Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

toit et joie - Page 3

  • VANVES ET GPSO : MONTEE EN PUISSANCE D’UNE INTERCO MENACEE PAR LA METROPOLE DU GRAND PARIS

    Deux conseils communautaires se sont tenus autour de la trêve des confiseurs, le 19 décembre pour examiner 60 délibérations diverses et variées dont une grande partie concernait l’habitat, et le 8 Janvier pour procéder à l’installation des représentants des deux nouvelles villes qui ont rejoint GPSO, Velizy avec 9 délégués communautaires  et Marnes la Coquette, avec 2 délégués, après un long processus administratif. Les 95 délégués communautaires ont aussi durant cette soirée,  débattu des orientations budgétaires pour 2014 à un moment où la préparation du budget 2014 s’avére particulièrement difficile pour les collectivités territoriales « prises en étau entre la diminution annoncée des concours financier de l’Etat et la nouvelle étape franchie dans la montée en puissance des mécanismes de péréquation ». 12 M€ de charges supplémentaires et de baisses de recettes devront être pris en compte par GPSO dont 6 M€ uniquement à cause de la péréquation.

    C’est là que se prennent maintenant  les décisions qui engagent l’avenir de nos communes, et les élus ont compris que c’est là que se décident les investissements structurants et les orientations stratégiques du territoire. « Le 3éme tour des élections, pour les postes intercommunaux, sera âpre. Pas pour les indemnités, parce qu’ils savent ce que permet ce niveau. Ce sera davantage le cas qu’aux élections précédentes. On ne pourra plus complétement occulter l’intercommunalité puisque les gens vont voter pour elle. Le mode de scrutin obligera à tenir un discours sur elle » explique un spécialiste. C’est la raison pour laquelle le Blog Vanves au Quotidien s’intéresse à ce qui se déroule à GPSO et  au niveau de la Métropole du Grand Paris, très peu traité dans Vanves Infos mais aussi les revues municipales des autres villes. Même si une épée de Damoclés est dessus de la tête de cette interco qui devrait disparaître le 1er Janvier 2016 à cause de la création de la Métropole du Grand Paris qui supprimera toutes les Communautés d’Agglomération de la Petite Couronne

    A travers les documents des derniers conseils communautaires, les citoyens peuvent avoir accés à de nombreuses infos : 97 chantiers ont été réalisés durant l’été 2013 pour un montant de 39 M€. Suite à l’élargissement des zones de stationnement payant dans notre commune, la ville a dû recruter 2 agents de Surveillance de la Voie Publique supplémentaire. Ce qui porte à 5 le nombre d’ASVP mis à disposition auprés de GPSO qui a  depuis quelques années la compétence stationnement. La situation budgétaire délicate et la diminution constante des subventions alloués pâr le ministère de la culture et de la communication a amené GPSO à engager une réflexsion sur le développement de démarches pédagogiques partagées entre conservatoires inscrits au sein d’un même réseau d’établissements avec des mutualisations possibles de ressources techniques et logistiques.

    En matière de logement, GPSO a attribué une subvention de 458 800 € à Toit et Joie (SA d’HLM) pour la réalisation d’une résidence sociale de 124 logements locatifs sociaux pour étuudiants et jeunes actifs sur un terrain apparenant au Secours Catholique, derrière les bâtiments du Rosier Rouge. Ce chantier dont le coût s’éléve à 12 042 131 € comportera également une créche et une épicerie sociale. En contrepartie, Issy et Vanves bénéficieront de l’attribution de 31 logements sociaux réservés à GPSO dans le cadre de ce programme. Enfin, la Communauté Urbaine qui œuvre en faveur de l’adaptation des logements des personnes âgées et/ou handicapées afin de favoriser leur maintien à domicile en prenant en charge l’intervention d’un ergothérapeute au domicile de la personne, puis en accordant une aide financière d’un montant de 3000 € pour la réalisation des travaux (11 182 € en 2012 pour un montant global de travaux de 39 905 €), a permis à 3 Vanvéens d’en bénéficier au cours de l’année 2013.

    A Suivre : Des aides au logement à l’habitat dégradé

  • L’HABITAT A VANVES : Peu de constructions neuves, quelques transactions dans le privé, presque pas de rotation dans le social

    Cette dernière semaine de vacances durant laquelle l’actualité vanvéennes s’est ralentie, est l’occasion de revenir sur certains événements qui ont marqué notre commune. Et notamment le PLH (Plan Local de l’Habitat) de GPSO (Grand Paris Seine ouest) sur lequel le conseil municipal  début février, a donné un avis positif, la plupart des groupes politiques étant d’accord sur le constat et l’objectif  -  99 logements à construire par an dont 25% de logements sociaux –moins sur les actions.  Vanves est l’une des 3 villes de GPSO à avoir la densité la plus élevé avec 16 961 habitants au km2 et 910 logements à l’hectare (alors que la moyenne est de 65 à GPSO et 128 à Paris),  se plaçant entre Boulogne (18 190 habitants au km2) et Issy lesMoulineaux (14 893)

     

    Le document de près de 215 pages établi par la Communauté d’Agglomération (PLH 2013-18)  est truffé de chiffres très intéressants sur lesquels le Blog Vanves Au Quotidien reviendra ces jours-ci. L’habitat à Vanves est constitué de 13 988 logements dont 12 488 résidences principales (89%), 436 secondaires (3%), 1064 logements vacants (8%). 13% de ces 13 98 logements sont des studios, 27% des deux pièces, 31% des trois pièces, 29% des quatre piéces et plus. 31% ont été construit avant 1949, 36% entre 1949 et 1974 dont les bâtiments place Kennedy et la résidence des Chariots qui avaient accueillis beaucoup de pieds noirs grâce au maire Plazanet,  26% entre 1975 et 1989 dont tout le quartier du Plateau qui a fait l’objet d’une étude de domanialité récemment, 7% après 1990.

     

    Il est vrai que les constructions se sont raréfiés ces dernières années à Vanves : 394 logements ont été construit entre 2000 et 2009 dont 40 ont commencé en 2000, 13 en 2001, 54 en 2002, 12 en 2003, 156 en 2004, année où furent lancé de nombreux projets (Îlots République/Vieille Forge, de la poste place de l’Insurrection, rue de l’Eglise/Gaudray, Louis Blanc/Antoine Fratacci),  7 en 2005, 46 en 2006, 21 en 2007, 14 en 2008 et 31 en 2009,  soit une moyenne de 39 logement par an. Vanves contribue pour 3% de la construction récente sur le territoire de GPSO (2% pour Ville d’Avray, 37% pour Issy avec  l’éco quartier du Fort et 37% pour Boulogne avec le démarrage de la ZAC Seguin-Rives de Seine),  Enfin, parmi les 26 845 vanvéens,  46% sont propriétaires, 29% locataires dans le privé, 21% locataires dans le public, et 4% logés gratuitement.

     

    Dans le parc privé (11 011 logements), selon les derniers chiffres datant de 2010, 724 transactions se sont effectuées (6,6%) dont 290 dans l’ancien (2,9%) et 409 dans le neuf et 25 dans des maisons anciennes. Il apparait que le prix mediam dans le neuf était de 124 7000 € soit 6700 € le m2, dans l’ancien de 249 000 € soit 4610 € le m2 (5 840 € le m2 en 2012 soit +4,7%), et 575 000 € pour une maison anciennes. Les acquéreurs étaient surtout des cadres (41%) alors que leur part est faible par rapport aux autres communes de GPSO, ainsi que  des jeunes de moins de 30 ans (16%), beaucoup étant des vanvéens (47%), surtout pour les maisons anciennes,   21% venant d’autres communes des Hauts de Seine, 26% de Paris.

     

    Le parc social vanvéen comprend 2 963 logements  (23,55%)  qui se répartissent entre 4 bailleurs sociaux dont 3 privés  : Le logement Francilien (1044 logements) qui est le plus représenté alors qu’il est moins présent ailleurs,  l’OPH 92 (687), Toit et Joie (219), Batigére (190). 47% des occupants sont des ménages à revenus très modestes (inférieur de 60% au plafond PLUS), seuls 15% sont supérieur. 42% des locatataires sont des personnes seules, 24% des couples et 15% des familles monoparentales. Le taux de rotation des appartements est trèsfaibles : 3,8%. Enfon, 3636 logements sont en locations privés (29%) dont plus de 64% de T1 et T2,  ce qui permet parait il des rotations plus rapides, à des loyers de 15,4 € le métre carré.

     

    A SUIVRE….

  • RESIDENCE SOCIALE DU ROSIER ROUGE A VANVES : CORRIGE, REDUIT, VERDIT, AMELIORE

    La nouvelle réunion pour présenter un « projet corrigé et amendé » de résidence sociale du Rosier Rouge promis le 9 Décembre s’est tenu à peu prés 5 mois après, en fin d’après midi hier, dans ses locaux, avec les mêmes riverains auxquels se sont ajoutés des isséens, en présence du maire, des responsables du Secours Catholique et de Toît et Joie. Ce projet a été allégé, le bâtiment si décrié à l’angle Chevalier de la Barre/Général de Gaulle étant abandonné, réduit et verdit pour les bâtiments prévus derrière les bâtiments du Rosier Rouge à l’emplacement du dépôt de vêtements, et l’un d’entre eux pratiquement à son emplacement, accueillera le Libre Service Social d’Issy les Moulineaux/Vanves qui a dû quitter le Petit Séminaire de la rue d’Issy pour s’expatrier vers Auchan.    

     

    « Pour ce projet comme pour les autres, je demande aux porteurs de projets de prendre du temps pour venir exposer leur projet. Là, nous avons affaire à des gens de dialogue qui ont le souci de bien faire. Après plusieurs semaines de travail, les réactions qui ont été formulés le 9 Décembre dernier, ont été pris en compte dans un projet modifié » a constaté Bernard Gauducheau en ouvrant la réunion. Pierre Nicolas du Rosier Rouge a refait l’historique de ce projet qui « reprend les valeurs du Secours Catholique, à vocation sociale avec 116 logements, une halte garderie avec une créche de parentale  de 44 berceaux, ainsi qu’une épicerie sociale (3000 m2) » qui « a reçu l’accord des deux municipalités ». Il a rappelé qu’acceuillant des familles d’hospitalisés en Ile de France venus de très loin, le Rosier Rouge est très souvent en contact avec le personnel soignant des hopîtaux franciliens qui connaît un turn over très important à cause de problèmes de logements. D’où la volonté du Secours Catholique de créer cette résidence sociale réservée à ce personnel soignant  avec des studios ou des 2 pièces dont la durée de séjour ne pourra pas excédé 24 mois : « C’est une solution de passage, le temps de trouver et d’accéder à un logement social, car notre objerctif est d’essayer de loger le plus prés de leur emploi, ce personnel soignant qui a de faibles revenus. Je comprends que c’est un environnement qui change (pour les riverains). Mais nous ne souhaitons pas réduire ce (nouveau) projet…pour offrir un logement digne à ce personnel soignant » a expliqué de son côté Pierre Soulage président du Secours Cartholique 92 qui a bien montré l’enjeu et la contribution de son association pour résoudre à son niveau cette question cruciale du logement en Ile de France, « avec 460 000 demanders de logements que l’on ne peut pas envoyer au fin fonds de la Grande Couronne là où il n’y a pas de transports publics » a ajouté l’un des responsables de Toit et Joie

     

    Ainsi le maître d’ouvrage (Toît et Joie) et le maître d’œuvre (l’architecte) ont  présenté ce nouveau projet « qui s’insére dans un quartier où le bâti varie de R+2 à R+7 » ont-ils fait constater en parlant de « niveaux de référence à R+2 et  R+4 » et « d’une implantation encastré des bâtiments dans la colline avec un effet terrasse ». Ils ont indiqué que tout d’abord le bâtiment à l’angle du Chevalier de la Barre/Général de Gaulle de 18 logements a été abandonné afin « de sauvergarder l’angle ainsi que un ou deux beaux arbres ». Pierre Nicolas a expliqué, à la suite d’une question, que « dans le projet initial, ce bâtiment était prévu pour accueillir des malades en « déambulatoire ». Mais cette idée a été abandonné car il n’y a plus de financement ».

     

    Ensuite, ils ont expliqué que l’entrée du parking,  toujours de 44 places malgré la réduction de logements,  dont l’accés se fait par l’avenue du Général de Gaulle, entre la copropriété et ses nouveaux bâtiments, a été re-travaillé avec une rampe d’accés complétement recouvert par une terrasse planté, comme c’est le cas pour le bâtiment (de la halte garderie et de la créche)  face à cette copropriété qui a été reculé de quelques métres, donnant ainsi la possibilité de préserver les arbres auxquels tenaient les copropriétaires et même d’en planter de nouveaux.

    Beaucoup de questions ont été posées par certains d’entre eux sur le vis-à-vis avec le bâtiment de la créche dont l’un d’entre eux qui habite au 3éme étage et regrette son parc en ne voulant rien entendre alors que l’architecte s’échinait à expliquer qu’elle ne verrait que le toît terrasse verdoyant. Sans parler d’un autre qui s’est plaint de l’étroitesse du triottoir lelong du mur du Rosier Rouge à cause des structures qui protégent les arbres et emppêchent le stationnement sauvage. Mais il n’a rien voulu entendre malgré les explications du Maire sur le fait qu’un travail avait été fait l’association Simon de Cyréne sur l’accessibilité du quartier aux handicapés.

     

    Enfin, ils ont présenté les bâtiments construits à l’emplacement du dépôt de vêtements et donnant en partie sur la rue Chevalier de la Barre dont les hauteurs (R+3 et R+4) et l’alignement s’inscrivent dans la lignée des immeubles voisins comme y oblige un règlement du PLU. Ce qui a été très discutée notamment avec les isséens qui n’étaient pas présents à la première réunion – et qui en faisaient le reproche alors que ce projet concerne les vanvéens même s’il se trouve sur un bout de territoire isséen – et surtout le propriétaire d’un petit pavillon qui se trouve juste en face. Tout y est passé, la hauteur des bâtiments, la couleur des façades, les matériaux utilisés, puis les accés (dont l’accésPompiers existant), la circulation et le stationnement dans cette rue étroite, les livraisons, et la fréquentation du libre service sociale prévu dans un bâtiment en rez-de-chaussée entre les habitations et le Rosier Rouge. A tel point que l’architecte comme les responsables de Toît et Joie ont rappelé qu’ils avaient porté leur effort sur le traitement des façades, la végétalisation des terrasses… « On a perdu quand même 20 logements. A un moment, on ne peut pas faire moins de logement, pour une raison d’équilibre (financier) du projet. Le programme est ce qu’il est ! » ont-ils répondu.