Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ELECTIONS - Page 2

  • ELECTIONS EUROPEENNES : UNE CAMPAGNE ATONE A VANVES

    A deux jours du scrutin européen, le constat et simple à Vanves : Il n’y a pas eu pratiquement de campagne. Les écologistes, les marcheurs,  les Républicains, les communistes vanvéens sont les seuls à avoir agi, se retrouvant même ensemble à tracter samedi dernier devant la Poste au carrefour de l’Insurrection, avec Isabelle Debré pour LR, Boris Amoroz pour le PC, Jean Cyril Le Goff pour LREM comme élus.

    Seuls le FG/PC, EELV et LREM ont organisé une réunion publique, pas LR, ni l’UDI. Ils étaient plus à afficher sur les 34 Panneaux électoraux : 13 depuis leweek-end dernier : Le PC a été le premier dés l’ouverture de la campagne officielle, LFI, LREM, Urgence écologique, UDI, PS, Debout la France, Lutte Ouvriére, Génération deB.Hamon, LR, EELV et le parti animaliste.  3 Vanvéens sont candidats : Stephane Séjourné (LREM), Catherine Sibilla (UDI) et Lucile Schmid (Urgance Ecologie). Les militants et sympathisants de LREM sesont retrouvés hier soir à Il gardino pour assister au débat organisésur BFM,  avec Gabriel Attal, secrétaire  d'Etat et Florence Provendier, députée.

    Des élus et personnalités des Hauts de Seine ont signé une tribune soutenant la liste Renaissance de Nathalie Loiseau (LREM) dont les ministres Gabriel Attal et Sophie Cluzel,  les conseillers municipaux Antoinette Girondo, Jean Cyril Le Goff,  tout comme des maires principalement LR qui ont signé une tribune dans le JDD pour soutenir la liste conduite par François-Xavier Bellamy (LR) dont certains des Hauts de Seine. Isabelle Debré, vice Président du Conseil Départemental des Hauts de seine et Conseillére départementale du Canton de Vanves/Clamart confiait avoir été impressionné par la prestation de cet élu Versaillais lors des meetings

    Malgré tout, on ne peut pas dire que cette campagne a passionné les vanvéens, comme les français qui avaient bie d’autres préoccupations. Les élus, militants, sympathisants dont certains se sont mobilisés pour tenir les bureaux de vote, sortiront leurs calculettes dimanche soir. Mais avec la circonscription unique, ce sera trés simple : Avec un nombre d’Euro-députés français à élire, 79, il faudra obtenir 1% pour gagner un siège. Ils sauront très vite combien de députés aura  tel ou tel parti à un ou deux prés, si les plus forts restes le favorisent. Sachant qu’il faut obtenir au moins 5% pour avoir des élus (4 ou 5).

    Mais du fait qu’il y ait 34 listes le nombre de français qui auront voté pour une liste qui représente moins de 5% des voix, n’étant pas susceptible d’obtenir un siége, va être très élevé ! S’il était de 14/15%  de bulletins exprimés en 2014  qui n’ont pas servis à élire des eurodéputés – le record étant de 18% des bulletins exprimés en 1994 – selon les instituts, ce chiffre de déperdition des voix devrait osciller entre 19 et 26%.

  • CAMPAGNE DE LA REPUBLIQUE EN MARCHE POUR LES EUROPEENNES A VANVES : «ARRETEZ DE DECONNER , CE N’EST PAS LE MOMENT !

    Deux événements ont marqué Vanves jeudi soir : l’inauguration de la résidence Niwa construite par Bouygues Immobilier sur lequel le Blog reviendra, et la réunion publique sur les élections européennes de la République en marche à l’école Larmeroux : Gabriel Attal secrétaire d'état à la Jeunesse avait invité Florence Provendier, députée, André Gattolin, sénateur, Sophie Cluzel sa collégue au gouvernement chargé des personnes handicapées,  et des candidats :  Bernard Guetta ex-journaliste politique, Chryzoula Zacharopoulou, Sandro Gozi, ex- secrétaire d'Etat italien.  Chacun a pu s’exprimer d’une manière courte afin de répondre à quelques questions de la centaine de militants et sympathisants dont beaucoup de jeunes qui comme l’a bien expliqué Julien Segura, le co-référent LREM de Vanves « font partie de cette génération qui n’a pas connu la guerre, mais que la paix !». Comme en écho, Gabriel Attal n’a pas caché que «c’est un enjeu pour les jeunes. On dit qu’ils sont individualistes. Mais on en a vu qui se sont mobilisés pour la climat. Il faudrait que cette mobilisation se traduise par le vote ». Il est d’ailleurs frustré par cette campagne «car on est le seul à parler d’Europe. Les autres veulent faire un référendum contre Macron, ou redonner des couleurs à leur parti. Alors que l’on voit une poussée nationaliste qui pourrait bloquer des projets et paralyser l’Europe. Et on fait cette campagne sur les enjeux européens, car il faut plus d’Europe ! »

    Chaque intervenant a fait vibrer sa fibre européenne : Florence Provendier, députée qui a des arrières parents polonais et allemand, fait le tour de l’Europe en Train en 1985, travaillé pour une entreprise néerlandaise puis italienne  avant d’agir dans l’humanitaire pour rapprocher des…  Hervé Gattolin Sénateur LREM pour lequel l’Europe est un engagement de 40 ans ayant accompagné Daniel Cohn Bendit dans ses campagnes européennes qui parle d’élection suprême avec ses européennes : «Junker a compris qu’il fallait aller de l’avant en voulant une Europe qui investisse sur le numérique, les nouvelles productions, la Défense… et pas seulement la PAC pour éviter d’être colonisé par les américains, les chinois, des russes. Et il ne faut pas s’arrêter. Renaissance, c’est la renaissance de l’Europe !». Bernard Gouetta n’a pas caché son inquiétude si le RN doit arriver devant LREM : «Si par malheur, on n’arrive pas à transformer les choses, le Président en sortira affaibli sur le plan international. Or il n’y a pas d’autres hommes d’Etat sur la scéne européenne que lui, qu’on l’aime ou non. Et s’il n’y a plus d’homme politique pour dire ce que l’on doit faire, Poutine, Trump, Xi Jiping auront gagné la partie parce qu’ils veulent qu’on s’affaiblisse » a-t-il expliqué en invitant l’assistance à «se mobiliser, s’investir, redoubler d’effort parce que l’enjeu est majeur. Arrêtez de déconner, ce n’est pas le moment ! Regardez ce qui se passe aux USA et dans le reste du Monde. Avez-vous envie de perdre tout ce que nous avons en France et en Europe : Protection sociale etc…»

  • LES MUNICIPALES SE PREPARENT NON SEULEMENT A VANVES MAIS AUSSI DANS SA VILLE JUMELLE DE BALLYMONEY

    Il n’y a pas qu’à Vanves que se préparent les élections municipales, Bernard Gauducheau étant entré en campagne déjà depuis plusieurs mois. Des signes ne trompent pas pour les fins observateurs de la vie politique vanvéenne. Mais c’est aussi le cas dans l’une de ses villes jumelles : Ballymoney en Irlande

    Mercredi soir, le Sinn Féin, parti partenaire du Front de Gauche et du Parti Communiste, a choisi ses deux candidats pour Ballymoney, pour les prochaines élections locales qui auront lieu le 2 mai 2019. Il s'agit de Cathal McLaughlin (conseiller sortant) et de Leanne Peacock. «Good luck, Cathal and Leanne! Go Sinn Féin! » leur a envoyé comme  texto Boris Amroz (FG/PC) conseiller municipal de Vanves qui a des contacts suivis avec eux.  «Il avait manqué 9 voix aux dernières élections locales de 2014, pour que le Sinn Féin ait une seconde élue (et la candidate n°2 était déjà Leanne Peacock). Le Sinn Féin compte bien que cette année, ce soient bien deux élus, Cathal et Leanne, qui passent pour Ballymoney ! » indique-t-il. Occasion  de préciser, que  dans ces élections locales, Ballymoney envoie 7 conseillers au «Causeway Coast and Glens Borough Council», qu'on pourrait comparer à notre Conseil de Territoire !.