Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2014

GUY JANVIER, CONSEILLER GENERAL PS DE VANVES SUR TOUS LES FRONTS !

Entre la séance budgétaire du Conseil Général des Hauts de Seine, jeudi dernier et sa réunion publique de compte rendu de mandat, vendredi soir à l’école Max Fourestier, Guy Janvier (PS) a été énormément sollicité à la fin de la semaine dernière, même si la date de cette dernière était mal choisie, trop proche des fêtes et vacances de Noël à un moment où les vanvéens commencent à avoir la tête ailleurs

Il a été le porte parole du groupe PS dans le débat budgétaire en expliquant, face aux 780 M€ de budget solidarité de proximité du Conseil Général, que « sa priorité n’est pas la solidarité, mais la baisse de la dette d’un département non endetté », en lui reprochant de faire des réductions de crédits, et lorsque ce n’est pas le cas, « il s’agit d’une simple traduction mécanique des hausses de dépenses  (+9,3%) liées aux 3 grandes allocations solidarité (RSA, APA et PCH). Le PDI-RE (Plan, Département d’insertion et de retour  à l’emploi) ne représente plus aujourd’hui que 5 à 6% des dépenses versées aux allocataires de notre département. Or ce sont des actions qu’il finance, qui devraient permettre à nos concitoyens tombés dans la grande précarité de s’en sortir ». Il a dénoncé une baisse des investissements de 40% dans les collèges depuis 2010 : « Ce sera la faute « Devedjian ». Vous n’investissez pas sur l’humain qui est l’un des trois piliers du développement durable » a-t-il déclarée en expliquant qu’il attend  depuis 10 ans la rénovation du collège Saint Exupery. « Les crédits d’études sont enfin inscrit dans le budget, mais quand la rénovation se fera t-elle alors qu’il y a urgence, compte tenu des sur-effectifs de la cité scolaire de Michelet qui créent des conditions difficiles d’études ».  Il a attaqué la politique du logement du département  et surtout le non respect de taux de 25% de logements sociaux par 22 communes sur 36 en citant Boulogne (14%), La Garenne Colombes (11%), Neuilly (4%)… « Comment fait on pour se loger dans notre département ? » s’est il interrogé en citant l’exemple de cette agent communale de Vanves  partie à retraite avec une pension de 790 € par mois après 36 ans de service. « Elle doit payer un  loyer de 700 € par mois. Comment va-t-elle faire sans APL ? »

Des thémes qu’il a repris bien sur lors de sa réunion à Vanves  en parlant du Collége St Exupery où il a rappelé être à l’origine des cours d’allemand au sein des classes européennes, de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) qui est une autre façon d’entreprendre, développé à Vanves avec la création du SEL (Service d’échange local) de Vanves qui regroupe maintenant 60 participants. « Les Entretiens d’Albert Kahn  - qui doivent être le laboratoire des «  futurs souhaitables selon Patrick Devedjian - ont permis de donner quelques pistes en parlant de jardins sur les toits, de tiers lieux… « qu’il  ne faut pas creuser, mais développer ! ». Il a rappelé qu’il s’est battu pour obtenir le maintien de la PMI  et de l’EDAS (ex CASS) de la direction de la vie sociale du département, à Vanves, le département ayant acheté le local de l’ancienne trésorerie (365 m2) pour y installer l’EDAS,  qu’il est très attentif à l’accessibilité des maisons de retraites (dont les prix deviennent exorbitants), aux différentes structures pour handicapés comme le GAM « ERIK » ou le CAP avec Simon de Cyréne…Il a surtout parlé de la contractualisation entre Vanves et le Conseil Général à travers les contrats de développement « que j’avais préconisé avant sa mise en place, et qui a permis une  meilleure clarté et transparence dans les aides versées à la commune » explique t-il.

Il a fait le point sur la Métropole du Grand Paris (MGP) grâce à Anne Laure Mondon qui suit de près ce dossier et la réforme territoriale. Il est pour la suppression des départements dans les métropoles. «Il n’y a aucune utilité à garder les départements de la petite couronne  dans la métropole du Grand Paris. Le pas Navigo à tarif unique va dans ce sens là. Pour gérer des problèmes d’une grande complexité, ll faut avoir une zone géographique cohérente. Patrick Devedjian en le refusant, est un petit baronnet ! »

29/09/2014

L ES RENDEZ-VOUS A VANVES D’UNE SEMAINE ENTRE FETE DU COMMERCE, CONSEIL MUNICIPAL ET SAINT FRANCOIS

Lundi 29 septembre 14

A 10H à la Grande Pharmacie Bleuzen : Dégustation de thés et tisanes mêlant santé et plaisir dans le cadre du Mois du Commerce 

Mardi 30  Septembre

A 20H a théâtre : Soirée présentation saison culturelle 2014-15 du Théâtre Le Vanves. Ce sera la 18éme et dernière saison pour José Alfarroba qui devrait prendre sa retraite en 2015

Mercredi 1er Octobre

à 19H à l’hôtel de Ville : Conseil Municipal qui devrait fixer un objectif de réalisation de logements sociaux pour la période 2014-16, réviser son règlement local de la publicité, régulariser des emprises foncières avec la Ville de Paris concernant le parc des expositions, permettre de constituer un groupement de commandes avec GPSO pour permettre le diagnostic phytosanitaire et le recensement cartographique des arbres du territoire, décider de la mise en couverture des escaliers menant au parking  public Saint Remy, demander des subvention au titre de la dotation parlementaire pour les travaux de rénovation du 2éme étage de l’école élémentaire Marceau, la rénovation des façades de l’hôtel de Ville, mais aussi la dématérialisation des séances du conseil municipal.  Il devrait avaliser les rapports annuels des délégataires de services publics, décider du projet formation pour les 11-13 ans, approuver le règlement intérieur des Conseils de quartiers , décider du taux de rémunération des enseignants assurant les NAP dans le cadre des nouveaux rythmes scolaires, voter une subvention exceptionnelle au Stade de Vanves, se prononcer sur le retrait de Velizy de GPSO 

A partir de 20H au restaurant Le Paris : Soirée ligue des Champions avec des spécialités réunionnaises

Jeudi 2 Octobre

A partir de 20H au restaurant Il Giardino : Soirée « Quizz musical » avec spécialités italiennes

A 20H30 à l’espace Tuilerie : Conférence sur la « graphothérapie » par l’association Artliance

Vendredi 3 Octobre

A 19H à Panopée : Deux créations sont présentées pour ouvrir la saison 2014-15 du Théâtre Le Vanves : « Did Eve Need make-up », premier volet d’une trilogie familale, et « To escape from el nothing bette thane els » qui est une introspection intime 

A 20H45 à la salle des Cinéastes : Séance publique au cours de laquelle seront présentées des réalisations vidéos tournées sur le chemin de saint Jacques de compostelles, en présence des auteurs

Samedi 4 Octobre

A 10H à Eden Floor : Atelier Folral

A 10H au GEM Le Cap: Portes Ouvertes de ce Groupe d’Entraide Mutuelle de l’association Simon de Cyréne avec présentation des activités

A 10JH au Café Le Tout Va Mieux : Café Théo sur le théme « la famille on en parle » alors que s’ouvre au Vatican, le lendemain, le Synode desFamilles

A 11H à l’école Marceau : « Exposition-vente »  de l’association Artisans du Monde

A 12H au MacDonald : Animation exceptionnelle pour les petits vanvéens

A 20H au Gymnase A .Roche : Match de Basket Vanves -  Vitré

A Partir de 20H aux Platanes : Soirée Moules/frites et chansons françaises

A 20H30 au théâtre Le Vanves (et à 17H Dimanche) : « Le No Show » - « un show must-go-on à tout prix » sur une idée originale d’Alexandre Fecteau avec le collectif « Nous sommes ici » & Théâtre du Bunker (Québec). Il a ouvert le festival Transamérique à Montréal cette année et ouvre la saison 2014-15 à Vanves

Dimanche 5 Octobre

A 10H à Saint François : Grande journée paroissiale en l’honneur de la fête de la St François avec à 10h : Messe solennelle à St François, à 12h : Déjeuner partagé. Venez avec plat salé ou sucre, à 14h30 : Présentation de la spiritualité franciscaine : « St François : une spiritualité pour chacun d’entre nous »

 

A 15H au gymnase Marcel Bec (à Meudon) : Match de Handball Stade de Vanves/Cercle Paul Bert Rennes

21/01/2014

LE CAP A VANVES : UN LIEU OU ON APPREND A VIVRE, A FAIRE ENSEMBLE ET A S’OUVRIR A LA VIE ! »

« C’est un lieu où on se sent bien, où on apprend à grandir ensemble, où on s’ouvre à la ville. On est fier d’aller et de faire ensemble, de prendre nos responsabilités » témoignait l’un des membres du CAP lorsque fut célébré son arbre de Noêl et le premier anniversaire de son installation dans l’ancienne boulangerie de la rue Vieille Forge,  le 14 Décembre dernier en présence de Laurent de Cherisey et des élus vanvéens. « C’est une aventure collective dans laquelle nous nous sommes engagés » ajoutait un autre membre

Le CAP est un GAM (Groupement d’Entraide Mutuelle) dont l’origine remonte à une dizaine d’années. Il s’agissait au départ, de permettre à des personnes en handicap psychique de se retrouver pour faire des activités ensemble, en se prenant en charge et non en étant pris en charge, les animateurs ou les encadrants étant présent comme soutien. L’initiative en revient à l’association des familles de victimes de traumatisme cranien qui a suscité une quarantaine de GAM en France dont celui de Vanves depuis depuis 2 ans. L’association Simon de Cyréne en a été quelque peu le moteur avec son appartement partagé de l’avenue du Général de Gaulle où tout a commencé et sa résidence de la rue d’Issy. Il est donc rattaché à cette association tout en ayant son identité propre. « Nous ne sommes pas le lieu d’activités de Simon de Cyréne. Nous sommes ouvert à tous les vanvéens et même isséens,  et pas seulement aux résidents de Simon de Cyréne. Notre objectif est de sortir ses adhérents de leur isolement » explique l’une de ses animatrices/encadrants.

Ce sont ces membres qui ont choisi sa dénomination, en prenant leur temps avant de choisir « CAP » car « c’est un signal, un objectif, maintenir le cap, en étant sur le même bateau, avec les bons côtés et les aléas, et passer aussi des caps, des étapes » explique Aude, sa Vice Présidente. Ce sont eux qui ont cherché et trouvé ce local, une ex-boulangerie, rue Vieille Forge, et l’ont aménagé. « Tous ceux qui en ont le désir et la capacité peuvent être partie prenante du projet, faire parti du bureau, des animateurs d’activités, en proposant ou en prenant la responsabilité d’un atelier, en s’engageant à y donner du temps, en étant simplement un membre actif, quelles que soient leurs limites. Seul, on ne peut pas agir. Ensemble on peut, car on a confiance, on est encouragé, on créé entre nous une certaine émulation, on porte cette association » ajoute Aude. « Il faut que cela fasse plaisir à la personne de venir ici, et heureuse de donner » insiste t-elle

De nombreuses activités sont organisés durant la semaine : Jeux de Société, cuisine, salon de beauté féminine, un club Newsletters, carrefour de l’amitié (le jeudi après-midi) pour discuter et échanger, film débat le Vendredi, Café des langues le samedi…des semaines à thémes (Ode à la musique lors du festival des musiques anciennes, puis autour de la création…). « Ces activités résultent aussi de partenariats avec des associations vanvéennes sur le tissage, la création… » indique l’une des animatrices.  A ses ateliers,  s’ajoutent des sorties une fois par mois, au théâtre, au restaurant, au cinéma, des repas partagés, et des séjours comme ce fut le cas en Normandie pour 10 membres pendant 3 jours, « pour vivre autre chose dans un autre cadre » selon Aude qui rêvait « d’aller sur la plage, de voir et de sentir l’eau ».  

Le CAP a d’ailleurs prit contact avec le PHARE  et participe à des animations comme ce fut le cas pour la fête des Voisins, organisé dans la rue Vieille Forge. Beaucoup d’adhérents du CAP ont été touché par l’accueil des vanvéens : « C’est une ville à taille humaine, un petit village, où on se sent accueilli écouté. Nous avons participé à une réunion sur l’accessibilité à la Mairie. On a demandé une subvention à la mairie pour aménager notre cuisine » indique Aude en regardant le chemin parcouru depuis un an : « Ce n’est pas figé, car tout est possible ! On peut avoir des désirs. On en parle, on le monte, on l’essaie et on le réalise toujours ensemble, différemment si on n’y arrive pas  quite à se bousculer un peu dans ce que l’on est ! Mais on est heureux de le faire ensemble… ».