Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

encombrants

  • AGIR POUR UN PLATEAU A VANVES A FAIT REAGIR LA MUNICIPALITE MAINTENANT TRES ATTENTIVE

    Plus de la moitié des adhérents de l’association « Agir Pour le Plateau » était présent à sa première assemblée générale le 8 Juin dernier à l’évcole maternelle Max Fourestier. Peu de réactions sur le diagnostic réalisé sur le Plateau et présenté lors de la réunion publique de quartier à Marceau, et un faible nombre de réponses au questionnaire ont constaté ses responsables : « Ce qui valide le concept de notre association. Nous pouvons être les relais de vos réactions auprès  du maire » ont-ils indiqué en ajoutant : « Le Plateau représente 45% de la population de Vanves. Depuis que l’on s’est mobilisé avec les conseils syndicaux, le maire a réagit ».

    Occasion de refaire rapidement l’historique de l’association, sans insister sur sa genése – la mobilisation contre le projet d’une station GNV rue Louis Vicat, abandonné par le maire – mais sur une certaine prise de conscience des habitants : « Au-delà de ce point qui a cristallisé les choses, de nombreux vanvéens ont réagi sur l’entretien du Plateau. Lorsqu’on a vu cela, on s’est dit qu’il ne fallait pas laisser retomber le soufflet, avec l’idée de s’installer comme un interlocuteur des pouvoirs publics (Mairie de Vanves mais de Paris et du XVéme arrondissement) » a expliqué Patrick Leverjat, président entouré par Pierre Bousseau secrétaire, Christiane Boissot trésoriére, avec Claudine Charfe, vice présidente…  Les échanges lors de cette assemblée générale montrent que les sujets ne manquent pas et ne concernent pas seulement la mairie de Vanves :

    Tout d’abord la problématique des encombrants  et déchets qui se concentre sous le porche Sadi Carnot depuis de nombreuses années. « Le maire y est sensible. Des solutions sont envisagées : Vidéosurveillance, pour prendre la main dans le sac, les contrevenants, des potreaux, des barrières  de travaux qui ont un effet disuassif. Le montant de la contravention a été affichée » ont-ils indiqué. Ils se concentrent aussi rue Louis Vicat, porte Brançion sous le pont SNCF qui est devenu une déchetterie sauvage. « L’association fera un courrier aux maires de Paris et du XVéme. On peut être force de propositions dans ce quartier, avec la porte de la Plaine qui va bouger,  avec le projet de deux hotels côté Parc des  Expositions, en proposant de couvrir le Bd Périph, mais aussi la requalification de la rue Louis Vicat ».

    Ensuite les participants ont soulevé les problèmes rencontrés par les piétons notamment  pour traverser cette porte de la Plaine, la vitesse execssive des véhicules qui s’engagent rue Pasteur, mais aussi des bus rue Jean Jaurès . « Il y a un problème de volume du trafic et de vitesse. On lui a proposé de faire comme à Maisons Alfort où la mairie a installé tous les 800 m, des feux tricolores qui se mettent au rouge dés que  les automobilistes dépassent la vitesse de 30 km/h »    

    Enfin, beaucoup se sont plaint de la disparition des points de presse avec fin Juin, le départ à la retraite du propriétaire du point presse du lycée au terminus 58. D’autres se sont inquiétés, et notamment les parents, de la fermeture du Centre Albert Gazier pour des raisons économiques et de sécurité. Une décision reportée d’un an. Ce serait l’occasion de réinstaller certaines activités qui avaient déménagées à Jean Monnet puisque ce centre n’accueille que 30% d’activités pour l’instant.

  • AGIR POUR LE PLATEAU DE VANVES : UNE NOUVELLE ASSOCIATION DE QUARTIER ET DE PROXIMITE

    « Vous avez été nombreux à vous mobiliser en 2015 autour d’un collectif afin de préserver la qualité de vie sur le plateau de Vanves fin 2015. La preuve a été faite que la défense de nos intérêts passe par l’information, l’échange et la discussion en toute transparence. L’abandon du projet de la Station GNV et le maintien du skate-park (modalités en attente) sont maintenant acquis grâce à vous.  Nous avons imaginé poursuivre l’action et le dialogue entamés en créant une association de quartier, AGIR POUR LE PLATEAU » annonce un tract qui circule depuis quelques temps sur le Plateau à l’initiative de plusieurs personnes dont Patrick Lauverjat, son président et Pierre Bousseau, son secrétaire que le blog Vanves Au Quotidien a rencontré

    Vanves Au quotidien- Est-ce  l’une des conséquences positives que vous avez  tirés de cette affaire de la station GNV ?

    Pierre Bousseau : « On s’est rendu compte que les structures administratives, mairie, GPSO, métropole du Grand Paris  n’ont pas d’interlocuteurs au niveau des quartiers et que la structure des Conseils de Quartier n’est ni assez vivante, ni assez représentative de sa population pour créer et susciter un dialogue constructif.  Nous avons la place pour faire vivre une association qui aurait pour objectif principal le cadre de vie du quartier du Plateau. Nos ambitions sont limitées : Nous ne cherchons pas à couvrir toute la ville, le Plateau nous suffit largement. Nous avons eu un mouvement d’adhésion initial qui peut se prolonger de  cette façon positive.

    Patrick Lauverjat : « Nous allons très clairement au-delà du problème spécifique de la station GNV, qui a été l’élément déclencheur, parce que de nombreuses demandes, protestations, doléances ont été exprimées à cette occasion, de la part des habitants. Pour certains qui sont venus spontanément rejoindre le collectif, qui l’ont soutenu, ce n’était pas tellement la station GNV qui était un élément prépondérant. Ils exprimaient une demande de rapprochement autour d’une structure beaucoup plus localisé, pour se faire entendre. Pour eux, la mairie ou GPSO, sont des organes lointains qui gèrent une multitude de choses et de problèmes, et à leurs yeux, il manque un relais local qui fasse le recensement de toutes leurs demandes. Et il y en a : des habitants se plaignent du marché rue J.Jaurés le vendredi soir, mais l’enlever c’est retomber sur un site sans âme, sans élan,  ni animation, avec du béton tout autour, avec pour seule présence humaine,  les jeunes,  qui sont là pour des raisons diverses et variés,  et parce qu’ils n’ont pas d’autres endroits pour se retrouver. Le Plateau n’a plus de marchands de journaux, surtout depuis que le kiosque de la station de métro a fermé. Certains ont dû s’abonner à leurs journaux et revues habituelles etc…

    V.A.Q. - Qu’est-ce qui va et  ne va pas dans ce quartier qui a mal finalement vieilli ?

    P.B.  : « Toutes ces questions avaient l’objet d’un tour de tables notamment à l’école Marceau lors de la réunion publique, puis lors d’une réunion qui a suivi avec les responsables de conseils syndicaux durant laquelle nous avons exposé un certain nombre de problématiques d’environnement, d’encombrants sauvages, d’embellissement du quartier. Ce qui  nous a donné l’idée  de faire un tableau sur lequel serait inscrit  tout ce qu’a fait et fait  la municipalité, et en le complétant par des remarques et des doléances des habitants, ou des constats de notre part en essayant de conforter chaque demande par des éléments tangibles (photos, vidéo) afin que ce ne soit pas seulement des sentiments.

    P.L.: « On est plus sur des demandes qui touchent à l’hygiène, la sécurité au sens large, le cadre de vie (stagnation de flaques d’eaux sur la dalle, ramassage des ordures…) sur lesquels tout le monde se renvoie  la balle considérant que ce n’est pas de sa compétence, tout en étant conscience des incivilités, certains ne respectant pas les règles sur les encombrants par exemple. Même s’il y a une étude recensant espaces privatifs et publics, il faut veiller à ce que les choses se fassent réellement, même s’il faut l‘étaler dans le temps pour des raisons de coûts Mais on sait comment fonctionnent nos politiques, car il y a tout le temps des urgences pour reporter et les crédits ne sont inépuisables. Notre objectif est d’être convaincant et de faire des piqûres de rappel.

    V.A.Q. –Par quoi allez-vous commencer ?
    P.B. et P.L. :
    « Nous avons commencé par mettre en place l’association, en ayant déposé les statuts, constitué un bureau, ouvert les adhésions en distribuant un tract annonçant notre création avec un bulletin d’adhésion. Nous avons envoyé un courriel à la nouvelle conseillère municipale responsable du quartier pour lui demander de la rencontrer. Nous allons lancer une action d’envergure en faisant du boîtage dans l’ensemble des immeubles et pavillons de ce quartier. Nous allons creuser dans tout ce qui a été dit lors des réunions avec les maires, et  beaucoup de choses ont été dite. Il y a des discussions en ce moment, nous semble t-il sur le réaménagement de la circulation sur la rue J.Bleuzen.  On a eu une réponse de la mairie sur les encombrants sous le porche de la rue S.Carnot avec la mise en place du stationnement réglementé pour l’empêcher, et la recherche d’une solution pour déplacer l’emplacement des containers des immeubles sociaux de la rue A.Comte. Nous avons l’intention  d’organiser une réunion pour les  adhérents et les habitants du Plateau afin  de recenser toutes ces problématiques.

  • 12 COMMERCANTS ET ARTISANS DE VANVES ONT PARTICIPE A ECOS-DEFIS » EN PREAMBULE AU MOIS DU COMMERCE

    Le mois du Commerce qui commence ce soir par un lancement officiel à La Palestre, a déjà connu un pré-lancement avec la remise des labels « Eco-Défis » lundi soir à la Mairie de Vanves. Une opération initié par GPSO (Grand Paris Seine Ouest) dans le cadre du Programme local de prévention des déchets à l’attention des commerçants et des  artisans du territoire de cette Communauté d’agglomération (CA) : 119 artisans dont 12 vanvéens, sur 153 engagés, avaient été retenus par le Comité de Labellisation,  car ils avaient mis en place au moins trois actions concrètes pour limiter, trier et revaloriser les déchets en limitant la production de déchets dangereux, et en améliorant leur gestion, tout en remplaçant les plastiques et en diminuant le sur-emballage.  Ainsi un salon de coiffure propose des teintures végétales, un artisan fabrique des meubles à partir de fûts recyclés, une boulangerie sensibilise les enfants en leur offrant une friandise en échange de leurs sachets de bonbons vides…

    Une douzaine  de vanvéens y ont participé : Les Figurines de Paris (encadrement-vente-Galerie d’art), Menthe & Vilette (fleuriste), Coiffure R, La boucherie Pascal Boreau, la Fournée Vanvéenne (boulangerie), la coordonnerie du Plateau, Esthétic Center , Studio Pixels et Papillon, ARP (agencement bâtiment), Bati LP, le Garage des deux Places, Clair optique. Ils ont pratiquement tous menés une action de tri sélectif, de réemploi de matériel et réparation. Par contre Pascal Boreau a été le seul à mener une opération sur les emballages en utilisant le papier. Les Figurines de Paris et la la societé ARP ont mené le plus d’actions touchant aux emballages et la revalorisationc des déchets, à l’utilisation de sacs réutilisables et recyclables etc…. « L’objectif en 2015 est de viser 250 commerçants et artisans, 700 en 2016-17 » ont indiqué Bernard Gauducheau, maire deVanves et Vice Président de GPSO chargé du développement durable et Daniel Goupillat Président de la Chambre des Métiers ds Hauts de Seine (CMA 92) en insistant sur l’importance de l’attitude éco-citoyenne. « Réduire les déchets des artisans était un défi avec GPSO » a reconnu le président de la CMA92 en insistant sur l’importance du poids économique, du rôle de lien social mais aussi de sensibilisation au développement durable de la 1ére éco-entreprise de France : l’artisanat. Et cela malgré la conjoncture  morose. Le maire de Vanves a indiqué que GPSO s’était engagé depuis longtemps dans un programme de réduction des déchets avec l’objectif de réduire de 7% le tonnage d’ordure ménagéres d’ici 2015. Tout en constatant d’ailleurs que la production de déchets diminue alors que la population de GPSO augmente. D’où l’importance d’informer et de sensibiliser les administrés dont certains font encore preuve d’un manque de civisme avec ses dépôts sauvages…  dont certains « chiffonniers » profitent avec ces camionnettes qui tournent chaque mercredi soir dans les rues de Vanves à la veille du ramassage des encombrants.  Et de montrer l’exemple comme ses commerçants-artisans.    

    La plupart de ces écos-commerçants-artisans devraient participer à la 3éme édition du mois du Commerce dont le lancement officiel se déroulera ce soir à La Palestre. Si 100 commerçants avaient participé à l’édition 2012, et 135 en 2013, ils sont un peu moins, cette année avec 126 commerçants, artisans, entrepreneurs,  sans compter les commerçants du marché, une cinquantaine,  qui seront très présent à cette manifestation avec  autant d’ateliers et de  soirées que l’année dernière. Ce qui n’est pas mal pour une ville de 30 000 habitants étendus sur 150 ha, cette situation favorisant les échanges et les contacts, ainsi que la convivialité et la proximité qui sont les principes directeurs de cette manifestation. Avec quelques nouveautés : Un défilé de mode organisé par Vanv’En Poupe place de la République le 26 Septembre, pour son premier anniversaire, suivi d’un spectacle de Gospel à l’église Saint Remy. Une visite exceptionnelle du marché de Rungis le 17 Octobre qui célébre ses 40 ans organisé par le SIAVV, avec un départ de Vanves à 5H30 (et peut être une tête de Veau à 9H pour se requinquer). VAP and VIP devrait inaugurer son nouveau magasin boulevard du Lycée le 25 Septembre à 19H  avec un atelier « tout en vapeur ». Une soirée « Ligue des Champions » au restaurant Le Paris, entièrement re-looké, le 1er Octobre. La rencontre d’un duo musical et d’une cuisine aux saveurs asiatiques revisitées au restaurant Soan qui célébrera le premier anniversaire de son ouverture le 17 Octobre. Certains font déjà le plein comme la soirée musicale autour d’un bœuf bourguignon au restaurant « Chez les Filles » le 27 septembre, ou devraient attirer beaucoup de monde comme la soirée « Moules/frites et Chansons françaises » aux Platanes le le 4 Octobre. Espérons que, pour ces soirées, il restera de la place, pour permettre aux vanvéens  - qui s’y prennent à la dernière minute, il est vrai - de découvrir des restaurants qu’ils n’ont pas l’habitude de fréquenter, car l’année dernière, certains s’étaient plaints que des places soient réservées longtemps à l’avance…par des habitués ou des organisateurs.