Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ELECTIONS - Page 4

  • VANVES ET LES ELECTIONS REGIONALES : LES FORCES EN PRESENCE

    Tout comme pour les Hauts de Seine, le Canton de Vanves, les jeux seraient ils pliés en Ile de France, sans surprise pour les majorités altoséquanaise, vanvéenne et francilienne. Tout le laisse à penser en regardant les sondages. Avec un risque : une abstention très forte « puisque la majorité est assurée de gagner» comme on dit. Elle serait très forte puisque 46% des français, selon les sondages, n’ont pas l’intention d’aller voter  

    De nouveaux sondage BVA  pour RTL ou Ipsos Sopra/steria pour BFM TV confirment le statut de favorite de V.Pécresse  à 1% prés: Elle recueille 33% des intentions de vote,  loin devant la tête de liste RN Jordan Bardella (19%). Suivent Laurent de Saint-Martin ( LREM) crédité de 15% des intentions de vote, puis les candidats de gauche et écologistes: Julien Bayou (EELV, 12%), Audrey Pulvar (10%) et Clémentine Autain (8%). Les autres listes présentes pour ce scrutin sont toutes créditées de scores inférieurs à 2%. Au second tour, BVA a retenu l'hypothèse d'une quadrangulaire, avec une fusion des listes de gauche et des écologistes, à l'image de ce qui s'était déjà passé en 2015, lors des précédentes élections. Mais cette alliance ne serait pas suffisante pour remporter la région. Selon le scénario étudié, Valérie Pécresse resterait en tête au soir du second tour, avec 38% des intentions de vote. Elle devancerait la liste d'union LFI-PC-PS-EELV, créditée de 25%, celle du RN (20%) et de LREM (17%).

    Si les marcheurs ont construit un programme à partir des propositions de la base sur leur envie d’Ile de France, la majorité libre-LR-UDI-Modem-Agir a carrément réalisé un sondage Ipsos sur le climat politique en Ile de France vu à partir d’un panel de 1000 franciliens (qui la soutiennent), sur  des mesures qu’elles envisagent : La création d’un bouclier tarifaire : c’est-à-dire aucun trajet de transport à plus de 4 € (83%). La création d'une mutuelle régionale permettant de faire jusqu'à 30% d'économies (82%) La création d’une banque régionale des jeunes, pour les aider à financer leurs projets (75%) L'effacement de la dette Covid pour 7000 TPE et PME (72%) La création du RER Vélo c'est à dire la création d'un réseau de 600km de pistes cyclables (70%) La mise en place d’un revenu Jeunes Actifs de 4 000 € pour les jeunes qui se forment 6 mois aux métiers qui recrutent (70%) La reconnaissance faciale à l'entrée des gares (65%), la fermeture d'une voie sur le Périph (53%), les lisres conduite par Saint Martin (LREM), Pécresse (LR/UDI), Bardella (RN) se prononçant respectivement contre à 59%, 64% et 89%

    Plus objectif, le même institut, Ipsos Sopra/steria a interrogé les franciliens sur leurs préoccupations : La délinquance arrive largement en têtte avec 44% des sondés qui jugent cette thématique importante. Elle est suivie par l'immigration pour 29%. Ensuite, signe de disparités régionales importantes, sept thématiques sont placées autour des 20% par les sondés : l'environnement, le chômage, le terrorisme, la Covid-19, le logement, les inégalités sociales et le pouvoir d'achat. En queue du classement se trouvent les transports, les conditions de circulation ou le niveau des taxes et impôts. Une des seules inconnues de ce scrutin se trouve dans la participation alors que ces élections ont lieu juste avant les grandes vacances. Elle avait été faible en 2015 avec 45,5% d'abstention. Valérie Pécresse l'avait alors emporté avec 43,8% des voix contre 42,2% pour Claude Bartolone (PS) et 14% pour la liste du Front national.

    La présidente sortant de la Région bénéficie ainsi d'une forte notoriété, 56% des sondés affirment avoir une bonne opinion d'elle, pour 35% qui en ont une mauvaise et seulement 9% qui affirment ne pas la connaître. Sa rivale du Parti socialiste, Audrey Pulvar, bénéficie elle aussi d'une forte notoriété mais 46% des sondés ont une mauvaise image d'elle et seulement 35% ont une bonne opinion. Les autres têtes de listes à gauche sont moins identifiées par les sondés : Julien Bayou (EELV-Génération.s), n'est pas connu de la moitié des participants au sondage, tout comme Clémentine Autain (LFI-PCF) avec 46% de personnes qui disent ne jamais avoir entendu son nom. Laurent Saint-Martin, candidat LREM, souffre lui fortement d'un manque de notoriété avec une grande majorité des personnes qui disent ne pas le connaître : 76%. Le candidat du Rassemblement national, Jordan Bardella, est lui mieux identifié puisque 62% des interrogés l'identifient.

  • VANVES ET LES ELECTIONS REGIONALES : LES MARCHEURS VANVEENS ONT PARTICIPE AU PROGRAMME

    Une des particularités des marcheurs durant cette campagne régionale, est d’avoir construit le programme de la liste LREM conduite par Laurent Saint Martin grâce à une consultation  de la base au cours de ses derniers mois. Grâce à une participation de chaque antenne LREM communale et départementale qui ont identifié des envies pour les renforcer à partir de 10 thémes avec une proposition forte et plusieurs mesures (150 propositions au total ) présentés dans un fascicule de 32 pages.  Certaines sont connues de tous car Laurent Saint Martin s’est déjà longuement exprimé dessus dans les médias comme la création d’une police régionale pour renforcer la sécurité dans les transports et aux abords des lycées, le lancement d’un fonds d’épargne populaire pour que les Franciliens puissent investir au service de leur Région, le reste à charge de 30% pour les particuliers à l’achat d’un véhicule électrique, la mise en place d’un revenu d’urgence de 500€ pour 40.000 jeunes franciliens en situation de précarité»

    Vanves en Marche a largement participé à la construction des 154 propositions qui constituent le programme Envie d'Ile-de-France à travers des réunions dédiées du Comité qui avait constitué des groupes de travail, des réunions avec les Comités de GPSO, la participation aux différents Groupes de Travail Départementaux. Plusieurs propositions soutenues par Vanves en Marche ont été retenues : La mise en place dans chaque ville un référent d'aide à l'orientation pour accompagner nos lycéens dans leur choix d'avenir en lien avec les acteurs économiques du département. La création d’espaces de co-working pour aider les jeunes entrepreneurs dans leur projet avec un accompagnement renforcé et du coaching. L’application de clauses dans les appels d'offres de la Région prévoyant le respect par les entreprises des obligations d'accueil d'apprentis et d'alternants. La création de 5 000 emplois dans les structures de l'économie sociale et solidaire avec une aide de 2 000 € par emploi créé. Le déploiement de Conseillers Europe dans chaque département, en appui des entreprises et des collectivités. Enfin, arriver à ce que, au moins 1 lycée sur 5,  soit 100 % inclusif d’ici la fin de mandature, en garantissant à chaque lycéen en situation de handicap une place dans un établissement près de chez lui.

  • VANVES ET LES ELECTIONS REGIONALES : UN AVANT GOUT DE LA PRESIDENTIELLE

    En cette double campagne électorale, départementale et régionale, moins de quinze jours avant le 1er tour, les vanvéens voient sur le terrain, les différents binômes candidats au conseil départemental, et à la TV, les différentes têtes de listes candidates au conseil régional dont ils viennent de recevoir la propagande (les professions de foi) par courrier. A Vanves, trois élus sont candidats, le maire Bernard Gauducheau sur la liste de Valérie Pécresse (Libres-LR-UDI-Modem) conduite par Philippe Juvin dans les Hauts de Seine, Gabriel Attal, porte parole du gouvernement qui endosse son costume de «Monsieur Risposte» en vu des présidentielles,  avec Jean Cyril Le Goff, tous les deux conseillers municipaux d’opposition  sur la liste de Laurent Saint Martin (LREM) coduite par Aurélie Taquillain dans le 92 et le député Thierry Solége conseiller à l’Elysée qui manoeuvre en vu des présidentielles. Ces élections régionales, comme le Blog va s’y intéresser cette semaine, après avoir présenté les binomes candidats au Conseil Dépatemental, sonnent comme un avant goût de l’élection présidentielle

    Pour la présidente Valérie Pécresse (LR) qui fait face à une opposition éclatée, le scrutin est un tour de chauffe de l'élection présidentielle. Les scores seront scrutés de près à un an de l'échéance présidentielle. Le dernier sondage en date, réalisé par l’Ifop publié le 23 mai par le JDD, donne une nette avance, au premier tour, à Valérie Pécresse (33%), devant Jordan Bardella (16%), Laurent Saint-Martin (15%) et Julien Bayou (11%). Audrey Pulvar et Clémentine Autain étaient créditées à cette date de 10% des intentions de vote. La présidente sortante, a un discours bien rodé qui tourne autour «des valeurs de la République». Une victoire la propulserait à un rang de présidentiable également. Son ambition est à peine masquée, même si elle ne veut pas brûler les étapes. Elle a prévenu en avril qu’un échec à ces élections «sonnerait comme une fin de carrière politique» pour elle. Mais elle reste la principale favorite. Parmi ses principaux thèmes de cette campagne figurent les transports (gratuité, avenir du périphérique parisien...), le logement, la relance économique régionale ou encore la sécurité. 

    L'Elysée voit en elle une concurrente, et le candidat de la majorité, Laurent Saint-Martin (LREM)  a pour mission d'affaiblir la position de cette rivale. Le score d'Audrey Pulvar (PS) conditionne la candidature d'Anne Hidalgo.  Mais les sondages ne décollent pas pour elle, ce qui «plombe» la maire de Paris. Julien Bayou (EELV)  a changé de look et a troqué son pull pour une cravate et des cheveux courts, afin que son parti soit encore plus pris au sérieux pour l'élection présidentielle.  Mais plus le premier tour approche, plus les candidats s’inquiètent : qui va aller voter aux élections régionales en Ile-de-France ? D’autant qu’aux législatives partielles, à Paris seulement 15,5% des électeurs se sont déplacés dans le XXe arrondissement.