Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ELECTIONS - Page 3

  • LES RESULTATS PRECEDENTS SUR LE CANTON DE VANVES, PUIS DE VANVES CLAMART

    En 1998, LE DEBUT DE LA CONQUÊTE

    Au 1er tour le 15 Mars,  Bernard Gauducheau (UDI) obtient 41,08% des voix devant François Bordes (PS) avec 28,26%, Emeric Reller (FN) avec 10,74%, Raymond Deniau (Gauche Alternative) ) avec 6,91%, Jean Pierre Bourely (PC)  avec 6,42%, ses deux candidats étant maire adjoint de la municipalité conduite par G.Janvier (PS),  et Christian Raoult (MDC ) avec 2,64%). Au second tour, Bernard Gauducheau bat François Bordesavec 53,08% contre 46,92%, cette victoire de l’opposition donnant l’impression d’un vote sanction contre l’équipe en place. A l’époque, le RPR avait respecté les accords RPR/UDI en ne présentant pas de candidat contre le successeur de Roger Aveneau (UDI), ce qui est bon de rappeler en ces temps-ci  

    EN 2004, LA REVANCHE DE GUY JANVIER

    Au 1er tour des Cantonales, le 21 Mars,  Bernard Gauducheau (41,53%) candidat sortant, améliore son score de 1998. Il se retrouve en ballottage serré avec Guy Janvier (36,72%) qui fait 8 points de mieux que F.Bordes en 1998. Il est  suivi par le Vert P.Toulouse (7,94%),  le FN S.Tholey (6,81%), le PC JP Bourely (3,12%), le MDC C.Raoult (1,66%), les EXG/LO AM Sade (1,55%) et  PT E.Allain (0,68%). La participation a été plus qu’honorable (68,33%)  Au 2éme tour des cantonales, le 28 Mars,  Guy Janvier (PS) a battu de 94 voix avec 5555 voix (35,38%) Bernard Gauchucheau avec 5461 voix (34,79%). Il a été victime de la poussée générale de la gauche, alors qu’il bénéficiait de toutes les investitures UMP-RPF-UDF et du soutien personnel de Nicolas Sarkozy venu le soutenir. Pour Guy Janvier c’était une petite revanche : « Je suis très content, ravi, ça n’a pas été facile car droite et gauche sont à égalité depuis 20 ans à Vanves ».

    EN 2011 : JANVIER REELU AVEC 80 VOIX D’AVANCE

    Au 1er tour, le 20 Mars, 45,99% des vanvéens avaient voté au 1er tour, soit 7949 votants sur 17 266 électeurs inscrits. Bernard Gauducheau (NC) était arrivé en tête avec 38,99% (3057 voix) suivi par Guy Janvier (PS) avec 30,77% (2413 voix), Corinne Praznosczy (EELV) avec 14,25%  (1117 des voix), suivi par Guillaume L’Huillier (FN) avec 9,36% (734 voix),  Bastien Lachaud (FdeG) avec 5,61% (440 des voix) devenu en 2017 député LFI  de la Seine Saint Denis  et le Parti Ouvrier Indépendant avec 1,02% (80 voix). « Si on avait voté local, Bernard Gauducheau serait très largement en tête. Mais les électeurs ont voté nationale » confiait alors la Sénateur de Vanves qui avait constaté un très fort d’abstention

    Au 2éme tour, le 27 Mars,  49,66% des vanvéens avaient voté, soit 8584  votants sur 17 266 électeurs inscrits avec 283 B&N : 4190 électeurs s’étaient prononcés pour Guy Janvier (PS), soit 50,48% qui était réélu avec 80 voix d’avance sur Bernard Gauducheau (NC) qui en avait recueille 4111 (49,52%).  « Je n’ai rien perdu ! Je n’ai pas réussi à le dégager » confiait alors  Bernard Gauducheau qui reconnaissait que « c’est dur à Vanves », « qu’il y a une opposition » et que « les Verts prennent de plus en plus d’importance ».Guy Janvier déclarait alors :« C’est le résultat d’une campagne collective, de 5 personnes qui m’ont vraiment aidé comme les cinq doigts d’une main, en jouant sur les idées d’unité et la conviction ». Et  il remarquait qu’il était le seul à avoir battu un maire dans les Hauts de Seine.

    EN 2015, NOUVELLE DONNE

    Le canton-ville de Vanves  a été redessiné, couplé avec la ville de Clamart, avec comme partout ailleurs un binôme femme/Homme. La majorité départementale avait présenté Isabelle Debré (LR) 1er adjointe de Vanves et Jean Didier Berger (LR), maire de Clamart, Bernard Gauducheau ayant privilégié la Région

    Les résultats du 1er tour donnaient sur le canton : Isabelle DEBRÉ / Jean-Dider BERGER (UMP) : 44,73% (11 668 voix), Yannick GEFFROY / Guy JANVIER (PS) : 29,30% (6 775 voix) , Gabrielle GIRARD / Jean-Charles SAGLIETTI (FN) : 22,98% (3 126 voix), Catherine NAVIAUX / Roland RABEAU (EELV) : 10,65% (2780 voix), Lucie HEURTIER / Boris AMOROZ (Front de Gauche) : 6,64% (1 731 voix). Et sur Vanves :  Jean-Didier Berger et Isabelle Debré (UMP)   : 41,38% (3753 voix), Guy Janvier et Yannick Geffroy (PS) : 29,31% (2658 voix), Jean-Charles Saglietti (FN) et Gabrielle Girard (FN) : 11,68% (1059 voix) , Catherine Naviaux (EELV) et Roland Rabeau (EELV) : 11,43% (1032  voix), Boris Amoroz (PCF-FDG) et Lucie Heurtier (PG-FDG) : 6,20% (563 voix)

    Pour le second, le FdeG ne donnait aucune consigne de vote à ses électeurs, dans la mesure où ses élus et militants ne soutiennent pas du tout la politique du gouvernement menée par M.Valls. Sur le canton, Isabelle DEBRÉ / Jean-Dider BERGER (UMP) obtenaient 58,90 (14 286 voix, Yannick GEFFROY / Guy JANVIER (PS) : 41,70% ( 9668 voix). Sur Vanves , le binômeJean-Didier Berger et Isabelle Debré (UMP)   : 55,98% (4603) et Guy Janvier et Yannick Geffroy (PS) : 44,52% (3693). Avec ce résulats, la majorité UMP/UDI municipale revenait à un équilibre plus normal, même si cela a fait grincer des dents du côté centriste, avec un maire UDI et une conseillére général UMP, comme dans les années 80 et 90 mais à l’inverse. Et cet équilibre est un bien commun à la majorité qui lui a toujours permis de diriger cette ville à l’image de la majorité départementale gaulliste/centriste qui gére ce département depuis 50 ans. Malheureusement, contrairement aux apparences, un coup de canif a de nouveau été apporté à cet équilibre à l’occasion de cette élection.de 2021

  • UNE FORTE ABSTENTION MENACE LES ELECTIONS A VANVES

    Dernier meeting de 1er tour pour V.Pécresse à Boulogne ce soir à 20H  au gymnase de la biodiversité avec Jean Didier Berger son directeur de campagne qui a fait distribuer des tee-shirts »JD Berger avec Pécresse» et Philippe Juvin sa tête de liste dans le 92, auquel devrait participer Bernard Gauducheau, maire de Vanves.

    A quelques jours du scrutin, les sondages montrent qu'il faut s'attendre à une très forte abstention pour le premier tour dimanche. 58% des électeurs franciliens n'auraient pas prévu de se déplacer. Un chiffre qui monte à 73% chez les moins de 35 ans selon Ifop Fiducial. A comparer aux 64% des français qui n’iront pas voter. Beaucoup des candidats vanvéens tant aux régionales qu’aux départtementales se sont aperçus que les vanvéens ont la tête ailleurs, aux vacances, à la liberté retrouvée après ses 15 mois de confinement, reconfinement, ciuvre-feu etc…D’autant plus avec la levée du couvre-feu et surtout du port du masque à l’extérieur annoncée à la sortie du Conseil des Ministres par Jean Castex, mercredi dernier. Certaines sections vanvéennes des partis politique ont du mal à mobiliser leurs troupes pour tenir les bureaux de vote : «Pas cete fois-ci,. A la présidentielle, pas de probléme ! Vous pouvez compter sur moi !» s’est vu répondre un  responsable de campagne.

    Même si les vanvéens participent au scrutin beaucoup plus qu’au niveau national, il nen reste pas moins que l’abstention sera le vainqueur de ces élections. La participation s'annonce extrêmement faible avec seulement 36% des personnes prêt à se rendre aux urnes ce dimanche, selon un sondage réalisé par Elabe pour BFMTV, sur  47,9 millions de personnes inscrites sur les listes électorales en France. Plusieurs raisons sont mis en avant par les sondés : En premier lieu, c'est la défiance envers la classe politique qui est cité (43%). Vient ensuite le manque d'intérêt (30%) puis le sentiment d'inutilité du vote à ce scrutin (14%). 34% des abstentionnistes déclarent aussi ne se retrouver dans aucune des listes candidates et 32% invoquent des raisons pratiques, à l'instar d'un problème de calendrier. Parmi les personnes qui s'abstiendront potentiellement, 35% invoquent le manque de connaissance des candidats en présence, et 10% déclarent qu'elles ne savaient pas que se tenait une élection ce dimanche 20 juin. Les Français voient en le scrutin régional une élection hybride, entre les dimensions régionale et nationale : 49% des personnes qui comptent se déplacer aux urnes dimanche font valoir que leur vote sera porté tant par des considérations politiques nationales que régionales. Une plus petite proportion (39%) est motivée par les enjeux strictement régionaux. A contrario, 12% invoque des enjeux nationaux. Enfin, 6 Français sur 10 ne connaissent pas le nom du président de région. Ce qui est moins le case Ile de France

  • GABRIEL ATAL ET DES MARCHEURS DE VANVES AU MEETING DE LAURENT SAINT MARTIN

    Jusqu’à présent, les marcheurs auront été les seuls à ogarniser un vrai meeting en présentiel comme ce fut samedi en fin d’après midi au parc floral à Vincennes. De nombreux vanvéens étaient présent avec Gabriel Attal, porte parole du gouvernement qui a battu des records au niveau de l’applaudimétre avec Marléne Schiappa, tête de liste à Paris, Jean Cyril Le Goff qui est candidat sur la liste des Hauts de Seine. Beaucoup portaient un tee-shirt blanc à l'effigie du candidat 

    «Nous sommes en train de surmonter la crise (...) Si nous sommes là, c'est parce que nous avons tenu notre promesse, que le calendrier présenté par le Président a été tenu. Et ça il faut en être fier» a assuré Gabriel Attal, en dénonçant tous ceux qui ont «critiqué par principe le chef de l'Etat et ont été démentis par les faits. Il s'est ensuite lancé dans un bilan quasi exhaustif du quinquennat, de l'arrêt du projet de Notre-Dame-des-Landes à la suppression de la taxe d'habitation. «Nous n’aurions pas les compétences pour gérer les problématiques régionales mais nous ne sommes pas des sortants, nous entrons dans le jeu. Et il faut l’assumer, assumer que nous entrons dans le jeu avec des idées neuves, forts du bilan de l’action présidentielle » a conclu le porte parole du gouvernement qui a été le seul parmi les dix ministres présents -Jean-Michel Blanquer, Elisabeth Borne, Elisabeth Moreno, Clément Beaune, Franck Riester, Olivier Dussopt,  Adrien Taquet,  Emmanuel Wargon, Amélie de Montchalin, Nathalie Elimas   - à prendre la parole avec Marléne Schiappa qui a déclaré «Il y a encore des gens qui ne savent pas que la liste d’Emmanuel Macron, c’est la liste de Laurent Saint-Martin »   

    D’ailleurs, Lorsqu'il est monté sur scène à son tour, Laurent Saint-Martin a continué de se positionner comme le candidat d'Emmanuel Macron : «Mon ambition de transformation pour l'IDF est la même que celle que porte Emmanuel Macron pour le pays depuis quatre ans  a indiqué la tête de liste LREM qui veut insuffler « l'ADN de la majorité présidentielle à la région. Si nous jouons collectif nous sortirons plus forts de cette épreuve» a-t-il promis