Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

terrain de football synthétique

  • PARC MUNICIPAL DE VANVES DE VANVES : LE CHANTIER DE LA TRIBUNE SE PREPARE TOUT EN RECHERCHANT LA PELOUSE SYNTHETIQUE IDOINE

    Les faits sont en train de donner raison à Yves Saccard qui expliquait voilà quelques années, qu’à partir du moment où on aménagerait en synthétique, le terrain annexe de football,  il faudrait inévitablement le prévoir, dans la foulée, pour le terrain d’honneur, alors qu’il aurait fallu faire l’inverse pour garder le plus longtemps possible la polyvalence du terrain annexe. Mais comme le service des sports avait acheté, très cher, une superbe tondeuse presque « high tech », mais pas encore avec pilotage automatique, il fallait la rentabiliser et surtout l’amortir. Et les anciens dirigeants du football aujourd’hui disparus, pensaient la même chose.

    Et c’est ce qui se déroule actuellement avec le projet de rénovation des tribunes du PMS André Roche. Car si un tel chantier devrait être mené, il était inévitable de l’accompagner de l’aménagement en synthétique du terrain de football d’honneur. D’autant plus qu’avec l’hiver, ou après même, il devient un véritable champ de patates. Mais ce qui retenait nos élus, en était les conséquences pour l’athlétisme  dont les dirigeants s’étaient inquiétés. Ils expliquaient que c’en serait fini de l’athlétisme à Vanves, de certaines disciplines comme le javelot et le lancé de poids, ou même le saut à la perche qui, au demeurant, comptent peu d’adeptes dans cette section où la grande majorité des athlètes privilégie la course à pied. C’est pourquoi Maxime Gagliardi, maire adjoint aux sports devait faire son marché au salon des maires et des collectivités locales où il a passé la journée d’hier, avec le directeur des sports, pour trouver la pelouse synthétique miracle qui permette de pratiquer ses deux sports

    Pour la rénovation des tribunes qui datent de 1951, soit 10 ans après la création du PMS (Parc des Municipal des Sports) baptisé André Roche durant l’été 1981, des études ont été menées par le service des Sports en 2005 puis en 2012, qui ont abouti à la proposition d’une reconstruction totale, avec désignation d’un maître d’oeuvre en 2014 qui a menée la phase d’APS (Avant Projet Sommaire) pour une opération de restructuration de l’existant avec extension jusqu’à la loge et les bureaux actuels du Football et de l’athlétisme d’un côté, et à l’emplacement de la bute de l’autre côté. Ainsi cet édifice en béton constitué de gradins de 300 places et de blocs sanitaires et vestiaires avec locaux de rangement ne répondait plus aux besoins, et ne permettait pas d’accueillir les équipes  dans des conditions de confort et de sécurité satisfaisante.C’est pourquoi la Municipalité a décidé de la remplacer  par un nouvel ouvrage plus conséquent. Il a fait l’objet de plusieurs réunions avec les responsables des sections concernées, tout au moins 2 à 3 depuis la Rentrée. « C’est un projet fantastique » reconnait Jean Claude Vignal, président de la section Football qui donnait l’exemple de dimanche dernier où le nombre de vestiaires étaient insuffisants : « On avait 6 arbitres qui bloquaient un vestiaire sur 4 et 6 équipes qui ont jouées. Heureusement qu’il n’y avait pas de basket"

    La nouvelle tribune, dans son aspect global conservera son emplacement actuelle avec réutilisation de la structure actuelle, avec 300 places dont certaines, pour PMR (Personnes à Mobilité Réduite). Avec ses deux extensions à 3 demi niveaux, devraient être accueillir 9 vestiaires (4 pour le football, 2 pour l’athlétisme, 1 pour les arbitres) avec des placards pour le rangement du matériel des clubs et du service des sports, le long d’une longue circulation crée dans le passage arrière, avec un local dédié au matériel d’entretien du bâtiment, le tout,  en demi sous sol. Celui-ci desservira 4 vestiaires sous la tribune, et plus loin,  le vestiaire arbitre avec accès  direct au stade et 2 autres vestiaires dans l’extension  à la place de la butte en terre. Un club House est prévu entre la Tribune et l’entrée du PMS, avec un hall commun d’accueil,  un espace convivialité pour les équipes après les matchs ou organiser des événements, une salle musculation  avec un local anti-dopage en rez de chaussée. Le hall commun est prolongé par une mezzanine en demi niveau, au dessus de la salle de musculation,  accueillant une salle de réunion de 40 m2 et 3 bureaux  de 10 m2 chacun, pour les clubs de football et d’athlétisme qui devraient s’ouvrir sur une loge d’honneur.

    Ces bâtiments seront de type BBC (Bâtiment Basse Consommation) bien sûr et devraient privilégier une ossature en bois qui prolongera le rythme de la tribune existante en venant l’envelopper. Une toiture végétalisée est prévue sur l’extension à l’emplacement des talus existants. Le coût de l’opération se monte à 1,2 M€. Le calendrier a été arrêté pour que le chantier se déroule sur une saison de Septembre 2015 à la Rentrée 2016, car, toute la partie côté tribune sera neutralisée. Des algecos seront installés en face, à la place de la benne,  pour accueillir des vestiaires provisoires, une buvette, des bureaux.

    Ce projet qui avait été rêvé par certains prédécesseurs de Bernard Gauducheau lorsque les premiers travaux de restructuration de ce PMS avaient été entrepris, est en train de prendre forme. Dans l’un de ses projets, il était même prévu un logement pour un gardien, au dessus de la loge, au lieu qu’il soit hébergé à la Piscine Municipale, comme c’est le cas actuellement après la transformation de l’ancien pavillon du gardien d’astreinte en bureaux pour le Stade de Vanves, du côté du pavillon des sports. 

  • RETOUR SUR LE BUDGET 2014 DE VANVES : LE SPORT PRIVILEGIE L’ENTRETIEN…DES EQUIPEMENTS

    Après ce week-end sportifs, il  était intéressant de voir ce qu’il en est pour le budget « sports » en 2014 qui se monte à 296 524 € en fonctionnement (+3,26%) et 270 216 € en investissement (+57,20%) : Toute une série de travaux sont prévus cette année à la piscine tout d’abord :  remplacement des portes d’accès aux vestiaires (26 500 €), l’étanchéité du local plongée/natation (11 000 €),  l’acquisition de 4 vélos supplémentaires qui permettra d’en avoir 17  dont un pour l’animateur, pour l’Aquabike (6920€). C’est très important, vu le succès de cette activité, avec une liste d’attente de 160 personnes alors que ses 16 vélos permettent d’avoir  40 places par  semaine. Le Gymnase Maurice Magne ensuite  avec l’installation de miroirs pédagogiques pour la section Escrime (4 480 €) afin de permettre aux escrimeurs de corriger leurs postures. Le PMS A.Roche enfin : arrosage automatique (8200 €), 9568 € pour l’éclairage défectueux,  voire hors service du club house  du tennis/Boule Lyonnaise qui nécessite une rénovation complète. Il permettra de mettre en place des appareils moins énergivores. Occasion de constater que ce pavillon a été très mal conçu à l’origine, car chaque intervention entraîne des coûts excessifs.  Il faut ajouter la réfection de la main  courante ceinturant  la piste d’athlétisme  (19 435 €)  car les panneaux grillagés remplissant les intervalles entre chaque poteau se détériorent et nécessitent d’être remplacés,  la reprise d’affaissement sur la piste (7000€), l’achat de haies de saut (7800€) pour compléter celles acquises en 2009  et remplacer les plus anciennes, le remplacement de 8 chaises d’arbitres pour le tennis, l’achat de 3 vitrines d’affichages…

    Mais les plus gros investissements inscrits au programme de la majorité municipale concerne la reconstruction de la tribune du terrain de football d’honneur qui devrait êtte à terme en synthétique comme le terrain annexe, Jacques Saccard,  l’agrandissement ou la reconstruction du gymnase André Roche pour ce qui concerne le PMS A.Roche. Pas question de boulodrome couvert pour les boules lyonnaises (proposé par la liste un nouveau souffle pour Vanves) qui aurait pu être couplé avec un couverture des terrains de tennis en green set. Même si cela fera un jour, lorsqu’il s’agira de couvrir les terrains de tennis. L’un ne pourra pas se faire sans l’autre à moins de rééditer une erreur faite au cours des années 70 : Lorsque fut construit le gymnase Maurice Magne, sur le plateau, il n’a pas été prévu de tribune, tout simplement parce que le budget de la ville était serré à cause d’un autre investissement réalisé en même temps : l‘aménagement des terrains en green set actuel du tennis. La municipalité préfère privilégier l’intercommunalité avec le boulodrome d’Issy les Moulineaux près du Fort d’Issy sans vraiment se rendre compte qu’il n’a rien d’interco, uniquement construit pour le club de  pétanque qui a des visées très hautes… comme le Palais des Sports Robert Carpentier dont la destination était d’être « le palais des sports de GPSO (ex-Arc de Seine) » et  dont l’utilisation est strictement  isséenne, même s’il y a quelques exceptions pour l’équipe de basket de Vanves.

  • UN WEEK-END FOOTBALL A VANVES ENTRE PLEURS, EMOTIONS ET JOIES

    Ce fut vraiment un week-end football à Vanves entre émotion, avec la perte de la voix du foot, Thierry Roland qui « réagisait au micro comme nous dans notre salon pendant un match » et l’inauguration du terrain de football synthétique qui porte désormais le nom d’Yves Saccard, plus bel hommage d’une ville à l’un mais aussi à tous ces dirigeants sportifs bénévoles ; et joie de voir tous ces jeunes passionnés de football , de 7 à 13 ans, s’affronter pendant deux jours lors du tournoi Claude Lemel, là encore dirigeant sportif qui a donné beaucoup de son temps à cette section football du Stade de Vanves, et à la ville puisqu’il a été maire adjoint de Gérard Orillard. Il y a ainsi des coincidences extraordinaires qui se produisent comme ce fut le cas ce week-end , sans oublier l’euro qui, depuis uine semaine, attire beaucoup de passionnés dans les cafés , notamment au Relais de Vanvres qui a fait le plein à chaque match de l’équipe de France. Une fois, l’assistance était très européenne avec des italiens, des suisses allemands, des espagnols, une tchéque, et des français, une autre fois, très artistique avec plus d’une vingtaine de jeunes venus du théâtre

     

    Ce week-end avait commencé par la fête annuelle du Rosier Rouge, vendredi,  sur le théme « Le Rosier Rouge fête les années 70 » avec les résidents diont certains ont réalisé une exposition de photos réalisées dans le quartier, l’équipe compléte de cet établissement, ses bénévoles, amis et soutien. « C’est en 1973 qu’a été créé le Rosier Rouge, lorsque le Secours Catholique a acheté ses locaux pour les mettre à la disposition des familles d’hospitalisés venant de loin. C’est pourquoi, nous avons fait référence à ces années 70 qui ont un sens pour nous. C’étaient les années heureuses, ce qui est un peu moins le cas maintenant, avec moins de moyens. Et pourtant nous faisons face avec davantage de bénévoles, de courage et moins de moyens » a déclaré Pierre Nicolas qui supervise 4 entités du Secours Catholique dont le Rosier Rouge,  en parlant « des transformations du Rosier Rouge qui n’est pas un lieu médicalisé mais revendique de pouvoir accueillir des malades », devenant ainsi « un lieu de chaleur pour ête plus fort. Ces résidents peuvent s’appuyer sur du personnel qualifié, disponible, et des bénévoles qui font preuves d’imaginations pour offrir de nouvelles activités ». Emma Canatar directrice opérationnelle du Rosier a remercié l’ensemble des salariés, des bénévoles (40 personnes), des partenaires financiers et sociaux et associatifs « qui permettent à cet établissement de vivre et de privilégier la gestion locale ». Après ses discours auxquels assistaient Guy Janvier avec quelques élus socialistes et Bernard Roche pour la mairie, la soirée s’est prolongée tardivement au son de la musiques ses années 70.

     

    Le lendemain, avant l’inauguration du terrain de football Yves Saccard, Bernard Gauducheau (NC) et Guy Janvier  (PS) se sont retrouvés, par hasard, sur la terrasse du Relais de Vanvres pour la séance de dédicace de Michel Lebailly, peintre en bâtiment, qui écrit des livres de poémes. Ils ont un peu parlé des législatives, le maire considérant qu’André Santini devrait être réélu alors que le conseiller général faisait la mou, persuadé que le scrutin sera plus serré en faveur de Lucile Schmid, et beaucoup d’autolib. Moins d’une heure plus tard, en fin d’après-midi, ils se retrouvaient sur un bout du terrain synthétique au bas de la voie d’accès et de la piscine, avec André Santini (NC), Lucile Schmid (EELV), Ian Stevenson, maire de Ballymoney, ville irlandaise jumelle de Vanves, de nombreuses élus, dirigeants sportifs et président de section  du Stade de Vanves  qui avaient tenus à être présents pour cet hommage rendus à l’un des leurs, avec Bruno Chauvet et François Praud. « Nous avons choisi le tournoi Claude Lemel pour faire cette inauguration, car c’était une belle ocasion avec ces centaines d’enfants qui y participent » a constaté Bernard Gauducheau en rappelant les travaux engagés l’été dernierr, son ouverture à lami-Septembre et la décision unanime du Conseil Municipal de lui donner le nom d’Yves Saccard : « La municipalité a voulu rendre hommage à Yves Saccard et reconnaître ainsi le travail des bénévoles du Stade de Vanves. Le sport est une affaire de corps et d’âme ».  

     

    Enfin, le tournoi Claude Lemel a réuni Samedi 40 équipes de débutants (7 à 9 ans) dont 6 de Vanves soit 368  joueurs, et dimanche 16 équipes de 10/11 ans et 16 autres de 12/13 ans, soit 368 joueurs dont des une équipe irlandais (12/13 ans) venus de Ballymoney qui a rencontré une équipe de Vanves et l’a battue à 1 contre O. Enfin, les boulistes se sont fait encore remarqué avec une des 4 équipes qui a gagnée le championnat quadrette des Hauts de Seine et s’est qualifiée pour le championnat de France à Vichy à la fin Juillet.