 10 ans pour un plan Fibre régional ».

     

    Le gouvernement a lancé de son côté  le projet de Paris Capitale du Numérique qui fait l’objet d’échanges nourris avec Fleur Pellerin, ministre de l’Economie Numérique, et de quelques controverses avec le Maire de Paris et le Président de la Région qui sont là d’accord pour contrer le gouvernement. L’objectif de ced dernier est de lancer un projet d’activités numériques de classe mondiale tout d’abord en Iile de France, puis sur les autres territoires. Il devrait se traduire par la création d’un lieu emblématique à la halle Freyssinet (Paris 13éme) de 25 000 m2 qui pourrait accueillir un incubateur, des siéges d’entreprises, des services… d’une part, et par la mise en œuvre d’un label identifiant clairement les projets, lieux ou événements liés au numérique  en IDF d’autre part ». Mais, pour une fois, Jean Paul Huchon et Bertrand Delanoë sont d’accord pour ne pas l’entendre de cette façon – mais pas le dire publiquement car cela ferait désordre avant les municipales - - car ils défendent leur  « Silicon Sentier (avec le palais Brongniart) au Sentier », sorte du Grand Lieu Intégré d’Innovation, autre élément moteur du développement numérique de l’Ile de France  qui doit  s’ajouter à Plaine Commune (pour le Digital et le cinéma), Montreuil (avec les jeux vidéo et les contenus), Saclay (pour la recherche fonsamental), Issy les Moulineaux (siéges des grands groupes et les médias), Le Kremlin Bicêtre  (avec les écoles de développeurs)… et à la Cantine  qui a été le premier centre de « coworking » et d’animations des communautés numériques implantées en Ile de france, fondée par la Région et l’association Silicon Sentier, voilà maintenant 4 ans. Son espace de travail devrait d’ailleurs, dés Septembre prochain, être multiplié par six et occuper 1500 m2 dans une ancienne usine textile de la rue du Caire. « L’ambition de la Région et de tous les partenaires, est ainsi de renforcer l’action de l’association mais aussi de consolider la place du Sentier et du Centre de Paris comme cœur battant de l’éco-systéme numérique. Les implantations de nombreux grands groupes aux alentours (Google et Critéo dans le 9éme, le Spark de Microsoft dans le 2éme…) de même qu’une importante disponibilité de locaux pour les startups font de ce quartier un lieu tout à la fis innovant et historiques dans l’histoire numérique de notre région » explique t-on à la Région.

  • LA 4G A VANVES : Les vanvéens entre dans l’ére du très haut débit mobile

    Bouygues Telecom a prévu pour le 6 Mai, l'ouverture commerciale de son  réseau 4G à Issy-les-Moulineaux, Vanves, Malakoff  ainsi que Lyon, Strasbourg et Toulouse. La 4 G marque une nouvelle ére dans la téléphonie mobile, celle du très haut débit (THD) mobile : Il  permet d’accéder à Internet à partir d’un smartphone, d’une tablette ou d’un ordinateur portable, avec des débits et un confort supérieur à ceux de l’ADSL et très proche de ceux de la fibre optique. Elle rend possible des téléchargements ultra-rapides, une navigation Internet plus fluide et sans aucun délai, de nouveaux services tels que la vidéo Haute Définition (HD), de la VOD (Vidéo à la demande), la musique en streaming ou des jeux en réseaux avec des temps plus court qu’aujourd’hui. Avec cette commercialisation, Bouygues lance son offensive sur la 4G qui devrait s’intensifier à la Rentrée – Il prévoit plus de 100 villes et 40% de la population française couverte au 1er octobre 2013 -le temps de paramétrer ces 15 000 antennes GSM pour qu’elles émettent en 4 G, et prendre de l’avance sur ses concurrents et notamment Free qui l’avait fait souffrir au début de l’année dernière avec ses offres low cost.    

     

    « L’équipement croissant en smartphones et tablettes et le développement rapide de nouveaux usages, en particulier vidéo, aménent, d’une année sur l’autre, à multiplier environ par 2 le trafic sur les réseaux mobile. Cette croissance menace de saturer les réseaux actuels. C’est pourquoi, l’équipement de la France en réseaux mobile à très haut débit reléve de l’intérêt général et il est essentiel pour l’aménagement numérique de notre pays, son attractivité, sa compétitivité, ainsi que pour l’égalité des territoires » expliquent les spécialistes qui ont estimés l’investissement à plus de  Milliards d’euros pendant les 5 prochaines années.

     

    Il va principalement consister à faire évoluer les antennes-relais existantes, les nouvelles installations d’antennes-relais uniquement 4G devant rester miniritaires. Ce qui ne devrait rien changer quant à l’exposition du public aux ondes radio : « Cette technologie de la 4G utilise le même codage du signal que la TNT, c'est-à-dire des fréquences longtemps utilisées par la TB (800 MHz) ou par l’armée (2600 MHz).Les niveaux d’exposition du public aux ondes radios sont similaires entre antennes 3G et 4G ». De surcroit, « en l’état actuel des connaissances scientifiques, l’expertise nationale et internationale n’a pas identifié d’effets sanitaires à court et à long terme, dus aux champs électromagnétiques émis par les antennes relais ».  

      

    Ainsi  les opérateurs comme Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange et SFR utilisent les bandes de  fréquences 800 MHz  qui étaient utilisée jusqu’en Décembre 2011 par la TV analogique.  Son arrêt définitif dans le cadre du passage au « tout numérique » (en Mars 2011 à Vanves et en Ile de France), a permis à l’Etat de réaffecter cette bande de fréquence au profit du secteur des télécom et du déploiement du THD mobile. Elle permettent une qualité optimale de l’Internet mobile à l’intérieur des habitations et une plus grande couverture en milieu rural et péri-urbain. Mais comme elles sont très proches des fréquences de la TNT à 790 MHz, elles pourraient perturber la réception de la TV hertzienne dans certains cas très précis. Des tests sont en cours dans des villes de province comme Saint Etienne pour évaluer sur le terrain les perturbations éventuelles ainsi que les solutions permettant d’y remédier.