Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

espace jean monnet

  • VOILA 10 ANS, L'ILOT CABOURG ETAIT INAUGURE EN GRANDE POMPE

    Enfin, voilà10 ans déjà, l’îlot Cabourg avec ses écoles, son centre de loisirs et son espace Jean Monnet (ESCAL) qui avaient ouvert à la Rentrée 2011, étaient inauguré le 15 Octobre en présence du préfet Pierre André Peynel, des députés André Santini et Pierre Christophe Baguet, du Vice président du Conseil Général Paul Subrini,  du député européen Jean Marie Cavada rejoint en cours de visite par le ministre Frédéric Lefebvre. Il est intéressant des se rappeller que cette opération a été lancée en 2003 par Bernard Gauducheau, en commençant par un coup de théâtre, en réunion publique. Ce projet qui s’étendait alors sur 9500 m2 et prévoyait  la reconstruction du groupe scolaire entre le commissariat qui devait alors déménager dans l’ancienne gendarmerie et le square Jean Monnet avec le LEP Dardenne. Entre cet établissement et le Tribunal d’Instance, sur une superficie  sur 500 m2, une centaine de logements devait être édifiés avec un parking public de 60 places.

    L’opposition accusait le maire de dilapider le patrimoine communal et de densifier alors que la Majorité expliquait que ses équipements publics seraient financés grâce à ses logements. Une association de riverains et de parents d’éléves dénommé « Ilot Cabourg » s’était tout de suite constituée pour veiller au grain, défendre leur environnement et leurs écoles, et surtout avoir un droit de regard.  Ils craignaient que ce projet confié à un promoteur, celui-ci « ne refasse Max Fourestier avec une école en rez-de-chaussée et des immeubles au-dessus ». Face à une opposition très remontée tant associative que politique, Bernard Gauducheau en Juin 2004 leur  avait  coupé l’herbe sous les pieds alors qu’elle s’apprêtait à demander l’organisation d’un référendum local -  en annonçant  que la ville gardait la maîtrise foncière totale de l’opération avec l’abandon du projet de construction de logements et d’extension du tribunal d’instance, en proposant de réfléchir à la reconstruction de l’école élémentaire derrière le Tribunal d’Instance, avec dans son prolongement, le long de la rue J.Cabourg, une salle polyvalente ou de sports de 400 m2, le déménagement du Centre de loisirs dans les bâtiments du Commissariat.  Depuis l’eau a coulé sous les ponts et Bernard Gauducheau se montre aujourd’hui intransigeant face aux oppositions contre ses projets immobiliers et notamment la tour hôtellière de Viparis contrairement à Issy les Moulineaux dont le maire a accepté de revoir la hauteur de l’hotel prévu rue du Sptembre avec modification du PLU, avalisée au dernier conseil municipal de Vanves

    Cette opération rondement menée en deux ans a fait partie des chantiers franciliens du plan de relance en 2009. Les deux écoles avaient déménagés pour la maternnellle dans les locaux de la CPAM/PMI, l’école primaire dans les bungalows du lycée Michelet, avec un service de car pour amener les écoliers de primaires de Cabourg aux bungalows situés dans le parc du lycée côté rue Michelet, les parents ayant refusé une solution « pédibus » via le parc du lycée Michelet.  La municipalité avait veillé ce que ce soit  un chantier propre surtout pendant la démolition et la construction des bâtiments, c'est-à-dire le gros œuvre. D’où des nettoyeuses-laveuses pour nettoyer la voirie, et des ouvriers dédiés au lavage des roues des camions lorsqu’ils sortaient du chantier. Enfin, limiter le bruit pour le voisinage en réduisant les travaux de nuit.

    Il n’y a pas eu trop de soucis « parce que les entreprises ont respecté les délais », quelques retards vite rattrapés par la suite, à cause des intempéries et des périodes neigeuses des deux hivers 2009 et 2010. 7 avenants au marché voté par le conseil municipal représentant 321 000 € d’augmentation (2,62%) sur le prix initial (12 232 127 €) ont permis prestations supplémentaires  : mise en place d’un anti-graffiti sur les façades, d’un arrosage automatique dans les espaces verts, d’un contrôle d’accès par badge pour les bâtiments, de mâts d’éclairage publics conforme à la charte GPSO, la réalisation d’un bassin de rétention pour conformité au rejet à l’égoût, modifications de cloisons, la mise en place de tableaux muraux des salles de classes pour polyvision, l’équipement pour cuisine pédagogique… avec des travaux complémentaires avec la réfection des « hébergés » c’est-à-dire du mur séparant cet espace de la villa Dupont, la démolition-reconstruction du local de Numéricâble, la restructuration du plancher du rez-de-chaussée de l’ancien commissariat, la réalisation d’un voile de souténement en paroi projeté entre la rue J.Cabourg et le local transformateur ERDF, la dépose, l’évacuation et le traitement du transformateur à pyraléne situé dans l’ancien commissariat (15 500 €) etc…. et surtout le ravalement du tribunal d’instance qui s’est terminé les derniers jours précédant l’inauguration.

  • LES 20 ANS DU CENTRE CULTUREL ALBERT GAZIER DE VANVES – 4 : DE GAZIER A L’ESCAL

    «Je suis décu parce que Albert Gazier a évolué vers plus d’activités culturelles que sociales. Je voulais en faire un véritable espace de lien social sur le Plateau. La politique, c’est à la fois des actions individuelles et cillectrives. Le Centre socio culturelle devait ête rataché à la fédération des centres sociaux qui permet à des quartiers où il y a des difficultés et des problèmes, de trouver des endroits où des gens peuvent se retrouver, comme on l’a fait avec un Mafé, un Couscous sur le Plateau avec 300 personnes » explique Guy Janvier, ex maire PS de Vanves (1995-2001) sensible à developper la mixité sociale.

    La période pionnière a élé marquée par des activités concernant l’insertion des publics et une ouverture sur le monde (2004-06), auquel s’est ajouté un service d’aide à la parentalité avec une augmentation de sa fréquentation par les vanvéens (2007-09), l’intégration du service 11/17 ans en 2010/12, avec l’enraciment du forum famillles avec aide à la fonction parentale, point écoute psychologique, médiation familiale, 

    C’est ainsi qu’est née l’ESCAL ( Espaces Socioculturels d’Animations et de Loisirs ) pour le secteur qui regroupait alors le Club Enfant, le Club Jeunesse (11-17 ans), les Adultes, un Service d’Aide à la Parentalité(Forum des Familles) qui utilise les espaces Albert Gazier et Sébastien Gîner,crée lors du conseil municipal du 15 Juin 2010 et installé à Alberrt Gazier, puis aussi à Jean Monnet lorsqu’a a été  inauguré ce nouveau quartie   le 15 Octobre 2011  avec le grroupe scolaire du centre. « L’objectif est de mettre fin à des confusions entre l’appellation des locaux de la rue J.Bleuzen et celle du Centre socioculturelle pris dans sa globalité et une interrogation sur la place du club jeunesse 11/17 ans dans cette organisation » expliquait-on à la Mairie qui obtenait les agrémentations « Animation global » et « animation collective famille » délivrés par la CAF (Caisse d’allocations Familiales) des Hauts de seine. Il a ainsi développé au fil des ans, un pôle « Accueil Parents Enfants », augmenter le nombre de prestations en direction des publics spécifiques (seniors, PMR, Français langue étrangère…), développer l’aide aux projets  point écoute psychologique, médiation familiale

    «Son  essor est dû à la qualité des services à la population qu’il propose et à sa capacité à répondre aux besoins du public, parfois à les anticiper, dans tous les domaines dans lesquels il intervient : aide à la parentalité, accès aux loisirs, à la culture, au multimédia, soutient à la scolarité » expliquaient alors ses responsables et animateurs qui  donnent le fil conducteur de leur action : « Faciliter l’accés à la découverte de techniques, de savoir-faire…et favoriser l’échange pour et entre tous les publics ». 

    A Suivre

  • LES 20 ANS DU CENTRE CULTUREL ALBERT GAZIER DE VANVES – 3 : L’OUVERTURE

    Le blog reprend le récit de l’historique de ce centre socio-Culturel Albert Gazier qui ouvrait ses portes dans ce batiment au bout de la rue Jean Bleuzen, à l’initiative de Guy Janvier (PS) alors maire de Vanves, voilà 21 ans. Le Blog a parlé de sa genése de sa construction grâce à une opération immobiliére à l’entrée de ville. Ces jours-ci, il revient sur son ouverture et  son évoltion avec l’ESCAL créé voilà 10 ans le 15 Juin 2010 qui  s’est installé dans ce socio-centre culturel  et l’espace Jean Monnet lors des différents mandats du maire actuel (UDI). Mais revenons à son ouverture voilà 21 ans

    A son ouverture, dans le numéro de Vanves-Infos de Février 1999, l’équipe municipale menée par Guy Janvier ex-maire (1995-2001) expliquait : «Vanves bénéficiait jusqu’à aujourd’hui de structures culturelles et sportives de qualité. Il lui manquait un véritable équipement socio-culturel en adéquation avec les attentes des habitants». Il annonçait que sa responsabilité avait été confié à Annick Siuveton, chef de projet du Plateau et de cet espace, secondé par Gaël Moussy, avec cinq emplois-jeunes, pour une structure éclatée autour de 3 pôles (rue Jean Bleuzen avec espace multimédia, et 3 salles polyvalentes, av.V.Hugo  dans les 130 m2 de l’espace solidarité avec un espace documentations, salle de réunion, salle association, et Rue Michel Ange consacrée aux activités d’associations,  avec bientot la salle Louis Blanc pour les conseils de quartiers,  «pour être plus proche des publics en donnant un nouveau sens au terme de centre socio-culturel, avec sa spécificité et ses activités propres. Véritable lien social, relais de la démocratie sociale, elle permettra d’humaniser la cité, et à la fois, responsabiliser les habitants» indiquait Vanves Infos.

    Sa mise en œuvre  avait été mûrement réfléchie et établie, grâce à un comité de pilotage présidé par  Guy Javier. Il avait fixé 3 axes prioritaires : Tout d’abord les familles  en privilégiant les activités à plusieurs niveaux : vie quotidienne (conseils, infos, droits, santé…),  actions et animations ponctuelles (fêtes, spectacles), et actvités socio-éducatives (rencontres, expos, multimédia..). Ensuite l’emploi avec le PESS (Pole d’Economie Sociale et Solidaire) qui met enjeu compétences et solidarité en proposant une réponse différents de celles des autres dispositifs installé au 10 av.V.Hugo.  Mis en place au printemps 98 , il permettait d’accompagner les créateurs d’entreprises dans la réalisation de leur projet selon le principe capital-risque, avec à l’étude, la création d’un café littéraire, d’une entreprise de bâtiment, d’une société de lavage de voiture…avec un espace de documentation et des locaux de travail réservés à tous les membres. Enfin les jeunes en répondant à les nombreuses attentes (aides, accompagnements, activités en liaison avec le service jeunesse).

    A Suivre