Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

conseil municipal de vanves - Page 5

  • LES RENDEZ-VOUS A VANVES D’UNE SEMAINE DE VOTES ALTERNES : BUDGET DE VANVES ET DE GPSO…PUIS 2éme TOUR DES ELECTIONS DEPARTEMENTALES

    Mardi 24 Mars

    A 19H30 à Panopée (Festival Artdanthé) : « Eau sauvage de Julien Fisera, dispositif scénique pour une comédienne seule. Dans une boîte lumineuse, Bénédicte cerutti, la comédienne, fait entendre, dans un rapport de proximité avec le public, les paroles d’un pére préoccupé jusqu’à l’angoisse, du bonheur de sa fille.

    A 21H au théâtre Le Vanves (festival Ardanthé) : « Western » de Perrine Mornay qui a travailé sur ce genre cinématographique et l’interpréte à sa façon

    Mercredi 25 Mars

    A 19H à  l’Hôtel de Ville : Conseil Municipal qui votera son budget 2015 qui devrait réserver des surprises au niveau des économies qu’impliquent la baisse des dotations de l’Etat et l’augmentation de la péréquation comme l’a indiqué le maire lors de ses dernières interventions : Une dette communale qui devrait augmenter, plus de feu d’artifice au 14 Juillet,  plus de petits fours pour les cérémonies patriotiques en dehors du 11 Novembre et du 8 Mai….  Il votera les taux d’imposition qui, en 2015,  ne bougeront pas, une augmentation des tarifs du stationnement payant, les subventions aux associations devant baisser, avec une subvention exceptionnelle pour le Secours Catholique. Il devrait donner un avis favorable à la désaffection des propriétés situés sur les terrains A.Briand où est prévu le projet immobilier, et son feu vert aux conventions financières passées avec le SIPPEREC pour enfouir les réseaux de fibres optiques d’Orange et de NC Numéricâble.  

    Jeudi 26 Mars

    A 18h30 à la Mairie de Boulogne :  Conseil communautaire GPSO qui devrait voter son budget 2015

    A 19H30 à Panopée (Festival Artdanthé) : « Alors est-ce que c’est là que ça commence… » création de Clémentine Baert qui est un monologue sur l’identité, ce qui constitue un individu et les rôles qu’il choisit consciemment ou pas de jouer vis-à-vis de lui-même ou des autres. C’est un voyage initiatique, une errance qui va conduire cette femme à s’accepter telle qu’elle est.

    A 21H au théâtre Le Vanves (Festival Artdanthé) : « Temps de pose » de Benjamin Abitan du théâtre de la Démesure. Le Caravahe qui a bu trop de café, cherche comment peindre son Ecco Homo et finit par mettre ses modéles un peu mal à l’aise

    Vendredi 27 Mars

    A 18H30 à l’Hôtel de Ville : Remise de deux médailles de la Jeunesse et des Sports à 2 membres de la section Pétanque : Jacques Thoine et Catherine Barriot

    1 19H30 à la librairie des Bénédictines : Présentation de livre « Je n’avais plus le choix, il fallait fuir – Paroles de réfugiés » par l’ACAT (Actions des Chrétiens pour l’abolition de la Torture) avec Marie Larger et Anne-Marie Mainguet

    A 20H30 à Saint François : Dans le cadre de l’année de la Vie consacrée, échanges sur « la voie dominicaine »

    Samedi 28 Mars

    A 9h au lycée Michelet :  Concours d'éloquence au Théâtre du lycée,  sous l'égide du Lion's Club.

    A 10H au Tout Va Mieux : Café Théo sur le théme : « Dieu miséricordieux jusqu’où ? »

    A 14H30 à l’espace Gazier : Atelier Danse et jeux chorégraphiques organisé par l’ESCAL avec la danseuse Maud Miroux  de la Compagnie Ouragane

    A 19H au Lycée Michelet (Théâtre) : Ouverture du 7éme Festival Cinéma Ecologie organisé pa la Ruche de Vanves et le Panier Vanvéen (AMAP de Vanves) sur le théme « Le climat change, et vous ? »  avec la projection à 20H du film « L’urgence de ralentir » de Philippe Borrel suivi d’un débat.

    A 20H30 à l’église Saint Remy : Concert spirituel avec des pièces vocales sacrées du baroque à nos jours par l’ensemble « Les accordés » ».   

    Dimanche 29 Mars

    A 8H Dabs les Bureaux de Vote de Vanves : 2éme tour des élections dépattementales

    A 10H à Saint François, à 10H30 chez les Bénédictines, A 11H15 à Saint Remy : Messe des Rameaux qui attire généralement beaucoup de paroissiens

    A 15H30 au PMS A.Roche : Match de football Stade de Vanves- Saint Cloud

  • AVEC SON AVIS NEGATIF SUR L’EPF REGIONAL, VANVES PREND POSITION DANS LA QUERELLE DES COMPETENCES DE LA FUTURE METROPOLE DU GRAND PARIS

    L’une des conséquences de la loi MAPTAM concernant les Métropoles  qui sert de base à la création de la Métropole du  Grand Paris (MGP), est de créer une seul et unique Etablissement Public Foncier d’Ile de France (EPF IDF) alors qu’il en existe quatre actuellement : l’EPF IDF que n’ont pas voulu rejoindre les départements des Hauts de Seine, des Yvelines et du Val d‘Oise qui ont créé leur propre EPF. Le Conseil Municipal de Vanves qui a été saisi pour avis sur la création de l’EPF IDF et la dissolution des 3 autres EPF départementaux, a émis un avis défavorable le 4 Février dernier pour plusieurs raisons, que Michel Dingreville (UDI) a présenté devant ses collègues.

    Rappelons que ces EPF ont été créé pour procéder à toutes acquisitions foncières et opérations immobilières de nature à faciliter l’aménagement et la construction de logements. Le département des Hauts de Seine a préféré comme les Yvelines et le Val d’Oise de disposer de son propre EPF afin que ce soit bien les élus altoséquanais (maires et conseillers généraux) qui définissent et assurent le suivi de la politique foncière, en lien, avec l’Etat. D’autant plus que « cette intervention prend des formes diverses : acquisitions de logements insalubres et indignes ou à minima obsolètes dans la plupart des cas, entrée dans des copropriétés importantes, prise en charges de « micro parcelles » ayant vocation à ête remembrées, achat de fonciers très diffus dans le tissu existant… Elle nécessite un savoir faire technique important que l’EPF 92 a été amené à développer en lien étroit avec les communes, compte tenu du niveau d’urbanisation du département » a expliqué Michel Dingreville

    « Cette gouvernance locale permet de prendre des décisions adaptées car ancrées et documentées par une bonne connaissance du contexte local. Or la dissolution de cet EPF Hauts de Seine et la création d’un vaste EPF régional constitue une remise en cause de ce modèle de décision de proximité » a-t-il ajouté en donnant les raisons de cet avis négatif : « un risque important de désorganisation de la politique foncière départementale et municipale, la remise en cause d’un modèle de décision de proximité, la perte d’un savoir faire technique local qui a été mis en place avec les communes et leurs services au cours de ses sept dernières années. Enfin, une absence de rationalisation de la gestion et d’effet de levier nouveau : La fusion d’organismes peut être motivée par une volonté de mettre en place des moyens financiers plus puissants et de rationaliser la gestion. Mais l’examen de la situation de l’EPF 92 et de son modèle de gestion, permet de dire que la création de ce nouvel EPF régional n’offre de ce point de vue aucun avantage. Ainsi, ce nouvel EPF ne constitue en aucun cas, un progrés en vue d’un meilleur déploiement de la politique foncière dans les Hauts de Seine. Plusieurs aspects de ce projet conduisent même à conclure que cette réforme risque fortement de ralentir la production de foncier et la création de logements »    

    Cet avis négatif de la commune de Vanves est à replacer dans le contexte politique de la construction de la MGP (Métropole du Grand Paris), et notamment dans le bras de fer engagé par les élus de droite depuis la vague bleue des élections municipales de Mars 2014, avec le gouvernement, et qui prend un nouveau relief depuis que Patrick Devedjian préside Paris Métropole, ce syndicat mixte d’études  qui rassemble, entre autres, tous les maires de la petite couronne. Et son discours est très clair là-dessus : « la principale légitimité de la Métropole est d’entrer en rivalité avec les autres métropoles étrangères – et notamment le Grand Londres -  pour être attractive. Et pour cela, elle doit remplir des compétences stratégiques – Développement économique, transports, aéroports, fluvial…- et il y a un vrai débat de fonds sur ce point qui est trans-partis. La France a besoin d’un outil pour concurrencer le Grand Londres. Et la MGP est cet outil qui lui permettra de construire cette attractivité. La Métropole a été faîte au départ pour régler les questions du logement et assurer une meilleure péréquation, alors que le logement doit rester l’affaire des élus de proximité, car  c’est une question très locale.  D’autant plus que le logement, dans un territoire aussi dense que le nôtre, se construit à la petite cuillère".   

    Et ce débat a pris une nouvelle tournure avec non seulement le rééxamen  d’une partie de la loi MATPAM Créant la MGP, mais aussi la querelle sur les maires reconstructeurs, dont l’un des acteurs, est le maire de Clamart, candidat aux cantonales avec Isabelle Debré, sur lequel le Blog reviendra demain.

  • LE DERNIER CONSEIL MUNICIPAL DE VANVES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE

    JEAN MONNET : A l’occasion d’une question orale, valérie Mahey (PS) ex-présidente du Mouvement européen à Vanves s’est plainte que la stéle rendant hommage au père de l’Europe, dans le square Jean Monnet ne soit pas entretenue, qu’elle était même délabrée dans un quartier pourtant aménagé et embelli. « Des crédits sont ils inscrits dans le budget 2015 pour la rénovation de cette stéle symbole de l’idéal européen ? ». Xavier Lemaire (UDI), conseiller municipal a jugé excessif ce constat. « Nous avons demandé aux équipes chargée de l’entretien de la voirie d’être vigilant ».

    PARC DES EXPOSITIONS : Le grand embouteillage qui a bloqué tous les quartiers autour du Parc des Expositions, et notamment la porte de la Plaine et les rues avoisinantes du parc des expositions, les 20 et 21 Novembre dernier,  a fait l’objet d’une question orale de Jean Cyril Le Goff (PS). Marie Françoise Goulobtzoff, maire adjoint UDI  qui a rappelé les mesures prises depuis 10 ans en concertation avec le Parc des Expositions pour éviter le stationnement dans certaines rues riveraines lorsque les parkings du Parc sont plein, a expliquée que des dysfonctionnements peuvent intervenir.  « Ce fut le cas avec cette paralysie du quartier à cause de la fermeture intempestive des portes du côté de la place des Insurgés de Varsovie. Les poids lourds se sont amassés et ont crée ce grand embouteilage. Un phénoméne exceptionnel ».

    AMIANTE : Vanves comme les 6 autres communes constituant GPSO ont constitué un groupement de commandes en vu de la passation de marché pour réaliser des diagnostics amiante dans les enrobés des espaces extérieurs. « Cette mesure nouvelle n’est pas réjouissante pour nos finances, car elle va augmenter les coûts si on décéle de l’amiante dans nos chaussées » selon Bernard Gauducheau. « Ce qui va poser beaucoup de problèmes à des communes qui risquent de ralentir la rénovation de leur voirie ». 

    REDEVANCE : Le dernier conseil municipal a relevé les redevanves d’occupation du domaine public, car il n’avait pas été actualisé depuis le 1er janvier 2006. 3 objectifs sont poursuivis par la ville : Simplifier les modes de calcul pour les redevances dues par les entreprises lors de chantiers, et intégrer expréssement de nouveaux éléments liés notamment au gros chantiers de construction occasionnant d’importantes perturbations pour la circulation routière. Les tarifs sont ainsi de 0,85€/m2/jour pour un échaffaudage, 1€/m2/jour pour une palissade, 1,70 €/m2/jour pour une baraque de chantier, 150€/demi journée pour des engins de chantiers ou levages.  Ensuite, restructurer la nomenclature des occupations ou utilisations du domaine public par des activités commerciales et intégrer de nouveaux éléments (camions pizzas, food-struck, scooter de livraison), les tarifs variant de 20€/m2/an pour une terrasse, un étalages, une échoppe volante à 50€/m2/an pour des pistes d’accès à une station service comme celle de la rue Jean Bleuzen par exemple. Enfin, prévoir une tarification horaire pour les tournages de courte durée  (960€/jour ou 70€/heure pour le jour, 1905 € /nuit ou 190 €/Heure) et simplifier le mode de calcul des neutralisations de stationnement pour les véhicules techniques (10 à 15 €)

    SIPPEREC : Dans son intervention sur le rapport d’activité du SIPPEREC (syndicat Intercommunal de la périphérie de Paris pour l’electricité et les Réseaux de communication) qui regroupe 107 Collectivités, Michel Dingreville, conseiller municipal délégué a donné quelques chiffres intéressants sur les actions menées dans n,otre communes : Travaux d’enfouissement des réseaux aériens de la rue Murilllo pour lesquels la ville avait conclu une convention de délégation de la maîtrise d’ouvrage à l’instar des travaux d’enfouissement réalisés rues Gresset, Mansart et Arnaud. Participation au financement, sous forme de subventions aux travaux d’améliorations de performances énergétiques comme la réfection de l’étanchéité de la toiture de la créche Boule de Gomme, aménagement de la créche Pain d’Epices, Rénovation de la toiture et des menuiseries de l’hôtel de ville  (menée en plusieurs tranches). Poursuite de la valorisation des travaux d’économies d’énergie sous forme de certificats d’économie d’énergie pour des changements de chaudiéres dans les écoles Larmeroux et du Parc ainsi que le club Murillo, des radiateurs de niveau 1 de l’école Larmeroux avec installation de radiateurs basse température, isolation des planchers de la créche Pain d’Epices, isolation des combles et changement des menuiseries de l’hôtel de ville. Enfin réalisation d’audits énergétiques aux créches Boule de Gomme et Pain d’Epices, à la piscine municipale et à l’hôtel de ville.