Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

réseaux sociaux

  • VANVES AU COEUR DE L’ANALYSE POLITIQUE AVEC BRUNO JEUDY : RETOUR SUR UNE ANNEE ELECTORALE

    A l’occcasion d’un colloque organisé par  l’APC(Association du Corps Préfectoral) présidé par Jean François Carenco, ex-préfet IDF, sur le théme «L’Etat de la République : Quelle démocratie pour demain», le journaliste vanvéen, Bruno Jeudy a eu l’occasion de s’exprimer  sur le théme «Vaincre le désenchantement démocratique». Et surtout de revenir sur cette année électorale très différentes des précédentes qu’ont vécu les français, devant un parterre de préfets et hauts fonctionnaires réunis dans ce très bel amphithéâtre de la Sorbonne, aux côtés de Fabius, Baroin, Borloo, Woerth…

    Il a rebondit sur un propos du philosophe Marcel Gauchet qui constatait que « La France est le pays le plus politisé du monde. Pour ces élections, on a vu apparaître le couple médias en boucle et réseaux sociaux. Ce qui a contribué à cette forme d’hystérisation. Mais ce couple est absolument indispensable au fonctionnement démocratique. Les réseaux sociaux ont développé une forme de débat permanent dont les politiques doivent se saisir » a expliqué le rédacteur en  chef politique de Paris Match. « Mais il a aussi créé un malaise qui a pris une tournure inattendue et inédite avec le dégagisme des principaux candidats aux primaires, aux législatives, coconmittament avec la crise du système des partis qui est plus préoccupante. Peut être que c’est la dernière étape avant quelque chose de plus grave. Le risque est qu’ils ne soient plus acteurs aux prochaines élections »

  • UN RENDEZ-VOUS INCONTOURNABLE AUX PORTES DE VANVES : Le Salon de l’Agriculture avec son stand francilien

    Si le salon  de l’agriculture sera inauguré samedi par F.Hollande, le stand de l’Ile de France (Hall 3 Allée A – Stand 080) le sera dimanche matin par Valérie Pécresse… et Bernard Gauducheau conseiller régional (UDI) qui sera sûrement présent. Il mettra en avant le nouveau visage de l’agriculture francilienne digitale, connectée et innovante. Ses visiteurs pourront  suivre le travail des drones survolant des mini champs de céréales, tester des lunettes en réalité augmentée pour une immersion totale dans la campagne francilienne ou découvrir l’Ile de France  agricole via une carte interactive.  Un espace sera entièrement dédié aux boulangers de la première région meunière de France, qui chaque jour partageront leur savoir-faire historique et fabriqueront sur place les pains avec les céréales issues d’IDF. Une opération menée avec le soutien des coopératives et de 4 meuniers régionaux. Un marché de produits locaux (macarons, bières artisanales, menthe poivrée de Milly-la-Forêt, moutarde de Provins, yaourts fermiers, confitures, etc.) complétera la visite.

    Près de la moitié du territoire francilien est agricole. Loin de la caricature urbaine qu’elle véhicule encore trop souvent, l’IDF est une grande région agricole, riche de terres parmi les meilleures d’Europe et de la proximité de  12 millions de consommateurs. C’est une terre propice au maraîchage, à l’arboriculture, à l’élevage et bien sûr à la culture céréalière dont les performances sont parmi les plus élevées d’Europe et du monde. Avec plus de 3.2 millions de tonnes de céréales produites sur son territoire, 22 moulins et 43 000 personnes employées dans le secteur, l’IDF est la plus grande région meunière française. La filière céréalière y est particulièrement dynamique et innovante, tant sur le plan technologique que structurel: diversification des cultures (quinoa et lentilles par exemple), non-labour comme solution d’enrichissement des sols, microbrasseries, etc.

    Pour valoriser ces atouts incomparables, les agriculteurs franciliens ont fait depuis longtemps le choix de l’innovation. Et le Salon International de l’Agriculture est l’occasion, chaque année, à cette époque,  de partir à la découverte de cette agriculture francilienne résolument  tournée vers l’avenir et de celles et ceux qui la font vivre ! L’IDF est un  incubateur du modèle agricole de demain. Oubliés les vieux clichés, l’agriculteur francilien est ultra connecté. Station météo en réseau, capteurs sur moissonneuse, logiciels de gestion connectés, utilisation de drones sur les parcelles, robots agricoles d’assistance à la récolte… de nouvelles technologies qui permettent une meilleure précision et performance, en respectant l’environnement.

    Il faut savoir que  79% des agriculteurs utilisent internet (soit plus que la moyenne française), 46% des agriculteurs sont équipés de GPS en 2013, 50% des agriculteurs français qui s’installent en laitier achètent un robot de traite, 8000 agriculteurs en France utilisent des drones.  Attachés à faire connaître et reconnaître leur métier, les agriculteurs sont de plus en plus présents sur Internet et les réseaux sociaux. Au-delà des informations, ils partagent également leurs matériels, grâce à des applications de mise en réseau et ils impliquent les citoyens dans le financement de leurs projets, via des plateformes de crowdfunding. La vente directe, elle aussi, innove : potagers connectés, distributeurs automatiques sur l’exploitation, regroupement de producteurs au sein de « Drive Fermier » et réseau «Bienvenue à la Ferme », les initiatives se multiplient.

  • LA PRIMAIRE A DROITE ECHAUFFERAIT ELLE LES ESPRITS A VANVES ?

    Il paraitrait que sur les réseaux sociaux, les esprits se sont échauffés tout simplement parce qu’il a été fait état que certains maires UDI soutiendraient Nicolas Sarkozy, dont celui de Vanves,  dans le cadre de la primaire et de l’élection présidentielle. Ce qui n’est pas nouveau, même si certains s’en étonnent, parce qu’ils l’ont déjà soutenus en 2007 et en 2012 que ce soient André Santini, Hervé Marseille ou Bernard Gauducheau.

    Il ne faut pas oublier tout d’abord que les Hauts de Seine sont un fief de l’ex-chef de l’Etat, et que certains de ses élus sont ses « obligés ». Sur les 12 parlementaires Républicains altoséquanais, 7 soutiennent l’ex-chef de l’Etat, Patrick Balkany, Jacques Kossowski, Jean Jacques Guillet, Patrick Ollier députés, Roger Karoutchi sénateur et coordinateur adjoint de la campagne de Sarkozy, Philippe Juvin et Constance Le Gripp députés européens.  Les maires LR Manuel Aeschlimann (Asnières), Alain André Boulanger (Villeneuve La Garenne), Joelle Ceccaldi Raynaud  (Puteaux) ont  été parmi les premiers à soutenir l’ex-locataire de l’Elyséee et signer un appel à candidature, avec les conseillers départementaux Isabelle Caullery (La Garenne Colombes), Daniel Courtes (Courbevoie), André Mancipoz (Asnières), et régionaux Sophie Deschiens,  Carine Martini Pemezec. Ensuite que  sur les 20 000  signatures des adhérents qui soutenaient Nicolas Sarkozy, 1000 provenaient des Hauts de Seine qui arrivaient en seconde position derrière les Alpes Maritimes

    A Vanves, les élus qui soutiennent Nicolas Sarkozy viennent de signer un appel à soutien :  Philippe Thieffine,  Référent de la campagne des primaires pour Nicolas Sarkozy, Maxime Gagliardi, Adjoint au Maire et Président du Groupe les Républicains au Conseil Municipal, Hélène Gengoux, Delphine Roy, Yoann Marcet, Nicolas Monte, Conseillers Municipaux. Pour ces élus «   Nicolas Sarkozy est un homme d’exception » comme ils l’expliquent : « Ses origines, sa personnalité, son tempérament, son parcours, en font un être hors norme. On le dit « clivant ».  Cela repose souvent sur l'immédiateté médiatique ou sur l’écume des choses et des mots. Quand on analyse ses décisions politiques, la nature de ses réformes, on voit bien qu’elles sont en permanence sous-tendues par une recherche de synthèse. Les mêmes qui lui reprochaient d’en faire trop regrettent aujourd’hui qu’il n’en ait pas fait plus. Seul l’exercice des responsabilités permet de bien doser. Il est particulièrement déterminé et fait preuve d’une résistance à toute épreuve. Le flot d’attaques, d’insultes, de mises en cause aurait abattu plus d’un homme public. Cette capacité à résister en toutes circonstances, est impressionnante. C’est sans doute la conséquence d’un engagement passionné pour la chose publique au cours duquel rien ne lui a été donné. Ce qu’il a obtenu, il est allé le chercher. Il en a été ainsi depuis la mairie de Neuilly-sur-Seine jusqu’à la Présidence de la République. Son nouveau crédo : « la France pour la vie » montre à quel point sa détermination est intacte. On voit bien qu’il est celui qui rassemble le plus de qualités personnelles et d’atouts à mettre au service de la France dans les circonstances actuelles. Il rassemblera toutes les énergies pour remettre notre pays sur le bon chemin et préserver notre modèle de société dans un monde en pleine mutation » expliquent -ils.

    Ce qui n’est pas l’avis de Thierry Solére, député de Boulogne et organisateur de ses Primaires, qui soutient Bruno Le Maire, avec Remy Muzeau maire de Clichy, ni de Sandrine Bourg qui anime sa campagne à Vanves et qui est impliquée au  niveau départemental. Isabelle Debré vice présidente du Sénat a choisit  de soutenir l’ex premier ministre de Sarkozy, François Fillon en étant son référent pour les Hauts de Seine, avec Patricia Kaazan au plan local. Jacques Gautier sénateur-maire de Garches soutient l’ex-premier Ministre de J.Chirac, Alain Juppé pour lequel Françoise Saimpert fait campagne à Vanves alors que Bertrand Voisine anime la campagne de NKM à Vanves avec qui, il a fait un tour du marché, avant les vacances d’été (sur la photo devant la Poste place de l'Insurrection). Enfin, si Jean Christophe Fromantin, député maire de Neuilly soutient Hervé Mariton et  aurait  finalement permis à ce dernier de parvenir à atteindre le seuil requis de parlementaire à la dernière minute pour être présent à cette primaire, à  Vanves personne ne méne campagne pour le député de la Drôme ( ?). Par Sylvie Ruy est le référent vanvéen pour Jean François Copé. Ainsi à Vanves, les élus Républicains se sont répartis les soutiens aux candidats à la primaire, pour éviter les divisions au sein de la section vanvéennes, mais malheureusement pas la guéguerre des « egos » entre certains d’entre eux, surtout sur les réseaux sociaux