Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

hachette livre

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    HACHETTE LIVRE  : Le Monde d’Hier (daté du 20 Octobre 2015) a consacré une page à Arnaud Noury, le patron qui a pris les rênes d’Hachette Livre en 2003 et  a fait déménager son siège à Vanves : « l’irréductible gaulois du livre ». Un titre bien choisi puisque sort en librairie demain le nouvel Astérix : « Le papyrus de César ». « Je suis très optimiste sur l’avenir du livre qui demeure stable » explique t-il dans cet article  en ajoutant « n’enterrons pas le livre prématurément, restons des éditeurs, pas des fournisseurs de contenus ». Cet article donne  l’occasion de découvrir le parcours professionnel étonnant de ce « Frenchie » qui s’est installé dans la cour des grands, après avoir remporté en  2014  une victoire contre Amazon dont le patron sommait Hachette d’accorder au distributeur américain des rabais plus importants sur le prix des livres afin de faire vivre le marché des e-book numérique

    COLLEGES : Lors de sa séance plénière de vendredi dernier le conseil départemental des Hauts de Seine (CD92)  a voté les dotations de fonctionnement des collèges prévues pour l’année 2016 : 115 552,50 € pour Saint Exupery et 126 693,61 € pour Michelet sachant que pour la partie lycée, cette cité scolaire reçoit 169 117 59€ de la Région pour son fonctionnement. Saint Exupery reçoit 1300 € du CD 92 en supplément car il fait partie des 42 collèges qui hébergent des Unités Localisées pour l’inclusion scolaire (ULIS). Celles-ci accueillent de 6 à 8 jeunes souffrant de déficience mentale, sensorielle ou motrice qui participent à l’activité des autres classes tout en bénéficiant d’un soutien pédagogique individualisé

     

    CONCESSIONNAIRES : Les conseillers municipaux de Vanves ont reçu, lors du dernier conseil municipal, plusieurs rapports d’activités des concessionnaires dans lesquels ils ont pu piocher quelques chiffes intéressant sur leurs activités de l’année passée bien sûr. Ainsi le marché de Vanves comptait en 2014,  43  commerçants dont 8 fruits et légumes, 4 poissonneries, 3 volaillers, 3 charcutiers, 3 boulangers, 2 bouchers, 2 fleuristes, 2 fromagers, 2 fruits secs et olives, un champignon, un chevalin, un détaillant légumes, un primeur, un produits greco-arménie, un producteur de fruits et légumes, un produits italien, des traiteurs antillais, libanais, asiatique, marocain et une triperie. Son rapport constatait  une fréquentation des volants est en baisse et  une stagnation des demandes de commerçants alimentaires. Par contre, « les problèmes de stationnement se sont nettement améliorés depuis l’ouverture du parking Cabourg » indiquait le société EGS (Entreprise de Gestion et de Service). Elior chargé de la restauration indiquait avoir servi  351 888 repas  en 2014  soit +2,9%  soit 330 182 dans les écoles et centres de loisirs (+3,1%) , 5613 pour le portage  domicile (- 3%) , 7025 au foyer Danton qui a regressé de 9%,  et 9068 dans les créches (+11%). Occasion pour le groupe PS d’interroger la municipalité sur la baisse de qualité des repas servis dans les écoles dont s’étaient plaint les parents d’élèves et auquel remédie la société Elior en ayant mis en place un « process » pour améliorer les choses. Enfin, selon la sciété Moncassin Automobile qui s’occupe des l’enlèvement des véhicules et leur mise en fourrière,  en 2014, 203 véhicules ont été enlevés pour stationnement gênant, 62 pour stationnement abusif, 18 suite à un une immobilisation, 9 à la suite d’un accident, 9 pour vol soit 301 au total  

  • LANCEMENT DE LA SAISON CULTURELLE DE VANVES : UNE VILLE DE LA CULTURE ET DE LA CONNAISSANCE !

    Cette Rentrée culturelle à Vanves est marquée sous le sceau du changement concernant ses deux piliers que sont le théâtre et le conservatoire de musique  comme l’a noté le maire de Vanves lors de la présentation de la saison du Théâtre Le Vanves jeudi soir, en y ajoutant Hachette Livre avec ses 20 éditions, et en parlant d’une « ville de la culture et de la connaissance ». C’est la première rentrée du Conservatoire dans ses nouveaux locaux de la rue de Solférino baptisé ODE. Il apporte une nouvelle salle de spectacles de 450 places qui s’ajoute à Panopée et le théâtre et la Palestre. Compte tenu de la conjoncture financière des Collectivités locales, Vanves peut s’avérer heureux que  l’équipe municipale ait pu finalement financer ce nouvel équipement public culturel car programmé avant ces temps devenu plus dure pour les collectivités locales. Malheureusement, cette Rentrée intervient à un moment où se pose la question du devenir des conservatoires en France. Enfin c’est la première saison théâtrale que présentait Anouchka Charbey, la ville lui ayant confiée la direction du théâtre, après un long parcours aux côtés de José Alfarroba. « C’est elle qui tient les manettes maintenant. Mais personne n’a idée de ce qu’est, monter une saison culturelle qui se tienne, ce qui n’est pas à la portée de tout le monde » expliquait sur la scéne Bernard  Gauducheau. « Anouchka Charbey a relevé le challenge avec talent fait de rigueur, de contrôle des moyens et des coûts afin de présenter des spectacles de qualité, en donnant de bonnes conditions de travail aux comédiens et artistes » 

    « Cette saison est un peu particulière. Le théâtre de Vanves est devenu un lieu emblématique de la création contemporaine et du soutien à la jeune génération grâce à la volonté, la sensibilité et la curiosité de José Alfarroba. Il l’a dirigé pendant 18 ans, mettant en place une belle structure et un bel outil. Cette  nouvelle saison d’une tonalité particulière, fait écho à cet héritage tout en lui apportant une nouvelle dynamique. Elle est le fruit d’un travail collectif. Nous nous situons dans la continuité, faisant de ce théâtre un lieu de vie, de proximité, d’échanges,  de rencontres humaines et artistiques, de découvertes et d’innovations » a déclaré Anouchka Charbey en introduction  d’une présentation faite par son équipe et illustrée par les artistes eux même ou des vidéos…. Son rythme a évolué avec le retour de la musique avec notamment Magnetic Ensemble qui prône une approche libre, sensible et organique de la musique, Surnaturel Orchestra qui insufle à ses concerts un aspect volontairement ludique spectaculaire et spontané, Cabaret contemporain avec des musiciens qui sont à la fois compositeur et improvisateur, pratiquant le mélange des styles et des genres musicaux (de la musique contemporaine à la techno, du minimalisme au rock).

    Le festival Artdanthé sera plus concentré, sur un mois avec un retour de la danse contemporaine couplé avec du théâtre, avec notamment « madame » de Betty Tchomanga, « A leaf farad ever » de Nina Santes et Celia Gondol, « Nos Serments » de Julie Duclos, « Après la per » de Armel Roussel…. La partie théâtre s’attachera à défendre l’écriture contemporaine avec 6 créations notamment : « Pour un prélude » de Julie Bertin et Jade Herbulot (Compagnie Le Brigit Ensemble), « Benjamin Walter » (Compagnie Fréderic Sontage), « Récits des événements futurs »  mise en scéne par Adrien Béal, avec la Compagnie Théâtre Déplié, « Le systéme pour devenir invisible » de Guillermo Pisani par la Compagnie LSDI, « Exquis cadavre » d’Isabelle Catalan, « quoi » de Marc Vittecoq,  avec des reprises comme les adaptations de films « Pauline à la plage » par le collectf Colette…. « Des changements prometteurs s’annoncent à Vanves qui continuera, dans un esprit d’ouverture, à offrir au public, une programmation artistique diversifiée et de grande qualité » conclut Valérie Vignaud, maire adjoint chargée de la culture

  • VANVES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE

    CIRCULATION : La circulation à Vanves et dans ses franges notamment du côté du Clos Montholon devrait ête très difficile à partir de  ces jours-ci et durant toutes les vacances. Ne parlons pas du chantier du SEDIF sur le CD 50 avec neutralisation de la voie montante de la rue Antoine Fratacci, les véhicules empruntant la voie réservé au bus pour rejoindre la place de l’Insurrection – avec quelques surprises le premier jour lorsque chauffeurs de bus, non prévenu, se sont retrouvés nez à nez avec des automobilistes qui remontaient leur voie réservée  -   et la réduction à deux voies du Bd du Lycée. Il est de même rue Victor Hugo avec des travaux d’assainissement entre le 15 Juillet et le 15 Décembre 2015 dont les utilisateurs et les riverains ont eu un avant-goût pour sa partie entre le Bd du lycée et la place du Général Leclerc alors qu’une partie de la rue Mary Besseyre était en pleine réfection (entre V.Hugo et S. Carnot). Des travaux effectués par GPSO qui en profitera pour refaire l’éclairage, la chaussée et les trottoirs. Enfin, côté Clos Montholon et Clamart, le chantier du GPE (Grand Paris Express) à cause des travaux des concessionnaires qui  ont conduit à la mise en place d’un nouveau plan de circulation : Il s’agit surtout de la mise en sens unique du Bd des Fréres Vigouroux (dans le sens Clamart – Pont du Clos Montholon) avec déviationdu bus 189, pour permettre à  GRDF de faire ses travaux de déviation de réseau. La solution est de passer par l’avenue du Général de Gaulle et le triangle d’or de Vanves. Le préfet de Région Jean François Carenco qui ironisait sur toute cette terre que l’on va extraire pour creuser le tunnel et les stations  - « un très bon exercice pour polytechnicien » - a eu une pensée pour les automobilistes : « Je pense à eux avec ce chantier du GPE. Cela va être difficile ! Mais il les prépare lorsqu’il n’y en aura plus (d’autos) ». Allusion à cette volonté de certains élus d’éliminer la voiture de la ville, comme Anne Hidalgo.  

    SQUARE JARROUSSE :  Ce petit square du Plateau devrait faire l’objet d’une seconde tranche de travaux cet été après la suppression des canaux qui a fait gagner beaucoup de place. GPSO a prévu de refaire les clôtures et les accés, de réaliser une réfection  des allées, remplacer les bancs et les poubelles, créer des points d’éclairage public, et installer un portail de 2 m pour fermer le kiosque. 

    HACHETTE : Coup de chaud chez Hachette Livre,  Mercredi dernier. Les 260 salariés ont été privés d’eau à cause d’une panne. Très gênant en cette période de chaleur, mais pas de forte canicule comme la semaine dernière. Ce qui explique pourquoi certains commerçants ont vendus beaucoup de bouteille d’eaux, et les restaurants ont été plus fréquentés qu’à l’habitude car leur self service n’a pas pu servir de repas

    NATATION : Jordan Coelho devait participer, avec une chance de médaille au titre du relais français 4x100 m 4 nages hier après midi au championnat du monde universitaire à  Gwangju en Corée du Sud. Mais il n’est pas le seul à remporter des titres : Noyan Taylan, 13 ans, a réalisé la 2éme meilleure performance française de l'année lors du trophée nationale benjamin et il a décroché son ticket pour intégrer les listes ministériels haut niveau avec une qualification  pour les grands championnats de France l'année prochaine à Montpellier.

    MGP : « J’ai compris que la loi sur la métropole n’est pas encore ciselé. Beaucoup y travaille. Peut être trop ! On découvrira peut être que les bonnes limites de la Métropole sont celles de la Région » ironisait Jean Paul Huchon, hier matin, alors que Sénat et Assemblée Nationale devait parvenir ce jour à un accord au sein d’une Commission Mixte Paritaire (CMP). Mais tout avait été déjà été décidé en haut lieu, lors d’une réunion Valls-Bartolone-Hidalgo : Création de la MGP (métropole du Grand Paris) le 1er Janvier 2016 qui englobera Paris et les 3 départements de la petite Couronne (123 communes et 6,6 millions d’habitants), report de l’exercice des compétences logement et aménagement le 1er Janvier 2017. Création de territoires baptisés Etablissements publics territoriaux (EPT) où seront conçus les PLU, mais les maires garderont le permis de construire. 210 élus constitueront le conseil métropolitain et seront désignés au sein de leurs communes. Les élus Républicains sont bien évidemment insatisfaits, car les élus franciliens ont été victime  d’un accord passé entre la majorité sénatoriale, le gouvernement et les élus socialistes, sans aucun lien avec eux,  pour éviter l’institution d’un Haut Conseil des Territoires dont les sénateurs de province ne voulaient pas. Une nouvelle guerre Paris-Province ?