Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

hachette livre - Page 6

  • HACHETTE A VANVES : LE CHANTIER EMBLEMATIQUE DE L’ANNEE 2013

    Autant le dernier semestre 2012 a été consacré à la démolition de l’ancien bâtiment, autant l’année 2013 sera consacrée à la construction du nouveau siége d’Hachette même si le chantier a pris quelques semaines de  retard avec la phase d’évacuation des gravats. Les deux grues de 60 et 45 m devraient être installés ses prochains jours, avec la construction d’un mur de souténement tout autour du futur bâtiment.

     

    Rappelons que ce bâtiment de 20 000 m2, réparti sur 7 niveaux devrait accueillir 700 à 800 salariés. Il a été confié à l’architecte Jacques Ferrier qui parle d’un immeuble fragmenté en hauteur et en verticale, notamment sur la façade côtée rue, d’un bâtiment clair, lumineux, transparent, à l’intérieur de la parcelle,  avec des  loggias pour éviter des façades en verre lise, d’un jardin de 2000 m2 mettant à distance le bâtiment de la villa Colsenet, avec un porche d’entrée, d’espaces verts en pleine terre à la place du parking, offert à la vue des utilisateurs et des voisins. Tout en faisant remarquer que la  surface de bureaux double tout en construisant un bâtiment plus réduit au niveau hauteur (27,50 m au lieu de 32) en étant très généreux au  niveau des espaces et des articulations, sachant qu’il occupe une emprise de 2800 m2 au lieu de 3500 m2.  « Un ouvrage prestigieux qui ne doit pas ressembler  à un immeuble de bureaux ». Il a fait l’objet de deux réunions publiques de présentation du projet et de présentation du chantier. Un  blog « Chantier 58 Bleuzen » a été mis en ligne par la Ville de Vanves ( www.chantier-58-bleuzen.vanves.fr) et une sentinelle a été désigné, Bernard Ollivier.

     

    Un bilan sur le premier trimestre de chantier a été fait lors de la réunion publique du quartier du Plateau où beaucoup de riverains s’étaient déplacés  «  « Nous sommes dans une phase d’enlévement des gravats qui sont triés et recyclés. Les premières fondations et les murs de soutainement ont été réalisés à côté de la voie SNCF » répondait justement Bernard Ollivier face aux critiques de quelques riverains dont M.Pariselli habitant de la villa Colsenet : « On a souffert de la poussiére, et maintenant du bruit et des vibrations. Hachette s’était engagé à éclairer le passage piéton. Rien n’a été fait ! ». Auquel avait répondu Bernard Gauducheau : « « C’est vrai que l’on ne peut pas faire un chantier sans nuisance. On s’en enquiéte, on s’en préoccupe avec une sentinelle. Ce chantier n’est pas simple. La démolition et les fondations sont très pénalisantes. Mais on ne s’en sort pas trop mal. Après les fondations, les nuisances devraient se réduire. Vous êtes passé par le plus dur. Et ils suivent leur planning » Il est vrai que l’enlévement de  la grosse pince hydraulique enlevée en pleine nuit à cause d’un convoi exceptionnelle, a fait du bruit.  « Mais  les riverains avaient été prévenus ». Contrairement au câble sectionné qui empêché la diffusion du journal de France 3 Paris Ile de France à la mi décembre dont personne ne s’est aperçu habitué aux gréves de cette chaîne publique régionale.  

     

    C’est une nouvelle étape pour  Hachette Livre, filiale d’Hachette, toute petite entreprise séculaire fondée en 1826 qui est devenu le 1er éditeur mondial avec 2,2 milliards de chiffre d’affaire, 100% propriété du groupe Lagardére. Elle a connue des métamorphoses avec une internationalisation de l’entreprise. Sa  direction générale,  installéseà Grenelle, déménagera dans ce  nouveau bâtiment avec les services supports, les maisons d’éditions (Hachette Education, achette Tourisme…) ».

  • LES RIVERAINS D’HACHETTE LIVRE A VANVES VEULENT PRESERVER LEUR PART DE SOLEIL

    La série de réunions publiques consacrées aux projets immobiliers dans notre commune a pris fin par la présentation du projet d’Hachette Livre rue Jean Bleuzen qui inquiétait les riverains, notamment de la Villa Colsenet, depuis plus d’un an, la majeure partie ayant peur de perdre leur « part de soleil ». Il n’est pas sûr que certains d’entre eux soient rassurés après la réunion de mardi soir à l’école Marceau

     

    « On souhaite toujours organiser une réunion publique  sur tout projet d’envergure concernant Vanves » a déclaré d’emblée Bernard Gauducheau en présentant les poersonalités présentes à ses côtés, le directeur de la communication d’Hachette Livre et surtout l’architecte Jacques Ferrier qui a réalisé le pavillon français de l’exposition universelle à Shanghaï. «Vanves ne compte pas beaucoup de grandes entreprises. C’est pourquoi nous souhaitons les garder. Nous sommes très ataché à ce que cette entreprise reste à vanves comme France 3 Paris Ile de France ».

     

    Le Dircom d’Hachette Livre a présenté cette filiale d’Hachette, toute petite entreprise séculaire fondée en 1826 qui est devenu le 1er éditeur mondial ave 2,2 miliards de chiffre d’afaire, 100% propriété du groupe Lagardére. Elle a connue des métamorphoses dans une internationalisation de l’entreprise, les bâtiments de Vanves abritant plusieurs services  et devant bientôt en accueillir d’autres, dont la direction générale,  installés à Grenelle dans un bâtiment qu’ils doivent quitter. De surcroît, l’immeuble de Vanves arrivait à l’âge limite de 40 ans, plus du tout aux normes, avec différents problèmes de fonctionnalités, de confort…. « Nous allons raser cet immeuble pour en construite un neuf afin de loger la direction générale du groupe, les services supports, des maisons d’éditions (Hachete Education, achette Tourisme…) » a-t-il expliqué en indiquant que le nouveau siége accueillera 600 personnes, d’un âge moyen de 40 ans, dont 75% de cadres. Pendant la période de reconstruction, il va s’installer momentanément à Malakoff  et il réintégrera Vanves après. Enfin, il a rapidement parlé de la procédure suivie pour désigner le cabinet d’architecte Ferrier

     

    Jacques Ferrier a présenté un projet déjà bien avancé sur l’emprise foncière déjà utilisé, après une étude très précise et poussée du contexte urbain.  « Notre travail a portée sur l’idée d’échelle avec des bâtiments de bureaux assez massifs autour » a-t-il expliqué en parlant d’un immeuble fragmenté en hauteur et en vertical, notamment sur la façade côté rue, d’un bâtiment clair, lumineux, transparent, à l’intérieur de la parcelle,  avec des  loggias pour éviter des façades en verre lise, d’un jardin mettant à distance le bâtiment de la villa Colsenet, avec un porche d’entrée, d’espaces verts en pleine terre à la place du parking, offert à la vue des utilisateurs et des voisins. Tout en faisant remarquer que la  surface de bureaux double tout en construisant un bâtiment plus réduit au niveau hauteur (27,50 m au lieu de 32) en étant très généreux au  niveau des espaces et des articulations, sachant qu’il occupe une emprise de 2800 m2 au lieu de 3500 m2.  « Nous avons fait un travail de dentelle sur la dématialisation du bâtiment, sur le côté découpoé et affirmé du bâtiment qui n’a rien à voir avec des bureaux classique », « sur la toiture qui ne sera pas banale et sera à la ême hauteur que France 3 Ile de France »

     

    Les questions ont concernées bien sûr l’ensoleillement – « on  a travaillé sur une optimisation maximum de l’ensoleillement » -   les zones d’ombres en limitant leur impact sur le voisinage  - « nous ne développons pas d’ombres sur la vlla Colsenet » - le maire demandant un commentaire sur les esquisses des tracés de l’ombre en fonction de la période de l’année – « on a étudié l’immeuble pour un impact minimum » -  les hauteurs – « inférieures au bâtiment existant » - certains riverains insistant, pinaillant sur ces questions, parlant de « mur de l’Atlantique » car « il n’y a pas beaucoup de villa Colsenet à Vanves ». Ce qui a provoqué l’intervention du maire qui a précisé que « la ville avait demandée de préserver la villa Colsenet et son ensoleillement qui était quasiment celui d’avant. Elle faisait partie des exigences que la mairie a indiqué ». Le Dircom a expliqué qu’ils avaient veillé sur les équipements techniques, le bruit, l’aspect visuel, les toitures en envisageant des toitures paysagéres, le jardin qui est l’un des enjeux du projet tout en  notant que la Villa Colsenet aura à la place d’un parking, un jardin qui la valorisera. Mais il semble qu’il n’ait pas été entendu

  • LE MAIRE DE VANVES ET LES CHANTIERS : « Nous avons redonné à Vanves une attractivité ! »

    « Vous devez constater que dans la commune beaucoup de chantiers se déroulent et que cela bouge à Vanves. Il faut accepter cette situation car nous avons redonné à Vanves une attractivité. Cette ville sera bientôt comme un arrondissement de Paris. Le cœur de l’agglomération s’étend. Nous voyons que Vanves rattrape Paris au niveau des prix. C’est devenu certes moins acceessible. Mais c’est une revalorisation du patrimoine. Ce phénomùéne est incontournable. Et c’est un bien ! Nous ne pouvons que nous réjouir de ce mouvement. La ville se requalifie, se re-modernise. C’est un cap un peu difficile à passer » a expliqué lundi soir Bernard Gauducheau lors de la réunion publique du quartier du Plateau, en citant France Paris Ile de France qui reste à Vanves, Hachette Livre qui regroupe toutes ces activités dans son immeuble à Vanves qui sera agrandi, tout comme Etap Hôtel qui s’agrandira d’un étage supplémentaire à la condition de revoir son projet en rénovant son bâtiment … « C’est un bon signe ! Et la rançon de la gloire. Vanves aura été ainsi ré-aménagé. Mais une ville est en éternel mouvement. D’où l’utilité d’un PLU qui sert à encadrer les projets et à garder à notre ville le caractère qui en fait le charme »

     

    C’était en quelque sorte la grande déclaration de la semaine  du maire de Vanves qui a répondu à de nombreuses questions lors de cette réunion à l’école Marceau, notamment sur la voirie, le stationnement, la sécurité routiére : Il a regretté que le stationnement d’autocars n’ait pas été prévu lors de la réalisation des bâtiments accueillant Etap Hôtel et le MacDonald. Mais il devrait s’emparer de cette question soulevée par des vanvéens tout comme de celui des cars devant l’hôtel Mercure. Un participant l’a interrogé sur la couverture du Bd Périphérique pour savoir où cela en était : « J’ai écris au Maire de Paris. J’ai l’impression qu’ils n’ont pas prévu les financements, ainsi que pour le réaménagement de la porte Brançion » a-t-il expliqué en constatant « une perte d’efficacité dans les relations de Paris avec ses villes voisines ».

     

    Un autre l’a interrogé sur le requalification de la rue Auguste Compte : « Cela fait partie de la requalification du Plateau » a-t-il répondu en rappelant qu’un travail a été engagé pour bien définir les espaces qui sont publics et ceux qui sont privés avant d’intervenir dans ce quartier. Un vanvéen a regretté que cette requalification de Sadi Carnot n’ait pas été prolongé jusqu’à la rue Louis Vicat. « On aurait aller aussi jusqu’à la gare de Clamart ! » en insistant sur le coût de cet aménagement.   Un quatriéme s’est inquiété de cette place du 8 Mai sans feux tricolore : « Elle sera dans une zone de rencontre où la circulation sera limitée à 20 km/h. Cela génére de la sécurité, car le feu vert incite les automobilistes à accélérer  » a-t-il répondu. C’est exactement l’explication que les Verts avaient donnés en proposant ce genre d’aménagement avec des zones « 30 » et « 20 » lors de la campagne des municipales de 2008

    Voilà ce que Pierre Toulouseexpliquait le 17 Janvier 2008 en proposant de supprimer les feux tricolores de la rue Jean Jaurés où tout le monde se plaint des excés de vitesse de nombreux véhicules. « Pourquoi ? A cause de ses deux carrefours à ses deux extrémités (8 Mai 1945 et Albert Legris). Des carrefours giratoires (avec priorité à gauche) régleraient le problème, parce que les conducteurs ne seraient pas tentés d’appuyer sur le champignon lorsqu’il voit le feu passer au vert au bout de la rue pour éviter d’attendre 1mn30s au feu rouge. Il faudra beaucoup de courage pour supprimer les feux tricolore parce que c’est liée à la sécurité routière » reconnaissait il alors. On y arrive !

     

    La question sur les radars pédagogiques dont on parle beaucoup actuellement est revenu sur le tapis, un participant posant une question sur leur eficacité : « Sur 72 000 véhicules qui circulent quotidiennement rue Jean bleuzen, une dizaine seulement dépasse les 50 km/h. Malheureusement il suffit d’un seul pour provoquer un accident ! » Un autre a demandé ce qu’il envisageait au Square Marceau : « Il n’est pas prévu d’y toucher ! On ne peut pas tout casser ce qui a été fait. Surtout qu’il n’y a aucn raison de le faire ! »

     

    A SUIVRE …