Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

groupe lrem

  • RETOUR SUR LE CONSEIL MUNICIPAL : QUESTION SUR DES PERMISDE CONSTRUIRE A VANVES

    Lors du Conseil municipal du 15 octobre 2020, une question orale avait été posée par le groupe «Vanves En Marche» sur le nouveaux projets immobiliers dont un concerne les deux pavillons de la rue Fratacci qui pourrait être confié au promoteur/constructeur Eiffage : «De nouveaux permis de construire sont affichés dans la ville. Si nous trouvons désolant la disparition des dernières belles maisons Vanvéennes, nous sommes tout aussi désolés de voir disparaitre les arbres et jardins qui les agrémentaient et faisaient jusqu’à présent le charme de notre ville. Dans la période de réchauffement climatique où nous nous trouvons, nous voulons avoir l’assurance que la délivrance de ces permis de construire tient compte de la nécessité absolue de préserver des espaces verts afin de créer des ilots de fraicheur, il en va de votre volonté. En ce qui concerne le permis de construire délivré rue Fratacci, l’ensemble prévu se situe à proximité immédiate de l’espace Cabourg, dont le groupe scolaire est très minéral. Nous serons extrêmement vigilants sur ce point d’espaces verts à préserver dans les nouvelles constructions afin de garantir la protection des enfants lors des épisodes de canicule. Pouvez-vous d’ores et déjà nous confirmer que ce point est acté ?» a demandé Séverine Edou (LREM). 

    «Plusieurs chantiers sont en cours sur Vanves et, en effet, des permis de construire délivrés depuis plusieurs mois, voire plusieurs années, sont affichés dans la ville, sur les terrains concernés. S’agissant des « nouveaux permis de construire » évoqués dans la question, il s’agit probablement des demandes de permis de construire en cours d’instruction, qui donnent lieu à un affichage devant le Centre Administratif, en application de l’article R.423-6 du Code de l’urbanisme. Sur les 34 dossiers figurant sur la liste ainsi affichée, 4 portent sur des terrains abritant aujourd’hui des maisons, dont la démolition est envisagée à l’occasion de ces projets. Lors de l’instruction de ces dossiers, comme d’ailleurs lors de l’instruction de tous les dossiers, une attention particulière est apportée au respect des règles du PLU en matière d’espaces verts (règles que la commune souhaite voir renforcées lors d’une prochaine évolution du PLU) et au respect des recommandations de l’Architecte des Bâtiments de France sur la protection du patrimoine bâti. Sur ce point, il est précisé que la commune a d’ores et déjà demandé à l’Etablissement public territorial (EPT)  Grand Paris Seine Ouest  (GPSO) de réaliser une étude du patrimoine bâti et paysager, qui comportera notamment des recommandations susceptibles d’être intégrées dans le règlement du PLU lors d’une prochaine évolution de ce document» a indiqué le maire adjoint chargé de l’urbanisme. «S’agissant du «projet rue Fratacci » cité dans la question, il s’agit probablement du projet envisagé sur le terrain sis 40 et 42 rue Antoine Fratacci. La commune, qui n’est pas à l’initiative de ce projet, n’a pas été consultée avant le dépôt de la demande de permis de construire intervenue fin septembre. Ce dossier est aujourd’hui en cours d’instruction. Aucune autorisation, contrairement à ce qui est indiqué dans la question, n’a donc été délivrée sur ce terrain».

  • LES AMBITIONS DE GABRIEL ATTAL, LE MINISTRE DE VANVES

    Le nom de Gabriel Attal, secrétaire d’Etat à la Jeunesse circule actuellement avec ceux de trois autres député (Yaël Braun-Pivet,  Olivier Grégoire, Roland Lescure) pour remplacer Gilles Le Gendre à la tête du groupe LREM à l’Assemblée Nationale, selon certaines rumeurs  et à cause  surtout de cette note révélée par Marianne où il préconie le remplacement d’Edouard Philippe au chef de l’Etat lors d’un prochain remaniement ministériel.

    Ce qui promet un mardi explosif lors du petit déjeuner de la majorité à Matignon, et la réunion du groupe LREM. DU coup, le ministre de Vanves pourrait être tenté de retrouver son siége au Palais Bourbon pour prendre la tête du groupe, remettre de l’ordre dans le groupe LREM, intervenir dans les médias comme il le fait déjà, en ne craignant pas de se retrouver seul sur les plateaux TV devant des adversaires comme JL Mélechon comme ce fut le cas lors des manisfestations des Gilets Jaunes, en jouant le porte-parole officieux du gouvernement et du président pour prendre leur défense. Ce qui serait de surcroît un moyen de reprendre pied sur une circonscription  (Vanves/Issy) conquise en 2017 pour préparer les élections législatives après la présidentielle de 2022 que tout le monde a en tête, où certains élus UDI semblent vouloir prendre leur revanche après leur victoire aux Municipales

  • GABRIEL ATTAL : UN DEPUTE DE VANVES TRES SAGE QUI RESTE PORTE PAROLE DE LREM

    Qu’aurait il été faire finalement dans cette galère ? C’est-à-dire être élu président d’un groupe  politique à l’Assemblée Nationale, ce qui est tentant, mais en plus du groupe majoritaire, c’est à dire l’un des pires jobs de la République à entendre ou à lire les témoignages dans les médias d’anciens titulaires de ce poste comme JM Ayrault, Bernard Accoyer, Jean François Copé cités notamment par Le Monde 

    «C’est le poste le plus ingrat de la République », « le travail le plus dur avec celui de premier ministre, où il y a peu de reconnaissance et beaucoup de médicance », « quand vous êtes président de groupe, vous êtes une machine à créér des ingrats et des aigris », « Il faut gérer les ambitions, les caprices, les susceptibilités…C’est un boulot très fatigant et très prenant, car on partage les joies et les mauvaises humeurs des députés », «Un travail d’abgnétion, ingrat car on n’est pas dans la lumière comme un ministre ou un député investi sur une question », « Il faut payer de votre personne, être très présent, recevoir dans son bureau, écouter les demandes et les frustrations ». Sans compter que «vous êtes en permanence entre l’exécutif et les parlementaires. Il faut collaborer avec le gouvernement pour faire adopter les réformes et, dans le même temps, obtenir des modifications sur les textes pour tenir son groupe », « Il faut apparaître comme le défenseur des députés, y compris contre le gouvernement, mais aussi avoir la confiance du président de la République et du Premier Ministre , pour être capable de peser auprés d’eux… », «il faut laisser une vraie respiration aux députés, avec une loyauté sans faille envers l’exécutif », « Si vous verrouillez et que vous menacez d’exclusion,  cela créé une cocotte-minute et les députés deviennent agressifs. C’est ainsi que naissent les frondeurs »

    Peut être a-t-il pensé à tous cela le week-end dernier entre ses apéros de campagne. En tous les cas, dans un message adressé à ses collègues, Gabriel Attal a justifié son choix de se retirer en début de semaine  par le fait qu'il ne veut pas «contribuer à la dispersion» due à la présence de nombreux candidats (10 à 12 au départ, 7 à l’arrivée). «J'ai pris tôt ce matin la décision de retirer ma candidature. Ce n'est pas une décision facile, surtout lorsque l'on a des chances sérieuses de l'emporter. Mais je souhaite que celui ou celle qui présidera notre groupe bénéficie, dès le 1er tour, d'une assise la plus large possible, parce qu'il nous faudra tous travailler ensemble autour de lui, ou elle", écrivait Gabriel Attal à la veille de l’élection par le groupe  de son président. Il a voté Roland Lescure, député des français de l'étranger. Mais c’est Gilles Le Gendre, député de Paris,  qui a été élu

    Et il a repris son boulot de porte parole en commentant la décision de Gérard Collomb d’être candidat à la mairie de Lyon (Rhône) en annonçant qu’il quittera le gouvernement mi-2019, en se disant «pas surpris ! Il reste très attaché à sa ville. Il se posait la question. Il a clarifié les choses ! Il restera aux côtés d'Emmanuel Macron, il l'était avant d'être ministre, il le sera après. Il part avec un bon bilan. Il était encore lundi soir dans l'Essonne pour donner des moyens aux forces de l'ordre pour reconquérir quinze quartiers populaires ». Et bien sûr le plan santé qui «va faire retomber la pression sur le milieu hospitalier. On va réduire la tarification à l'activité et développer le financement au forfait et valoriser la qualité »