Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

andré santini - Page 4

  • ANDRE SANTINI DEPUTE UDI DE VANVES/ISSY A-T-IL SONNE SA DERNIERE CHARGE CONTRE LA LOI SUR LE CUMUL A L’ASSEMBLEE ?

    A l’occasion de la dernière séance de questions d’actualité au gouvernement de la législature, la semaine dernièe, André Santini député maire UDI d’Issy les Moulineaux  s’est livré à une véritable charge contre la loi sur le cumul des mandats qui n’est pas passée inaperçue.  

    « À Issy-les-Moulineaux comme dans cet hémicycle, j’ai consacré ma vie à l’amélioration de celle des Français. Au niveau local, j’ai milité pour faire émerger les nouvelles technologies comme un outil de lien social et de développement économique. Demain, nous devrons faire face à la révolution de l’intelligence artificielle. Aux niveaux national et international, grâce à la loi du 9 février 2005 dite Oudin-Santini, votée à l’unanimité par l’Assemblée nationale et le Sénat, nous avons contribué à ce que plus de 150 M€ soient consacrés à la solidarité internationale dans le domaine de l’eau et de l’assainissement, ce qui a amélioré l’accès à l’eau de 4,5 millions d’habitants du tiers-monde. Demain, nous devrons faire face au défi de l’excellence environnementale, qui est non plus une option mais une exigence légitime. Ce double engagement, aux niveaux local et global, démontre la pertinence de la complémentarité des mandats. J’affirme donc, avec la modestie qui me caractérise, que ces mandats n’ont pas été simultanément exercés en vain. Mais les temps changent. Le Gouvernement a fait adopter une réforme du cumul des mandats. Sans présager de son efficacité ou de son échec, je souhaite que les futurs élus au sein de cette assemblée sachent malgré tout entendre la voix des territoires pour que subsiste la part essentielle de réalisme, nécessaire à l’esprit des lois. À l’aube d’une nouvelle ère pour cette assemblée, messieurs les ministres, éclairez les Français sur les garanties prévues dans cette loi pour préserver sa connexion indispensable avec la réalité du terrain. Comment nos futurs collègues pourront-ils réaliser leur mission de façon efficace ? » a-t-il conclut en étant très applaudis dans les rangs de l’UDI, de LR,  des radicaux et du FG/PC.

    « Pensez-vous réellement que l’énergie que vous avez mise à transformer votre ville aurait été moins forte si vous n’aviez pas été député ? Non, vous auriez eu, monsieur le maire, la même énergie. Pensez-vous qu’au Parlement vous auriez manqué d’engagement, notamment sur les questions de l’eau et de l’assainissement, si vous n’aviez pas été élu local ?  Je ne le pense pas » a répondu Bruno Le Roux (PS) Ministre de l’Intérieur.  « Aujourd’hui, 55 % des élus de cette assemblée ne dirigent pas d’exécutif local : pensez-vous pour autant qu’ils soient moins ancrés dans les réalités que ceux qui cumulent ? L’engagement du président de la République à faire adopter cette loi du non-cumul entre des fonctions exécutives locales et des fonctions parlementaires a été l’occasion d’un débat qui a traversé tous les groupes de cette assemblée, aucun d’entre eux n’ayant eu une position unanime sur cette question.  L’important réside dans l’ancrage territorial et non dans les mandats que l’on incarne. De ce point de vue, le mode d’élection de cette assemblée garantit à tous ses membres de représenter à la fois les intérêts des habitants de leur circonscription et l’intérêt général ; ainsi, ils légifèrent en connaissant les situations locales, mais en ne les privilégiant pas ».

    « À travers vous, monsieur Santini, je remercie de leur engagement tous ceux qui ont annoncé qu’ils achevaient leur dernier mandat » a conclut le ministre de l’Intérieur. Mais voilà, André Santini n’a pas fait encore connaître officiellement ses intentions, même si beaucoup pensaient qu’il a ainsi fait ses adieux à cette assemblée où il a siégé pendant près de 30 ans. Beaucoup de noms circulent de Chantal Jouanno à Bernard Gauducheau, avec pas moins de trois de ses adjoints à la mairie qui se verraient bien à sa place.   

  • VANVES ET LA FUSION ISSY–BOULOGNE : A 8, C’EST IMPOSSIBLE ! A 3, COMPLIQUEE ! ET A 2, RIEN N’EST SÛR

    Boulogne et Issy les Moulineaux ont entamé, cette semaine  la seconde étape de leur rapprochement avec les premières réunions publiques de quartier Après un petit film, PC Baguet à Boulogne, A.Santini à Issy, ont  expliqué pendant 30 à 45 mn le contexte qui a conduit ses deux villes à entamer un processus de rapprochement, et les mots ont leur importance, car il ne s’agit pas encore d’une fusion, avant  de répondre à de multiples questions.

    Quelques habitants des villes voisines et membres de GPSO sont venus assister à ces réunions : « Et nous, qu’est-ce qu’on devient ? » a même demandé un habitant d’une ville voisine. « On a eu cette discussion avec les maires de GPSO » a indiqué PC Baguet son président qui a confié que l’un de ses maires lui avait dit que lors des réunions publoques qu’il anime, beaucoup de ses administrés lui en parlent. En tous les cas, il  a expliqué pourquoi il avait engagé ce processus avec A.Santini à la suite des bouleversements financiers – gel des dotations de l’etat et péréquations -  et institutinnels avec la création de la MGP qui prend des compétencesaux maires et prive de ressources propres GPSO : «  On a recherché des solutions dont le rapprochement des communes puisqu’une loi le permet, l’Etat versant une prime aux communes qui fusionnement. On a commencé à le faire avec les 7 villes de GPSO. Mais on ne pouvait pas bénéficier d’avantages financiers  du fait de la dimension de cette ville nouvelle qu’elles auraient formée. Nous avons abandonné cette idée. Et nous avons pensé à cette fusion à deux. Et si à 8 elle est impossible, à 3 c’est complexe » a-t-il même indiqué

    Mais à deux, rien n’est fait pour une raison bien clair : Ses deux maires demandent des garanties et un accompagnement de l’Etat. « Il faut qu’il fasse un geste. On a demandé un gel de tous les prélèvements pendant 5 ans en, cas de fusion. Un amendement devra être voté dans le cadre du PLFR 2016 – car  le dispositif législatif Ville Nouvelle n’est  pas prévu pour les grandes villes - et on verra si l’Etat veut nous accompagner» a t-il précisé. Donc pour l’instant, rien n’a changé. Un document simple a été réalisé pour que les habitants saisissent la situation. Lesmaires ont commencé, lors de ces réunions  à expliquer les  trois raisons  de ce projet : Peser face à Paris qui décide sans nous consulter (Roland Garros, Parc des Princes, berges de Seine). Lancer un nouveau projet de ville en se reposant sur nos 143 000 emplois dont 50% dans le numérique… avec l’idée en tête de créer une Silicon valley de la Seine.  Enfin faire des économies  en unifiant certains services comme le font les Yvelines et les Hauts de Seine avec les services archéologie, voirie et adoption,  en bénéficiant de ce qu’il y a de mieux dans chaque commune, réduire la masse salariale etc…

    Les questions sont diverses et variées :  «Quel est l’objectif ? Quelle est l’aubaine pour nos deux villes ? Est-ce qu’on aura plus de poids ?  Qu’est-ce que cela représente  pour le futur ? Ne va-t-on perdre notre identité ? Qu’est-ce que cela amènera comme contraintes, de moins positif ? A quelle échéance ?  Est-ce que cette nouvelle ville ne va pas se transformer en une petite « Défense » ? Est-ce que nous n’allons pas payer plus d’impôt ? Est-ce que l’on sera consulté ? Est-ce que l’on aura un seul maire ? »…Le référendum : « C’est prématuré ! On pourrait le faire, mais seulement après les élections présidentielles. Il faut laisser les habitants s’approprier ce sujet compliqué ». Le maire : «Ce sera le maire de Boulogne, mais chaque commune aura un maire délégué»

  • VANVES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE

    GPSO : Avec son élection à la tête de l’EPT GPSO, Pierre Christophe Baguet, maire de Boulogne, risque de se retrouver face à une fronde des autres maires de droite, car il y a manifestement une tension qui s’est fait jour depuis quelques temps et dont l’origine viendrait de la gestion (désastreuse) de l’aménagement de l’île Seguin dont ils ne souhaitent pas faire les frais. André Santini, député maire d’Issy les Moulineaux était le plus remonté, comme ont pu s’en apercevoir certains de ses collègues au Palais Bourbon. Il ne supporte pas que ces "Santini's Boys" ne soient pas aussi rigoureux que lui en matière de gestion municipale d'autant plus qu'il les a formé et préparé à cette tâche Et le maire de Vanves (sur la photo à l'inauguration de la piscine Feng Shui du Fort d'Issy avec A.Santini) en sait quelque chose, puisqu’il avait pris une avoinée de son mentor pour le dépassement du budget de construction de son conservatoire municipal qui était passé de 11 à 17 M€. 

    GRAND PARIS : A l’occasion de ses vœux, Vendredi dernier, a eu l’occasion de dire un mot sur le Grand Paris Express dont il a été heureux « d’avoir encadré la mise en place de ce projet en tant que président du Conseil de surveillance de la société du Grand Paris (SGP) pendant cinq ans. C’est un projet titanesque, mais pragmatique, utile, financé, qui s’est imposé à tous sans heurts grâce à une intense concertation à l’échelle régionale, avec les citoyens, les élus locaux et les acreurs économiques concernés »… "Les travaux des gares et des tunnels ont maintenant commencé, notamment dans notre ville. Alors l’espoir palpite intensément d’obtenir une meilleure qualité de vie et un formidable accélérateur pour l’économie régionale, à l’horizon 2020-30 ».

    SOIREE DOMINICALE CHAUDE : La police avec l’aide de CRS, serait intervenu dimanche en fin d’après midi, pendant le concert, rue de Châtillon au niveau de la Passrelle pour mettre fin à une bataille rangée entre de bandes de Vanves et de Châtillon. L’un de ses membres se serait pris un coup de bâte de base ball. Et les vanvéens qui rentraient chez eux ou raccompagnaient des amis, ont eu très peur. Mais ce n’est pas tout, car ses jeunes sont descendus dans le Centre Ancien pour continuer leurs exactions provoquant une nouvelle intervention de la police, certains étant même armés selon des riverains témoins de ces faits. C’est au cours de la nuit qu’il y a eu tentatives d’effraction du restaurant Le Tout Va Mieux dans la nuit, et vols des jardinières de sa terrasse comme celle de la Girafe.

    DIMANCHE NON CHOME : La loi du 6 Août 2015 sur la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques prévoit la possibilité pour un maire de fixer, après avis du conseil municipal, les dimanches où il pourra être dérogés à la régle du repos dominical (12 par an). Le maire de Vanves a proposé de retenir 10 dimanches en 2016 lors du dernier conseil municipal. Boris Amroz (FG/PC) a voté contre et à appeler « les Vanvéens à ne pas fréquenter le dimanche, à Vanves ou ailleurs, les commerces qui profiteraient de cette loi » tout en expliquant son vote : «On le sait très bien, l'ouverture des commerces le dimanche profite aux grands enseignes, au détriment des petits commerçants et artisans.Il est néfaste aux employés, qui en vérité n'ont pas le choix ; l'aspect rémunération n'étant au final lié qu'aux bas salaires pratiqués, avec des contrats précaires et à temps partiel. Le dimanche chômé aura à peine eu 100 ans, puisque c'est une loi de 1906 qui a consacré ce jour de repos, et aujourd'hui la loi Macron-Medef l'achève ».