Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

police municipale

  • AU CONSEIL MUNICIPAL DES SUJETS SENSIBLES ET POLEMIQUES

    23 délibérations étaient inscrites à l’ordre du jour du Conseil municipal de Jeudi soir, avec un vœu sur la 5G des écologistes, deux questions orales du groupe EELV sur les déchets alimentaires et du groupe de la majorité municipale, ce qui n’est pas son habitude,  sur l’année passée qui a permis à la maire adjointe chargée du développement économique de rappeler toutes les actions de la municipalité en faveur du commerce et de l’artisanat durant cette crise sanitaire et ces fêtes de fin d’année. Durant ces 3 h, plusieurs sujets brûlants ont suscités quelques échanges vifs entre la majorité et l’opposition.

    Tout d’abord sur le renouvellement de la convention de coordination entre les forces de police nationale et municipale (2020-2023), fruit d’un contexte propre à Vanves selon le maire adjoint chargé de la sécurité, avec la réunion mensuelle d’une cellule qui fait un état des lieux, et de la réunion annuelle du CLPDS. Comme il l’a expliqué, la police municipale n’a pas vocation à remplacer la police nationale dans ses fonctions régaliennes. «On constate une réduction des effectifs, et une réduction de sa présence par rapport à ce qui était annoncé en débit d’année» a fait remarquer Séverine Edou (LREM). «Les effectifs sont actuellement de 7 agents, un  recrutement d’un agent supplémentaire est en cours. Par rapport à 87 candidatures, peu ont été concluantes avec 6 embauches. Car on a fait le choix de la qualité. On refuse les mercenaires» a répondu le maire adjoint. Le groupe EELV a regretté l’exécutif municipal qui refuse qu’un élu de la minorité participe à la cellule mensuelle, «signe d’un manque de confiance. Vous n’acceptez ainsi qu’on ne participe qu’une fois pas an aux affaires de la commune concernant la sécurité et la prévention » a réagit P.Toulouse  (EELV) dont le groupe s’est abstenu

    Ensuite, la création d’une commission consultative d’étude et de prospective (CCEP)  afin de donner la possibilité grâce à des vanvéens d’éclairer la municipalité sur certains thèmes, donner quelques directions sur certains thèmes. «L’idée est d’apporter une contribution de personnes extérieures au conseil municipal sur des sujets dont souhaite se saisir notre assemblée» selon E. Martin, maire adjoint.  «Avec une volonté d’être prospectif sur les questions soulevés» selon le maire qui a donné un exemple de saisine comme la requalification de la rue Raymond Marcheron.  Ce qui a suscité des questions de l’opposition sur les critères de dèsination des participants, sur le manque de transparence, sur sa possibilité d’être en désaccord… (EELV), sur son opportunité puisqu’existait déjà un CESEL (EELV) , en demandant qu’un membre de chaque groupe minoritaire en fasse partie, et si la municipalité avait une base de données de personnes compétentes et experts. «Le CESEL partait d’un bon sentiment après les comités consultatifs qui n’ont pas fait leur preuve. Certains y ont vu une tribune pour l’opposition. A partir du moment où on a fait le constat d’un échec, on perdu 1/3 puis 2/3 des membres, on a trouvé autre chose avec cette commission en évitant tout politisation  que l’on maîtrisera avec des personnalités qualifiées locales ou extérieures et l’on consultera  les conseils de quartiers… » a répondu le Maire qui a précisé  que les informations recueillies par exemple sur la requalification de la rue R.Marcheron fera l’objet d’une consultation  et d’un avis suivi par les deux maires qui travailleront sur ce dossier. «C’est une commission d’information consultative » a-t-il conclu . Le Conseil municipal décidera aprés. « 0n a la chance d’avoir des talents à Vanves. Je comprends que l’on créé une commission qui se renouvelerait » remarquait Gabriel Attal.  

    Enfin, le don du promoteur/constructeur Franco-Suisse de l’œuvre «Jeunesse » du sculpteur Michel Serraz d’une valeur de 12 000 € à la ville, réplique de la sculpture en plybéton installée dans la cour de l’école Larmeroux. Il a posé un problème éthique à l’opposition, marcheurs et écologistes qui parlent de publicité clandestine, « ce geste faisant le doute sur les contraintes du PLU » -  « c’est pitoyable » a réagit le maire qui s’en est pris à S.Edou en lui reprochant de travailler pour un promoteur de luxe, ce qui est bien sûr diffamatoire, alors qu’elle soutenait l’avis des écologistes. «Ce sont des suspicions et des sous entendus qui ne grandissent pas les élus. Cela est régit par la loi. Nous avons déjà plusieurs œuvres d’arts et des monuments rénovés dont la chapelle Larmeroux grâce à Bouygues immobilier. Il n’y a  rien de non transparent » s’est défendu le maire en étant remonté face aux mensonges qu’il voit circuler sur les réseaux sociaux. «On ne fait aucune accusation. On pose le doigt sur le fait que le promoteur fait des opérations sur la ville ! (au Clos Montholon, et rue G d’Estrée).  Alors comment interpréter le fait qu’un promoteur fasse une donation » a demandé Thibault Lejeune (EELV).

  • PLATEAU DE VANVES : SECURITE ET PREVENTION AU MENU DES ECHANGES

    La seconde réunion publique de quartier lundi dernier à l’école Marceau pour le Plateau était limite. L’assistance a écouté, et posé des questions bien sûr, le maire et deux ses  adjoints, pour ce qui tenait lieu d’un bilan comme l’a constaté un participant. Lorsque le maire a introduit cette réunion, la dernière d’une mandature qui s’achève, d’une série de 36 réunions réunissant à chaque fois 100 à 150 personnes durant ses 6 ans, sans compter les réunions consacrées à des projets ou des sujets spécifiques. Lorsque les travaux de la ville ont été présenté par son adjoint à l’urbanisme avec des focus sur le cimetière, le PMS A.Roche, les installations sportives extérieurs du lycée Michelet, l’installation d’une librairie « Le Cheval vapeur » dans les locaux de lex-vétérinaire : «On commence des travaux d’aménagement depuis que l’on a obtenu l’accord du conseil syndical le 20 Novembre dernier. Il aurait été dommage qu’il n’y ait pas de librairie à Vanves où le siége de Hachette Livre s’est installé » a indiqué le maire en précisant que la ville a reçu une subvention de 30 000 € de la Région

    Enfin, lorsque l’adjointe au maire à la sécurité, Marie Françoise Goloubtzoff,  a présenté la mise en place  des agents de médiation  et le renforcement de la police municipale : «Vous avez découvert cet été , cette équipe  agents de médiation habillés en bleu,  qui étaient présent sur le terrain  entre 17H et minuit, entre le 15 Juillet et le 12 Octobre. Ils sont allés à rencontre des jeunes pour leur proposer des activités sportives, des sorties dans les bases de loisirs régionales. Ils ont relevé ce qui n’allait pas dans la ville, se sont tournés vers les personnes vulnérables, ont fait un travail d’humanisation, réglés des conflits entre jeunes, des conflits de voisinages, des problèmes de tapages nocturnes. Ils ont réussi à apaiser la situation autour du square des droits de l’enfant » - « Maintenant ils sont allés dans le square Jarrousse » remarquait une participante – «ces médiateurs sont passés au MacDonald  et ont obtenu  du mieux ! » ajoute t-elle. « Maintenant il y a les livreurs qui font du bruit en attendant d’aller faire une livraison !» remarque un autre participant – « Il faut demander à Macdo de prévoir un abri dernier » a-t-elle répondu, en concluant :«Je pense que le maire reconduira cette action l’année prochaine ! » - « Je ne sais pas si je serai là ! » a tout de suite réagit Bernard Gauducheau – « J’ai dit le maire de Vanves, pas Bernard Gauducheau ! » a précisé MF Goloubtzoff.

    Elle a annoncée que la police municipale est passée de 5 à 8 agents, avec 2 agents administratifs à l’accueil et à la vidéoprotection où il fait de la veille. Les patrouilles qui se déroulaient jusqu’à présent enre 10H et 18H30, devraient démarrer à 7H et se terminer à 20H, et le samedi entre 7H et 14H. Ce qui leur permettra, le matin par exemple,de faire la police des chantiers et veiller à ce que les camions ne provoquent pas d’embouteillages en bloquant des rues, et de fluidifier ainsi la circulation tout en rappelant la réglementation. Ils travailleront en binôme, deux en voiture , deux à pied ou en vélo…

  • REUNION PUBLIQUE DU PLATEAU : DEBAT SUR LA SECURITE DE VANVEENS EXCEDES PAR L’INCIVILITE

    Le maire de Vanves a repris ses réunions publiques de quartier qui l’a conduit lundi soir à l’école Marceau où trois thèmes, en autres, ont été abordé : Le bureau de Poste, la sécurité, les arrêts du 89 et les travaux de requalification du Plateau. Beaucoup étaient venus pour échanger sur la sécurité dans une ambiance citoyenne et républicaine qui a donné une haute tenue aux échanges qui ont duré plus d’une heure. «C’est un sujet de préoccupation pour le maire et les élus» n’a pas caché Bernard Gauducheau face à des riverains qui se plaignaient des nuisances provoqués par ses scooters qui font des rodéos et ses dealers qui traînent dans les rues piétonnes, lorsque ce n’est pas des bandes de jeune qui investissent des halls  ou traînent autour d’un banc pratiquement toute la nuit.

    Marie Françoise Goloubtzoff, maire adjointe chargé de la Sécurité a tentée d’apporter des réponses précises, d’autant plus qu’elle vit sur le Plateau et que « les problèmes que vous vivez, je les vis au quotidien ». Elle a rappelé la réunion qui s’est tenu la semaine dernière avec le commissaire et des représentants de chaque quartier qui ont posés des questions. «Le commissaire a rappelé que nous sommes une ville calme quand on se compare à des villes voisines. On a certes, des inciviltés, avec ses regroupements, ses scooters, ces ventes illicites de drogue… Cependant, ces éléments ne justifient pas pour  que la préfecture de police mette des effectifs pléthoriques. Ses effectifs sont faibles ! Il n’y a plus de BAC, malgré un renfort de fonctionnaire, qui a permis au commissaire de mettre 3 agents dans un véhicule présent 24H sur 24 sur le terrain, ce qui n’était pas le cas auparavant. Le commissariat agit avec des priorités, et fait appel à des effectifs complémentaires du département, comme ce fut le cas le 4 Novembre dernier où 40 individus étaient rassemblés re A.Comte. Il s’est avéré qu’ils tournaient un clip, mais sans autorisations, ce qui ne se fait pas. Comme pour la drogue, il s’agit de la petite revente, la police verbalise »

    Du coup, Vanves fait avec les moyens qu’elle a : 7 policiers municipaux qui jouent une certaine complémentarité avec la police Nationale. Ils font respecter les arrêtés municipaux, comme pour les chiens qui doivent être tenus en laisse, en effectuant des vérifications. Deux personnes ont été verbalisés avec des chiens ressemblant à des rockwellers.  Pour les rodéos de motos et de scooters, la ville essaie de clôturer les voies piétonnnes, mais il faut laisser un passage aux deux roues et aux handicapés… « Nous étudions d’autres moyens dissuasifs. Nous avons 8 caméras de vidéosurveillance sur le Plateau. On pourrait en rajouter. On prévoit des caméras de verbalisation, mais surtout pour fluidifier la circulation sur les grands axes en faisant la chasse au stationnement en double file » a-t-elle précisé. Un débat s’en est suivi sur lequel reviendra le blog demain