Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

plateau de vanves - Page 3

  • AUX FRONTIERES DE VANVES, DEUX EXEMPLES CONTRADICTOIRES DE RECONVERSIONS

    TOUR INSEE : LE FEUILLETON CONTINU

    La ville de Malakoff a demandée à l’Etat, dans un communiqué de presse le 13 Mars dernier, l'arrêt du projet de destruction de la tour abandonnée depuis 2015 pour y construire le centre administratif du ministère des Affaires sociales. La Ville s'y oppose. Un projet, qui a déjà reçu un triple avis défavorable de la commission d’enquête, Cette fois-ci, la Ville s’appuie sur la déclaration Chaillot, signée par la France en mars à l’issue du Forum mondial Bâtiments et Climat organisé par l’ONU. La déclaration stipule qu’il faut «prioriser la réutilisation et la rénovation des infrastructures et bâtiments existants afin de minimiser l’emploi de matériaux non renouvelables, de maximiser l’efficience énergétique et de viser la durabilité environnementale». Selon la municipalité, «le futur projet Insee est en totale contradiction avec cette déclaration signée en grande pompe par la France», estime la municipalité. 

    MATA CAPITAL DONNE UNE SECONDE VIE

    Flambée des taux d’intérêt, télétravail, normes environnementale, l’immobilier professionnel souffre et mise sur le recyclage rebondir en cette période de crise. Ainsi le marché de bureaux vise la reconversion comme l’a démontré Mata Capital, la semaine dernière lors du salon du marché immobilier à Cannes (MIPIM 2024). Cette société a mis en avant l’important chantier de réhabilitation, en cours dans le quartier du Plateau.  Il porte sur les trois immeubles de l’ancien siège d’Orange construits dans les années 1980.  En bordure du bd Périphérique cet ensemble de 29 000 m² sur 173 mètres de long  représente 20 % de la frontière entre Paris et Vanves. . Rebaptisé 360, celui-ci sera livré au second semestre 2024. « Nous avons repensé les façades pour les doter de baies vitrées toute hauteur, ajouté des balcons et coursives pour amener de la verdure, sans compter le toit terrasse, et créé plusieurs espaces de restauration, ainsi que des commerces, une salle de sport et un atelier de réparation de vélos, le tout avec une circulation repensée et des connexions sur le quartier», explique-t-on chez Mata Capital «Cette opération redonne une seconde vie à ces bureaux, en conservant leur fonction originelle tout en leur ajoutant de nouveaux usages. Et témoigne de l’intérêt actuel des propriétaires et investisseurs pour la transformation de leurs actifs» constate un observateur averti du marché de l’immobilier de bureaux

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    TAGS ANTI SEMITES

    Depuis le début du conflit entre Israël et le Hamas, les actes antisémites sont en hausse en France :  des étoiles de David symbole de la religion juive et de l'Etat d'Israël, taguées en bleu, ont été découvertes sur des immeubles du 14e arrondissement, d’autres ont été constatés à Saint-Ouen, Saint-Denis et Aubervilliers (93),  à Fontenay aux  Roses…Mais aussi  à Vanves (92) la semaine dernière, soit une cinquantaine faits similaires dans l’agglomération parisienne . «Je condamne avec la plus grande fermeté les tags antisémites. Ces actes immondes sont contraires aux valeurs fondamentales de notre République. A Vanves, nous travaillons au quotidien pour que notre ville soit un lieu d’échanges, de laïcité et de bien vivre ensemble » a réagit Bernard Gauducheau maire de Vanves. La Ville de Paris a saisi dès mardi dernier la Procureure de la République au titre de l'article 40 du code de procédure pénale afin d'identifier, poursuivre et condamner avec la plus grande fermeté les auteurs de ces actes. Ce chef d’accusation est aggravé par la circonstance d’avoir été commise en raison de l’origine, la race, l’ethnie ou la religion. Au total, le délit est puni par une peine maximale de quatre ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende. «Les auteurs devront être poursuivis et sanctionnés par la justice avec la plus grande sévérité ». Carine Petit, maire du 14e arrondissement a également publié un communiqué pour dénoncer un «acte de marquage qui rappelle les procédés des années 30 et la seconde guerre mondiale qui ont conduit à l’extermination de millions de juifs.»

    FAUSSE ALERTE

    Après le quiproquo de la place de la République le 22 Octobre où la police est intervenu pour arrêter un tournage non autorisé, ce qui n’est pas très malin, vu l’état de psychose qui régne avec un plan vigipirate au plus haut niveau et ces exactions antisémites, Vanves  a été , de nouveau, le théâtre le 30 Octobre, d’une fausse alerte sur le plateau :  Dans un immeuble de la rue Danton, le  Raid, la police, les pompiers avec un véhicule premier secours, sont intervenus, bloquant tout le quartier. Tout simplement à la suite sûrement d’un signalement de locataires qui ont cru qu’un voisin, quelque peu dérangé psychologiquement, voulait s’en prendre à eux. Cet individu était connu dans le quartier, pour faire les poubelles, et ramener chez lui, le résultat de sa collecte qu’il entreposait et amassait dans son appartement  ou à l’entrée, dans le couloir.  Or il s’avére qu’il aurait mis une affiche du genre « Si vous approchez ou tentez d’entrer, je vous tue ! ». Vu le contexte actuel, la police a été appelé avec cette intervention musclée, pour arrêter cette personne qui a été interné en hôpital psychiatrique

  • COMMERCES A VANVES : « TOUT VA TRES BIEN MONSIEUR LE MAIRE ! »

    «Nous avons été pendant les six derniers mois touchés par les crises économique, énergétique, sanitaire avec les répercussions de la guerre en Ukraine qui a fortement impactée les commerces » a expliqué Christiane Vlavianos maire adjoint lors de la réunion publique du quartier du Plateau (sur la photo), avec « l’apparition de nouveaux comportements de la part des consommateurs » en citant le télétravail, l’e-commerce, sans parler de certains  métiers sous tension comme la restauration. Une entrée en matière lors d’un point d’actualité sur le commerce à Vanves, notamment sur le Plateau puisqu’elle est en charge de ce dossier, aidé d’un conseiller municipal délégué, avec un service du développement économique, un manager du commerce pour accompagner les commerçants, être auprès d’eux, assurer une veille des locaux vacants. « Nous avons réalisé une trentaine d’ouverture et de reprise depuis le début de la mandature » a-t-elle indiqué en citant le primeur de la rue Jacques Jézéquel, l’agence Centhury 21 place du 8 Mai 1945 sur le plateau,  en ajoutant un mot sur les animations commerciales : « Vanves est l’une des rares villes à en faire autant »

    Elle a annoncée l’arrivée d’une imprimerie, installée rue Mary Besseyre, dans l’ancien local occupé par le bureau de poste. Une participante a demandé si la mairie ne pouvait pas rendre plus attrayant ses abords car c’est vraiment «pouilleux» : « Il est vrai que la devanture n’est pas terrible, mas grâce à la subvention de la Métropole du Grand Paris (MGP) nous pourrons faire quelque chose  en accord avec la copropriété ». Une autre vanvéenne en a profité pour demander où on en était d’un relais-Postal au Plateau. « Vous en avez un à côté de Franprix ! » s’est elle vu répondre

    Christiane Vlavianos a confirmée la fermeture de l’agence BNP à la mi-Octobre car elle regroupe son personnel et ses services à son agence de la place De Lattre de Tassigny qui a été complétement rénové. Cette agence à l’angle Pasteur/Victor Hugo devrait être remplacé par un commerce de proximité.  Dans l’ancienne boucherie/Charcuterie, la chaîne Prix Miam a fermé après ouvert en Mai dernier car ce concept n’a pas fonctionné, mais devrait remplacé par un autre commerce selon Concept Store.

    Les échanges ont concernés le marché après l’annonce du changement des jours (Mercredi/Jeudi/samedi), certains demandant un marché en fin d’après-midi comme à Issy les Moulineaux. « C’est une question récurrente » a reconnu la maire adjointe en  répondant que ce n'est pas possible de demander aux commerçants qui se partagent  entre les deux marchés de Vanves et Malakoff de le faire, pour des raisons pratiques. « D’ailleurs à Malakoff, le marché est moins cher ! C’est pourquoi  des vanvéens vont y faire leurs courses » a remarqué une participante. « La clientèle n’est pas la même ! Et ils font les mêmes prix » a-t-elle assurée. D’ailleurs, elle est revenu sur ce petit marché d’habillement du vendredi après midi rue J.Jaurés, en faisant remarquer qu’on ne peut pas l’étendre pour des raisons, là aussi, pratiques, d’installation et d’enlévement à cause du manque de place pour les camions.  C’est à ce moment là qu’un adhérent d'Agir pour le Plateau a posé la question  sur le commerce de la place des Provinces (Cf le blog du 27 Septembre).