Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

hachette livre

  • VANVES PAR LE PETT BOUT DELA LORGNETTE

    SALON DU LIVRE : UN MECENAT QUI INTERROGE

    Sur les réseaux sociaux, certains vanvéens ont évoqué la première fête du livre qui s’est déroulé Dimanche dernier en signalant que « la Ville se garde bien de préciser que cette manifestation est financée à hauteur de 7000 € par un promoteur immobilier qui a 3 programmes en cours sur Vanves» et que «seul un partenariat avec Hachette (2500 €) est évoqué ! » dans le Vanves Mag. Même  si le dernier  conseil municipal du 2 Février 2021 a votée trois délibérations sur ces dons : Tout d’abord 2500 € versés par la société Hachette Livre, votée à l’unanimité. Enuite 7000 € versés par  la sociéé CARE Promotion votée à la majorité (30 voix pour et 5 contre provenant des écologistes). Enfin un don de 3000 € de la société Sadaka votée à l’unanimité. C’est le montant des sommes versées par les promoteurs qui étonnent par rapport à Hachette. Ce n’est la première fois, puisque la société Bouygues Immobilier avait participé au financement de la réhabilitation de la chapelle de la Maison de Retraite Larmeroux. Mais il est vrai que vu le contexte actuel avec la multiplication des constructions immobilières à Vanves, certains vanvéens se posent des questions lorsque des promoteurs font du mécénat, car dans ce monde, rien n’est fait gratuitement  

    UN CENTRE DE TRANSIT DE REFUGIES UKRAINIENS  A PARIS EXPO

    Un  centre de transit de 5000 m2 a ouvert ses portes depuis jeudi dernier, dans le parc des expositions de la porte de Versailles. Les réfugiés ukrainiens débarqués dans la capitale peuvent désormais accomplir toutes leurs démarches sous un même toit, et s’y reposer une nuit s’ils ne sont qu’en transit. «C’est un hub de premier accueil» explique Julien Marion, le préfet délégué à l’immigration auprès du préfet de police de Paris. «On a essayé de tout rassembler sur le même site et de faire en sorte de leur offrir une prise en charge humanitaire, car beaucoup sont traumatisés, ont vu leur maison détruite et traversé l’Europe dans des conditions difficiles»  

    LE MAGAZINE ELLE AU COUVENT DES BENEDICTINES

    « Au couvent avec des soeurs bénédictines : « L’abstention n’existe pas ici ». Tel est le titre d’une reportage du magazine "Elle" paru le 4 Mars dernier dans le cadre d’une série de reportages où à l’approche de la présidentielle, ses jourrnalistes sont partis à la rencontre de femmes sur le théme« Elles font la France ». Cette semaine-là, immersion dans un couvent à la rencontre de sœurs bénédictines qui sont loin de vivre « en dehors du monde » et pour qui le vote est un véritable devoir. Voilà commence le reportage : « Dans le couloir sombre du cloître, le bruit des clefs dans la serrure du bureau de sœur Marie-Madeleine résonne dans la galerie silencieuse. Il n’est pas encore six heures du matin quand la religieuse ouvre son ordinateur. « Ce n’est pas joyeux l’actualité ce matin, avec l’intervention de Poutine cette nuit… », soupire celle que l’on appelle la mère prieure qui dirige la communauté. Nous sommes le 22 février, le président russe a déclaré reconnaître l’indépendance des zones séparatistes pro-russes en Ukraine, dans une annonce télévisée diffusée dans la nuit. Moins de 48h plus tard, il lançait une opération militaire en Ukraine, provoquant la fuite massive des habitants du pays. Jusque dans le prieuré de Vanves, dans le sud de Paris, l’actualité internationale émeut la vingtaine de sœurs bénédictines de Sainte-Bathilde. « C’est notre monde, notre humanité », appuie sœur Marie-Madeleine alors que la cloche sonne mâtines, la première prière de la journée à six heures et demie »….

  • UNE NOUVELLE SEMAINE DE CONFINEMENT A VANVES AVEC QUELQUES FREMISSEMENTS EN ILE DE FRANCE

    C’est le début des vacances de printemps à Vanves, mais rien n’a changé puisque notre ville avait déjà pris des airs de vacances,  les vanvéens ayant profité du week-end de Pâques pour, ceux qui le pouvaient, pour prendre le large et aller s’installer à la campagne durant ce confinement de 4 semaines. Quite à faire l’école buissonnière ou tenter de suivre les cours en distanciel avec les malheurs vécus par l’éducation national et le CNET (Centre National d’Enseignement à Distance)  que les vanvéens ont bien connu puisqu’il était installé dans notre ville à la limite d’Issy et de Vanves, Bd du Lycée sur une emprise du lycée Michelet, avant sa délocalisation. A moins de faire appel aux vieilles recettes : les cours particuliers données à leurs petits enfants par des enseignants à la retraite, comme ce fut le cas la semaine passée. Ainsi par exemple, un ex-directeur de l’école primaire Gambetta a fait travailler chaque matin l’un de ses petits fils en CE1 avec un de ses camarades à partir des devoirs transmis par leur maîtresse, un peu trop à ses yeux !  

    Pour la première fois depuis le mois de novembre, le taux d'incidence enregistré mercredi dernière dans la région était en légère baisse : à 664 cas pour 100.000 habitants, contre 689 le 31 mars. Mais pour les professionnels de santé, la vigilance reste de mise. Alors que la vaccination d’étend au moins de 55 ans à partir d’aujourd’hui, avec les vaccins AstraZeneca et Moderna, prés de 1730 Vanvéens ont reçu leur première injection dans le centre intercommunale de Vanves/Issy à la Halle Guillaume faisait savoir la mairie de Vanves qui organisait samedi matin, une nouvelle journée de dépistage à la Palestre, samedi dernier (sur la photo)

    En avril, le centre socioculturel municipal, organise une grande consultation auprès des habitants afin de préciser ses orientations et ses actions pour les cinq prochaines années, à partir de deux questionnaires, l’un à destination des 11-25 ans, l’autre pour tous les habitants, accessible via le site internet de la ville. Toutefois, afin de toucher un public le plus large possible, les équipes de l'ESCAL ont également décidé d'aller à la rencontre des habitants depuis ce week-end jusqu’au 16 Avril : Facilement repérable grâce à leur coupe-vents verts,  marqués du logo de la structure sur le dos et tablettes numériques en main, ils seront présents au marché, à la sortie des supermarchés et du métro. Dans un autre registre, la ville a reçu le feu vert de GPSO pour la révision partielle du PLU permettant la construction de la tour hôtelière face à l’hôtel Mercure, lors du conseil territorial qui s’est tenu cette semaine à la mairie de Boulogne

    Enfin, au siége d’Hachette Livre à Vanves (rue Jean Bleuzen) l’ensemble des salariès qui ont mal vécu l’éviction de leur pdg, Arnaud Noury, sous la pression de Vincent Bollorè, et beaucoup les comprennent, ont réagi. Dans une lettre ouverte d’une rare virulence, ils ont interpellé leur actionnaire par un « Ohé ! Arnaud Lagardère, où êtes-vous ? » et lui ont lancé : « Votre silence depuis un an nous donne l’impression d’une fin de parcours », avant de dénoncer son « absence de stratégie ». Les représentants des salariés au comité de groupe, tous syndicats confondus, défendent Arnaud Nourry, qui « paye ses prises de position récentes contre les perspectives d’un démantélement ». Perspective qui, malheureusement, prend corps : «plus rien ne semble s’opposer aux emplettes que Vincent Bolloré rêve de faire au sein d’Hachette pour garnir le panier de sa filiale Editis », affirment-ils. «Le groupe que vous dirigez va[-t-il] être sacrifié sur l’autel du rétablissement de votre situation financière personnelle ?  Quel pacte êtes-vous en train de conclure avec les prédateurs qui font des ronds au-dessus de nos têtes ?», questionnent encore les salariés inquiets sur le devenir de ce champion de l’édition.

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    MAIRE : LONGEVITE

    Voilà 20 ans, le 25 mars 2001, Bernard Gauducheau (UDF) était installé dans le fauteuil de maire après avoir remporté ses élections municipales avec 51,27% des suffrages contre 48,72% à Guy Janvier (PS) soit un écart de 301 voix le 18 Mars. «20 ans plus tard, les valeurs et la passion sont les mêmes : être au service encore et toujours des des Vanvéens. Merci à toutes celles et tous ceux qui m’ont accompagné et m’accompagnent dans ce beau mandat de maire» a tweeté le maire de Vanves ses derniers jours. Avec 20 ans de mandat, dans 7 mois, il devrait battre le record de Frédéric qui a été maire entre Décembre 1919 et Juillet 1940 soit 20 ans et 7 mois. Dans un contexte particulier inimaginable voilà 20 ans, avec cette pandémier dont il a éte victime, en ayant la chance de s’en sortir grâce au personnel soignabt de l('AP-HP,  et qui a remis en avant les collectivités locales et le rôle primordiale des maires à tout faire pour comater les bréches  

    HACHETTE : EVINCE

    Arnaud Nourry, pdg d’Hachette Livre, premier éditeur français et numéro trois mondial dont le siége est à Vanves, a été remercié par Arnaud Lagardére. Cet homme à la tête d’Hachette Livre depuis 2003 avait mené à bien son installation dans son nouveau siége dans notre ville dans les années 2000. Un patron discret et prudent qui est sorti ces derniers jours de sa réserve pour crier urbi et orbi à quel point il était fondamental de conserver l’intégrité d’Hachette livre. Il était en désaccord avec Vincent Bolloré premier actionnaire de Lagardére via Vivendi, et  surtout contre un rapprochement avec Enedis qui n’a aucun sens à ses yeux. Il craignait surtout des dangers d’une dislocation d’Hachette Livre composé de 150 éditeurs avec notamment Grasset, Fayard, le Livre de Poche, Stock ou Calmann Levy…générant 24 Milliards d’euros de chiffre d’affaire. Quand on voit ce qu’est devenu Canal+ depuis que Bolloré l’a acquis, beaucoup craignent le pire et surtout un démantelement de cet édifice dont le siège est installé à Vanves

    RESEAUX DE COMMUNICATION : ENFOUISSEMENT

    Il est prévu l’enfouissement des réseaux aériens d’électricités et de communications électroniques d’orange et de SFR rue Larmeroux, Georges Clemenceau et Villa de La Gare  qui est  pris en charge par le SIPPEREC dans le cadre d’un convention avec Enedis pour un montant de  100 138 pour Orange et de 22 609 € pour SFR  mais sans connaîte, pour l’instant, le montant supporté par la ville. Il est vrai qu’une partie est priss en charge par ce syndicat intercommunal pour les énergies et les réseaux de communication, à hauteur de 3 654 € pour Orange et de 825, 10 € pour SFR. Lors du Conseil Municipal du 27 Mars, Pierre Toulouse (EELV) s’est étonné que « l’on soit trop gentil avec des opérateurs qui demandent plus de 120 000 € alors qu’ils doivent faire ses travaux qui leur incombent !»

    VIDEOPROTECTION : PISCINE MUNICIPALE

    Deux caméras de vidéoprotection seront installées sur le parking de la piscine municipale pour surveiller dans les places de stationnement et les accès aux bâtiments. Du coup Séverine Edou (LREM) est revenu sur la création d’un centre de visionnage au niveau de GPSO. «Le sujet est en réflexion et n’a pas été encore résolu !» a répondui Kévin Cortés maire adjoint chargé de la sécurité. Thibault Lejeune (EELV) a demandé  « même sans poste centralisé, est-ce que c’est utile ? » - «Une trentaine de réquisitions ont lieu par an pour revoir des images. Sachant qu’il y a un aspect un que l’on ne peut pas mesurer :l’aspect disuassif. En tous les cas, à chaque fois qu’on améliore des bâtiments, on se préoccupe de sa sécurité et on veille à à le protéger via de telles caméras comme c’est le cas pour la piscine avec son nouveau parking et bientôt l’installation du CTM»