Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ELECTIONS

  • RETOUR SUR LES ELECTIONS MUNICIPALES A VANVES : COMMENTAIRES

    Plusieurs acteurs de cette élection municipale inédite sont revenus ses derniers temps sur ce rendez-vous électoral en dressant un bilan quelquefois sévére.

    Comme dans cette interview accordé au blog « Vanves Actualités », avec les déclarations de Françoise Saimpert, ex-maire ajointe  sur le résultat des élections municipales à Vanves, ont provoqué de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. Extraits : «Les électeurs ont fait leur choix et l’on ne peut que s’incliner, c’est la loi de la démocratie. Cependant, compte tenu de l’abstention plus que massive, la modestie s’impose aux vainqueurs, à Vanves comme ailleurs. Seuls les maires réélus au 1er tour peuvent se réjouir, là le choix est clair et sans appel. Pour mémoire, sur 18000 électeurs inscrits à Vanves, moins de 8000 se sont déplacés et la liste élue sous la bannière du maire sortant n’a pas réussi à atteindre les 4000 voix. Il était évident que « la prime au sortant » allait l’avantager compte tenu du second tour des élections se tenant 3 mois après le premier. L’élan de la campagne a été brisé net pour les deux autres listes en lice tandis que le maire restait seul en place pour tout diriger lors du confinement, refusant toute aide extérieure à sa propre liste. Fin juin nos concitoyens avaient d’autres priorités à gérer que ce second tour. A titre personnel, je suis très satisfaite du message envoyé au maire centriste réélu : il ne peut gagner haut la main au 1er tour que lorsqu’il noue une réelle alliance avec ses partenaires de droite comme ce fut le cas en 2014 avec Isabelle Debré en véritable binôme. Mais quand six ans plus tard pour préparer sa campagne il se moque d’eux en décidant de tout en catimini, il déclenche une crise au sein de sa majorité qui aboutit au départ de 5 de ses élu(e)s. Il a rompu la confiance et ce fut rédhibitoire»

    De leurs côtés, les écologistes ont regretté que «ces élections n’aient pas permis de nous donner les moyens de mettre en œuvre non pas une aventure utopique mais une vraie politique d’adaptation de la Ville à un avenir qui risque fort d’être sombre. C’est bien le sens des résultats constatés dans de nombreuses Villes françaises dont les électeurs ont confié les rênes à des alliances menées par les écologistes.  Comme le niveau des océans l’écologie politique monte !» expliquait Pierre Toulouse, conseiller municipal EELV lors du dernier conseil municipal. «A Vanves aussi cette appétence à une autre façon de gérer le bien commun qu’est notre Ville s’est manifestée avec clarté en nous permettant de réussir ce score important qui nous oblige. Nous savons ce que nous devons à nos électeurs et en les remerciant de leur confiance nous leur promettons de nous en montrer dignes.  La liste menée par Séverine Edou comptait aussi de nombreux candidats qui souhaitaient avant tout porter cette espérance d’un virage écologiste et social ambitieux. Avec eux, nous souhaitons pouvoir travailler au rassemblement de tous ces citoyens qui veulent changer la Ville pour la rendre plus résiliente, plus accueillante, plus humaine, plus bienveillante à toutes et tous. Nous sommes convaincus que ce n’est pas en se repliant sur notre quant-à-soi et la tranquillité trompeuse d’aujourd’hui que nous pourrons faire face aux crises qui se dessinent ; aussi, ce virage fort que nous appelons de nos vœux, nous allons tenter de le faire prendre aussi aux nouveaux élus qui composent la majorité d’aujourd’hui que, respectueux des usages républicains, nous félicitons de son succès» affirmait il en  indiquant que le « groupe écologique et social » sera constructif, orienté vers l’action et force de proposition «comme nous l’avons été au cœur de la crise en proposant par exemple un plan d’aménagement cyclable».  

    Plusieurs dossiers importants vont venir selon Pierre Toulouse :  l’adaptation du PLU, l’aménagement de la rue Marcheron, le renouvellement du contrat de prestation des cantines scolaires, la construction de l’école du Parc… «Nous avons des idées et des propositions sur tous ces sujets pour que ces projets soient vraiment porteurs d’avenir, préservent la santé, améliorent le vivre ensemble, et favorisent l’expression des vanvéens.  A cet égard, nous souhaitons noter que l’absence de confiance dans certaines associations locales auxquelles il a été préféré le recours, payant, à des sociétés privées extérieures à la Ville est un mauvais signe. Nous nous attacherons au contraire à encourager les initiatives et à mettre en valeur nos compétences locales».  Pas sûr que l’opposition soit entendu à un moment où le maire explique explique à tout le monde : « j’en ai assez qu’on me dise quoi faire », malgré ses propos qui pouvaient apparaître appaisant lors du dernier conseil municipal dont il vient de démentir par quelques décisions qui ont choqué des vanvéens qui se sont exprimés sur les réseaux sociaux

  • ELECTIONS EUROPEENNES A VANVES : COMMENTAIRES DE LENDEMAINS DE SCRUTIN

    Les vanvéens ont voté puisque comme ont pu le constater les présidents des 19 bureaux de votes : 10 829 sur 17 962 inscrits sur les listes électorales soit 60,28% de participation  (+ 9% par rapport à 2014 où Vanves avait voté à 51%  comme ce dimanche 26 Mai en France ). Il est vrai que la mairie avait prévu un service automobile pour accompagner les seniors au bureau de vote. Mais les vanvéens sont venus par vague, en fin de matinée et en fin d’après midi, avec toujours des électeurs plus clairsemés dans les périodes calmes du déjeuner et de la sieste.

    Vanves comme dans les Hauts de Seine et le Grand Paris, a résisté face au Rassemblement National : la République a remporté ces élections tant à Vanves (30,23%) que dans les Hauts de Seine (33,57%) avec des scores importants à Boulogne (40,86%), Courbevoie (35,94%), Antony (33,5%). «C’est la confirmation que les électeurs des Hauts-de-Seine sont pro-européens et adhèrent projet d’Emmanuel Macron» soulignait le secrétaire d’Etat (LREM) Gabriel Attal dans le Parisien (sur la photo avec sa collégue Sophie Cluzel dans le bureau de vote de l'école maternelle Lemel).  «C’est aussi un énorme désaveu pour un certain nombre de maires du département qui soutenaient les listes LR mais aussi UDI» ajoutait il. A Issy-les-Moulineaux, justement, la liste de la majorité présidentielle totalisait 34,29 % des suffrages, contre 10,46 % pour celle de François-Xavier Bellamy (LR) et  4,2% pour celle de Jean Christophe Lagarde (UDI)  qui a fait 3,7% à Vanves. Les centristes faisaient grise mine dimanche  soir à l’hôtel de ville de Vanves alors que les marcheurs jubilaient autour de Florence Provendier député avec Jean Cyril Le Goff, Guy Janvier, Jullien Segura etc…

     «C’est une extrêmement lourde défaite»  estimait Philippe Juvin président de la fédération LR 92 dans le Parisien.   «J’ai le sentiment d’un énorme gâchis. Nous avions deux ans pour tout reconstruire et finalement c’est une véritable démolition. Il y a une très grande responsabilité de la direction du parti » ajoutait il après avoir tweeté dans la soirée de dimanche  : «Depuis 2 ans @laurentwauquiez et d’autres répètent en boucle que la droite doit se reconstruire.  Ils ont raison. Mais ce soir leur reconstruction a des airs de démolition. Pour reconstruire, nous devons ns rassembler. Et faire revenir ceux, trop nombreux, qui nous ont quittés».

    «Nous sommes naturellement déçus par ce résultat, même s’il est à deux fois supérieur à celui que les sondages ont matraqués pendant des semaines dissuadant sans doute une partie de nos électeurs de voter pour nous. Nous avons porté les valeurs de l’Europe, fait campagne sur un vrai projet européen, mais nous sommes victimes du piége qui a été tendu aux Français du soi-disant référendum entre M.Macron et Mme Le Pen. Ce piége a fonctionné et il s’est renfemé sur M. Macron qui en sort affaibli. Nous le regrettons car c’est la France qui en est affaiblie, d’autant que nous sommes le seul pays d’Europe occidentale où la vague de l’extrême droite a été endigué» tweetait Jean Christophe Lagarde (UDI) dimanche soir . «La campagne portait en elle les germes de cette défaite : nous n’avons jamais aussi peu parlé d’Europe que durant celle-ci.Toutefois, l’espoir peut être de mise. Les forces politiques françaises se disant pro-européennes rassemblent environ 47% des suffrages exprimés alors que les opposants à l’UE atteignent les 38%. Malgré les divisions, les Françaises et les Français ont manifesté leur attachement au projet européen. La vision qu’ils en ont est plurielle. C’est la loi de la démocratie» optimisait Bernard Gauducheau (UDI) sur Facebook.

    Finalement, la grande surprise est le score des écologistes : 13% en France, 15,88% en Ile de France, 15,67% dans les Hauts de Seine,  19,54% à Vanves. Ainsi la mobilisation de la jeunesse depuis plusieurs mois avec ces manifestations, certaines décisions du gouvernement, la démission de Nicolas Hulot, l’enjeu environnemental qui était pointée par la quasi-totalité des formations, a profité à ceux qui paraissent incarner le mieux l’écologie politique dans ce pays et sur le terrain. «Alors qu’en Février/Mars 2018, les intentions de voter étaient à 2 ou 3% pour EELV, ils ont fait 13% en France. C’est  un signal important adressé au président de la République et au gouvernement, mais aussi au plan local comme dans les Hauts de Seine où ces thématiques ont été un peu trop négligé depuis plusieurs décennies» réagissait un observateur averti de la vie politique écologistes.

    Et Vanves n’a pas échappé à la vague avec sa lente densification en cours et surtout l’absence d’une véritable politique pour « re-naturer la ville ». Mais comme l’expliquait toujours cet observateur averti «les résultats d’une élection européenne ne peuvent être calqué ou projeté sur un territoire municipal. Mais on a noté une mobilisation assez exceptionnelle pour cette élection européenne, peut être dû au retour à une circonscription unique, donc à un mode de scrutin plus juste dans la détermination des siéges et qui est le seul qui permette de nationaliser le débat européen»

  • ELECTIONS EUROPEENNES 2019 : LES RESULTATS A VANVES

    34 listes se présentaient au suffrage des vanvéens qui ont voté puisque le taux de participation a atteint 60,28%  avec 10 829 Votants, soit + 9% par rapport à 2014 (51,9%)  sur 17 962 électeurs inscrits sur la liste électorale.

    La liste LERM conduite par Nathalie Loiseau : 30,23% des voix,

    la liste EELV :19,54%,  

    La liste LR conduite par Xavier-François Bellamy : 8,96%,

    la liste RN  conduite par J.Berdella : 8,33%,  

    la liste PS-Place Publique conduite par P.Glusckmann : 8,30%,

    la liste Génération S. Conduite par Benoît Hamon avecc 4,15%,

    la liste UDI conduite par Jean christophre Lagarde (avec Cathyerine Sibilla comme co-lisière) : 3,87%,

    Urgence Ecologie (où Lucile Schmid était co-listière) conduite par D.Bourg : 2,98%,  

    le PC conduit par Ian Brossat : 2,59%,

    La France Debout :1,66%